Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264070708
Code sériel : 5281
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

De beaux jours à venir

Héloïse ESQUIE (Traducteur)
Date de parution : 18/01/2018
Depuis des années, Amy subit la violence de Gary. Jusqu’au jour où elle reçoit le coup de trop et décide de s’enfuir avec ses deux enfants, Jackson, dix-huit ans, et Lydia, treize ans. Premier arrêt au Starlight, motel crasseux qui va leur servir de refuge. Tous les trois s’endorment soulagés,... Depuis des années, Amy subit la violence de Gary. Jusqu’au jour où elle reçoit le coup de trop et décide de s’enfuir avec ses deux enfants, Jackson, dix-huit ans, et Lydia, treize ans. Premier arrêt au Starlight, motel crasseux qui va leur servir de refuge. Tous les trois s’endorment soulagés, mais au petit matin Jackson a disparu. Croyant gagner l’amour d’un père qui le rejette, il est retourné auprès de lui et a trahi sa mère et sa soeur en révélant l’adresse du motel. Amy comprend que si elle veut assurer sa sécurité et celle de Lydia, elle va devoir abandonner son fils. Jackson, de son côté, doit désormais se débrouiller seul, tiraillé entre la recherche désespérée de l’amour paternel, sa culpabilité et sa difficulté à gérer son homosexualité naissante.

« Un premier roman sobre, simple, brillant et puissant. » LiRE

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Héloïse Esquié
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264070708
Code sériel : 5281
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Papiercrepon Posté le 12 Septembre 2021
    Un roman brut, poignant, au style admirable. Après l’explosion d’un huis-clos familial violent, trois voix nous racontent : le frère qui cherche sa rédemption d’abord ; la sœur dont la colère noue le ventre ensuite ; la mère qui se souvient... et se retrouve enfin, jusqu’au dénouement sous forme de purgatoire. Un premier roman coup de poing sur les désillusions de l’Amérique contemporaine.
  • belette2911 Posté le 4 Septembre 2020
    Les romans qui traitent des violences conjugales doivent éviter de sombrer dans le pathos, sous peine de rebuter ses lecteurs, mais il faut aussi éviter un ton trop froid qui empêcherait à ce même lecteur de ressentir des émotions. Le bon équilibre n’est jamais facile à atteindre, sans compter que deux lecteurs peuvent ressentir des émotions très différentes à la lecture du même roman. L’histoire d’Amy est une histoire banale, comme d’autres filles ont vécu : on tombe amoureuse d’un garçon, il dit nous aimer et vouloir notre bonheur, le mariage a lieu rapidement et le mec emmène sa dulcinée dans un autre état, la coupant de sa famille, de ses amis… Et il faut du temps à la fille amoureuse pour se réveiller et se rendre compte que son beau chevalier au mille promesses était, dès le départ, un enfoiré de première, un pervers narcissique à la main lourde mais qu’elle n’a rien vu. Amy fait partie de ces femmes qui doivent vivre avec un homme violent tout en protégeant ses deux enfants. Le récit est choral, Amy, l’épouse, prendra la parole, mais aussi ses deux enfants, Lidya (13 ans) et Jackson (18 ans) qui, chacun à leur tour, nous raconteront ce qu’ils... Les romans qui traitent des violences conjugales doivent éviter de sombrer dans le pathos, sous peine de rebuter ses lecteurs, mais il faut aussi éviter un ton trop froid qui empêcherait à ce même lecteur de ressentir des émotions. Le bon équilibre n’est jamais facile à atteindre, sans compter que deux lecteurs peuvent ressentir des émotions très différentes à la lecture du même roman. L’histoire d’Amy est une histoire banale, comme d’autres filles ont vécu : on tombe amoureuse d’un garçon, il dit nous aimer et vouloir notre bonheur, le mariage a lieu rapidement et le mec emmène sa dulcinée dans un autre état, la coupant de sa famille, de ses amis… Et il faut du temps à la fille amoureuse pour se réveiller et se rendre compte que son beau chevalier au mille promesses était, dès le départ, un enfoiré de première, un pervers narcissique à la main lourde mais qu’elle n’a rien vu. Amy fait partie de ces femmes qui doivent vivre avec un homme violent tout en protégeant ses deux enfants. Le récit est choral, Amy, l’épouse, prendra la parole, mais aussi ses deux enfants, Lidya (13 ans) et Jackson (18 ans) qui, chacun à leur tour, nous raconteront ce qu’ils ont vécu auprès de Gary, ce père violent qui frappe leur mère et qui dénigre son fils, car il est homosexuel. Récit qui s’articulera aussi sur une ligne du temps, passant du présent avec la fuite d’Amy au passé, quand Gary a commencé à être violent et à leur rencontre où le lecteur, s’il est attentif, comprendra qu’aller avec Gary, c’était jouer le mauvais cheval. Je me suis attachée aux personnages, à cette Amy qui un jour a su prendre le taureau par les cornes et s’enfuir, plusieurs fois, puisqu’il y a eu des loupés et que Gary est venu le reprendre tous les trois. Jackson est à la recherche de son identité, il aime son père, il ferait tout pour un regard aimant de lui, quitte à trahir sa mère et sa petite soeur, qui l’adore mais qui a compris que leur père était hautement toxique et dangereux. Les doutes, les peurs, les angoisses que Gary les retrouve, la violence latente ou qui explose, les errances de Jackson, tout ça est bien décrit, c’est profond, travaillé, réaliste. Hélas, il y a des plâtrées de longs paragraphes constitués de descriptions qui rendent le texte très lourd à certains moments et très long à lire. Heureusement que ce n’était pas à chaque chapitre sinon j’aurais jeté l’éponge. Un roman noir qui nous parle de l’Amérique profonde, de celle qui vit dans un mobile-homme, de la précarité du travail, de l’argent qui ne rentre pas, de la violence ordinaire, de l’homosexualité mal vécue à cause du regard des autres et de leurs quolibets, de la prostitution masculine et de l’amour grandiose qui fini dévastateur. Hélas, quelques longueurs dans des descriptions ont rendu le récit lourd. Heureusement qu’il y en avait peu, de langueurs, car le reste du roman est assez fluide et la plume est belle.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Coya Posté le 4 Janvier 2020
    C'est un livre qui se lit assez vite mais il vaut mieux avoir le coeur bien accroché. Les relations dans cette famille sont assez violentes physiquement mais aussi psychologiquement. Chaque chapitre relate le point de vue des personnages principaux (Amy, Jackson et Lydia) en alternant passé et présent, ce qui me perturbait par moments. Nous lisons leur vécu, leurs questionnements, leurs souffrances et espérons à chaque page que leur futur sera meilleur.
  • brinvilliers Posté le 20 Février 2019
    Amy prend la décision de quitter Gary avec ses deux enfants : Lydia et Jackson. Mais Jackson va retrouver son père et lui dit où elles se trouvent. Amy ne dit rien, elle doit subir à nouveau la violence et l'emprise de Gary, et lorsqu'elle décide de retenter une fuite, ce sera sans Jackson, il est majeur et doit maintenant prendre sa vie en main. On suit Jackson qui n'arrive pas à révéler ouvertement son homosexualité, sa mère Amy qui comprend qu'elle savait au fond d'elle qui était vraiment Gary et Lydia a qui son frère manque énormément car il la protégeait. C'est une plongée dans cette Amérique où une majeure partie de la population vit dans la pauvreté et où chacun essaie de se construire avec ses différences. D'une tristesse absolue, ce livre nous livre une pensée sur la famille qui peut nous détruire mais qu'on ne peut oublier.
  • roselineser Posté le 27 Janvier 2019
    Un plaisir, ce premier roman de Megan Kruse ! J'ai beaucoup aimé ! Comme le dit "sonfiljuliesuit" M Kruse évite le pathos et nous plonge dans une histoire familiale et une Amérique bien éloignées du rêve américain... L'auteure nous fait voyager dans cette Amérique profonde et brosse avec beaucoup de réalisme le portrait de cette famille meurtrie par la violence et qui trouvera la force de se relever et d'avoir "de beaux jours à venir" !
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…