Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259283038
Code sériel : ABEI
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Des animaux au prétoire

XIVe-XXe siècles

Collection : L'Abeille Plon
Date de parution : 28/05/2020
Aussi étonnant que cela puisse paraître, les procès d’animaux ont réellement existé : de véritables mises en scène judiciaires, calquées sur celles du monde humain avec président de cour, plaignants, avocat de la défense, gardiens de prison, bourreaux… Un sujet d'histoire et d'actualité !
Une truie normande tueuse d’enfants, un perroquet ch’ti contre-révolutionnaire trop bavard, un chien parisien royaliste, une brebis auvergnate pleine de charmes, une jument moulinoise boiteuse, des chats maudits, des dauphins marseillais trop envahisseurs, des fourmis brésiliennes si gourmandes, un âne parisien bien têtu et de gloutons charançons savoyards ! Tous... Une truie normande tueuse d’enfants, un perroquet ch’ti contre-révolutionnaire trop bavard, un chien parisien royaliste, une brebis auvergnate pleine de charmes, une jument moulinoise boiteuse, des chats maudits, des dauphins marseillais trop envahisseurs, des fourmis brésiliennes si gourmandes, un âne parisien bien têtu et de gloutons charançons savoyards ! Tous ces animaux, dans le prétoire, celui des hommes !
Les causes ? Infanticides, délits d’opinion, ravages de récoltes, zoophilie. Voilà les « crimes » commis par ces animaux en France et, plus généralement, dans l’Europe chrétienne et rurale, qui nous instruisent sur l’histoire des mentalités de différentes époques (Moyen-Age au XVIIIe siècle principalement).
Les peines subies par les animaux ? L’excommunication, l’emprisonnement, la torture ou la mise à mort en place publique, selon des cas bien établis. Plus d’une centaine de procès ont été recensés.
Ce que nous apprennent aujourd’hui ces procès d’animaux, c’est la tendance irrésistible de l’homme à « humaniser » l’animal et à lui faire subir les pires souffrances.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259283038
Code sériel : ABEI
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Wazlib Posté le 24 Octobre 2020
    Cette critique sera probablement courte, puisque mes souvenirs de ce tout petit livre lu il y a plusieurs mois sont assez vagues et que le type d'ouvrage ne se prête pas particulièrement à la critique allègre. Ce livre peut surprendre par sa forme; on y retrouve de courtes histoires (une vingtaine de pages maximum) vraies, documentées mais romancées mettant en scène des animaux aux prises de la justice de l'homme. Alors le concept peut être cocasse et prêter à sourire mais ceci disparait bien rapidement pour laisser la place à une sorte d'effroi blasé devant la cruauté infinie de l'homme et son aveugle égocentrisme. Que l'animal soit victime de ses instincts, des vices de l'homme, ou d'un malheureux jeu de malchance, il finit toujours torturé en "exemple" car l'homme est définitivement donneur de leçon, à l'image de son dieu. Alors on pend une truie, on brûle des chats au nom de l'église, on excommunie des insectes... Ce petit défilé des horreurs intrigue nécessairement (car il y a, comme dans tout fait divers, une curiosité malsaine de l'autre) mais glace de temps en temps le sang. Ce que je reproche à l'ouvrage de Chantal Knecht, c'est son absence de choix quant à l'orientation... Cette critique sera probablement courte, puisque mes souvenirs de ce tout petit livre lu il y a plusieurs mois sont assez vagues et que le type d'ouvrage ne se prête pas particulièrement à la critique allègre. Ce livre peut surprendre par sa forme; on y retrouve de courtes histoires (une vingtaine de pages maximum) vraies, documentées mais romancées mettant en scène des animaux aux prises de la justice de l'homme. Alors le concept peut être cocasse et prêter à sourire mais ceci disparait bien rapidement pour laisser la place à une sorte d'effroi blasé devant la cruauté infinie de l'homme et son aveugle égocentrisme. Que l'animal soit victime de ses instincts, des vices de l'homme, ou d'un malheureux jeu de malchance, il finit toujours torturé en "exemple" car l'homme est définitivement donneur de leçon, à l'image de son dieu. Alors on pend une truie, on brûle des chats au nom de l'église, on excommunie des insectes... Ce petit défilé des horreurs intrigue nécessairement (car il y a, comme dans tout fait divers, une curiosité malsaine de l'autre) mais glace de temps en temps le sang. Ce que je reproche à l'ouvrage de Chantal Knecht, c'est son absence de choix quant à l'orientation de l'ouvrage. Nous ne sommes clairement pas dans du divertissement, si l'on excepte justement la curiosité morbide qu'on a devant ce genre d'affaires; mais on n'est pas non plus sur un essai. Et c'est quand même franchement dommage car ce qui frappe, c'est un manque de conceptualisation. Les quelques pages d'introduction donnent des pistes, qui s'évanouissent très vite au gré des récits. Une réflexion bien pensée aurait été la bienvenue et aurait possiblement gommé le côté un peu "vain" du recueil. Enfin, on ne peut pas enlever un certain plaisir à la lecture de ce livre, eu exigeant et décidément très intriguant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • aureliestrega Posté le 12 Août 2020
    Très bon ouvrage. Romancé mais l'on ne perd pas de vue le côté historique. Des récits qui seraient drôles s'ils n'étaient pas si cruels envers les animaux. L'homme a rarement la part belle et passe, pour nous, avec le recul, pour un fou que ce soit le simple paysan ou le religieux ou le juge... Très intéressant tout de même!
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…