Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264073051
Code sériel : 5607
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 504
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Côté ghetto

Clément BAUDE (Traducteur)
Date de parution : 15/10/2020
Pourquoi aux Etats-Unis un jeune Noir a-t-il 15 fois plus de risques qu’un Blanc de se faire tuer ? Jill Leovy nous offre une histoire vraie du meurtre en Amérique.
Aux Etats-Unis, les Noirs représentent 6% de la population et 40% des victimes de meurtres. Un jeune Noir a 15 fois plus de risques de se faire assassiner qu'un Blanc. Dans certains ghettos de Los Angeles, le taux de mortalité des Afro-Américains avoisine celui des GI américains en Irak. Et... Aux Etats-Unis, les Noirs représentent 6% de la population et 40% des victimes de meurtres. Un jeune Noir a 15 fois plus de risques de se faire assassiner qu'un Blanc. Dans certains ghettos de Los Angeles, le taux de mortalité des Afro-Américains avoisine celui des GI américains en Irak. Et si la communauté noire n'était pas victime d’une trop grande sévérité de la justice, mais au contraire, d’un laxisme qui entretient le cercle vicieux de la violence ?  C’est la conclusion de la journaliste Jill Leovy.
Après des années passées à recenser les meurtres à Los Angeles, et à naviguer aux côtés des unités d'homicide du LAPD, Jill Leovy nous offre un travail d’investigation monumental et nous emmène dans les rues, à l'intérieur des maisons et dans la vie d'une communauté ravagée par une épidémie d'homicide.
À travers l'histoire captivante d'un meurtre en particulier – un jeune afro-américain, Bryant Tennelle, abattu un soir de printemps sans raison apparente - et de son enquête par un des rares policiers à continuer de s’engager alors que le système démissionne, John Skaggs - elle révèle les véritables origines d'une telle violence, démonte les mythes et les idées reçues et montre que la seule façon d'inverser le cycle de la violence est avec la justice.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264073051
Code sériel : 5607
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 504
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jpguery Posté le 4 Novembre 2020
    Le quartier de Watts au sud-est de Los Angeles est emblématique du problème de la criminalité américaine : 40 % des personnes assassinées sont des hommes noirs. A partir de cette effrayante information, la journaliste Jill Leovy du Los Angeles Times a entrepris de décortiquer comment la société américaine a pu en arriver là. Le meurtre terriblement banal d’un jeune noir et l’enquête d’un flic intègre servent de fil conducteur à ce récit mi- roman mi- reportage journalistique. Multipliant les témoignages d’habitants du ghetto mais aussi des policiers du secteur, Jill Leovy livre un passionnant mais terrible constat. Réédité chez 10/18
  • Franckync Posté le 20 Juin 2018
    Titre : Côté ghetto Auteur : Jill Leovy Editeur : Sonatine Année : 2017 Résumé : Pourquoi un jeune noir a-t-il quinze fois plus de chances qu’un blanc de se faire tuer dans certains quartiers des Etats-unis ? A partir de ce constat, de milliers d’heures d’enquêtes et de cas précis d’homicides, Jill Leovy dresse un constat implacable sur la criminalité qui frappe les quartiers sud de Los Angeles. Mon humble avis : Los Angeles : ville tentaculaire où se côtoient criminalité, luxe, pauvreté, villas ostentatoires, précarité, parcs à thèmes, violence et quartiers tranquilles. Toutes les contradictions de l’Amérique posées au bord du pacifique, dans une cité aux rues sans fin bordées de palmiers centenaires. Jill Leovy est journaliste et blogueuse, de ceux qui suivent les patrouilles sur le terrain et squattent les commissariats jusqu’au bout de la nuit. Forte de milliers de témoignages accablants, l’auteur américaine dresse un portrait implacable des faillites de la société américaine. Vous l’aurez compris Côté ghetto n’est pas un roman, à l’image du monumental Baltimore de David Simon ( également publié chez sonatine et chaudement recommandé! ) il s’agit d’une somme d’enquêtes fouillées mais aussi d’une macabre litanie de destins contrariés et de récits de familles déchirées. Avec une... Titre : Côté ghetto Auteur : Jill Leovy Editeur : Sonatine Année : 2017 Résumé : Pourquoi un jeune noir a-t-il quinze fois plus de chances qu’un blanc de se faire tuer dans certains quartiers des Etats-unis ? A partir de ce constat, de milliers d’heures d’enquêtes et de cas précis d’homicides, Jill Leovy dresse un constat implacable sur la criminalité qui frappe les quartiers sud de Los Angeles. Mon humble avis : Los Angeles : ville tentaculaire où se côtoient criminalité, luxe, pauvreté, villas ostentatoires, précarité, parcs à thèmes, violence et quartiers tranquilles. Toutes les contradictions de l’Amérique posées au bord du pacifique, dans une cité aux rues sans fin bordées de palmiers centenaires. Jill Leovy est journaliste et blogueuse, de ceux qui suivent les patrouilles sur le terrain et squattent les commissariats jusqu’au bout de la nuit. Forte de milliers de témoignages accablants, l’auteur américaine dresse un portrait implacable des faillites de la société américaine. Vous l’aurez compris Côté ghetto n’est pas un roman, à l’image du monumental Baltimore de David Simon ( également publié chez sonatine et chaudement recommandé! ) il s’agit d’une somme d’enquêtes fouillées mais aussi d’une macabre litanie de destins contrariés et de récits de familles déchirées. Avec une minutie presque clinique Leovy s’attache à décrire la vie et le caractère de ces flics pétris d’idéaux, respectueux et travailleurs, ces flics qui ne lâchent jamais, même quand ils sont touché dans leurs propres chairs. A l’inverse elle dissèque les raisons historiques, sociales et économiques qui ont poussé à cet échec. C’est fort, souvent terrifiant et terriblement édifiant. C’est aussi parfois fastidieux, la longue liste des meurtres et des agressions tend à déshumaniser les affaires et même si l’auteur s’attache au cas particulier du meurtre d’un fils de flic , j’avoue m’y être parfois ennuyé alors qu’il y a quelques années je dévorais le pavé Baltimore de David Simon en seulement quelques jours. La multiplicité des affaires, les descriptions cliniques sans âme y sont-elles pour quelque chose ? Surement, et même si je ne peux que m’incliner devant le travail de l’auteur, ce livre ne restera pas dans mon panthéon des grands livres américains. Loin s’en faut. J’achète ? : Vous l’aurez compris mon avis est mitigé. Certains loueront l’opiniâtreté de la démarche, pour ma part je m’y suis ennuyé tout en reconnaissant les qualités énoncées là-haut. Mitigé vous dis-je.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sylviegeo Posté le 14 Avril 2018
    Quel travail remarquable ! Une étude terrain des plus instructives. Je suis sidérée. Beaucoup de chiffres, beaucoup de noms, beaucoup de faits mais tellement révélateurs. Jill Leovy est journaliste au LA Times et a créé un blogue titré The Homicide Report. Pour nommer les victimes d'homicides des quartiers chauds de LA. Pendant 2 ans, elle a chroniqué plus ou moins un millier d'homicides. Jill Leovy a littéralement campé dans son auto et occupé un bureau dans les locaux de police de la 77e rue au sud de la IA-10 et dans le Southeast voisin. Elle a parlé à tous ceux touchés par les meurtres. Elle est descendue dans les rues et colligé, noté, décrit. Une étude documentée, une recherche acharnée, référencée, appliquée, attentive surtout et approfondie. Une vision holistique. Elle nous explique ce qui se passe dans ces rues et pourquoi. de son bureau au commissariat ou de son auto, elle a vu tous ces chiffres se déployer et devenir vrais devant ses yeux. " Chaque cadavre, chaque parent en larmes, chaque inspecteur en manque de sommeil étaient relié à une donnée dans mon disque dur, comme si - en parcourant les quelques dix mille kilomètres carrés du comté- j'emmenais ma Ford... Quel travail remarquable ! Une étude terrain des plus instructives. Je suis sidérée. Beaucoup de chiffres, beaucoup de noms, beaucoup de faits mais tellement révélateurs. Jill Leovy est journaliste au LA Times et a créé un blogue titré The Homicide Report. Pour nommer les victimes d'homicides des quartiers chauds de LA. Pendant 2 ans, elle a chroniqué plus ou moins un millier d'homicides. Jill Leovy a littéralement campé dans son auto et occupé un bureau dans les locaux de police de la 77e rue au sud de la IA-10 et dans le Southeast voisin. Elle a parlé à tous ceux touchés par les meurtres. Elle est descendue dans les rues et colligé, noté, décrit. Une étude documentée, une recherche acharnée, référencée, appliquée, attentive surtout et approfondie. Une vision holistique. Elle nous explique ce qui se passe dans ces rues et pourquoi. de son bureau au commissariat ou de son auto, elle a vu tous ces chiffres se déployer et devenir vrais devant ses yeux. " Chaque cadavre, chaque parent en larmes, chaque inspecteur en manque de sommeil étaient relié à une donnée dans mon disque dur, comme si - en parcourant les quelques dix mille kilomètres carrés du comté- j'emmenais ma Ford escort à travers un immense fichier Excel." (P. 396) On comprend la complexité de sa recherche. Elle nous parle de cette ségrégation des Noirs présente et permanente à travers toutes les générations. Cette ségrégation qui renforce les effets d'impunité et du faible taux d'élucidation des homicides . (Ben oui , pourquoi se casser la tête puisqu'ils se tuent entre eux !) Cette ségrégation résidentielle, cette promiscuité, ces interactions communautaires, cette non mobilité, cet apartheid qui favorisent les meurtres et les violences. Elle nous parle de la stigmatisation par le pays des meurtres de South Central tout en les ignorant (on ne fait pas les manchettes avec le meurtre d'un Noir par un autre Noir, on ne parle plus des guerres de rues des gangs) presque totalement. Donc, Jill Leovy part de cette idée que quand "le système judiciaire ne parvient pas à affronter vigoureusement les morts et les blessures violentes, le meurtre devient endémique". (P. 17) Désolant! Il aura fallu des milliers de morts, des inspecteurs et des enquêteurs pugnaces, des gestionnaires qui ouvriront leur esprit au travail terrain et qui donneront des moyens, des flics en uniforme qui s'intéresseront enfin à ce que les Noirs se font entre eux, un système qui finalement verra en cette victime le parent de quelqu'un pour que l'on assite à une baisse de la ciminalité. Tout ce que nous révèle "Côté Ghetto" est cette incapacité de l'État à appréhender et punir les assassins dans les enclaves noires et comprendre que ce laxisme est en soi la cause de cette violence. C'est un véritable plaidoyer pour que cesse la banalisation de cette violence. Je salue bien bas le travail exceptionnel de Jill Leovy qui nous fait mieux comprendre une trop visible et triste réalité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sosotess Posté le 28 Novembre 2017
    Côté Ghetto est un livre fort, nécessaire, indispensable même. D'autres babéliautes l'ont très bien exprimé. Il m'a aidée à comprendre les mécanismes de la criminalité dans la communauté afro-américaine ou pourquoi les Noirs s'entretuent sans motif valable. Mais si j'ai été sensible au sujet, je l'ai moins été à son traitement, pour la simple raison que ce n'est pas un roman mais un récit tiré d'une histoire vraie, ce qui implique une foule de détails qui ont freiné ma lecture, voire l'ont embrouillée. Très vite, j'ai perdu le fil de la hiérarchie policière, des trop nombreuses statistiques et des rôles respectifs des gangsters et des victimes... Très habituée aux romans, qui simplifient manifestement l'intrigue et attribuent bien souvent aux personnages des caractères moins sobres, je n'ai pas su m'attacher à ces gens si réels, sur qui l'autrice s'est interdit de trop projeter de sentiments en-dehors de ce qui avait été soulevé pendant son travail d'investigation. J'ai trouvé le tout trop factuel, je ne suis pas parvenue à m'identifier aux personnages, qu'il s'agisse d'un inspecteur blanc, républicain mais consciencieux et empathique ou d'une mère dépassée en attente de justice ou encore d'une jeune informatrice aux moeurs légères... Cependant, je le recommande à... Côté Ghetto est un livre fort, nécessaire, indispensable même. D'autres babéliautes l'ont très bien exprimé. Il m'a aidée à comprendre les mécanismes de la criminalité dans la communauté afro-américaine ou pourquoi les Noirs s'entretuent sans motif valable. Mais si j'ai été sensible au sujet, je l'ai moins été à son traitement, pour la simple raison que ce n'est pas un roman mais un récit tiré d'une histoire vraie, ce qui implique une foule de détails qui ont freiné ma lecture, voire l'ont embrouillée. Très vite, j'ai perdu le fil de la hiérarchie policière, des trop nombreuses statistiques et des rôles respectifs des gangsters et des victimes... Très habituée aux romans, qui simplifient manifestement l'intrigue et attribuent bien souvent aux personnages des caractères moins sobres, je n'ai pas su m'attacher à ces gens si réels, sur qui l'autrice s'est interdit de trop projeter de sentiments en-dehors de ce qui avait été soulevé pendant son travail d'investigation. J'ai trouvé le tout trop factuel, je ne suis pas parvenue à m'identifier aux personnages, qu'il s'agisse d'un inspecteur blanc, républicain mais consciencieux et empathique ou d'une mère dépassée en attente de justice ou encore d'une jeune informatrice aux moeurs légères... Cependant, je le recommande à ceux qui aiment lire des ouvrages à la précision journalistique impeccable et édifiant des constats sans concession d'une réalité désolante...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Stelphique Posté le 17 Novembre 2017
    Ce que j’ai ressenti: Côté Guetto fut une lecture difficile, forte, intense: certains passages m’ont brûlé les yeux, d’autres m’ont arraché le coeur…C’était tellement bouleversant, et d’autant plus, parce que réel, que je devais parfois fermer le livre, pour ne pas sombrer…Jill Leovy a réussi le pari de nous rendre une vérité déchirante, dans un travail d’investigation journalistique d’une qualité incroyable. On sent presque les heures s’écouler dans ces mots, la minutie du détail dans chaque ligne, l’importance de rendre justice à tous ses vies tombées dans le guetto, dans ce récit noyé de sang coagulé…On lit des centaines de noms, des centaines d’affrontements sanglants, des centaines de meurtres qui ne seront jamais résolus…Autant vous dire que c’est un déchirement que de se rendre compte de cette « peste américaine », la réalité de ses quartiers est juste insupportable… « Il y a cette idée que les Noirs font ça entre eux, et que si je suis blanc ça ne m’affecte pas » dit-il. Ses yeux s’animèrent d’une colère soudaine. « Et bien, figurez vous que si: ça m’affecte. » Bryant Tennelle, adolescent tué pour rien, vie fauchée dans les règlements de comptes nébuleux de ses gangs, devient la pierre angulaire de... Ce que j’ai ressenti: Côté Guetto fut une lecture difficile, forte, intense: certains passages m’ont brûlé les yeux, d’autres m’ont arraché le coeur…C’était tellement bouleversant, et d’autant plus, parce que réel, que je devais parfois fermer le livre, pour ne pas sombrer…Jill Leovy a réussi le pari de nous rendre une vérité déchirante, dans un travail d’investigation journalistique d’une qualité incroyable. On sent presque les heures s’écouler dans ces mots, la minutie du détail dans chaque ligne, l’importance de rendre justice à tous ses vies tombées dans le guetto, dans ce récit noyé de sang coagulé…On lit des centaines de noms, des centaines d’affrontements sanglants, des centaines de meurtres qui ne seront jamais résolus…Autant vous dire que c’est un déchirement que de se rendre compte de cette « peste américaine », la réalité de ses quartiers est juste insupportable… « Il y a cette idée que les Noirs font ça entre eux, et que si je suis blanc ça ne m’affecte pas » dit-il. Ses yeux s’animèrent d’une colère soudaine. « Et bien, figurez vous que si: ça m’affecte. » Bryant Tennelle, adolescent tué pour rien, vie fauchée dans les règlements de comptes nébuleux de ses gangs, devient la pierre angulaire de ce roman, une sorte d’exemple pour illustrer l’innommable, une sorte d’espoir face à l’océan d’indifférence des autorités légales. Lien conducteur pour expliquer le quotidien des rues de South Central, de voir l’investissement de ses policiers qui forcent le respect, de changer un tant soit peu les mentalités…Bryant, petite flamme, que Jill Levy a pris dans le creux de ses mains, et nous tend pour qu’elle ne s’éteigne pas dans l’oubli… « Il croyait fermement que, à condition d’y mettre du sien, on pouvait améliorer les choses. » Malgré les milliers de pertes, on sent un réel besoin d’enrayer ces faits divers effroyables, Jill Leovy dans son blog The Homicide Report , tente de faire sortir du néant, les noms et les visages de ses victimes, et dans ce livre, on sent toute son humanité, le cri courageux d’une femme qui souhaite voir un monde plus juste où chaque vie a de l’importance…Je peux vous dire que de mon côté, le message est passé en force, et que même si j’ai fini ce récit la gorge serrée, je vous le recommande chaudement. Indispensable. Au contraire, il n’y avait en lui que de la souffrance. Les larmes lui tendaient des embuscades plusieurs fois par jour. Ma note Plaisir de Lecture 9/10
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…