Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264062772
Code sériel : 4654
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

De là on voit la mer

Collection : Domaine Français
Date de parution : 02/01/2014

Sur les hauteurs de Toscane, Louise se voue tout entière à l’écriture de son roman. Un exil volontaire qu’elle savoure loin de Paris et du mari qui l’attend, émancipée du monde. Quand Luca, un jeune homme au charme insolent, réveille son désir, elle s’abandonne à la joie d’une liberté sans...

Sur les hauteurs de Toscane, Louise se voue tout entière à l’écriture de son roman. Un exil volontaire qu’elle savoure loin de Paris et du mari qui l’attend, émancipée du monde. Quand Luca, un jeune homme au charme insolent, réveille son désir, elle s’abandonne à la joie d’une liberté sans concession. Jusqu’à ce qu’un grave accident la rappelle au chevet de son mari…

« Philippe Besson ausculte avec une immense finesse les souffrances, les jalousies, les fêlures, les non-dits, ces moments où s’enchaînent les circonstances, où s’emballent les machines. Il superpose la vie et l’écriture comme on compare deux façons de mentir. C’est osé, terrifiant et brutal. » François Busnel, L’Express

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264062772
Code sériel : 4654
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • celine17 Posté le 13 Mars 2020
    Philippe Besson décrypte avec une plume incroyablement incisive la relation de couple. C'est un enchaînement brutal auquel se prête Louise le principal personnage : écrivaine, elle se réfugie en Italie pour écrire, laissant son mari à Paris, puisqu'il accepte sans broncher cet éloignement. À Livourne, dans la douceur du climat toscan, elle va trouver plus que des mots : il y a là le jeune Luca qui va faire oublier à la femme ses années et sans jamais rien lui demander en retour. Finalement tout se passe si simplement, comme si tout cela était une évidence… Les choses adviennent. Mais bientôt il lui faudra retourner à Paris, peut-être pour répondre au dernier appel sourd de son mari : il vient d'avoir un accident. On est sur le fil, que va-t-il se passer ? L'égoïsme de l'un, le dépit de l'autre, la nonchalance de l'un, le désir de l'autre. Il y a dans les non-dits de ces scènes une force incroyable, c'est une véritable joute mentale qui s'annonce. C'est à la fois beau et glaçant.
  • VincenzoMontella1986 Posté le 16 Janvier 2020
    Encore bonne pioche avec ce court roman, dont pourtant j'avais lu des critiques pas très flatteuses. Et bien, pour ma part, les deux fils narratifs, de l'adultère et de l'écriture, sur fond de liberté et d'émancipation, m'ont incitée à la réflexion et j'aime qu'il en soit ainsi. Etonnée par exemple avec la comparaison que fait Louise de l'écrivain avec un menteur ; ça m'a tenue un moment en gamberge !! Mais totalement d'accord sur le fait que la liberté exige des choix et parfois même des sacrifices, plus ou moins pesants selon l'objectif de vie que l'on se donne. Pour ce qui est de l'écriture, no problemo, j'adore ! notamment les dialogues qui n'en sont pas vraiment entre Louise et François, son mari, et qui permettent à l'auteur de nous livrer les dilemnes auxquels sont soumis les personnages, leurs pensées, raisonnements. Il y a une réelle efficacité dans la plume de Philippe Besson. C'est ciselé, ramassé, bien senti et ça fait mouche. Un auteur que je découvre, mais dont je vais fouiller la bibliographie, sans aucun doute.
  • massena Posté le 20 Septembre 2019
    j'avais hâte de lire Philippe Besson... Roman simple, plutôt une nouvelle sur cette femme écrivain, femme impersonnelle, aucune description physique. L'histoire en 3 actes n'est pas recherchée, le 2ème acte est ennuyant. J'aime quand même l'atmosphère du bord de mère et cet italien insouciant. Mais je suis las du style tout simple, je m'attendais à plus de pétillant et de verve
  • CindyArt Posté le 11 Septembre 2019
    Une histoire d'amour, une histoire d'adultère. @philippebessonauteur fait dans le chapitre court mais puissant, le style est percutant, les mots sont justes, il écrit la réalité des sentiments, de ce que l'on pourrait penser, ressentir... Le livre se lit vite, on peut être énervé par l'égoïsme de Louise, décontenancé par l'amour inconditionnel que lui voue son mari François, mais le style didactique est tel que je me suis laissé porté par la description des paysages de l'Italie, et je voulais absolument savoir qui des 3 allaient céder, qui des 3 allaient réussir à prendre LA décision finale. Et d'ailleurs quelle fin !!!! Ce livre m'a fait pensé à une citation du film l'étudiante avec Sophie Marceau : "Y'a t-il quelqu'un parmi vous qui aime assez l'Être qu'il dit aimer pour préférer son bonheur au sien ? Pour le laisser vivre à son rythme, pour pleurer de ses déceptions, rire de ses joies ?" Car c'est bien de cela que parle l'auteur, s'oublier par amour, mais aussi être capable d'oublier.
  • MaggyM Posté le 9 Septembre 2019
    Louise est un écrivain à succès. Réfugiée dans une villa de Livourne, en Toscane, elle a laissé François, son mari, à Paris. C'est que si elle devait choisir, Laura privilégierait l'écriture à son couple... et François accepte, ne voulant pas risquer de la perdre. Dans cet automne qui s'installe doucement sur la côte, Laura rencontre Luca, beaucoup plus jeune qu'elle. Elle (re)découvre en elle un femme passionnée, qui peut parfois lâcher prise. A Paris, François, victime d'un grave accident, a besoin de sa femme à ses côtés. Laura saura-t-elle faire un choix? Philippe Besson décortique avec une certaine langueur la vie d'un couple somme toute banal; un couple sur lequel le temps a passé, un couple usé, empreint d'habitudes, de non-dits, de lassitude. Et il nous livre son analyse en décrivant par le menu les sentiments éprouvés par son héroïne, une quadragénaire quelque peu égoïste, qui vit à cheval entre la réalité, ses mensonges, à elle et aux autres, et les romans qu'elle écrit. Le lecteur garde constamment une vue d'ensemble, des personnages, du décor, de l'ambiance... Il sent la langueur de l'automne s'installer, il voit le soleil décliner sur Livourne, il entend les pêcheurs s'interpeller sur le port, il scrute la... Louise est un écrivain à succès. Réfugiée dans une villa de Livourne, en Toscane, elle a laissé François, son mari, à Paris. C'est que si elle devait choisir, Laura privilégierait l'écriture à son couple... et François accepte, ne voulant pas risquer de la perdre. Dans cet automne qui s'installe doucement sur la côte, Laura rencontre Luca, beaucoup plus jeune qu'elle. Elle (re)découvre en elle un femme passionnée, qui peut parfois lâcher prise. A Paris, François, victime d'un grave accident, a besoin de sa femme à ses côtés. Laura saura-t-elle faire un choix? Philippe Besson décortique avec une certaine langueur la vie d'un couple somme toute banal; un couple sur lequel le temps a passé, un couple usé, empreint d'habitudes, de non-dits, de lassitude. Et il nous livre son analyse en décrivant par le menu les sentiments éprouvés par son héroïne, une quadragénaire quelque peu égoïste, qui vit à cheval entre la réalité, ses mensonges, à elle et aux autres, et les romans qu'elle écrit. Le lecteur garde constamment une vue d'ensemble, des personnages, du décor, de l'ambiance... Il sent la langueur de l'automne s'installer, il voit le soleil décliner sur Livourne, il entend les pêcheurs s'interpeller sur le port, il scrute la rencontre entre Laura et Luca, il s'interroge sur le bien-fondé des (non-)décisions de François,... De là, on voit la mer est composé de phrases très dynamiques et de chapitres très courts. En utilisant l'accumulation, cette figure de style qui permet l'amplification du propos, Philippe Besson a fait le choix de diffuser les dialogues avec beaucoup de parcimonie. C'est cette technique d'écriture qui donne tout son charme au roman; un roman que j'aurais bien voulu lire un soir d'automne, sur une terrasse, assise dans un rocking chair, sous un plaid, une tasse de thé à la main.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…