Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266210980
Code sériel : 10007
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Cuisine sanglante

Philippe Bonnet (traduit par)
Date de parution : 31/05/2012

« D'où provenait la fascination qu'exercait Olive Martin ? Du spectacle grotesque de son mètre cinquante-cinq pour quelque cent vingt kilos ? De la répulsion qu'elle inspirait ? Elle avait débité sa mère et sa sœur en morceaux qu'elle avait rassemblés sur le sol de la cuisine en une composition...

« D'où provenait la fascination qu'exercait Olive Martin ? Du spectacle grotesque de son mètre cinquante-cinq pour quelque cent vingt kilos ? De la répulsion qu'elle inspirait ? Elle avait débité sa mère et sa sœur en morceaux qu'elle avait rassemblés sur le sol de la cuisine en une composition abstraite sanguinolente. Le crime mis à part, ce qui rendait son cas exceptionnel, c'est qu'elle avait plaidé coupable et même refusé de se défendre. »

Dès sa première rencontre avec Olive Martin, Rosalind Leigh, qui a accepté d'écrire un livre sur elle, a le sentiment que la meurtrière obèse n'est pas coupable. Mais alors pourquoi ces aveux ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266210980
Code sériel : 10007
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • garanemsa Posté le 25 Octobre 2021
    Walters Minette Cuisine sanglante J’ai déjà lu d’autres livres de cet auteur, que j’avais vraiment bien aimé, par contre celui-ci mon appréciation est fort moyenne. Je trouve que cela traine en longueur, bien que comme à son habitude, elle dissémine de minimes indices, mais alors là minimes. De quoi s’agit-il ? Une jeune femme nommée Olive est accusée d’un double meurtre, celui de sa mère et de sa sœur cadette et de les avoir démembrées. Une jeune écrivain, en manque d’inspiration est désignée par son éditeur d’écrire un livre sur cette personne. Personne au demeurant peu affable, obèse, et effrayante de laideur tant par le physique que par le caractère. Les psychiatres ne s’en sortent pas, pourtant à part penser qu’elle pourrait être bipolaire, elle est saine d’esprit et bien sensée car elle accepte sans discussion cette accusation. L’écrivain va faire le parcours du combattant pour en savoir plus, connaître la famille, il ne restait plus que le père mais il est malheureusement décédé. Les voisins sont déménagés, comment les retrouver et pourquoi sont-ils partis si vite. Ses anciennes copines de classe sont très partagées, un peu de bien, un peu de mal et surtout la peur de la mettre en colère, vu sa corpulence Mais ses colères étaient... Walters Minette Cuisine sanglante J’ai déjà lu d’autres livres de cet auteur, que j’avais vraiment bien aimé, par contre celui-ci mon appréciation est fort moyenne. Je trouve que cela traine en longueur, bien que comme à son habitude, elle dissémine de minimes indices, mais alors là minimes. De quoi s’agit-il ? Une jeune femme nommée Olive est accusée d’un double meurtre, celui de sa mère et de sa sœur cadette et de les avoir démembrées. Une jeune écrivain, en manque d’inspiration est désignée par son éditeur d’écrire un livre sur cette personne. Personne au demeurant peu affable, obèse, et effrayante de laideur tant par le physique que par le caractère. Les psychiatres ne s’en sortent pas, pourtant à part penser qu’elle pourrait être bipolaire, elle est saine d’esprit et bien sensée car elle accepte sans discussion cette accusation. L’écrivain va faire le parcours du combattant pour en savoir plus, connaître la famille, il ne restait plus que le père mais il est malheureusement décédé. Les voisins sont déménagés, comment les retrouver et pourquoi sont-ils partis si vite. Ses anciennes copines de classe sont très partagées, un peu de bien, un peu de mal et surtout la peur de la mettre en colère, vu sa corpulence Mais ses colères étaient surtout dirigées pour défendre sa sœur, jeune et jolie, affriolante, et recherchée par les jeunes hommes du coin. L’avocat lui parait nul et sournois, il doit cacher quelque chose. Ses anciens employeurs n’en sont pas mécontents. Mais pourquoi le père vivait-il en sous-sol, il y avait son appartement. L’écrivain se fait aider par un ancien flic qui a abandonné la profession pour ouvrir un restaurant, où jamais aucun client ne se présente qui a plusieurs reprises se fait tabasser, et pourquoi ? Que se passe-t-il avec cette famille O’brien des quartiers difficiles, mère de 7 enfants, plus souvent en prison que chez eux pour vol, cambriolages etc, mais que des délits mineurs, quel est leurs liens ? La seule personne qui va l’encourager et l’aider dans toutes ces démarches c’est sœur Bridget qui croit en l’innocence de Olive. Mais que de secrets cachés dans cette famille, que de non-dits, et Olive a tout prit sur elle, pourtant……..
    Lire la suite
    En lire moins
  • steph5977 Posté le 21 Août 2021
    Cette histoire m'a paru un peu brouillonne, malgré le sujet central très intéressant, à savoir les relations très difficiles pour ceux qui ont un physique hors normes. La beauté extérieure peut cacher une noirceur profonde, et pourtant ce sont aux personnes qui ont physique ingrat qu'on prête les pires intentions. C'est ce rejet de la société qui provoque souvent, en retour, des comportements violents et de la colère. De l'histoire proprement dite, je ne me suis attachée à aucun personnage en particulier, c'est assez facile à lire, mais ce livre ne me laissera pas un souvenir impérissable.
  • Raffaello Posté le 7 Mai 2021
    Vous êtes écrivain, et votre éditeur vous fourni un sujet pour lequel vous devrez faire un livre. Meurtre horrible, "coupable" répugnant, avocat distant et froid. Vous n'avez pas envie de l'écrire, ce bouquin, mais vraiment pas. Par acquis de conscience, et motiver votre choix, quelques renseignements glanés de ci, de là, font apparaître, que tout à une face visible et une autre cachée. Levant le voile, peu à peu, par bribes, Minette Walters nous entraîne dans une enquête trouble et profonde, qui cherche la vérité au fond de l'âme. Très bon roman, que je recommande .
  • paleoliticgirl Posté le 28 Janvier 2021
    Test réussi, ce livre peut se lire sans qu’on se dise, wahou, ça vieillit mal, c’est pénible à lire. Pourquoi après toutes ces années ça fonctionne ? tout simplement parce qu’on n’assiste pas aux meurtres, ça se passe 6 ans plus tard et on suit Roz qui doit écrire un livre sur Olive Martin, l’Artiste. On suit le cheminement de son enquête pour écrire le livre le plus juste qui soit. Ce n’est donc pas une enquête policière, on ne râle pas après les techniques de l’époque, loin de là. C’est assez hors du temps finalement. Le personnage d’Olive est très bien écrit et ce, jusqu’à la fin. Coupable ou non? Ah ah, mystère. Si j’ai apprécié Roz et Hawksley, je les trouve plus effacés, personnages principaux pourtant mais on ne va pas assez au bout des choses en ce qui les concernent, ils sont… flous. En tout cas, c’est comme ça que je les vois et je n’ai pas ressenti grand chose en les suivant, contrairement à Olive qui est un personnage très particulier et très ambiguë. L’histoire, je vous en ai plus ou moins parlé déjà. Ce livre à écrire sur Olive Martin et les meurtres atroces de sa mère et... Test réussi, ce livre peut se lire sans qu’on se dise, wahou, ça vieillit mal, c’est pénible à lire. Pourquoi après toutes ces années ça fonctionne ? tout simplement parce qu’on n’assiste pas aux meurtres, ça se passe 6 ans plus tard et on suit Roz qui doit écrire un livre sur Olive Martin, l’Artiste. On suit le cheminement de son enquête pour écrire le livre le plus juste qui soit. Ce n’est donc pas une enquête policière, on ne râle pas après les techniques de l’époque, loin de là. C’est assez hors du temps finalement. Le personnage d’Olive est très bien écrit et ce, jusqu’à la fin. Coupable ou non? Ah ah, mystère. Si j’ai apprécié Roz et Hawksley, je les trouve plus effacés, personnages principaux pourtant mais on ne va pas assez au bout des choses en ce qui les concernent, ils sont… flous. En tout cas, c’est comme ça que je les vois et je n’ai pas ressenti grand chose en les suivant, contrairement à Olive qui est un personnage très particulier et très ambiguë. L’histoire, je vous en ai plus ou moins parlé déjà. Ce livre à écrire sur Olive Martin et les meurtres atroces de sa mère et sa sœurs. Il y a des raccourcis peut être dans les avancées de Roz, je ne suis pas dit « oh, incroyable, je ne l’avais pas vu venir ». Tout est assez fluide et suit son petit bonhomme de chemin. Attention, je ne dis pas que c’est mal et ça ravira les lecteurs qui n’aiment pas se prendre la tête mais ça reste un peu lisse à mon sens. Le rapport avec Hawksley est lui, too much, ça ne sert pas à grand chose et la coïncidence me gêne. Après, ça n’engage que moi. Voilà, un petit « thriller » si on peut dire sympathique et qui passe le cap du temps sans problème. Une lecture agréable dans une Angleterre pluvieuse.
    Lire la suite
    En lire moins
  • adtraviata Posté le 4 Août 2020
    Rosalind Leigh accepte à contrecœur d’écrire un livre sur une affaire retentissante : celle du meurtre de sa mère et de sa sœur par Olive Martin, une fille énorme qui fait peur à tout le monde dans sa prison et qui a tout avoué de comment elle a égorgé et découpé les corps. Dès sa première rencontre avec Olive, Roz comprend que ces aveux ne correspondent pas à la réalité. Elle-même profondément déprimée (on comprend pourquoi bien plus tard) démêle petit à petit tous les fils de l’affaire, aidée par un ancien flic reconverti en patron de restaurant bizarrement vide. Roz reprend vie grâce à cette enquête qui révèle des négligences et des lâchetés coupables envers une jeune femme qui ne demandait sans doute qu’à aimer et à être aimée. Retrouvailles avec la romancière Minette Walters : on ne s’ennuie pas une seconde, les dialogues sont acérés (surtout entre Roz et l’ex-sergent Hawksley) et l’autrice laisse planer le doute jusqu’à la dernière page…
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.