Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266212618
Code sériel : 14641
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

D'espoir et de promesse

Date de parution : 01/03/2012

Ce devait être le plus beau jour de sa vie : devant le palais de justice de Montréal, Anaba Rivière attend l’arrivée de Lawrence Kendall, son futur époux… En vain. Augustin, le témoin, est chargé de lui annoncer la mauvaise nouvelle : Lawrence a changé d'avis.
Anéantie, Anaba rentre en France...

Ce devait être le plus beau jour de sa vie : devant le palais de justice de Montréal, Anaba Rivière attend l’arrivée de Lawrence Kendall, son futur époux… En vain. Augustin, le témoin, est chargé de lui annoncer la mauvaise nouvelle : Lawrence a changé d'avis.
Anéantie, Anaba rentre en France où, peu à peu, elle se construit une nouvelle vie.
De l’autre côté de l’Atlantique, Lawrence est aux abois : il a perdu son poste dans le prestigieux cabinet d’avocats qui l’employait et, endetté, il a dû vendre son duplex…

« Fraçoise Bourdin navigue avec dextérité et maîtrise dans les méandres de ces histoires d'honneur et de cœur. » France Fougère – lefigaro.fr

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266212618
Code sériel : 14641
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

 « Un récit de mariage raté, de robe hors de prix, de détresse sentimentale et d’amourettes naissantes. La vie quoi ! » France soir
« Un beau voyage au cœur des tourments de la passion dévorante qu’est l’amour, que Françoise Bourdin nous dévoile au compte-goutte, histoire de faire durer le plaisir jusqu’au bout. » Gazette économique et culturelle
« Envoûtant. » Vivre Plus 
« Françoise Bourdin navigue avec dextérité et maîtrise dans les méandres de ces histoires d’honneur et de cœur (…). »
France Fougère – Le Figaro.fr

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sld09 Posté le 18 Mai 2020
    Huit ans après ma première lecture, j'ai davantage apprécié ce roman qui raconte la double histoire d'amour de deux sœurs françaises avec deux amis canadiens. Bien sûr, rien n'est simple entre grosse déception à digérer et hésitations à surmonter. Les personnages sont sympatiques (sauf le méchant fiancé qui a abandonné sa promise au pied de l'autel...) et l'intrigue se déroule sans heurts, ancrée dans le quotidien par les petits détails de la vie de tous les jours. Je crois que c'est une des principales raisons qui me font aimer les romans de Françoise Bourdin.
  • BernieCalling Posté le 15 Septembre 2019
    Petite histoire banale, très téléphonée, agréable à lire. C'est le quatrième de couverture qui m'avait attiré quand je l'ai pris dans une boite aux livres ( il va y retourner) je n'ai pas ressenti la colère d'Anaba quand elle s'est fait plaqué devant la mairie le jour de son mariage. Enfin, je n'ai ressenti aucune des émotions des personnages, mais j'ai tout de même passé un bon moment de lecture. Un point qui m'a énervé pourtant c'est ce blocage de tous les personnages du livre sur la différence d'âge entre Stephanie et Augustin, comme si le fait qu'elle ait sept ans de plus que lui était le plus gros drame que la Terre puisse avoir La fin est tellement ouverte que je suis en train de me demander s'il n'y a pas une suite, s'il y en a une c'est noté nul part
  • meknes56 Posté le 1 Août 2019
    Un roman léger qui traite sans fioriture de l'amour, de la vie et de ses combats...Reposant
  • petitepom Posté le 10 Mai 2017
    J'aime bien cette auteur, elle écrit de belles romances. Toutefois celui ci n'est pas mon préféré. J'ai passé un bon moment de lecture, mais il ne restera surement pas longtemps dans ma mémoire.
  • SuzyBess Posté le 15 Novembre 2016
    Françoise Bourdin nous offre une tranche de vie, entre amours et désillusions. Sur le point de se marier, Anaba apprend avec désarroi que Lawrence, son fiancé, a eu peur de l'avenir et renonce à l'épouser. Ne se voyant pas du tout père, alors que la jeune femme souhaite des enfants, il n'a pas eu le courage d'en parler avec elle et s'est enfui. Rapidement, elle rentre en France et emménage chez Stéphanie, sa demi-soeur antiquaire avec qui elle va s'associer en tant que restauratrice d'art. A mesure que le temps défile, Augustin, le meilleur ami de Lawrence vivant à Paris, multiplie de plus en plus ses visites chez les deux soeurs. De son côté, Lawrence se mord les doigts d'avoir fui celle qu'il aime passionnément; depuis, toute sa vie va de travers: perte d'emploi, dettes qui s'accumulent, son amitié avec Augustin sur le fil du rasoir et une maîtresse qui en attend beaucoup de lui, il ne sait plus comment arranger la situation. Cette histoire ne m'a pas totalement convaincue, principalement à cause du personnage de Lawrence Kendall. En effet, une fois le charme et le romantisme de cet homme évoqués, nous sommes plutôt confrontés à ses défauts. Et ils sont nombreux... Françoise Bourdin nous offre une tranche de vie, entre amours et désillusions. Sur le point de se marier, Anaba apprend avec désarroi que Lawrence, son fiancé, a eu peur de l'avenir et renonce à l'épouser. Ne se voyant pas du tout père, alors que la jeune femme souhaite des enfants, il n'a pas eu le courage d'en parler avec elle et s'est enfui. Rapidement, elle rentre en France et emménage chez Stéphanie, sa demi-soeur antiquaire avec qui elle va s'associer en tant que restauratrice d'art. A mesure que le temps défile, Augustin, le meilleur ami de Lawrence vivant à Paris, multiplie de plus en plus ses visites chez les deux soeurs. De son côté, Lawrence se mord les doigts d'avoir fui celle qu'il aime passionnément; depuis, toute sa vie va de travers: perte d'emploi, dettes qui s'accumulent, son amitié avec Augustin sur le fil du rasoir et une maîtresse qui en attend beaucoup de lui, il ne sait plus comment arranger la situation. Cette histoire ne m'a pas totalement convaincue, principalement à cause du personnage de Lawrence Kendall. En effet, une fois le charme et le romantisme de cet homme évoqués, nous sommes plutôt confrontés à ses défauts. Et ils sont nombreux ! Arrogant et égoïste, n'apprenant que peu de ses erreurs, il m'a été antipathique et je n'ai pas réussi à faire évoluer ce sentiment à son égard. Cet inconvénient a donc un peu assombri l'ambiance générale du roman, le point de vue de ce personnage revenant de manière aléatoire. Mis à part cela, j'ai beaucoup aimé les autres protagonistes: Anaba, Stéphanie et leur père, qui partagent une relation attendrissante, ainsi qu'Augustin qui est le souffle de légèreté dont a besoin le récit. Le thème de la reconstruction de la femme trahie est traité d'une manière qui m'a étonnée: ici, pas de longs épanchements sur la douleur ressentie pas Anaba ni de détails apportés à ses pensées profondes, nous la suivons simplement via son changement de vie. J'ai eu le sentiment de ne pas pouvoir m'impliquer dans son histoire, contrairement à celle de Stéphanie qui m'a ravie. La fin m'a frustrée; elle est de celles qui n'énoncent pas clairement les conclusions de l'aventure que l'on vient de lire. En refermant ce roman, j'ai grincé des dents en disant: "Ah, d'accord ! Ca se finit comme ça ?" Cette romance est un peu trop simple pour moi, il faut croire que j'aime la complexité... mais elle m'a fait adorer les expressions canadiennes (je prends l'accent en disant cela) ainsi que le prénom Anaba - qui signifie "qui revient du combat", et le tout est entouré d'une certaine tendresse qui n'est pas désagréable.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité de Françoise Bourdin
Entrez dans les coulisses de ses romans et découvrez, en avant-première, ses prochaines parutions.