RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            De force

            Pocket
            EAN : 9782266272988
            Code sériel : 16852
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 108 x 177 mm
            De force

            Date de parution : 14/09/2017
            Maud Reynier, fille unique d'un chirurgien réputé, est sauvagement attaquée et secourue de justesse par un joggeur. Mais son agresseur n'a qu'une obsession : finir le travail... tandis que le professeur Reynier, défiant la raison, s’obstine à ne pas vouloir prévenir la police.
            La villa du célèbre médecin, où Maud est...
            Maud Reynier, fille unique d'un chirurgien réputé, est sauvagement attaquée et secourue de justesse par un joggeur. Mais son agresseur n'a qu'une obsession : finir le travail... tandis que le professeur Reynier, défiant la raison, s’obstine à ne pas vouloir prévenir la police.
            La villa du célèbre médecin, où Maud est enfermée avec ses proches, devient le décor d’un huis clos inquiétant, et les secrets grondent en sourdine.
            L’ensemble s’accorde, fortissimo, et soudain : quelques fausses notes…
            Le temps de l’impunité est révolu.
            Le temps des souffrances est venu.


            « Vengeance glaçante sur la Côte d'Azur. » Olivier Bureau – Le Parisien
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266272988
            Code sériel : 16852
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.10 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "Un nouveau tour de force"
            A. Demangeat, Télé 7 jours

            "Vengance glaçante sur la Côte d'Azur", Olivier Bureau, Le Parisien

            "Des chapitres courts et intenses, une écriture fluide, l'auteur mène la danse au fil des pages, ne laissant aucun répit aux acteurs de ce huis clos angoissant qui explore les (dé) connexions du cerveau humain avec une précision surprenante."
            Le Progrès

            "La Seynoise vient de publier De force, son dixième roman. L'intrigue - unvrai scénario de film - se déroule à Nice et Grasse. Une belle réussite. Sans doute son meilleur thriller."
            Alain Maestracci, Nice Matin
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • LeSuricate Posté le 9 Janvier 2019
              Une famille qui se déchire, une agression bizarre d’entrée de jeu, un homme payé à protéger une femme (presque) riche, il ne manque plus qu’ « I will always love you » en fond sonore et on se retrouve dans une version moderne du film de 1992 au côté de Kévin Costner. Ça se laisse lire assez facilement et j’ai passé un bon moment, même si l’intrigue est plutôt prévisible.
            • clopiju Posté le 30 Décembre 2018
              Un début très prometteur qui s’essouffle malheureusement au milieu (passages très longs sans nouveautés ni rebondissements).
            • Ptitgateau Posté le 26 Décembre 2018
              Je termine ce roman de Karine Giebel et je me sens encore toute retournée par cette histoire. C’est ma faute, il faut l’avouer, ayant lu auparavant deux romans de l’auteure, je savais à quoi m’attendre concernant la dose d’horreur que je risquais de recevoir en pleine figure… c’est sans doute mon karma de lectrice qui veut cela : j’aime bien les émotions fortes, avoir un peu peur, passer une grande partie de roman à me demander comment les personnages vont s’en sortir… et là je dois dire que j’ai été servie copieusement question frayeur, dégoût, surprises et suspens ! Ou l’on assiste donc à la longue descente aux enfers d’Armand Reynier, professeur et chirurgien réputé, sale bonhomme imbu de sa personne qui croit qu’avec du fric, on peut tout acheter. L’histoire commence après un prologue que l’on n’est pas en mesure de comprendre, avec l’agression de sa fille chérie, Maud, 20 ans, par un homme qui tente de la violer. La mignonne voit sa dernière heure arrivée. Elle est sauvée par Luc, garde du corps de son état. Ce premier chapitre, je l’ai lu en serrant les dents, le corps raidi car témoin d’une scène horrible. Je me... Je termine ce roman de Karine Giebel et je me sens encore toute retournée par cette histoire. C’est ma faute, il faut l’avouer, ayant lu auparavant deux romans de l’auteure, je savais à quoi m’attendre concernant la dose d’horreur que je risquais de recevoir en pleine figure… c’est sans doute mon karma de lectrice qui veut cela : j’aime bien les émotions fortes, avoir un peu peur, passer une grande partie de roman à me demander comment les personnages vont s’en sortir… et là je dois dire que j’ai été servie copieusement question frayeur, dégoût, surprises et suspens ! Ou l’on assiste donc à la longue descente aux enfers d’Armand Reynier, professeur et chirurgien réputé, sale bonhomme imbu de sa personne qui croit qu’avec du fric, on peut tout acheter. L’histoire commence après un prologue que l’on n’est pas en mesure de comprendre, avec l’agression de sa fille chérie, Maud, 20 ans, par un homme qui tente de la violer. La mignonne voit sa dernière heure arrivée. Elle est sauvée par Luc, garde du corps de son état. Ce premier chapitre, je l’ai lu en serrant les dents, le corps raidi car témoin d’une scène horrible. Je me suis même dit que si tout le livre était comme ça, je ne tiendrai pas le coup… et puis le récit s’apaise en ce qui concerne la violence physique, mais pas la violence morale, car l’agression n’est qu’un premier avertissement au professeur Reynier qui sera victime d’un harcèlement d’un bout à l’autre du roman. Le criminel : on ne sait rien de lui au début, puis on découvre petit à petit, à travers l’histoire du père et de sa fille qu’il a des comptes à régler, qu’il a décidé de prendre son temps pour faire souffrir de toutes les façons possibles. Et là, le lecteur ne peut plus lâcher le livre, il se réveille en pleine nuit en s’interdisant d’y retourner. Madame Giebel possède donc toujours autant de talent, sachant manipuler les ingrédients de la peur qui s’immisce progressivement chez les héros comme chez le lecteur. J’ai bien écrit les héros car dans cette histoire, il m’a semblé que chacun était un personnage principal, chacun reçoit sa dose de violence et se montre capable d’actes ou de paroles répréhensibles à l’intention des uns ou des autres, chacun est à certains moment la cible, le centre d’intérêt ou l’objet de profondes réflexions. Puis vient la suspicion : comment le harceleur connaît-il si bien cette famille ? serait-ce une personne résidant dans la villa du professeur ? qui le renseigne ? autant de questions qui demeurent sans réponse jusqu’à la fin et qui font de ce roman un fameux page-turner. J’ai eu bien des difficultés à trouver un autre thriller digne de ce nom après cette lecture, peur de m’ennuyer dans un autre qui serait forcément plus fade. Pas deux Giebel à suivre quand même ! d’abord parce que mes nerfs auraient peut-être du mal à le supporter, ou bien parce que je deviendrais complètement addicte et ne parviendrais plus à lire autre chose, et parce que je me réserve le plaisir de lire d’autres romans de cette auteure en les éparpillant dans le temps pour plus de plaisir. C’est très curieux ces sentiments contradictoires : effrayée mais attirée, cela résume bien ma situation émotionnelle face aux écrit de Karine Giebel. Je ne peux pas écrire « à lire absolument » car ce genre de littérature doit rester le choix de celui qui décide de s’y plonger. Je dirai plutôt lisez le si vous aimez les sensations fortes et ressentir de la peur en lisant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • lau2810 Posté le 27 Octobre 2018
              Et voilà ce que j'appelle une histoire addictive, quand on commence, on a qu'une envie c'est savoir. Savoir ce qui va arriver à tous ces personnages, les bons comme les méchants.Et on arrive à la fin, et là on découvre comment Karine Giebel a décidé de les manger. Et je m'attendais à beaucoup de chose sauf à ce dénouement. Moi, j'adore, et je le recommande vivement.
            • Charlotte0301 Posté le 26 Octobre 2018
              Je n'ai pas pu lâcher ce thriller avant d'avoir fini.... Quel suspens, quel talent dans la manière de semer le doute, petit à petit, de faire monter la pression pour une fin époustouflante! J'ai pourtant lu "meurtres pour rédemption", mais je crois que je préfère "de force". La tension monte au fil des pages, nous découvrons les personnages au fur et à mesure dans tout ce qu'ils ont de plus sombre... En un mot, c'est un coup de coeur, j'ai adoré!
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.