Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266295048
Code sériel : 17615
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Chroniques d'une prof qui en saigne

Date de parution : 05/09/2019
Princesse Soso enseigne l’anglais à des collégiens avides de connaissances, ambitieux et polis. Enfin presque tous… Elle aimerait bien se consacrer uniquement à l’enseignement de la langue de Shakespeare sauf qu’elle doit aussi apprendre à ses élèves que non, on ne crache pas dans les cheveux des autres, mais que... Princesse Soso enseigne l’anglais à des collégiens avides de connaissances, ambitieux et polis. Enfin presque tous… Elle aimerait bien se consacrer uniquement à l’enseignement de la langue de Shakespeare sauf qu’elle doit aussi apprendre à ses élèves que non, on ne crache pas dans les cheveux des autres, mais que oui, on peut passer une journée sans insulter qui que ce soit.
Et les parents… Si certains sont respectueux, à l’écoute, concernés, d’autres sont convaincus que les profs sont des tortionnaires nés pour persécuter leurs enfants.
Enfin, il y a les hautes sphères qui multiplient les réformes sans trop se préoccuper de l’avis des profs.
Avec une acidité et un cynisme qui cachent un cœur de guimauve, Princesse Soso livre ses coups de cœur et de griffe, ses craintes, ses doutes et ses idées sur l’école.


 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266295048
Code sériel : 17615
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ASAI Posté le 12 Décembre 2019
    J'avais acheté ce livre pour un ami (le meilleur) qui est enseignant et donc qui en saigne. Il me raconte souvent ses tranches de vies au collège. J'ai lu avant lui, j'ai dévoré car c'est très drôle, et surtout tellement vrai. Une réussite car l'écriture n'est pas plaintive, ni colérique, ni désabusée. Certes, certaines formules répétées sont agaçantes, parfois une autosatisfaction devient assez gênante. Et la portée de l'ouvrage ne sera que de se dire "c'est tellement vrai". Il n'y a pas de visée politique (au sens noble). Néanmoins, on peut essayer de le faire lire aux recteurs, aux inspecteurs, directeurs de cabinet, chargés de communication... un voeu pieux.
  • ASaulot Posté le 17 Juillet 2019
    J ai passé un bon moment avec Princesse Soso et ses élèves. En fait je me suis reconnue dans bien des situations à jongler entre délires administratifs, parents de mauvaise foi et élèves facétieux et attachants. Pour tous ceux qui s intéressent de près à l école je recommande chaudement ce roman témoignage qui suit l auteur pendant une année avec ses classes. Entre humour percutant et rire jaune, Princesse Soso nous offre un regard impitoyable et hilarant sur l école et ses différents acteurs.
  • Romanticolor Posté le 25 Janvier 2018
    "Pour le Français, tous les professeurs sont bons, sauf ceux qui furent ou sont dévolus à ses enfants." Lucien Klausner Dans notre esprit nous avons deux types de professeurs, les psychorigides du XIXème siècle (Mlle Mangin) ou au contraire les originaux qui vont à l'encontre du conformisme (M. Keating). Difficile de trouver un point commun à ces deux cas me direz-vous ? Et pourtant, les élèves de Mlle. Mangin ou de M. Keating sont plutôt calmes, voir très soumis (Sarah) au risque de faire passer Laura Ingalls pour une forte tête. Mais Back to the Future, Princesse Soso est une professeur de langue (anglais) du XXIème siècle (celui des SMS, de la télé-réalité et surtout de l'enfant roi) la preuve elle a son propre blog : http://foodamour.free.fr/ et curieusement ses élèves sont légèrement plus difficiles que ces images d’Épinal. Ce livre qui porte bien son nom, raconte les déboires d'une jeune prof moderne qui aime son métier, mais cette nouvelle génération de collégien, la laisse perplexe. Elle constate avec humour la déliquescence de la culture, de la langue (anglaise et française), du respect (envers les autres élèves et les professeurs)... Parlons également des parents, qui contre vents et marées, défendent leur progéniture... "Pour le Français, tous les professeurs sont bons, sauf ceux qui furent ou sont dévolus à ses enfants." Lucien Klausner Dans notre esprit nous avons deux types de professeurs, les psychorigides du XIXème siècle (Mlle Mangin) ou au contraire les originaux qui vont à l'encontre du conformisme (M. Keating). Difficile de trouver un point commun à ces deux cas me direz-vous ? Et pourtant, les élèves de Mlle. Mangin ou de M. Keating sont plutôt calmes, voir très soumis (Sarah) au risque de faire passer Laura Ingalls pour une forte tête. Mais Back to the Future, Princesse Soso est une professeur de langue (anglais) du XXIème siècle (celui des SMS, de la télé-réalité et surtout de l'enfant roi) la preuve elle a son propre blog : http://foodamour.free.fr/ et curieusement ses élèves sont légèrement plus difficiles que ces images d’Épinal. Ce livre qui porte bien son nom, raconte les déboires d'une jeune prof moderne qui aime son métier, mais cette nouvelle génération de collégien, la laisse perplexe. Elle constate avec humour la déliquescence de la culture, de la langue (anglaise et française), du respect (envers les autres élèves et les professeurs)... Parlons également des parents, qui contre vents et marées, défendent leur progéniture des méchants professeurs qui donnent des mauvaises notes et qui viennent à la réunion parent/professeur avec leur chien ou le fiancé de leur gamine de 14 ans qui a bientôt la trentaine. J'adore Princesse Soso, car elle raconte tout cela avec beaucoup d'humour et d'ironie teinté de cynisme, son livre adapté de son blog est parfois inquiétant car on a du mal à croire ce qu'on y lit, c'est tellement gros. J'admire le sens de l'humour de l'auteur, car je finirai fou devant des élèves pareils, ceci dit et heureusement pour elle, il y a des élèves « choupis » qui relèvent le niveau et l'empêche de sombrer dans la folie surtout face au quatrième SEGPA, une classe où sont regroupés tous les cas difficiles, c'est à dire plantage de compas dans la main, crise de nerf etc... Passer d'un format internet à un livre est difficile, ce défis est assez bien relevé par l'auteur, on regrettera toutefois une très légère forme d'autocensure, c'est légèrement plus consensuel que son blog, mais le style est toujours là et toujours aussi drôle, malgré le choix de l'éditeur je suppose d'avoir imposé des crochets [ ] plutôt que rayer les mentions inutiles comme sur son blog. Dommage mais c'est probablement pour faciliter la lecture. Princesse Soso, n'est pas du genre politiquement correct elle dit clairement ce qu'elle pense, elle attaque tout le monde, le système éducatif qui pensent que les élèves sont des Bisounours, les élèves et les parents et parfois la politique (même si dans ce livre cela apparaît moins). Je ne peux m'empêcher de vous livrer un petit extrait, à la page 69 (choisi au hasard) dans ce chapitre elle raconte comment les parents s'adressent à elle par internet d'une façon assez peu formelle : « Maman de Johnny : je voudrai savoir les devoir que mon fise a Princesse Soso : Bonsoir madame, Johnny doit apprendre sa leçon par cœur à l'oral et à l'écrit. […] Les devoirs sont mis en ligne sur le site de l'établissement, vous pouvez les consulter avec les codes que vous avez reçus en début d'année. Maman de Johnny : oué mais jé perdus les codes à jonny sa fé 2 fois Princesse Soso : Johnny pourra les demander à nouveau... Maman de Johnny : je suis contente que jony qui ail une prof d englai comme vous Princesse Soso : [tu m'étonnes] Merci beaucoup. Maman de Johnny : c koi le site svp La mère de Johnny vient de m'envoyer un wizz ! Maman de Johnny : rep stp Princesse Soso : [Nan, mais d'où c'est que t'oses me wizzer, connasse?] Désolée, je ne suis pas constamment derrière mon ordinateur. Maman de Johnny : jes un dernier pti truc a vous demande chepa si vous aver demande à mon johny ce kil veu faire plus tard. Il vous a dit quopi ses pour voir sil ma dis la meme chose La mère de Johnny m'envoie un nouveau un wizz. Princesse Soso : Madame, j'ai 156 élèves cette année... soit 156 fiches individuelles et je ne les connais pas toutes par cœur. Néanmoins, je crois me souvenir que Johnny est intéressé par la mécanique. Maman de Johnny : oui ses le meme je croi good by » Difficile de porter un regard critique sur son travail et la société tout en gardant son sens de l'humour, ce livre est une vraie réussite, à mettre entre toutes les mains surtout les futurs étudiants qui se lancent dans l'enseignement. Avant de recevoir ce livre, aller donc faire un tour sur son blog, vous y apprendrez entre autre, que Princesse Soso est aussi professeur d'éducation sexuelle et conseillère de vente en protège slip.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ziliz Posté le 28 Mars 2016
    Je n'aimais ni la couverture (genre "histoires de blondes"), ni le pseudo de l'auteur, ni le titre, et pourtant j'ai acheté ce livre, attirée par des éloges unanimes sur la blogosphère (une blogo peuplée de profs...). J'aurais dû me fier à ma première impression. Dans cet ouvrage, je n'ai apprécié ni le ton, ni l'humour. Tout le monde en prend pour son grade, sauf les profs. Peut-être est-ce pure paranoïa de parent (non démissionnaire, je crois) d'un ado pas "choupi" de 4ème ? J'ai juste été d'accord de loin en loin avec les récriminations contre certaines réformes absurdes de l'Education Nationale. C'est vraiment trop peu pour avoir envie de vous dire "lisez ce témoignage", mais d'autres lecteurs le font très bien. Dans le registre "expérience d'enseignant", je préfère 'Le journal d'un remplaçant' de Martin Vidberg, plus respectueux envers les élèves (en difficulté également) et leurs parents. ••• billet retrouvé sur mon blog (en découvrant aujourd'hui l'avis enthousiaste de LydiaB), rédigé en janvier 2011, sans doute peu de temps après une rencontre bilatérale parents-profs catastrophique...
  • jeanne654321 Posté le 3 Janvier 2014
    Un livre sans prétention mais surtout sans langue de bois...Un livre qui défoule, tout simplement (ses lecteurs sûrement, mais surtout son auteur). Plus on connaît ce qui y est décrit et plus on rit !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.