RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Dieu me déteste

            10/18
            EAN : 9782264064202
            Code sériel : 4946
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 240
            Format : 108 x 177 mm
            Dieu me déteste

            Date de parution : 07/05/2015

            New York, hôpital Hilltop. Richard sait qu’il ne fêtera pas ses dix-neuf ans, mais il a une furieuse envie de vivre ! Et d’embrasser Sylvie, la jolie fille de la 302... Contre la montre, le corps médical et sa famille toquée, ce Roméo casse-cou décide donc de flamber ses derniers rêves....

            New York, hôpital Hilltop. Richard sait qu’il ne fêtera pas ses dix-neuf ans, mais il a une furieuse envie de vivre ! Et d’embrasser Sylvie, la jolie fille de la 302... Contre la montre, le corps médical et sa famille toquée, ce Roméo casse-cou décide donc de flamber ses derniers rêves. Jusqu’à jouer son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort...
             Ce roman bouleversant offre une leçon d’humour ravageuse et une extraordinaire leçon de vie.
             
            « C'est un livre porté par un élan vital, un humour absolument incroyable. Une vraie découverte. »
            Olivia De Lamberterie, France 2

            Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marie de Prémonville



             

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264064202
            Code sériel : 4946
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 240
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            7.10 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Roméo et Juliette vivent aujourd’hui à New York et brûlent la chandelle par les deux bouts dans les couloirs des soins palliatifs d’un hôpital d’où ils préféreraient prendre la poudre d’escampette. Tout à la fois émouvant et drôle, Dieu me déteste est une ode à l’adolescence et à la vie !
            Delphine Gentils / Librairie L. Durance

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • gromit33 Posté le 31 Janvier 2019
              Découverte de la maison d'édition « la belle colère », joli titre pour des ouvrages sur l'adolescence. Merci infiniment à afbf de m'avoir permis de lire ce livre. J'avais déjà apprécié la lecture de « tout plutôt qu'être moi ». Cette fois et encore, le lecteur se retrouve dans les murs d'un hôpital. Cette fois, il s'agit des soins palliatifs et Richard est un jeune garçon à la veille de ses 18 ans, il va nous raconter alors la vie quotidienne dans ce service. Aucune concession, aucun pathos dans ce texte et on est happé par l'énergie et l'humour de ce garçon. D'habitude je fuis ce genre de texte car j'avoue avoir une peur bleue de l'hôpital et n'aime pas particulièrement les récits de ces endroits. On est happé par ce texte et par l'univers de ce garçon et sa façon de prendre les instants, comme ils viennent. L'auteure décrit très bien aussi la société américaine, de belles pages sur les préparatifs et les soirées d'Hallowen. Chaque personnage, que ce soit des malades, des parents, des professionnels sont décrits avec humour et beaucoup d'humanité. Des portraits de gens ordinaires qui vivent des moments pas ordinaires mais qui tentent de garder... Découverte de la maison d'édition « la belle colère », joli titre pour des ouvrages sur l'adolescence. Merci infiniment à afbf de m'avoir permis de lire ce livre. J'avais déjà apprécié la lecture de « tout plutôt qu'être moi ». Cette fois et encore, le lecteur se retrouve dans les murs d'un hôpital. Cette fois, il s'agit des soins palliatifs et Richard est un jeune garçon à la veille de ses 18 ans, il va nous raconter alors la vie quotidienne dans ce service. Aucune concession, aucun pathos dans ce texte et on est happé par l'énergie et l'humour de ce garçon. D'habitude je fuis ce genre de texte car j'avoue avoir une peur bleue de l'hôpital et n'aime pas particulièrement les récits de ces endroits. On est happé par ce texte et par l'univers de ce garçon et sa façon de prendre les instants, comme ils viennent. L'auteure décrit très bien aussi la société américaine, de belles pages sur les préparatifs et les soirées d'Hallowen. Chaque personnage, que ce soit des malades, des parents, des professionnels sont décrits avec humour et beaucoup d'humanité. Des portraits de gens ordinaires qui vivent des moments pas ordinaires mais qui tentent de garder de l'humanité, de l'espoir. Dieu me déteste est un livre fort et on reste un long moment avec ces personnages qui continuent à vivre après la dernière page lue. Des similitudes avec l'autre ouvrage de cette collection : des pages de lucidité par ces jeunes gens, des moyens artistiques, à nouveau, l'accès au dessin pour exorciser le trop plein de « haine, dégoût, d'injustice face à la maladie. Beaucoup d'humour et de décalage, d'ironie pour exorciser ces moments si pénibles. Des livres d'espoir malgré des sujets si difficiles. Et surtout de beaux portraits d'humains au service et auprès d'autres humains.
              Lire la suite
              En lire moins
            • jgreber Posté le 6 Janvier 2019
              Super pas très engageant, mais au final ce livre est plein d'humour et de joie de vivre avec des personnages bien campés et attachants. Des gens sacrément cabossés qui vivent comme ils peuvent mais avec générosité et passion. Une lecture qui sort de l'ordinaire. A lire absolument.
            • argali Posté le 18 Décembre 2018
              J’ai découvert ce roman sur de nombreux blogs amis et j’ai fini par me laisser tenter. Je pense que le temps passé entre sa sortie et ma lecture a contribué à ce qu’il me séduise. Malgré la gravité du sujet, jamais ce roman ne tombe dans le pathos et le larmoyant. Richard est un ado fort et fragile à la fois, apeuré par la fin inéluctable et débordant d’énergie. Il a un humour mordant qui fait sourire et des moments de lucidité qui émeuvent lorsqu’il raconte sa vie à l’hôpital et sa relation avec sa maman. Ce roman relate une histoire comme tant d’autres, hélas : le combat douloureux, et épique, de la vie contre la mort. Au cœur du service des soins palliatifs, au milieu de malades affaiblis mais combatifs, des tensions et des petites joies du quotidien, Richard Casey nous raconte les coulisses de l’hôpital. Il nous confie les amitiés entre patients, entre patients et infirmiers, les bisbrouilles comme dans toutes relations humaines, les soins autrefois difficiles à vivre car ils mettent à mal la pudeur mais qui sont devenus routiniers, les effets secondaires des traitements… Pour oublier l’enfermement, Richard a décidé de vivre pleinement ses derniers moments. Il refuse... J’ai découvert ce roman sur de nombreux blogs amis et j’ai fini par me laisser tenter. Je pense que le temps passé entre sa sortie et ma lecture a contribué à ce qu’il me séduise. Malgré la gravité du sujet, jamais ce roman ne tombe dans le pathos et le larmoyant. Richard est un ado fort et fragile à la fois, apeuré par la fin inéluctable et débordant d’énergie. Il a un humour mordant qui fait sourire et des moments de lucidité qui émeuvent lorsqu’il raconte sa vie à l’hôpital et sa relation avec sa maman. Ce roman relate une histoire comme tant d’autres, hélas : le combat douloureux, et épique, de la vie contre la mort. Au cœur du service des soins palliatifs, au milieu de malades affaiblis mais combatifs, des tensions et des petites joies du quotidien, Richard Casey nous raconte les coulisses de l’hôpital. Il nous confie les amitiés entre patients, entre patients et infirmiers, les bisbrouilles comme dans toutes relations humaines, les soins autrefois difficiles à vivre car ils mettent à mal la pudeur mais qui sont devenus routiniers, les effets secondaires des traitements… Pour oublier l’enfermement, Richard a décidé de vivre pleinement ses derniers moments. Il refuse d’attendre la fin dans son lit et provoque un joyeux bordel à l’hôpital. J’ai aimé le parti pris du propos qui voit d’abord en Richard un adolescent de 17 ans. Et comme tous les ados, il veut profiter de la vie, connaitre l’amour, prendre sa première cuite, braver les interdits. Ce point de vue bouleverse nos idées toutes faites sur l’aménagement de fin de vie et le rapport à la maladie. Ce récit nous fait passer par toutes les émotions sans jamais nous apitoyer. Les étincelles de vie que Richard sème sur son chemin touchent par leur justesse. On sort de ce roman secoué mais content de l’avoir lu.
              Lire la suite
              En lire moins
            • VirusdInteretLitteraire Posté le 1 Octobre 2018
              C’est l’histoire de Richard Casey, un adolescent de 18 ans qui, en phase terminale d’un cancer, n’a malheureusement plus beaucoup de temps. Mais grâce à son moral d’acier, il compte bien profiter au maximum. Encore un livre qui traite du cancer je sais ! Après « Nos étoiles contraires », il est vrai que l’on a vu apparaître énormément de livres sur ce sujet. Mais celui-ci est vraiment différent ! Malgré la dureté du sujet, ce roman irradie de chaleur humaine et de sentiments. C’est une vraie bouffée d’optimisme et de force. Grâce à la plume de l’auteur, la complainte n’a pas de place et le cri d’amour est intense. Cette histoire est vraiment spéciale grâce à ses personnages hauts en couleur qui donne tout pour ne rien avoir à regretter. Une lecture touchante et émouvante qui m’a fait passer un agréable moment malgré la difficulté du sujet.
            • Litteraflure Posté le 8 Septembre 2018
              Un roman fort et émouvant, "Portnoy et son complexe" au pavillon des cancéreux. L'auteur a fait de son expérience au milieu hospitalier des soins palliatifs un livre juste qui vous atteint en plein coeur.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…