RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            De force

            Pocket
            EAN : 9782266272988
            Code sériel : 16852
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 108 x 177 mm
            De force

            Date de parution : 14/09/2017
            Maud Reynier, fille unique d'un chirurgien réputé, est sauvagement attaquée et secourue de justesse par un joggeur. Mais son agresseur n'a qu'une obsession : finir le travail... tandis que le professeur Reynier, défiant la raison, s’obstine à ne pas vouloir prévenir la police.
            La villa du célèbre médecin, où Maud est...
            Maud Reynier, fille unique d'un chirurgien réputé, est sauvagement attaquée et secourue de justesse par un joggeur. Mais son agresseur n'a qu'une obsession : finir le travail... tandis que le professeur Reynier, défiant la raison, s’obstine à ne pas vouloir prévenir la police.
            La villa du célèbre médecin, où Maud est enfermée avec ses proches, devient le décor d’un huis clos inquiétant, et les secrets grondent en sourdine.
            L’ensemble s’accorde, fortissimo, et soudain : quelques fausses notes…
            Le temps de l’impunité est révolu.
            Le temps des souffrances est venu.


            « Vengeance glaçante sur la Côte d'Azur. » Olivier Bureau – Le Parisien
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266272988
            Code sériel : 16852
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.10 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "Un nouveau tour de force"
            A. Demangeat, Télé 7 jours

            "Vengance glaçante sur la Côte d'Azur", Olivier Bureau, Le Parisien

            "Des chapitres courts et intenses, une écriture fluide, l'auteur mène la danse au fil des pages, ne laissant aucun répit aux acteurs de ce huis clos angoissant qui explore les (dé) connexions du cerveau humain avec une précision surprenante."
            Le Progrès

            "La Seynoise vient de publier De force, son dixième roman. L'intrigue - unvrai scénario de film - se déroule à Nice et Grasse. Une belle réussite. Sans doute son meilleur thriller."
            Alain Maestracci, Nice Matin
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • merryfantasy Posté le 11 Mai 2019
              C’est encore avec un énorme plaisir que j’ai pu découvrir le nouveau titre d’une de mes auteures chouchou : Karine Giebel. Ce roman, je n’en savais rien. J’ai vu passer le titre sur les réseaux sociaux et chez l’éditeur, mais je n’ai pas lu le résumé, car je savais que j’allais le lire, d’une part, et que j’allais aimer, d’autre part. C’était forcé. Et ça n’a pas raté. Encore une fois, dès les premières pages, je me suis retrouvée embarquée dans cette nouvelle histoire. Les nerfs à fleur de peau immédiatement, l’hypertension en exergue et une arythmie à me provoquer une crise cardiaque, comme toujours. Pourtant, cela commence salement. Une tentative de viol, un sauveur inespéré. De quoi nous faire faire des cauchemars, car l’auteure n’y va pas de main morte. Mais j’aime ce rythme particulier qu’impose l’auteure. Elle nous fait tourner les pages à une vitesse phénoménale, car on veut savoir ce qui va se passer. On veut aussi être sûr d’avoir bien compris ce qu’on a compris. Je ne vais pas mentir, cette fois, j’ai vu venir la conclusion à des kilomètres. J’avais compris environ 80 % de ce qui allait se passer à la fin à peu près au... C’est encore avec un énorme plaisir que j’ai pu découvrir le nouveau titre d’une de mes auteures chouchou : Karine Giebel. Ce roman, je n’en savais rien. J’ai vu passer le titre sur les réseaux sociaux et chez l’éditeur, mais je n’ai pas lu le résumé, car je savais que j’allais le lire, d’une part, et que j’allais aimer, d’autre part. C’était forcé. Et ça n’a pas raté. Encore une fois, dès les premières pages, je me suis retrouvée embarquée dans cette nouvelle histoire. Les nerfs à fleur de peau immédiatement, l’hypertension en exergue et une arythmie à me provoquer une crise cardiaque, comme toujours. Pourtant, cela commence salement. Une tentative de viol, un sauveur inespéré. De quoi nous faire faire des cauchemars, car l’auteure n’y va pas de main morte. Mais j’aime ce rythme particulier qu’impose l’auteure. Elle nous fait tourner les pages à une vitesse phénoménale, car on veut savoir ce qui va se passer. On veut aussi être sûr d’avoir bien compris ce qu’on a compris. Je ne vais pas mentir, cette fois, j’ai vu venir la conclusion à des kilomètres. J’avais compris environ 80 % de ce qui allait se passer à la fin à peu près au quart du livre. Mais je n’en suis pas triste, car cela fait partie du jeu, et parfois c’est agréable de se dire que l’on a saisi ce qui peut se passer dans les méandres du cerveau d’un auteur qu’on aime. Et puis, en plus, je n’avais pas tout compris non plus. Donc j’ai quand même eu une ou deux surprises. Le style de l’auteure est quant à lui toujours aussi agréable. Simple, rapide, des phrases courtes, qui vont toujours droit au but. Ce style est tout simplement percutant, ne peut pas laisser indifférent, et nous permet de vraiment rentrer dans l’histoire. De manière presque violente, dirais-je. D’ailleurs, je n’arrive toujours pas à comprendre comment, à partir d’un tel style direct, l’auteure peut créer autant de lignes, de pages, de chapitres. L’histoire enfin, car il faut bien en parler un peu : du Giebel. Un peu différent car moins centré sur l’horreur, plus sur la psychologie, et cela m’a beaucoup plu également. Je n’ai pas trouvé de fausses notes, mais j’aurais aimé, parfois, avoir plus de suspense. Des indices ont été disséminés rapidement et, hélas, j’ai su tous les apercevoir. C’est tellement dommage, mais je pense que c’était volontaire, car certains passages étaient vraiment très gros. En bref, encore un super moment avec une auteur qui est pour moi une valeur sûre dans le monde du thriller. J’espère pouvoir découvrir prochainement un autre de ses romans, car je ne me lasse pas de ses écrits !
              Lire la suite
              En lire moins
            • nmionnet Posté le 21 Avril 2019
              Je découvre cette autrice par le biais de ce roman. Cette lecture n'est pas franchement un coup de coeur. Je l'ai apprécié mais j'ai trouvé le rythme assez lent et un dénouement un tout petit peu attendu et sans surprise.
            • maeva1978 Posté le 2 Avril 2019
              J'ai beaucoup entendu parler de cet auteur, et je me suis lancée dans cette première histoire pour moi, et je n'ai pas été déçue. En effet,Karine GIEBEL maitrise à la perfection le suspens du début jusqu'à la fin et j'ai vraiment été sous le charme. J'ai énormément douté sur le coupable, elle a semé quelques détails à gauche, à droite qui m'a mis un peu dans le flou mais elle savait très bien mener "sa barque". Un suspens magistral. Je vais continuer sur ma lancée et lire d'autre de ses œuvres.
            • Pasunmotdeplus Posté le 29 Mars 2019
              Attention, Karine Giebel est en passe de supplanter plusieurs autres auteurs dans ma liste de chouchous. C'est le second livre que je parcours et j'en retire le même plaisir malsain, les mêmes craintes, les mêmes "chocs" de fin de lecture. Étrangement, j'ai eu une impression familière à la description des personnages, des situations dans De force. Quelques similitudes avec Juste une Ombre. En même temps, Karine Giebel ne peut faire que du Karine Giebel, c'est évident. En fait, je me demande si cette auteure n'a pas un petit problème à régler avec les gens hautains et malades du contrôle de l'image... Je m'en vais investiguer un peu plus loin en me lançant incessamment dans un autre de ses écrits. Avec De Force, "petite" histoire de vengeance, elle nous entraîne sur la Côte d'Azur où il ne fait pas bon vivre, un compte en banque bien rempli, quand on n'a pas la conscience tranquille et le cœur pur. Elle tisse une jolie toile bien collante de personnages dont on se dépêtre difficilement pour mieux se coller à d'autres, tout aussi louches. Karine n'épargne toutefois personne et même ses protagonistes sont susceptibles de disparaître dans d'atroces souffrances. J'ai beaucoup aimé cette histoire qui m'a arraché quelques larmes et me... Attention, Karine Giebel est en passe de supplanter plusieurs autres auteurs dans ma liste de chouchous. C'est le second livre que je parcours et j'en retire le même plaisir malsain, les mêmes craintes, les mêmes "chocs" de fin de lecture. Étrangement, j'ai eu une impression familière à la description des personnages, des situations dans De force. Quelques similitudes avec Juste une Ombre. En même temps, Karine Giebel ne peut faire que du Karine Giebel, c'est évident. En fait, je me demande si cette auteure n'a pas un petit problème à régler avec les gens hautains et malades du contrôle de l'image... Je m'en vais investiguer un peu plus loin en me lançant incessamment dans un autre de ses écrits. Avec De Force, "petite" histoire de vengeance, elle nous entraîne sur la Côte d'Azur où il ne fait pas bon vivre, un compte en banque bien rempli, quand on n'a pas la conscience tranquille et le cœur pur. Elle tisse une jolie toile bien collante de personnages dont on se dépêtre difficilement pour mieux se coller à d'autres, tout aussi louches. Karine n'épargne toutefois personne et même ses protagonistes sont susceptibles de disparaître dans d'atroces souffrances. J'ai beaucoup aimé cette histoire qui m'a arraché quelques larmes et me réjouis de parcourir prochainement un autre roman tourmenté de cette auteure.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Naissou46_books Posté le 18 Mars 2019
              Karine Giebel et une auteure que j'apprécie énormément. Adorant sa plume et ses intrigues, je me suis dirigée vers De force confiante. Le résumé ma d'ailleurs mis en appétit. Dans ce récit, tous les ingrédients sont là. Pourtant, je l'ai trouvé un peu en dessous par rapport à ses autres romans. Bien que la fin à rattrapé un peu la chose, à un moment donné, le récit m'a paru long, moins percutant et mon intérêt a un peu diminué. Malgré ce passage, je considère tout de même De force comme un bon thriller. Je suis d'ailleurs un peu triste, De force était le dernier livre de Karine Giebel qui me restait à découvrir. Si vous connaissez des auteurs au style similaire à Karine Giebel, je suis preneuse. Ce qui m'attire c'est le côté sombre et la fin qu'on ne peut considérer comme un happy end.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.