En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Derrière les panneaux, il y a des hommes

            Pocket
            EAN : 9782266263641
            Code sériel : 16463
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 108 x 177 mm
            Derrière les panneaux, il y a des hommes

            Date de parution : 09/02/2017
            Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l’autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois.
            Il observe, il surveille, il est patient.
            Parmi tous ceux qu’il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s’agite dans un monde clos, quelqu’un sait, forcément.
            Week-end...
            Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l’autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois.
            Il observe, il surveille, il est patient.
            Parmi tous ceux qu’il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s’agite dans un monde clos, quelqu’un sait, forcément.
            Week-end du 15 août, caniculaire, les vacanciers se pressent, s’agacent, se disputent. Sous l’asphalte, lisse et rassurant, la terre est chaude, comme les désirs des hommes.
            Soudain ça recommence, les sirènes, les uniformes.
            L’urgence.
            Pierre n’a jamais été aussi proche de celui qu’il cherche.

            « C’est du beau roman noir, du très très noir, du très grand noir. » Alexandra Schwartzbrod – Libération

            Cet ouvrage a reçu le Grand Prix de littérature policière 2015
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266263641
            Code sériel : 16463
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • druspike Posté le 17 Novembre 2018
              Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092/ Insta: https://www.instagram.com/druspike/ Je ne me souviens plus vraiment pourquoi j'ai acheté ce livre, j'ai dû le voir passer sur quelques groupes de lecture avec des bons retours, et le titre est intriguant du coup le jour où je l'ai croisé dans ma librairie je l'ai acheté … Je ne lis jamais les 4ème de couv donc je ne sais jamais dans quoi je m'embarque, j'aime cette surprise de la découverte ! De quoi ça parle ? « Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l'autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois. Il observe, il surveille, il est patient. Parmi tous ceux qu'il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s'agite dans un monde clos, quelqu'un sait, forcément. Week-end du 15 août, caniculaire, les vacanciers se pressent, s'agacent, se disputent. Sous l'asphalte, lisse et rassurant, la terre est chaude, comme les désirs des hommes. Soudain ça recommence, les sirènes, les uniformes. L'urgence. Pierre n'a jamais été aussi proche de celui qu'il cherche. » Bon cette chronique va être très difficile à faire …. En vrai je ne sais pas vraiment ce que j'ai pensé de ce livre ! C'est une sensation que je n'aime pas du tout, autant dire que je... Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092/ Insta: https://www.instagram.com/druspike/ Je ne me souviens plus vraiment pourquoi j'ai acheté ce livre, j'ai dû le voir passer sur quelques groupes de lecture avec des bons retours, et le titre est intriguant du coup le jour où je l'ai croisé dans ma librairie je l'ai acheté … Je ne lis jamais les 4ème de couv donc je ne sais jamais dans quoi je m'embarque, j'aime cette surprise de la découverte ! De quoi ça parle ? « Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l'autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois. Il observe, il surveille, il est patient. Parmi tous ceux qu'il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s'agite dans un monde clos, quelqu'un sait, forcément. Week-end du 15 août, caniculaire, les vacanciers se pressent, s'agacent, se disputent. Sous l'asphalte, lisse et rassurant, la terre est chaude, comme les désirs des hommes. Soudain ça recommence, les sirènes, les uniformes. L'urgence. Pierre n'a jamais été aussi proche de celui qu'il cherche. » Bon cette chronique va être très difficile à faire …. En vrai je ne sais pas vraiment ce que j'ai pensé de ce livre ! C'est une sensation que je n'aime pas du tout, autant dire que je n'ai pas aimé c'est absolument pas un soucis pour moi mais là je m'interroge ! Alors on est ici dans un espèce de « huis clos », le terme n'est pas tout à fait juste mais je réfléchis depuis 30 minutes et rien d'autre ne me vient ! En gros on est essentiellement sur l'autoroute. On suit plusieurs personnes, Pierre qui vit sur l'autoroute à la recherche de quelqu'un, Pascal le cuisto du resto route, Gerard le directeur des airs d'autoroutes, Julie et Thierry les flics, Bernard, des prostitués … On change de personnage suivant les chapitres. Pour commencer j'ai trouvé les personnages insipides, je n'ai eu aucune accroche avec aucun d'eux ! Il y a beaucoup de scènes de sexe complètement inutiles … À un moment ça nous dis qu'un gars va se tripoter pendant qu'il répond au tel . OK et donc ? Est ce que l'info apporte quelque chose à l'histoire ? Au lecteur ? NON RIEN ! Il y a des trucs que j'ai vraiment pas compris, peut être que je suis passée à côté de quelque chose mais notamment sur le personnage d'Ingrid et « son besoin » (je reste vague pour ne pas spoiler) ça reste pour moi WTF et sans rapport à l'histoire ! Si non j'ai trouvé l'écriture de Joseph Incardona originale. le fait que ça se passe sur l'autoroute c'est quelque chose que je n'avais jamais lu et ça change complètement les habitudes ! La fin ne rattrape rien, c'est un roman noir, très noir, glauque que je vais vite oublier ! Note 6/10
              Lire la suite
              En lire moins
            • Anne50 Posté le 15 Novembre 2018
              Un livre coup de poing, choquant debout en bout, volontairement. Par son thème (un serial killer qui dissout ses jeunes victimes à l'acide), son style très cru qui donne de l'épaisseur à une galerie de personnages plus que border line. Ce récit est noir, très violent et certains passages particulièrement âpres. On adhère, ou pas. Dans tous les cas, on ne sort pas indemne de ce récit, ni indifférent.
            • Anabel_DM Posté le 3 Novembre 2018
              Derrière les panneaux, il a des hommes raconte l’histoire de la descentes aux enfers de différents personnages. Le style de l’auteur impose son rythme, court, haletant... le récit est construit comme un huis-clos, on se retrouve « enfermés » sur les autoroutes en plein 15 août, en pleine canicule... on y devine jusqu’où un père est prêt à aller par amour pour sa fille... . J’ai adoré ce roman, même si certaines scènes un peu vulgaires étaient de trop...
            • PinkLady Posté le 2 Novembre 2018
              Ce livre est spécial, unique, percutant, dérangeant et il ne plaira pas à tout le monde. Moi, j'ai aimé, même adoré, le style si contreversé de l'auteur. Habituellement, je préfère les écritures fluides et les phrases ni trop longues ni trop courtes. Ici, on est dans un style totalement destructuré, haché. Le récit est noir, très noir, le vocabulaire utilisé est cru, très cru. Mais tout cela est totalement justifié par l'histoire et renforce ce sentiment de malaise, cette tension, cette urgence que ressent Pierre et que nous partageons avec lui. Attention, ce n'est pas un thriller. L'auteur nous livre tous les éléments très rapidement. Cela peut paraître frustrant mais ce n'est juste pas le propos de ce roman. Seul petit bémol : la fin est un peu trop abrupte et beaucoup de questions restent sans réponses...
            • -Olivier- Posté le 14 Octobre 2018
              e n’est pas un grand mystère, on l’apprend très rapidement, Pierre cherche un salopard qui a enlevé sa fille de huit ans quelques mois plus tôt le détruisant lui et Ingrid sa femme. Il est démoli mais armé par la rage de la vengeance tandis que son épouse a fui dans l’alcool et le sexe dégueulasse. Une nouvelle disparition en ce weekend du 15 août va éveiller Pierre… Tout est montré, crûment, outrageusement réaliste: les parents détruits, les flics démunis, les jouisseurs des malheurs d’autrui, les employés des relais routiers, les épaves perdues de ces faux îlots, les paparazzi, les psychologues impuissants, les gros cons, les pauvres beaufs et leur fausse compassion, tout ce monde interlope qui se retrouve tous les ans aux moment de ces tristes migrations et qui entre en surchauffe avec cette tragédie à gerber. Joseph Incardona raconte avec cruauté tout ce que vous avez seulement entraperçu : cette sale impression de piège incontournable où nous sommes contraints de nous arrêter, une halte forcée pour soi-disant nous délasser, pipi, carburant, bouffe immangeable, et contemporains pressés accompagnés de gosses énervés. Certes, c’est du beau roman noir. Certes, il a reçu le Grand Prix de littérature policière 2015. Encore faut-il aimer le style... e n’est pas un grand mystère, on l’apprend très rapidement, Pierre cherche un salopard qui a enlevé sa fille de huit ans quelques mois plus tôt le détruisant lui et Ingrid sa femme. Il est démoli mais armé par la rage de la vengeance tandis que son épouse a fui dans l’alcool et le sexe dégueulasse. Une nouvelle disparition en ce weekend du 15 août va éveiller Pierre… Tout est montré, crûment, outrageusement réaliste: les parents détruits, les flics démunis, les jouisseurs des malheurs d’autrui, les employés des relais routiers, les épaves perdues de ces faux îlots, les paparazzi, les psychologues impuissants, les gros cons, les pauvres beaufs et leur fausse compassion, tout ce monde interlope qui se retrouve tous les ans aux moment de ces tristes migrations et qui entre en surchauffe avec cette tragédie à gerber. Joseph Incardona raconte avec cruauté tout ce que vous avez seulement entraperçu : cette sale impression de piège incontournable où nous sommes contraints de nous arrêter, une halte forcée pour soi-disant nous délasser, pipi, carburant, bouffe immangeable, et contemporains pressés accompagnés de gosses énervés. Certes, c’est du beau roman noir. Certes, il a reçu le Grand Prix de littérature policière 2015. Encore faut-il aimer le style direct, incisif de l’auteur. Un mot, deux mots, trois mots, et une succession de phrases courtes pour porter un regard pointu et acerbe sur notre société et ses contemporains. Joseph Incardona ne supporte pas la tiédeur en écriture qu’il faut supporter dans ce roman fort mais néanmoins éprouvant. Et au sein de cette dissertation, de ses points de vue et ses états d’âme, l’auteur retombe sur ses pas et nous livre de nouveaux éléments sur la quête du père, justicier de l’autoroute, et l’enquête policière. Un roman dur et éprouvant, même si j’ai moins apprécié le style de l’auteur.
              Lire la suite
              En lire moins

            Ils en parlent

            « Ce roman haletant, ambitieux, au style nerveux, incantatoire, est une peinture sans concession d’un microcosme où «la tragédie est plus fréquente que le bonheur». » Emmanuel Romer, La Croix

            « A la fois roman noir et tragédie contemporaine. […] L’écriture poétique, le rythme sans cesse en mouvement ajoutent encore de la puissance à cette œuvre sombre. » Christine Ferniot, Télérama

            « C’est du beau roman noir, du très très noir, du très grand noir. » Alexandra Schwartzbrod, Libération

            « Du grand roman noir, de la tragédie poétique. » Pop Fiction (France Inter)

            « L’écriture de J. Incardona est tranchante et rapide, elle a le don de faire surgir des images, des odeurs, un malaise palpable. On pense à certains romans de Michel Houellebecq. » Anne Pitteloud, Le Courrier

            « Une œuvre brulante. » Michel Abescat, Le Cercle Polar

            « Du grand roman noir. » La Liberté
             
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com