Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264076526
Code sériel : 5610
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm

Danse, danse, danse

Corinne Atlan (traduit par)
Date de parution : 04/03/2021
Surtout n'arrêtez jamais de danser...
À la suite d’une série de rêves, un journaliste free-lance désabusé part à la recherche d’une ex-petite amie, pourvue des oreilles les plus parfaites que la terre a jamais portées, mystérieusement disparue. Sa quête le mène à l’hôtel du Dauphin de Sapporo, où il va devenir le chaperon d’une adolescente... À la suite d’une série de rêves, un journaliste free-lance désabusé part à la recherche d’une ex-petite amie, pourvue des oreilles les plus parfaites que la terre a jamais portées, mystérieusement disparue. Sa quête le mène à l’hôtel du Dauphin de Sapporo, où il va devenir le chaperon d’une adolescente paumée, et recevoir des instructions cryptiques de la part d’un homme-mouton, caché dans une chambre miteuse d’un étage fantôme, dont la principale est de : « continuer à danser ». 

Sixième roman d’Haruki Murakami, entre roman noir et quête métaphysique, Danse, danse, danse, nous emmène du nord glacé du Japon à Hawaï en passant par les recoins les plus reculés l’imaginaire envoûtant du maître de la littérature japonaise.

Traduit du japonais par Corinne Atlan
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264076526
Code sériel : 5610
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm
10/18
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PtitVincent Posté le 21 Mars 2021
    À force de rêver de l’hôtel du Dauphin, le narrateur de ce roman décide de retourner dans la ville de Sapporo, y percevant l’appel désespéré d’une jeune femme. C’est avec elle, Kiki, qu’il a séjourné quelques semaines dans cet hôtel sordide. Vivant d’articles de commande et de relations occasionnelles, il peut se permettre de tout lâcher pour comprendre ce que son rêve lui a révélé. Arrivé sur place il constate que l’hôtel a été remplacé par un complexe hôtelier de grand luxe où il fera la rencontre de Yumiyoshi, une hôtesse d’accueil, et de Yuki, une adolescente oubliée par sa mère. Il y découvrira également un étage fantôme, où il fera la connaissance de l’homme-mouton qui l’aidera dans sa recherche de Kiki. Chacune de ses rencontres, liées les unes aux autres, l’amènera à une quête de soi, en marge d’une société japonaise alors en pleine croissance affairiste, industrielle et financière. Et tout cela avec l’aide de call-girls et de nombreuses boissons alcoolisées. Mais le roman traîne souvent en longueur, le personnage ne faisant que boire et attendre que les choses se décantent. Si les portraits des personnages marginaux que rencontrent le narrateur sont intéressants, et notamment celui du compagnon d’Ame,... À force de rêver de l’hôtel du Dauphin, le narrateur de ce roman décide de retourner dans la ville de Sapporo, y percevant l’appel désespéré d’une jeune femme. C’est avec elle, Kiki, qu’il a séjourné quelques semaines dans cet hôtel sordide. Vivant d’articles de commande et de relations occasionnelles, il peut se permettre de tout lâcher pour comprendre ce que son rêve lui a révélé. Arrivé sur place il constate que l’hôtel a été remplacé par un complexe hôtelier de grand luxe où il fera la rencontre de Yumiyoshi, une hôtesse d’accueil, et de Yuki, une adolescente oubliée par sa mère. Il y découvrira également un étage fantôme, où il fera la connaissance de l’homme-mouton qui l’aidera dans sa recherche de Kiki. Chacune de ses rencontres, liées les unes aux autres, l’amènera à une quête de soi, en marge d’une société japonaise alors en pleine croissance affairiste, industrielle et financière. Et tout cela avec l’aide de call-girls et de nombreuses boissons alcoolisées. Mais le roman traîne souvent en longueur, le personnage ne faisant que boire et attendre que les choses se décantent. Si les portraits des personnages marginaux que rencontrent le narrateur sont intéressants, et notamment celui du compagnon d’Ame, le poète manchot et attentionné, loser magnifique, l’ensemble manque de rythme et de folie pour que j’adhère pleinement au récit. Avec un personnage principal finalement assez transparent et peu sympathique. Lecture agréable, mais sans plus.
    Lire la suite
    En lire moins
  • VALENTYNE Posté le 13 Février 2021
    Dans ce roman nous retrouvons le narrateur de la course au mouton sauvage. Quatre ans ont passé depuis cet épisode. Le narrateur est seul, extrêmement seul. Il a passé six mois isolé dans son appartement sans presque sortir, pour « digérer » son aventure du tome précédent. Quatre ans après il se rend à Sappoto dans l’hôtel Dolphin où l’histoire avait pris un tour surnaturel. C’est le cas ici aussi. On ne sait pas très bien ce qui est réel et ce qui ressort du rêve ou de l’hallucination (mais c’est ce qui me plait chez Murakami , dépaysement total, lâcher prise, quête de sens...) Parmi les autres rencontres du narrateur (dont on ne sait pas le nom) il y aura une jeune fille de 13 ans (médium), la réceptionniste de l’hôtel Dolphin, et aussi un ami du lycée qu’il retrouve vingt ans après, quelques charmantes jeunes femmes, un manchot étrange... et une brève réapparition de l’homme mouton .... un livre qui m’a plu malgré quelques longueurs...
  • colka Posté le 21 Septembre 2020
    Lire ce roman de Murakami : Danse, danse, danse a été pour moi un voyage dans un univers troublant, dans lequel j'ai accepté à l'instar du héros principal d'oublier ou de remettre en question mes repères spatio-temporels et bien d'autres. J'ai eu l'impression de me balader dans un Palais des glaces où je me suis perdue dans un labyrinthe de miroirs déformants dans lesquels les personnages se reflètent étrangement les uns les autres. A commencer par le narrateur. Accablé par une crise existentielle qui le submerge, il se voit comme un raté et traîne avec lui un sentiment d'échec et de vide absolu. Son double inversé : Gotanda, un camarade de lycée, à la réussite sociale éblouissante, puisqu'il est devenu une star de cinéma. Mais lui aussi se perçoit en réalité comme une coquille vide. Troisième personnage tout aussi perdu que les deux autres, Yuki, une pré-adolescente de treize ans, sans liens familiaux structurants et dont on va se rendre compte au fil du roman qu'elle est également un avatar du narrateur au même âge. L'intrigue autour de laquelle se tisse les liens entre les personnages va se déployer dans un cadre étrange. le "Dolphin hotel" en est le lieu central.... Lire ce roman de Murakami : Danse, danse, danse a été pour moi un voyage dans un univers troublant, dans lequel j'ai accepté à l'instar du héros principal d'oublier ou de remettre en question mes repères spatio-temporels et bien d'autres. J'ai eu l'impression de me balader dans un Palais des glaces où je me suis perdue dans un labyrinthe de miroirs déformants dans lesquels les personnages se reflètent étrangement les uns les autres. A commencer par le narrateur. Accablé par une crise existentielle qui le submerge, il se voit comme un raté et traîne avec lui un sentiment d'échec et de vide absolu. Son double inversé : Gotanda, un camarade de lycée, à la réussite sociale éblouissante, puisqu'il est devenu une star de cinéma. Mais lui aussi se perçoit en réalité comme une coquille vide. Troisième personnage tout aussi perdu que les deux autres, Yuki, une pré-adolescente de treize ans, sans liens familiaux structurants et dont on va se rendre compte au fil du roman qu'elle est également un avatar du narrateur au même âge. L'intrigue autour de laquelle se tisse les liens entre les personnages va se déployer dans un cadre étrange. le "Dolphin hotel" en est le lieu central. Mais là encore la réalité se tord, nous échappe, car l'hôtel devenu "un énorme building de vingt-cinq étages" abrite un lieu énigmatique qui appartient sans doute à un monde parallèle, que le narrateur va découvrir un soir en arrivant au 16ème étage. Un grand trou noir. Ce qui donne lieu à une scène sidérante au cours de laquelle Murakami peint avec une étonnante sensorialité, la perte des repères spatio-temporels, la distorsion des perçus corporels et la sensation de vide intérieur auxquelles le narrateur se trouve confronté. Cette scène est la clé du roman, car il va rencontrer dans cet autre espace-temps, l'homme-mouton : passeur ? entité bienveillante ? ange gardien incarné ? On ne sait pas. Il est doté d'un pouvoir de vision et s'exprime comme un oracle. Danse, danse, danse, sont les mots clés qu'il va livrer au narrateur pour entamer sa quête existentielle, une fois sorti de ce lieu qui peut figurer aussi bien le royaume des morts que les limbes. C'est en tout cas un lieu matriciel dont il va sortir pour s'engager dans un voyage initiatique pour naître ou renaître à lui-même. Un voyage déambulatoire qui n'est pas sans rappeler que Murakami est jazzman et que derrière les variations se cache toujours un thème qui n'est jamais perdu de vue. Dans le roman, il ne s'agit de rien moins que la quête de soi. Déambulations de nos trois personnages, distorsions de l'espace et du temps, limites poreuses du rêve et de la réalité, existence de mondes parallèles, il faut lâcher prise et se laisser embarquer au côté du narrateur dans une aventure des plus singulières qui prend faussement parfois des allures d'enquête policière. Murakami se plaît à perdre le lecteur et à jouer les magiciens avec tout le talent qui est le sien. Humour et auto-dérision sont souvent au rendez-vous tout comme il sait également faire preuve d'une incroyable délicatesse et douceur dans certaines scènes, notamment celle où il va permettre à Yuki de retrouver la possibilité de pleurer. Pour conclure, je serais tentée de dire que chacun peut trouver dans ce récit allégorique son propre chemin. Personnellement, je n'ai pu m'empêcher d'y voir la transposition romanesque très libre et réussie - car on est au plus près des émotions et des pensées du narrateur - d'une cure psychanalytique... Dernière remarque sur le titre que j'aime beaucoup. Il sonne pour moi comme un mantra...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Traineau Posté le 16 Juin 2020
    Comme le titre l'indique, il faudrait se laisser aller dans la danse de la vie de Murakami. Mais ceci n'a pas été mon cas, et faute de me laisser aller dans le monde imaginaire occupé par l'homme Mouton, je me suis perdu. L'auteur désabusé déc sa vie ne ma pas donné le moral et malgré quelques intrigues, les saouleries et scènes osées ont fini pas me lasser vraiment.
  • charlottelit Posté le 2 Juin 2020
    tellement encensé que je ne puis trouver plus d'"étoiles belle écriture, imagination, autres dimensions que la vie sur terre,
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    10/18

    Haruki Murakami : un narrateur et des moutons

    Retour sur les premiers pas littéraires de l’auteur japonais Haruki Murakami, avec la réédition chez 10/18 de deux romans signés dans les années 1980 : La course au mouton sauvage et Danse, danse, danse. Le laboratoire dynamique d’une écriture unique, entre réalisme et fantaisie, critique frontale et ironie douce.

    Lire l'article