Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264075642
Code sériel : 5352
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Dans les eaux du Grand Nord (édition spéciale)

Laurent BURY (Traducteur)
Date de parution : 07/11/2019
Un baleinier du XIXe siècle met le cap sur l'Arctique avec un tueur à bord… un roman de survie sombre, puissant et original qui a conquis plus de 8.000 lecteurs en GF.
 
 
Patrick Sumner, un ancien chirurgien de l’armée britannique traînant une mauvaise réputation, n’a pas de meilleure option que d’embarquer sur le Volunteer, un baleinier du Yorkshire en route pour les eaux riches du Grand Nord. Mais alors qu’il espère trouver du répit à bord, un garçon de cabine est découvert... Patrick Sumner, un ancien chirurgien de l’armée britannique traînant une mauvaise réputation, n’a pas de meilleure option que d’embarquer sur le Volunteer, un baleinier du Yorkshire en route pour les eaux riches du Grand Nord. Mais alors qu’il espère trouver du répit à bord, un garçon de cabine est découvert brutalement assassiné. Pris au piège dans le ventre du navire, Sumner rencontre le mal à l’état pur en la personne d’Henry Drax, un harponneur brutal et sanguinaire. Tandis que les véritables objectifs de l’expédition se dévoilent, la confrontation entre les deux hommes se jouera dans les ténèbres et le gel de l’hiver arctique.

Prix Gens de Mer – Festival Étonnants Voyageurs 2017

« Ce voyage au bout de la nuit polaire puissamment écrit est à la fois une vraie découverte littéraire et un des meilleurs thrillers historiques de l’année. »
Isabelle Mity − Historia

« Ian McGuire signe là un coup de maître. »
Étienne de Montéty − Le Figaro

Traduit de l’anglais par Laurent Bury
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264075642
Code sériel : 5352
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Yuyine Posté le 28 Juin 2020
    Je dois vous avouer que si je vais m’efforcer de rester la plus objective possible dans cet avis, ma lecture a tant été orientée par mon ressenti subjectif que certains éléments ne concerneront que mon opinion très personnelle. En effet, bien que j’y étais préparée, j’ai du sauter quelques passages à la lecture à cause d’un excès de violence à l’égard des animaux. Il était évident qu’embarquer à bord d’un baleinier allait être difficile pour moi et je constate ici que mon seuil de tolérance à la violence est bien plus faible concernant les animaux (en particulier les animaux marins) que concernant les humains. Cela a évidement un peu bloqué mon enthousiasme de lectrice bien que cette violence se justifie entièrement par le contexte historique et social. Justifié, certes, mais [...] Pour lire la suite de cette critique, rendez-vous sur yuyine.be!
  • Annette55 Posté le 20 Mai 2020
    Voici un grand roman d’aventures et de survie, pétri de bruit et de fureur aveugle, l’incroyable épopée sauvage d’un chirurgien irlandais Patrick Summer , ancien de l’armée britannique , venant d’un hôpital du Cachemire , trainant une mauvaise réputation ——jusque dans un igloo sur le cercle polaire arctique .—— 1859: Patrick embarque sur le Volunteer, un baleinier groenlandais qui entreprend un voyage de sis mois . Brownlee , son capitaine a la réputation d’avoir la poisse. L’équipage se compose de trois harponneurs , Henry Drax, qui n’a pas hésité à fracasser le crâne d’un homme pour lui prendre son argent et son tabac, meurtrier sanguinaire, Black qui a le projet d’être à la tête de son propre équipage , Otto , un homme bon, philosophe et mystique,. Cavendish , sournois , sous- lieutenant qui passe son temps chez les putes... On sent la crasse, l’alcool, les odeurs de viande avariée, la pisse , les arômes mêlés de sang et de pourriture , le harpon brandi, les chairs éparses de la baleine , les énormes icebergs d’un blanc bleuté , menaçants, les rafales de vent , l’air rare et nauséabond dans le huit- clos du bateau, la nature hostile où le froid... Voici un grand roman d’aventures et de survie, pétri de bruit et de fureur aveugle, l’incroyable épopée sauvage d’un chirurgien irlandais Patrick Summer , ancien de l’armée britannique , venant d’un hôpital du Cachemire , trainant une mauvaise réputation ——jusque dans un igloo sur le cercle polaire arctique .—— 1859: Patrick embarque sur le Volunteer, un baleinier groenlandais qui entreprend un voyage de sis mois . Brownlee , son capitaine a la réputation d’avoir la poisse. L’équipage se compose de trois harponneurs , Henry Drax, qui n’a pas hésité à fracasser le crâne d’un homme pour lui prendre son argent et son tabac, meurtrier sanguinaire, Black qui a le projet d’être à la tête de son propre équipage , Otto , un homme bon, philosophe et mystique,. Cavendish , sournois , sous- lieutenant qui passe son temps chez les putes... On sent la crasse, l’alcool, les odeurs de viande avariée, la pisse , les arômes mêlés de sang et de pourriture , le harpon brandi, les chairs éparses de la baleine , les énormes icebergs d’un blanc bleuté , menaçants, les rafales de vent , l’air rare et nauséabond dans le huit- clos du bateau, la nature hostile où le froid devient glaçant et l’homme un diable.. en ajoutant le meurtre d’un mousse , victime innocente retrouvée sodomisée et étranglée par le sanguinaire Drax.. C’est un livre à l’écriture crue, réaliste, féroce , aux scènes saisissantes qui désarçonnent le lecteur, transporté , heurté par la violence de ces hommes sans scrupules .....les conditions de vie à bord du baleinier sont remarquablement décrites . Les bagarres sont monnaie courante. La chasse à la baleine ou à l’ours se parent de détails sanglants , parfois répugnants, à soulever le cœur ... La blancheur du paysage se pare de poésie noire, très noire,... L’auteur décrit le mal à l’état pur, infernal et terrifiant ——espèce d’opéra baroque et effrayant——-un ouvrage qui choque, impressionne, surprend , porté par la part sauvage de l’homme, sa cupidité et sa bestialité ,et la beauté sépulcrale des grands espaces , sorte de combat entre le bien et le mal. C’est aussi une réflexion morale passionnante , poétique et diabolique . Une vraie découverte pour un premier roman , page d’histoire de L’Angleterre du XIX° siècle
    Lire la suite
    En lire moins
  • Polardesglaces Posté le 21 Avril 2020
    Dans les eaux du grand nord est un bon récit d’aventures. Il est surtout bien documenté et les descriptions de l’Angleterre du XIXème siècle ou des conditions de vie à bord d’un baleinier sont remarquables. En revanche, si l’on veut y voir un thriller, on risque de rester un peu sur sa faim. L’intrigue est révélée très vite et l’histoire n’offre pas de grands rebondissements. On s’attend beaucoup trop à ce qui va se passer. Personnellement, je n’ai pas beaucoup apprécié l’univers glauque, malsain, voire grossier du roman. On dirait que l’auteur se complet dans la fange. Est–ce que tout cela apporte vraiment au récit ? Je ne le pense pas trop…
  • vilvirt Posté le 11 Mars 2020
    J'ai longtemps hésité avant d'ouvrir Dans les eaux du Grand Nord. J"avais entendu dire que c'était un roman dur, violent et sombre. Et je ne suis pas forcément partisane des trucs trop noirs. Et puis j'ai lu les premières lignes et je me suis lancée. Que dire ? Que j'ai bien fait ! Parce que j'ai pris la claque de l'année. J'ai tellement aimé ce livre qu'il m'habite encore au moment où j'écris ces mots. Je pense que ce sera le cas encore longtemps. L'histoire est totalement addictive. C'est sombre, oui, mais pas autant que je le craignais. C'est surtout incroyablement réaliste, une retranscription fidèle et sans concession de l'époque et de la vie à bord d'un baleinier du dix-neuvième. Je ne sais pas si ça tient au style de l'auteur dont les descriptions sont juste jouissives, au fait que ce soit bel et bien un roman d'aventure, ou à l'action qui ne faiblit jamais, même si on se trouve à bord d'un bateau coincé dans les glaces, mais je l'ai dévoré. Les péripéties se succèdent de façon très fluide, les dialogues sont accrocheurs et jamais inutiles, les flash-backs sont bien dosés, tout est réfléchi pour emporter le lecteur toujours plus... J'ai longtemps hésité avant d'ouvrir Dans les eaux du Grand Nord. J"avais entendu dire que c'était un roman dur, violent et sombre. Et je ne suis pas forcément partisane des trucs trop noirs. Et puis j'ai lu les premières lignes et je me suis lancée. Que dire ? Que j'ai bien fait ! Parce que j'ai pris la claque de l'année. J'ai tellement aimé ce livre qu'il m'habite encore au moment où j'écris ces mots. Je pense que ce sera le cas encore longtemps. L'histoire est totalement addictive. C'est sombre, oui, mais pas autant que je le craignais. C'est surtout incroyablement réaliste, une retranscription fidèle et sans concession de l'époque et de la vie à bord d'un baleinier du dix-neuvième. Je ne sais pas si ça tient au style de l'auteur dont les descriptions sont juste jouissives, au fait que ce soit bel et bien un roman d'aventure, ou à l'action qui ne faiblit jamais, même si on se trouve à bord d'un bateau coincé dans les glaces, mais je l'ai dévoré. Les péripéties se succèdent de façon très fluide, les dialogues sont accrocheurs et jamais inutiles, les flash-backs sont bien dosés, tout est réfléchi pour emporter le lecteur toujours plus loin dans le drame et l'horreur. Le gros point fort de ce roman, ce sont les personnages : Sumner, le "héro", chirurgien embarqué sur le Volonteer, un homme au passé trouble quelque peu détestable au départ et qui s'avère surprenant par ses actes et ses décisions ; Otto le sage, Cavendish l'arrogant et Brownlee, le capitaine corrompu ; Drax bien sûr et les autres... Tout un tas de portraits d'hommes violents et sans scrupules prêts à tout pour gagner de l'argent et assouvir leurs penchants, même à écraser les autres... Et dès le début, j'ai aimé qu'on en découvre plus sur chacun puisqu'ils possèdent tous leurs failles, leurs secrets et leur noirceur. Que les motivations du capitaine soient rapidement dévoilées n'enlève rien à la force du récit, à la montée en puissance de l'horreur qui atteindra son apogée sur la banquise, au milieu d'une nature glacée et hostile, alors que l'équipage, livré à lui-même, deviendra la proie des éléments et de quelque chose de plus terrible encore que l'hiver arctique... C'est un livre qui aborde des thématiques graves : le massacre d'animaux en tous genres largement répandu à l'époque, notamment les changements qui commencent à intervenir dans la population de cétacés avec la modification de leurs trajectoires et de leur instinct de survie ; les crimes impunis, le viol, la pédophilie, les exactions perpétrées à bord d'un navire de l'époque avec ses contraintes abominables et ses règles abjectes... C'est dur, c'est sanglant, c'est parfois assez répugnant et les détails sur la chasse à la baleine, aux phoques ou à l'ours blanc vous soulèveront le cœur. L'auteur a un talent manifeste pour les descriptions - notamment les odeurs qu'on arrive à s'imaginer lorsqu'on se balade sur le pont aux côtés de Sumner -, mais ça permet d'être plongé jusqu'au cou dans cette atmosphère incroyablement reconstituée, puante et corrompue. Ça permet de se perdre complètement au cœur d'un baleinier souillé par la graisse et le sang. Et j'ai aimé ça : c'est l'une des plus belles et des meilleures description du genre que j'ai pu lire. Même si vous n'êtes pas fan de gréements, de cordage et de voilures, peu importe ! Laissez-vous tenter quand même par l'intrigue et le surprenante galerie de personnages hauts en couleurs que nous dépeint Ian McGuire. Laissez-vous emporter aux côtés d'un équipage damné. Jusqu'au bout, l'auteur m'aura tenu par la main et emmenée là où il le souhaitait. Je l'en remercie pour ça parce que son livre va rester l'un de mes meilleurs souvenirs de 2020. Dans les eaux du Grand Nord est un livre qui choque, qui révolte, qui impressionne, qui surprend, mais qui ne laisse pas indifférent. Quant à moi, j'ai profondément adoré et si vous aimez les récits réalistes et bien écrits, vous aimerez ce livre parce que c'est une page d'Histoire et une incroyable aventure humaine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gaelimberdis Posté le 9 Février 2020
    Classique du genre par sa quête de départ: la chasse à la baleine dans les espaces peu accueillants des mers du nord. Mais très vite l'on vois bien que beaucoup de personnages biaisent ce postulat de départ et nous entrainent dans une aventure qui provoquera sans doute leur fin. Énergique et inventif dans son genre Ian McGuire a un don pour nous faire lire les odeurs qui ressortent de cette aventure. Et, dans un milieu d'hommes chasseurs et marins, à une époque, où l'hygiène n 'est pas une priorité, les odeurs d'entre jambes peuvent faire peur juste à la lecture. Et ce n'est qu'un exemple.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Les livres collectors à glisser sous le sapin de Noël

    Paraît-il que l'important c'est ce qu'il y a à l'intérieur et pas à l'extérieur. Bonne nouvelle, avec notre sélection de collectors, les livres se transforment en écrins et font rimer belles histoires et couvertures sublimes. Ce Noël, c'est tenue de fêtes pour tout le monde, même la littérature !

    Lire l'article