Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266286596
Code sériel : 17283
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm

Dérivations

Carine BRUY (Traducteur)
Date de parution : 14/06/2018
16 h 06, gare centrale de Stockholm. Alors que William Sandberg, ex-cryptologue pour la Défense, fait les cent pas le long des quais, les ténèbres s’abattent sur la ville. C’est le blackout. Bientôt une série d’attaques électroniques s’emparent des réseaux. Sandberg est menotté sans ménagement par ses anciens collègues :... 16 h 06, gare centrale de Stockholm. Alors que William Sandberg, ex-cryptologue pour la Défense, fait les cent pas le long des quais, les ténèbres s’abattent sur la ville. C’est le blackout. Bientôt une série d’attaques électroniques s’emparent des réseaux. Sandberg est menotté sans ménagement par ses anciens collègues : ils tiennent leur coupable. En effet tout l’accuse : un cyberspécialiste brillant, viré, amer, meurtri par la disparition de sa fille toxicomane… Pour Sandberg, il ne s’agit plus seulement de se disculper, mais d’éviter que le monde s’écroule…

« Un sens du suspense et du rythme magistral. Olsson a le talent d'un Michael Crichton pour écrire des page-turners. » The Sun

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266286596
Code sériel : 17283
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un sens du suspense et du rythme magistral. Olsson a le talent d’un Michael Crichton pour écrire des page-turners. » The Sun

« Un blockbuster haut en couleur au style cinématographique. » The Independent

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • RocketBabyDolls Posté le 29 Octobre 2020
    Un roman d'anticipation somme toute limitée car il se passe dans un contexte contemporain "normal". Pas de cataclysme, pas de monde post-apocalyptique. Il est, à mon sens, plutôt un thriller classique, avec une bonne partie consacrée à l'espionnage. Il est bien mené et malgré quelques petites longueurs vers la fin du roman, le rythme dynamique permet de garder le fil facilement et de ne pas décrocher. Malgré certaines facilités, les personnages ne sont pas caricaturaux et sont attachants pour la plupart. L'écriture est fluide et accrocheuse, une agréable lecture, je lirai le second opus, paru avant, avec plaisir.
  • Bill Posté le 19 Juin 2018
    3 décembre, 16:00, gare centrale de Stockholm, William Sandberg a rendez-vous avec un inconnu qui lui a adressé une invitation électronique. 16:06, alors qu’il décide de quitter les lieux bredouille, une coupure générale d’électricité frappe Stockholm et William, supposé responsable, est pris en chasse par d’ex - collègues du Ministère de La Défense. S’ensuivent des aventures rocambolesques au travers de la Suède et de la Pologne, le recours à des techniques anciennes presqu’oubliées qui pallient les déficiences de celles qui les ont remplacées... Un roman palpitant qui pointe d’un doigt notre dépendance à tant d’automatismes qui nous simplifient la vie, pour autant qu’ils fonctionnent correctement ...
  • Stewartjef Posté le 9 Avril 2018
    Je pensais bien avoir entre les mains la suite de Séquences. Selon les dates de publication, j'avais raison. Et bien non ! On se retrouve environ 1 an avant les événements de la suite. J'aurais bien aimé lire une suite, pour imaginer comment on peut survivre à une pandémie « planétaire », mais bon. Là où j'accroche, c'est que si ça se passe avant, avec les mêmes personnages, il n'y a aucune crainte à avoir. D'où le manque. Olsson aurait dû écrire avec de nouveaux personnages. Mais qui suis-je pour dicter ce que doit écrire un auteur? Je suggère donc fortement à toutes et à tous de lire « Dérivations », avant d'attaquer « Séquence ». Vous aurez une meilleure expérience.
  • fifloche Posté le 14 Février 2018
    Je viens de terminer ces Dérivations, et tout ce que j’aurai à dire est : WAOUH ! Pour une fois, je suis d’accord avec le 4 de couv : c’est du blockbuster hollywoodien, avec héros sexagénaire entrainé malgré lui dans une intrigue de malade, où il devra, en quelques jours, tenter de sauver le monde et ce, bien sûr, sans quasi boire, ni manger, ni dormir et avec à ses trousses un ennemi sans visage déterminé à l’éliminer ! Je n’ai pas décroché une seconde de ces 800 p., même si parfois l’action est vraiment too much, tellement je voulais connaitre le fin mot de l’histoire, et c’est en ça que réside la force de ce roman : on y entre de plain-pied et on est entrainé dans le sillage des personnages principaux sans en comprendre plus qu’eux, et on progresse au fil des pages, sans savoir où on va, encore moins si on va y arriver, et si, finalement, la fin du monde ne serait pas pour dimanche (clin d’œil au gars Morel !). J’ai adoré cette construction, et cette façon de dérouler l’histoire, sans temps morts ni longueurs. Adoré aussi les quelques interrogations sur notre monde... Je viens de terminer ces Dérivations, et tout ce que j’aurai à dire est : WAOUH ! Pour une fois, je suis d’accord avec le 4 de couv : c’est du blockbuster hollywoodien, avec héros sexagénaire entrainé malgré lui dans une intrigue de malade, où il devra, en quelques jours, tenter de sauver le monde et ce, bien sûr, sans quasi boire, ni manger, ni dormir et avec à ses trousses un ennemi sans visage déterminé à l’éliminer ! Je n’ai pas décroché une seconde de ces 800 p., même si parfois l’action est vraiment too much, tellement je voulais connaitre le fin mot de l’histoire, et c’est en ça que réside la force de ce roman : on y entre de plain-pied et on est entrainé dans le sillage des personnages principaux sans en comprendre plus qu’eux, et on progresse au fil des pages, sans savoir où on va, encore moins si on va y arriver, et si, finalement, la fin du monde ne serait pas pour dimanche (clin d’œil au gars Morel !). J’ai adoré cette construction, et cette façon de dérouler l’histoire, sans temps morts ni longueurs. Adoré aussi les quelques interrogations sur notre monde hyper-connecté qui percent sous l’action. Une très grosse bonne surprise que je vous recommande sans restriction !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lousine Posté le 26 Octobre 2017
    La théorie du complot Il s’agit du 2e roman de Fredrik T Olsson. Le premier est en cours d’adaptation cinématographique. Nous sommes en présence d’un auteur nordique, un genre très à la mode en ce moment. L’auteur, dans son pavé de 500 pages environ, nous présente un polar avec pour toile de fond, une théorie du complot. Le prologue met en place l’histoire puis le roman est composé de différentes parties correspondant chacune à une date. Le protagoniste, William Sandberg, est un ancien cryptologue de la police suédoise ayant démissionné peu de temps auparavant. Il doit faire face à un black-out survenu en Suède mais également à d’autres endroits de la planète. William (nom de code AMBERLANGS) est arrêté lors d’un rendez-vous secret, avec « ROSETTA », car la police suédoise et les services secrets britanniques le croient coupable de terrorisme (il aurait provoqué la coupure totale : électrique, de réseau…). Commence alors une aventure au rythme lent puis ce rythme s’accélère au cours des péripéties et rebondissements pour nous tenir en haleine et nous faire accélérer notre lecture afin d’arriver au dénouement le plus vite possible.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.