Lisez! icon: Search engine
Cuisine sanglante
Philippe Bonnet (traduit par)
Date de parution : 31/05/2012
Éditeurs :
Pocket

Cuisine sanglante

Philippe Bonnet (traduit par)
Date de parution : 31/05/2012

« D'où provenait la fascination qu'exercait Olive Martin ? Du spectacle grotesque de son mètre cinquante-cinq pour quelque cent vingt kilos ? De la répulsion qu'elle inspirait ? Elle avait...

« D'où provenait la fascination qu'exercait Olive Martin ? Du spectacle grotesque de son mètre cinquante-cinq pour quelque cent vingt kilos ? De la répulsion qu'elle inspirait ? Elle avait débité sa mère et sa sœur en morceaux qu'elle avait rassemblés sur le sol de la cuisine en une composition...

« D'où provenait la fascination qu'exercait Olive Martin ? Du spectacle grotesque de son mètre cinquante-cinq pour quelque cent vingt kilos ? De la répulsion qu'elle inspirait ? Elle avait débité sa mère et sa sœur en morceaux qu'elle avait rassemblés sur le sol de la cuisine en une composition abstraite sanguinolente. Le crime mis à part, ce qui rendait son cas exceptionnel, c'est qu'elle avait plaidé coupable et même refusé de se défendre. »

Dès sa première rencontre avec Olive Martin, Rosalind Leigh, qui a accepté d'écrire un livre sur elle, a le sentiment que la meurtrière obèse n'est pas coupable. Mais alors pourquoi ces aveux ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266210980
Code sériel : 10007
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266210980
Code sériel : 10007
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BrevesdeCeline 29/10/2022
    Quand l’histoire débute, Olive Martin est déjà en prison tandis que Rosalind Leigh, doit se remettre à écrire un livre et son sujet serait donc sur la prisonnière. Dès la première rencontre entre Olive et Rosalind, cette dernière entrevoit toute de suite que quelque chose cloche car Olive n’est pas du tout « un monstre » comme on l’a désigne depuis son inculpation bien au contraire, elle paraît intelligente et n’a pas le profil pour avoir tué sa mère ni sa sœur. Ainsi, Rosalind va mener l’enquête et questionner toutes les personnes qui ont approché de loin ou de près Olive. C’est alors que de révélations en révélations, elle va peu à peu comprendre ce qui a pu se produire ce fameux jour où les corps ont été retrouvés. Elle va par la même occasion faire de belles rencontres, dont une qui risque de chambouler sa vie pour son plus grand bien, car Rosalind est une femme fragile qui n’a pas totalement tiré un trait sur son passé. Minette Walters nous offre avec « Cuisine sanglante » un très bon polar tellement plausible que j’ai eu l’impression de lire un livre sur un réel fait-divers tant les rebondissements sont crédibles. Ce n’est... Quand l’histoire débute, Olive Martin est déjà en prison tandis que Rosalind Leigh, doit se remettre à écrire un livre et son sujet serait donc sur la prisonnière. Dès la première rencontre entre Olive et Rosalind, cette dernière entrevoit toute de suite que quelque chose cloche car Olive n’est pas du tout « un monstre » comme on l’a désigne depuis son inculpation bien au contraire, elle paraît intelligente et n’a pas le profil pour avoir tué sa mère ni sa sœur. Ainsi, Rosalind va mener l’enquête et questionner toutes les personnes qui ont approché de loin ou de près Olive. C’est alors que de révélations en révélations, elle va peu à peu comprendre ce qui a pu se produire ce fameux jour où les corps ont été retrouvés. Elle va par la même occasion faire de belles rencontres, dont une qui risque de chambouler sa vie pour son plus grand bien, car Rosalind est une femme fragile qui n’a pas totalement tiré un trait sur son passé. Minette Walters nous offre avec « Cuisine sanglante » un très bon polar tellement plausible que j’ai eu l’impression de lire un livre sur un réel fait-divers tant les rebondissements sont crédibles. Ce n’est pas difficile : une fois que j’ai commencé sa lecture, il m’a été pratiquement impossible de m’arrêter. Je me suis questionnée en même temps que Rosalind sur ce qui a réellement pu se passer et j’ai eu également comme elle beaucoup de compassion pour Olive. Bref, un roman dont je ne suis pas prête d’oublier et que je ne peux que vous recommander.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pigeon_Solitaire 11/09/2022
    Petit roman policier bien sympathique ! J'ai passé un agréable moment avec cette autrice anglaise que je connaissais pas ! J'ai aimé son style d'écriture, simple, fluide et efficace. Il y a pleins de petits détails qui permettent d'enquêter aussi, donc j'ai beaucoup aimé! J'ai aimé les personnages, la petite amourette entre Roz et Hal m'a attendrie, je l'ai trouvé bien choupi! Sinon en général, j'ai bien aimé l'histoire, je l'ai trouvé assez intéressante Je le conseil!
  • Andromeda06 26/08/2022
    "Cuisine sanglante" est le premier livre de Minette Walters que je lis, et je peux d'ores et déjà affirmer que ce ne sera pas le dernier. 9 septembre 1987 : Une femme et sa fille sont retrouvées dans leur cuisine. Elles sont nues et découpées. La pièce baigne dans le sang. Rosalind Leigh est un écrivain qui n'a pas publié depuis un moment, venant de vivre un drame dont on ne se relève que difficilement. Olive Martin, que son physique ingrat et repoussant n'a jamais aidé, a été condamnée à la perpétuité pour le meurtre de sa mère et de sa sœur. Sous la pression de ses éditeur et agent, l'une va devoir écrire un livre sur l'autre. Au fil des entrevues avec les différents acteurs de cette affaire, Roz découvre des éléments nouveaux, relèvent des incohérences et se met à douter de la culpabilité d'Olive. Mais si cette dernière n'est pas coupable, pourquoi avoir avoué, pourquoi ne s'est-elle jamais défendu ? Que s'est-il réellement passé et surtout qui est le meurtrier ? Minette Walters nous entraîne dans un thriller psychologique plutôt haletant, dans lequel on est tout de suite mis dans le bain. L'intrigue, carrément bien construite, a su... "Cuisine sanglante" est le premier livre de Minette Walters que je lis, et je peux d'ores et déjà affirmer que ce ne sera pas le dernier. 9 septembre 1987 : Une femme et sa fille sont retrouvées dans leur cuisine. Elles sont nues et découpées. La pièce baigne dans le sang. Rosalind Leigh est un écrivain qui n'a pas publié depuis un moment, venant de vivre un drame dont on ne se relève que difficilement. Olive Martin, que son physique ingrat et repoussant n'a jamais aidé, a été condamnée à la perpétuité pour le meurtre de sa mère et de sa sœur. Sous la pression de ses éditeur et agent, l'une va devoir écrire un livre sur l'autre. Au fil des entrevues avec les différents acteurs de cette affaire, Roz découvre des éléments nouveaux, relèvent des incohérences et se met à douter de la culpabilité d'Olive. Mais si cette dernière n'est pas coupable, pourquoi avoir avoué, pourquoi ne s'est-elle jamais défendu ? Que s'est-il réellement passé et surtout qui est le meurtrier ? Minette Walters nous entraîne dans un thriller psychologique plutôt haletant, dans lequel on est tout de suite mis dans le bain. L'intrigue, carrément bien construite, a su rendre les investigations de Roz passionnantes. Elle réussit également à faire planer le doute, et ce jusqu'à la toute fin, même dans l'épilogue. Sans oublier le suspense, grâce à (ou à cause de) qui on ne lâche la lecture que difficilement. Je m'étais fait quelques hypothèses, toutes tombées à l'eau au fur et à mesure que j'approchais de la fin. Tout ce que j'attends d'un thriller est donc là ! J'ajoute à cela des protagonistes énigmatiques, charismatiques (bien que certains plus que d'autres). Je ne me suis attachée à aucun d'entre eux, mais ce n'est pas ce que je recherche dans ce genre de romans. En revanche, ils en imposent et nous donnent envie d'en savoir plus sur eux et sur le rôle qu'ils ont joué cinq ans plus tôt. J'aurais aimé le personnage d'Olive un peu plus creusé, mais je pense que l'autrice l'a fait exprès afin de pouvoir maintenir le doute jusqu'au bout. Roz, quant à elle, est un peu "plate", mais s'avère de plus en plus caractérielle, et donc plus intéressante qu'elle n'y paraît. Hal Hawksley est lui un personnage haut en couleur, qui met du peps dans la vie de Roz et dans l'intrigue plus globalement. À part la scène de crime, il n'y a rien de sanglant ou de dégoûtant. Donc pas de risque d'être rebuté de ce côté-là (bien qu'il m'en faille vraiment beaucoup pour me retourner l'estomac). Alors oui, la façon dont les meurtres ont été commis est atroce, mais Olive ne voulant jamais revenir dessus, tout est davantage tourné sur l'enquête et les nouveaux éléments qu'elle révèle au compte-gouttes. Un roman dans lequel je ne me suis pas ennuyée un seul instant, qui a su constamment garder en éveil ma curiosité et l'envie de savoir. Et qui me donne envie désormais de découvrir tous les autres livres de Minette Walters.
    Lire la suite
    En lire moins
  • garanemsa 25/10/2021
    Walters Minette Cuisine sanglante J’ai déjà lu d’autres livres de cet auteur, que j’avais vraiment bien aimé, par contre celui-ci mon appréciation est fort moyenne. Je trouve que cela traine en longueur, bien que comme à son habitude, elle dissémine de minimes indices, mais alors là minimes. De quoi s’agit-il ? Une jeune femme nommée Olive est accusée d’un double meurtre, celui de sa mère et de sa sœur cadette et de les avoir démembrées. Une jeune écrivain, en manque d’inspiration est désignée par son éditeur d’écrire un livre sur cette personne. Personne au demeurant peu affable, obèse, et effrayante de laideur tant par le physique que par le caractère. Les psychiatres ne s’en sortent pas, pourtant à part penser qu’elle pourrait être bipolaire, elle est saine d’esprit et bien sensée car elle accepte sans discussion cette accusation. L’écrivain va faire le parcours du combattant pour en savoir plus, connaître la famille, il ne restait plus que le père mais il est malheureusement décédé. Les voisins sont déménagés, comment les retrouver et pourquoi sont-ils partis si vite. Ses anciennes copines de classe sont très partagées, un peu de bien, un peu de mal et surtout la peur de la mettre en colère, vu sa corpulence Mais ses colères étaient... Walters Minette Cuisine sanglante J’ai déjà lu d’autres livres de cet auteur, que j’avais vraiment bien aimé, par contre celui-ci mon appréciation est fort moyenne. Je trouve que cela traine en longueur, bien que comme à son habitude, elle dissémine de minimes indices, mais alors là minimes. De quoi s’agit-il ? Une jeune femme nommée Olive est accusée d’un double meurtre, celui de sa mère et de sa sœur cadette et de les avoir démembrées. Une jeune écrivain, en manque d’inspiration est désignée par son éditeur d’écrire un livre sur cette personne. Personne au demeurant peu affable, obèse, et effrayante de laideur tant par le physique que par le caractère. Les psychiatres ne s’en sortent pas, pourtant à part penser qu’elle pourrait être bipolaire, elle est saine d’esprit et bien sensée car elle accepte sans discussion cette accusation. L’écrivain va faire le parcours du combattant pour en savoir plus, connaître la famille, il ne restait plus que le père mais il est malheureusement décédé. Les voisins sont déménagés, comment les retrouver et pourquoi sont-ils partis si vite. Ses anciennes copines de classe sont très partagées, un peu de bien, un peu de mal et surtout la peur de la mettre en colère, vu sa corpulence Mais ses colères étaient surtout dirigées pour défendre sa sœur, jeune et jolie, affriolante, et recherchée par les jeunes hommes du coin. L’avocat lui parait nul et sournois, il doit cacher quelque chose. Ses anciens employeurs n’en sont pas mécontents. Mais pourquoi le père vivait-il en sous-sol, il y avait son appartement. L’écrivain se fait aider par un ancien flic qui a abandonné la profession pour ouvrir un restaurant, où jamais aucun client ne se présente qui a plusieurs reprises se fait tabasser, et pourquoi ? Que se passe-t-il avec cette famille O’brien des quartiers difficiles, mère de 7 enfants, plus souvent en prison que chez eux pour vol, cambriolages etc, mais que des délits mineurs, quel est leurs liens ? La seule personne qui va l’encourager et l’aider dans toutes ces démarches c’est sœur Bridget qui croit en l’innocence de Olive. Mais que de secrets cachés dans cette famille, que de non-dits, et Olive a tout prit sur elle, pourtant……..
    Lire la suite
    En lire moins
  • steph5977 21/08/2021
    Cette histoire m'a paru un peu brouillonne, malgré le sujet central très intéressant, à savoir les relations très difficiles pour ceux qui ont un physique hors normes. La beauté extérieure peut cacher une noirceur profonde, et pourtant ce sont aux personnes qui ont physique ingrat qu'on prête les pires intentions. C'est ce rejet de la société qui provoque souvent, en retour, des comportements violents et de la colère. De l'histoire proprement dite, je ne me suis attachée à aucun personnage en particulier, c'est assez facile à lire, mais ce livre ne me laissera pas un souvenir impérissable.
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.