En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Derrière les panneaux, il y a des hommes

        Pocket
        EAN : 9782266263641
        Code sériel : 16463
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 108 x 177 mm
        Derrière les panneaux, il y a des hommes

        Date de parution : 09/02/2017
        Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l’autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois.
        Il observe, il surveille, il est patient.
        Parmi tous ceux qu’il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s’agite dans un monde clos, quelqu’un sait, forcément.
        Week-end...
        Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l’autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois.
        Il observe, il surveille, il est patient.
        Parmi tous ceux qu’il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s’agite dans un monde clos, quelqu’un sait, forcément.
        Week-end du 15 août, caniculaire, les vacanciers se pressent, s’agacent, se disputent. Sous l’asphalte, lisse et rassurant, la terre est chaude, comme les désirs des hommes.
        Soudain ça recommence, les sirènes, les uniformes.
        L’urgence.
        Pierre n’a jamais été aussi proche de celui qu’il cherche.

        « C’est du beau roman noir, du très très noir, du très grand noir. » Alexandra Schwartzbrod – Libération

        Cet ouvrage a reçu le Grand Prix de littérature policière 2015
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266263641
        Code sériel : 16463
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • BarbaraJeanne Posté le 31 Juillet 2018
          Derrière les panneaux il y a des hommes... Il y a des femmes... Il y a des enfants... Il y a des pervers, des drames, des pères et des mères à jamais démolis... L' Autoroute de Joseph Incardona est le microcosme d'une société décadente, faune de la misère sociale, théâtre de la déchéance humaine, de la désillusion . Sur l'autoroute de Joseph Incardona, ce n'est pas la canicule qui vous étouffe, c'est le désespoir. Un roman noir, cru et violent mais quelle lecture ! Au-delà du drame, il y a toutes ces petites phrases qui vous percutent comme celle ci : "Pierre referme la portière de sa Renault à lui. Le temps passe, les modèles aussi. À la fin, les modèles dans les musées et les corps pourrissant sous la terre. Plus tard encore : les modèles dans les musées et les ossements réduits en poussière. Morale ? Aucune. Simple constat(...) J'insiste : morale ? La mécanique mieux choyée que les corps. Eh bien voilà, quand on veut." Tout ce que j'aime dans un roman, au delà de l'histoire, il y la force des mots pour traduire les maux qui nous habitent. Énorme coup de coeur.
        • Valcourt Posté le 17 Juillet 2018
          No future!
        • ValerieLacaille Posté le 9 Juillet 2018
          Ce roman noir à la couverture bleue (pour l'édition originale) est vraiment déconcertant, et cela, pour plusieurs raisons. La première en est le style de l'auteur, qui passe du registre familier (voire vulgaire) au langage scientifique en un tour de plume. Le rythme est rapide, percutant. On n'est pas chez Proust mais plutôt chez Prost (désolée…): on roule sur une autoroute, souvent à plus de 130km/h pour échapper aux patrons, aux flics, et à ses propres démons. La seconde réside dans les particularités des personnages: - Pierre, le papa qui cherche celui qui a enlevé sa fille six mois avant l'enquête en cours, qui vit depuis sur les aires d'autoroute; - Sa femme, Ingrid, devenue nymphomane; - Julie Martinez, la gendarmette qui se laisse dépasser par ses pulsions; - Lola, la péripatéticienne transgenre; - Pascal, le cuisto sourd; - Gérard, le patron libidineux des restoroutes… Et quelques autres… Joseph Incardona place le lecteur dans une jungle humaine improbable et qui pourtant révèle parfaitement la monstruosité du genre humain. Sur fond de disparition d'enfants, c'est la noirceur de l'âme qui est exploitée ici; la frontière qui sépare le Bien du Mal étant aussi mince que le grillage qui sépare l'autoroute du reste du monde.
        • Coyotl Posté le 24 Juin 2018
          Aucun Incardona ne se ressemble, c'est selon moi une grande qualité chez un auteur. Celui ci est definitivement poisseux, brutal et mortifére ... L'écriture nerveuse parfois hallucinée est au service de l'atmosphere, du recit et des personnages, qui sombrent tous à leur façon dans la bande d'arret d'urgence.... Un authentique roman noir ....
        • Pixis Posté le 24 Février 2018
          Ce livre a obtenu le grand prix de littérature policière 2015. Et il le mérite ! Comme le dit A. Swchartzbrod dans le journal Libération : "C'est du beau roman noir, du très noir, du très grand noir" Bref, c'est un roman très dur car l'histoire est tragique, mais il est à lire !

        Ils en parlent

        « Ce roman haletant, ambitieux, au style nerveux, incantatoire, est une peinture sans concession d’un microcosme où «la tragédie est plus fréquente que le bonheur». » Emmanuel Romer, La Croix

        « A la fois roman noir et tragédie contemporaine. […] L’écriture poétique, le rythme sans cesse en mouvement ajoutent encore de la puissance à cette œuvre sombre. » Christine Ferniot, Télérama

        « C’est du beau roman noir, du très très noir, du très grand noir. » Alexandra Schwartzbrod, Libération

        « Du grand roman noir, de la tragédie poétique. » Pop Fiction (France Inter)

        « L’écriture de J. Incardona est tranchante et rapide, elle a le don de faire surgir des images, des odeurs, un malaise palpable. On pense à certains romans de Michel Houellebecq. » Anne Pitteloud, Le Courrier

        « Une œuvre brulante. » Michel Abescat, Le Cercle Polar

        « Du grand roman noir. » La Liberté
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com