En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Crans-Montana

        Pocket
        EAN : 9782266264723
        Code sériel : 16485
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Crans-Montana

        Date de parution : 07/09/2017
        À Crans-Montana, la très chic petite station suisse, on les appelait « les trois C ». Chris, Charlie, Claudia. Trois jeunes filles en fleur et en fuseaux de ski. Il n'est pas un garçon d'alors qui ne s'en souvienne – leur beauté, leur mystère, leurs croissants tartinés de caviar, les fêtes... À Crans-Montana, la très chic petite station suisse, on les appelait « les trois C ». Chris, Charlie, Claudia. Trois jeunes filles en fleur et en fuseaux de ski. Il n'est pas un garçon d'alors qui ne s'en souvienne – leur beauté, leur mystère, leurs croissants tartinés de caviar, les fêtes au night-club, la jeunesse dorée des années 60... Indissociables. Insaissables. Et pourtant cette fêlure, que tous sentaient bien. Celle des promesses qui ne seraient pas tenues, des espoirs, pas comblés, du temps, qui ne reviendra plus et qu'on retrouve – parfois.

        « Sulfureux, émouvant, sensuel, épatant... Le quatrième roman de Monica Sabolo est une réussite totale. » Clémentine Goldszal – Glamour
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266264723
        Code sériel : 16485
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.95 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Bouquinivore Posté le 9 Octobre 2018
          Difficile de dire ce que j'ai pensé de ce roman froid, distant, délicat, nébuleux, mais surtout complètement déprimant. J'ai aimé le style de Monica Sabolo, bien que je ne sois ordinairement pas férue d'impressionnisme en littérature ; je préfère les plumes qui vont au fond des choses, qui creusent l'esprit des personnages. Ici, le narrateur survole avec une certaine poésie ces vies sans âme ni bonheur, comme si les personnages n'avaient rien d'autre à offrir que leur façade. C'est étrange et cafardeux sans être foncièrement triste. Je lirai d'autres romans de cette auteure dont l'oeuvre m'intrigue. Quant à conseiller celui-là, oui, peut-être. Je n'ai pas été transportée mais il reste intéressant et facile à lire, à condition d'avoir un moral bien accroché !
        • Bazart Posté le 11 Janvier 2018
          Un des plus gros coups de coeurs de la dernière rentrée littéraire dans le domaine français était assurément ce "Summer", troisième roman de Monica Sabolo, formidable récit de disparition au bord du lac Léman, peuplé de fantômes et de mystère, qui faisait penser énormément à l’univers d’une Laura ­Kasischke. Cette réussite incontestable nous a donné envie d'aller jeter un oeil et même deux sur ses précédents romans, et notamment son second ," Crans- Montana", sorti en poche chez Pocket il y a quelques semaines de cela. Un roman sombre et mélancolique qui traite du temps qui passe et qui nous éloigne inexorablement de nos rêves, de nos occasions manquées et de nos regrets. Il est toujours question de filles fatales et de Suisse ( le titre du livre est le nom d'une station balnéaire hélvète) et de personnages aussi mystérieux qu'insaississables. dans cette société des années 60 en pleine mutation, et cette jeunesse dorée qui cultive ses secrets et mystères. D'un coté Les 3 C., Chris Charlie et Claudia cheveux blonds,, pleines de vie, ayant le sens de la fête et profondément mystérieuses, alimentent les fantasmes d'un groupe de jeunes rêveurs qui ne... Un des plus gros coups de coeurs de la dernière rentrée littéraire dans le domaine français était assurément ce "Summer", troisième roman de Monica Sabolo, formidable récit de disparition au bord du lac Léman, peuplé de fantômes et de mystère, qui faisait penser énormément à l’univers d’une Laura ­Kasischke. Cette réussite incontestable nous a donné envie d'aller jeter un oeil et même deux sur ses précédents romans, et notamment son second ," Crans- Montana", sorti en poche chez Pocket il y a quelques semaines de cela. Un roman sombre et mélancolique qui traite du temps qui passe et qui nous éloigne inexorablement de nos rêves, de nos occasions manquées et de nos regrets. Il est toujours question de filles fatales et de Suisse ( le titre du livre est le nom d'une station balnéaire hélvète) et de personnages aussi mystérieux qu'insaississables. dans cette société des années 60 en pleine mutation, et cette jeunesse dorée qui cultive ses secrets et mystères. D'un coté Les 3 C., Chris Charlie et Claudia cheveux blonds,, pleines de vie, ayant le sens de la fête et profondément mystérieuses, alimentent les fantasmes d'un groupe de jeunes rêveurs qui ne savent pas y faire avec les filles encore moins lorsqu'elles semblent aussi inacessibles que ces 3 C. Ces jeunes gens passent leurs vacances à Crans-Montana, l’hiver sur les pistes de ski, l’été au bord de la piscine. Ils grandissent, ils vieillissent, mais la mémoire, elle n'oublie jamais rien. Dès les premières pages, on sent poindre la tension et on voit vite que sous le vernis de l’insouciance vont vite apparaître les failles et la gravité inhérent à cette époque particulière. Une écriture forte, incisive, où chaque détail compte et contribue à rendre l'atmosphère aussi pesante qu'intrigante. On sent bien que quelque chose d'oppressant monte en nous, et Sabollo, avec presque rien, des détails pourtant anodins a priori mais qui ne le sont pas vraiment, arrive parfaitement à construire ce trouble. Comme dans "Summer", on est pris par la petite musique très mélancolique que distille Monica Sabolo, et si ce roman est certainement plus superficiel et les personnages moins attachants que dans "Summer", on restera sous le charme de cette plume élégante qui sait très bien instaurer cette tension et ces félures que l'on devine sous des apparences trompeuses. et faire naitre cette émotion lancinante qui ne vous quittera pas de notre lecture.
          Lire la suite
          En lire moins
        • celinezug Posté le 7 Novembre 2017
          Digne d'un Salinger l'auteur narre l'histoire de trois pauvres petites filles riches avec une écriture langoureuse et remarquable de justesse. En filigrane une époque où l'argent a remplacé l'envie. Des enfants dont les parents cachent un passé fait de disparitions durant la guerre. Le silence assourdissant des rescapés face à une jeunesse dorée qui n'est que vide et paraître. Il y a ces trois belles filles, enviées, désirées, craintes et follement superficielles. Des vies brisées, des amitiés sans profondeur, ce malaise sans mot et cette fin qui ne peut pas surprendre. La richesse matérielle pour seul repère, privé de mots mais pas de maux ! C'est touchant et troublant car ce puit sans fond de souffrance c'est aussi la vie que l'on attend et qui ne vient pas.
        • KRISS45 Posté le 11 Septembre 2016
          Ils sont sévères les commentaires envers ce roman que j'ai lu en un éclair car, une fois débarquée à Crans-Montana, je n'ai pas pu lâcher cette bande de jeunes, privilégiés certes mais touchants par leurs maladresses et leur fragilité. La première partie du livre raconte leur adolescence alors qu'ils se retrouvent hiver comme été à Crans-Montana où les parents ont leurs habitudes. Les jeunes garçons sont fascinés par trois filles qui incarnent à leurs yeux tout le mystére féminin, thème abordé par Alessandro Baricco dans "Emmaüs", mais en réalité le contexte et l'esprit en sont bien différents. C'est une jeunesse dorée, privilégiée, gâtée mais ses tourments, ses abus, ses transgressions me semblent assez communs à tous, fils et filles à papa ou pas. Leur histoire peut paraître futile mais c'est celle d'une jeunesse gâchée, où les parents n'ont rien fait pour qu'il en soit autrement et les drames qui jalonneront leurs tristes vies sont pathétiques. J'ai apprécié le style travaillé tout en restant acessible, avec l'usage fréquent de métaphores relatives à la nature, aux éléments, pour évoquer pudiquement les passages les plus intimes. J'ai aimé retrouver l'air frais de la Suisse, le goût des sugus et du Toblerone, ces petits détails minuscules qui se réfèrent... Ils sont sévères les commentaires envers ce roman que j'ai lu en un éclair car, une fois débarquée à Crans-Montana, je n'ai pas pu lâcher cette bande de jeunes, privilégiés certes mais touchants par leurs maladresses et leur fragilité. La première partie du livre raconte leur adolescence alors qu'ils se retrouvent hiver comme été à Crans-Montana où les parents ont leurs habitudes. Les jeunes garçons sont fascinés par trois filles qui incarnent à leurs yeux tout le mystére féminin, thème abordé par Alessandro Baricco dans "Emmaüs", mais en réalité le contexte et l'esprit en sont bien différents. C'est une jeunesse dorée, privilégiée, gâtée mais ses tourments, ses abus, ses transgressions me semblent assez communs à tous, fils et filles à papa ou pas. Leur histoire peut paraître futile mais c'est celle d'une jeunesse gâchée, où les parents n'ont rien fait pour qu'il en soit autrement et les drames qui jalonneront leurs tristes vies sont pathétiques. J'ai apprécié le style travaillé tout en restant acessible, avec l'usage fréquent de métaphores relatives à la nature, aux éléments, pour évoquer pudiquement les passages les plus intimes. J'ai aimé retrouver l'air frais de la Suisse, le goût des sugus et du Toblerone, ces petits détails minuscules qui se réfèrent à ma propre enfance puisque j'ai grandi juste de l'autre côté de la frontière. Je ne connais pas Crans-Montana mais j'ai eu souvent à l'esprit sa réplique française Courchevel, devenu impraticable depuis que la station est colonisée par les très riches oligarques russes et leurs flamboyantes compagnes.
          Lire la suite
          En lire moins
        • MarionBookology Posté le 26 Avril 2016
          Le pitch : Sortez vos Teppaz, vos cols roulés en polyester et…vos boutons d’acné ! Avec Crans-Montana, vous allez faire un voyage dans le temps au sein d’une station touristique huppée où la jeunesse dorée cosmopolite se retrouvait été comme hiver tout au long des trente glorieuses. Charlotte, Chris et Claudia, trois jeunes filles en fleur aussi belles qu’inséparables, alimentent les fantasmes d’une bande d’adolescents en phase aigue de cristallisation. Mais si pour Stendhal « la beauté est une promesse de bonheur », il semble que cela ne soit vrai que pour ceux qui restent plongés dans l’illusion du fantasme. En lisant Crans-Montana, vous n’allez pas prendre un grand bol d’air frais, mais plutôt traverser doucement le miroir des apparences pour découvrir le versant caché de la montagne. La spécificité de ce roman tient au décalage des points de vue qui s’expriment au fur et à mesure. Le lecteur découvre dans un premier temps ceux de la bande de jeunes garçons, devenus des hommes mûrs et amers, qui se penchent rétrospectivement sur leurs tendres années de puberté. Paralysés par l’amour aveugle qu’ils vouent aux trois jeunes déesses, les garçons épient leurs faits et gestes, recoupent les informations, accumulent les indices pour nourrir,... Le pitch : Sortez vos Teppaz, vos cols roulés en polyester et…vos boutons d’acné ! Avec Crans-Montana, vous allez faire un voyage dans le temps au sein d’une station touristique huppée où la jeunesse dorée cosmopolite se retrouvait été comme hiver tout au long des trente glorieuses. Charlotte, Chris et Claudia, trois jeunes filles en fleur aussi belles qu’inséparables, alimentent les fantasmes d’une bande d’adolescents en phase aigue de cristallisation. Mais si pour Stendhal « la beauté est une promesse de bonheur », il semble que cela ne soit vrai que pour ceux qui restent plongés dans l’illusion du fantasme. En lisant Crans-Montana, vous n’allez pas prendre un grand bol d’air frais, mais plutôt traverser doucement le miroir des apparences pour découvrir le versant caché de la montagne. La spécificité de ce roman tient au décalage des points de vue qui s’expriment au fur et à mesure. Le lecteur découvre dans un premier temps ceux de la bande de jeunes garçons, devenus des hommes mûrs et amers, qui se penchent rétrospectivement sur leurs tendres années de puberté. Paralysés par l’amour aveugle qu’ils vouent aux trois jeunes déesses, les garçons épient leurs faits et gestes, recoupent les informations, accumulent les indices pour nourrir, saison après saison, leur culte amoureux…sans jamais oser franchir le mur qui sépare les fantasmes de la réalité. Au terme de l’adolescence, la glace fond peu à peu, sous le givre qui les rendait merveilleux, les êtres sont révélés dans leur authentique vulnérabilité. Comme si le regard bienveillant dont les garçons enveloppaient les trois jeunes filles était le seul rempart qui les protégeait de la cruauté de ce monde. Au fil des pages, le sortilège qui semblait protéger les nymphettes de toute turpitude existentielle s’efface pour laisser place à une noirceur inattendue. A partir du moment où les voix des trois jeunes femmes – hormis celle de Claudia – s’incarnent, le lecteur découvre une réalité faite de déceptions amoureuses, de traumatismes indicibles, et d’amère tristesse. Derrière la pellicule glacée qui les sépare des autres, il y a trois jeunes filles un peu paumées qui prennent de face la cruauté d’un monde superficiel bâti sur les apparences et un silence coupable. « Tant qu’on n’en parlait pas, les choses n’existaient pas. On aurait dit que l’équilibre du monde, ou même sa survie, en dépendait. » Avec sa plume imagée et délicate, Monica Sabolo capture l’air du temps d’une époque où l’insouciance était plus souvent simulée qu’il n’y paraît dans une bourgeoisie française compassée et figée dans le temps. L’auteure compose aussi une fable plus universelle sur une forme de mollesse et de conformisme existentiel qui menace chacun d’entre nous de passer à côté de sa vie. Enfin, Crans-Montana c’est également le récit d’un aveuglement partagé par l’ensemble des personnages, filles comme garçons, qui ont cru naïvement que du sommet de la montagne, on ne pouvait chuter.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « D'une écriture animale, très imagée, qui rappelle celle de l'Américaine Laura Kasischke, l'auteur conte la violence corporelle d'une époque qui prône la liberté des mœurs. » Olivia de Lamberterie, ELLE
        « Monica Sabolo, qui n'en est pas à son coup d'essai, parvient à décrire très précisément cette fascination qu'exerce un être sur un autre, la cristallisation des sentiments, un certain voyeurisme aussi, celui des jeunes adolescents tellement confinés dans leur rôle de spectateurs qu'ils n'en sortiront probablement jamais. » Nelly Kaprièlian, Inrockuptibles
        « Sulfureux, émouvant, sensuel, épatant... Le quatrième roman de Monica Sabolo est une réussite totale. » Glamour
        « On ne se remet jamais tout à fait de sa jeunesse ; mais chez Monica Sabolo ce deuil se présente au lecteur en habit de fête. » Olivier Mony – Livres Hebdo
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com