En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Des forêts et des âmes

        Pocket
        EAN : 9782266265911
        Code sériel : 16650
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 108 x 177 mm
        Des forêts et des âmes

        Date de parution : 09/02/2017
        À la PJ de Lille, la consternation s’est emparée de la section homicide. La discrète et cyber talentueuse Aglaé (Fée pour les intimes) lutte entre la vie et la mort, victime d’un chauffard en fuite. Accident ? Le commandant Leoni et son équipe doutent… car le passé de la jeune... À la PJ de Lille, la consternation s’est emparée de la section homicide. La discrète et cyber talentueuse Aglaé (Fée pour les intimes) lutte entre la vie et la mort, victime d’un chauffard en fuite. Accident ? Le commandant Leoni et son équipe doutent… car le passé de la jeune flic leur révèle plus d’une zone d’ombre. Pourquoi ce soudain intérêt pour une sombre clinique nichée dans la forêt vosgienne, dont trois jeunes pensionnaires se sont récemment échappés ? Sous les noires frondaisons, Leoni saura-t-il reconnaître le murmure des âmes perdues ?

        « L’industrie pharmaceutique est sur le banc des accusés. À ses côtés, la cupidité, la lâcheté font bonne figure. À lire d’urgence. » Marie Claire
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266265911
        Code sériel : 16650
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • canel Posté le 8 Septembre 2018
          Starsky Hutch sans Starsky, sans Hutch, sans voiture lancée à toute blinde, sans ville. Mais la même impression trépidante/stressante pour le lecteur qui n'aime pas les polars nourris d'action et de courses poursuites. D'autant qu'ici, l'intrigue est très diluée. Les personnages se traquent et se tirent dessus dans la forêt vosgienne, essentiellement à pied, sans arrêt et sans fin… Dommage car les souffrances des adolescents Matthieu, Juliette, Lucas, dans les premières pages, m'ont touchée. Et le sujet central du livre m'intéresse : le lobby pharmaceutique, les ‘maladies imaginaires' lucratives, la complicité du milieu médical, les citoyens qui en sont victimes… * (problématique bien explicitée en postface, en revanche). Comme dit Renaud, ‘La médecine est une putain, son maquereau c'est le pharmacien'… #9834;#9835; ** Je n'ai pas retrouvé la vivacité et le suspense présents dans ‘Aux vents mauvais' de cette auteur. Les dialogues sont moins percutants, plus gentillets, et la grand-mère de Leoni, avec ses leçons de (sur)vie, fait pâle figure à côté de la Colette des ‘Vents mauvais', autrement plus rock'n roll… Je ne suis plus si pressée de découvrir le reste de l'oeuvre d'Elena Piacentini, désormais… J'en remercierais presque la librairie D., de Brest, de ne pas avoir eu d'autres titres... Starsky Hutch sans Starsky, sans Hutch, sans voiture lancée à toute blinde, sans ville. Mais la même impression trépidante/stressante pour le lecteur qui n'aime pas les polars nourris d'action et de courses poursuites. D'autant qu'ici, l'intrigue est très diluée. Les personnages se traquent et se tirent dessus dans la forêt vosgienne, essentiellement à pied, sans arrêt et sans fin… Dommage car les souffrances des adolescents Matthieu, Juliette, Lucas, dans les premières pages, m'ont touchée. Et le sujet central du livre m'intéresse : le lobby pharmaceutique, les ‘maladies imaginaires' lucratives, la complicité du milieu médical, les citoyens qui en sont victimes… * (problématique bien explicitée en postface, en revanche). Comme dit Renaud, ‘La médecine est une putain, son maquereau c'est le pharmacien'… #9834;#9835; ** Je n'ai pas retrouvé la vivacité et le suspense présents dans ‘Aux vents mauvais' de cette auteur. Les dialogues sont moins percutants, plus gentillets, et la grand-mère de Leoni, avec ses leçons de (sur)vie, fait pâle figure à côté de la Colette des ‘Vents mauvais', autrement plus rock'n roll… Je ne suis plus si pressée de découvrir le reste de l'oeuvre d'Elena Piacentini, désormais… J'en remercierais presque la librairie D., de Brest, de ne pas avoir eu d'autres titres disponibles – tandis que l'E.C. d'Edouard était mieux achalandé, lui ! 😉 _____ * sur le sujet : • un livre 'La quatrième plaie', Patrick Bard (2004) • un film (adapté d'un roman de John Le Carré, 2001) : 'La constance du jardinier' (2005) ** 'Etudiant, poil aux dents', 1982 https://www.youtube.com/watch?v=0bPM2WWBjco
          Lire la suite
          En lire moins
        • NathalieAtom Posté le 20 Mai 2018
          Ce que j’aime avant tout chez Elena Piacentini, ce sont les toiles de fond qu’elle utilise pour poser ses histoires. Elle dénonce Elena. Elle parle à ses lecteurs de sombres affaires oubliées ou encore dans ce cas précis, de scandales sanitaires et de lobbies pharmaceutiques. C’est, entre autres choses, ce qui est fascinant dans les romans de l’auteure car il ne s’agit pas de simples enquêtes policières fort bien écrites : le fond y est authentique et le travail de recherche et de documentation qu’elle réalise est des plus remarquable. C’est donc la toute puissance des laboratoires qu’Elena Piacentini dénonce dans « Des forêts et des âmes ». C’est du pouvoir de l’argent au détriment de la vie dont il est question. De la santé de quelques hommes ou femmes échangée contre quelques dollars ou euros. Nous pourrions allez loin dans le débat. Nous pourrions parler ici du genre humain et de sa propension à vouloir toujours plus. Nous pourrions débattre de l’importance des choses. Oui, nous pourrions. Mais ce qui compte aussi dans ces quelques lignes et cette modeste tribune, c’est de pouvoir mettre en avant la qualité de l’écriture des romans d’Elena car chacun de ses ouvrages est empli de poésie. C’est beau ce... Ce que j’aime avant tout chez Elena Piacentini, ce sont les toiles de fond qu’elle utilise pour poser ses histoires. Elle dénonce Elena. Elle parle à ses lecteurs de sombres affaires oubliées ou encore dans ce cas précis, de scandales sanitaires et de lobbies pharmaceutiques. C’est, entre autres choses, ce qui est fascinant dans les romans de l’auteure car il ne s’agit pas de simples enquêtes policières fort bien écrites : le fond y est authentique et le travail de recherche et de documentation qu’elle réalise est des plus remarquable. C’est donc la toute puissance des laboratoires qu’Elena Piacentini dénonce dans « Des forêts et des âmes ». C’est du pouvoir de l’argent au détriment de la vie dont il est question. De la santé de quelques hommes ou femmes échangée contre quelques dollars ou euros. Nous pourrions allez loin dans le débat. Nous pourrions parler ici du genre humain et de sa propension à vouloir toujours plus. Nous pourrions débattre de l’importance des choses. Oui, nous pourrions. Mais ce qui compte aussi dans ces quelques lignes et cette modeste tribune, c’est de pouvoir mettre en avant la qualité de l’écriture des romans d’Elena car chacun de ses ouvrages est empli de poésie. C’est beau ce qu’elle écrit Elena. C’est beau ce qu’elle fait avec les mots. Ils ont une telle justesse qu’on y sent l’évidence de chacun d’entre eux. Tous les sentiments sont criants : l’amour, la joie, la tristesse. Tout est à sa place. C’est ciselé et ça va droit au cœur. En tout cas, ça va droit au mien. Et puis il y’a l’ innocence , extraite et transcendée pour la confronter à la violence. Elle réussit à faire ça Elena : parler du fil ténu entre l’amour et la haine, de la si petite frontière entre les deux, des paradoxes humains. Chaque roman de l’auteure me procure un plaisir riche en émotions diverses. Ses personnages, son style, sa poésie : tout ce qui fait d’elle une romancière à part dans le paysage du roman noir francophone me séduit parfois au-delà des mots et me rappelle la fragilité de l’être humain. Elena parle de l’âme des Hommes. En tout cas, elle parle à la mienne.
          Lire la suite
          En lire moins
        • AngeliqueLeslecturesdangelique Posté le 12 Mai 2018
          L'histoire est une enquête policière qui débute à Lille. Une policière, surnommée Fée, est renversée volontairement par une voiture et elle tombe dans le coma. Ses collègues se chargent des investigations pour connaître l'auteur de la tentative d'homicide et son mobile. Ils vont se plonger avec surprise dans la vie de Fée et découvrir qu'elle menait une enquête qui l'a conduite dans les Vosges. Leoni s'y rend pour retracer le parcours de sa collègue et tenter de comprendre les liens entre l'enquête de Fée, un mystérieux suicide et la disparition de trois adolescents suivis dans un centre de soin Vosgien. Ce livre démarre sur les chapeaux de roue à Lille, pour ensuite atterrir dans les Vosges, où l'on sent l'atmosphère devenir pesante. Leoni découvre que sa collègue enquêtait sur centre de soin qui se situe au cœur de la forêt Vosgienne. La nature est omniprésente. Si elle est belle et rafraichissante, elle peut aussi devenir hostile. C'est dans cette ambiance que Leoni va retracer le parcours de Fée et reprendre son enquête. Visiblement, elle avait fait des découvertes très intéressantes et compromettantes. Mais certaines personnes ne veulent pas que ces révélations soient dévoilées et ils feront tout pour étouffer... L'histoire est une enquête policière qui débute à Lille. Une policière, surnommée Fée, est renversée volontairement par une voiture et elle tombe dans le coma. Ses collègues se chargent des investigations pour connaître l'auteur de la tentative d'homicide et son mobile. Ils vont se plonger avec surprise dans la vie de Fée et découvrir qu'elle menait une enquête qui l'a conduite dans les Vosges. Leoni s'y rend pour retracer le parcours de sa collègue et tenter de comprendre les liens entre l'enquête de Fée, un mystérieux suicide et la disparition de trois adolescents suivis dans un centre de soin Vosgien. Ce livre démarre sur les chapeaux de roue à Lille, pour ensuite atterrir dans les Vosges, où l'on sent l'atmosphère devenir pesante. Leoni découvre que sa collègue enquêtait sur centre de soin qui se situe au cœur de la forêt Vosgienne. La nature est omniprésente. Si elle est belle et rafraichissante, elle peut aussi devenir hostile. C'est dans cette ambiance que Leoni va retracer le parcours de Fée et reprendre son enquête. Visiblement, elle avait fait des découvertes très intéressantes et compromettantes. Mais certaines personnes ne veulent pas que ces révélations soient dévoilées et ils feront tout pour étouffer l'affaire. Pourtant, Leoni va persister et il reconstitue le puzzle petit à petit. Il veut aller au bout de ses investigations, il le doit à sa collègue. Entre action et énigme, son chemin sera alors semé d'embûches. L'intrigue est prenante. Un drame fait resurgir le passé de Fée, ainsi que des éléments troublants dans un centre de soins au fond des Vosges. Quel est le lien entre tout cela ? Pourquoi veut-on la peau de Fée ? Captivés, on vit les avancées de l'enquête avec autant d'adrénaline que les policiers. Le récit est dynamique, les rebondissements ne manquent pas. J'ai bien aimé la façon dont le livre est écrit : l'auteure prend soin de décrire les personnages, cela nous rend plus proche d'eux, on vit les émotions au travers des lignes. Les lieux, plus particulièrement la forêt Vosgienne, sont aussi détaillés de façon très réalistes. On se représente facilement les changements de temps et l'atmosphère. La plume est fluide et soignée, le récit est agréable à lire. Ce roman m'a beaucoup plus, c'est un bon policier.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lilou08 Posté le 1 Février 2018
          Décidément c'est un réel plaisir de replonger à chaque fois dans l'univers de Elena Piacentini avec son commandant corse, Pierre-Arsène Léoni exilé à Lille et toute son équipe tellement attachante, tout comme sa mémé Angèle qui l'a élevé et qui continue avec son arrière-petite-fille. Vraiment j'aime cet univers, et comme les intrigues et les enquêtes sont bien menées et souvent intelligentes, j'apprécie au plus haut point. Ici, il est question du domaine médical et plus particulièrement pharmaceutique et ses combines pour gagner toujours plus d'argent, au mépris de la santé des patients, ici des jeunes mal dans leur peau. D'ailleurs, je vous conseille vivement de lire à la suite du polar, le propos de l'auteure qui donne une synthèse de la situation actuelle dans cet univers impitoyable, cupide et particulièrement mercantile qui a servi de trame à sa fiction (les médiator et consorts!). Bref, j'ai aimé cette lecture et je ne peux que vous en conseiller cette nouvelle aventure de Pierre-Arsène Léoni (j'adore ce prénom improbable).
        • ROUMANOFFBE Posté le 4 Septembre 2017
          Je découvre cet auteur qui nous a offert un roman policier bien construit sur la thématique des firmes pharmaceutiques et de leur abus. Roman de 400 pages, qui n'est pas un thriller à mes yeux. Certains personnages sont plus attachants que d'autres plus originaux mais dans l'ensemble, il s'agit d'un bon mélange de personnalités diverses.

        Ils en parlent

        « Dans la sixième enquête de Léoni, l’industrie pharmaceutique est sur le banc des accusés. À ses côtés, la cupidité, la lâcheté font bonne figure. À lire d’urgence. » Marie Claire

        « Avec tendresse et virulence l’auteur nous emmène dans le monde sans pitié des grands laboratoires pharmaceutiques. » bm-lyon.fr

        « Le polar d’Elena Piacentini est d’une touchante profondeur, qui dénonce sans que jamais l’accusation ne prenne le pas sur le récit en lui-même ; une manière de montrer comme la fiction rattrape bien souvent la réalité. » Gruznamour.wordpress.com
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com