Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266253536
Code sériel : 16103
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 936
Format : 108 x 177 mm

Dominion

Georges-Michel SAROTTE (Traducteur)
Date de parution : 02/07/2015
1952. Douze ans que l’Angleterre s'est rangée du côté de Hitler. Douze ans que le pays est devenu un dominion, un satellite de l'axe nazi, et que les services de la Résistance attendent un signe de Winston Churchill pour embraser le pays.
Parmi eux, David Fitzgerald, fonctionnaire d'origine juive, se voit...
1952. Douze ans que l’Angleterre s'est rangée du côté de Hitler. Douze ans que le pays est devenu un dominion, un satellite de l'axe nazi, et que les services de la Résistance attendent un signe de Winston Churchill pour embraser le pays.
Parmi eux, David Fitzgerald, fonctionnaire d'origine juive, se voit confier une mission des plus périlleuses : protéger un scientifique porteur d'un secret classé défense. Un secret capable de renverser l'équilibre du monde et que la Gestapo est bien décidée à récupérer.
David va devoir prendre tous les risques pour tenter d'échapper aux sbires de l'officier Gunther Hoth. Mais est-il encore temps de changer le cours de l'Histoire ?

« Addiction garantie pour le lecteur, incapable de lâcher ce roman. » Alexis Liebaert – Marianne
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266253536
Code sériel : 16103
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 936
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

"Et si Adolf Hitler avait fait de l'Angleterre un Etat satellite en 1940? C. J. Sansom explore cette réalité parallèle angoissante, asphyxiante, avec un talent monstre." Victor Battagion, Historia
"Un roman haletant, qui n'esquive aucune des questions politiques actuelles." Julien Bisson, Lire
"Histoire, espionnage et politique-fiction, le puissant cocktail concocté par Sansom vous fera passer des nuits blanches." Sylvie Lainé, L'Indépendant
"Addiction garantie pour le lecteur, incapable de lâcher ce roman haletant." Alexis Liebaert, Marianne 
"Un récit palpitant, crédible, qui se dévore." Jacques Lindecker, L'Alsace
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Mangeur_de_livre Posté le 17 Mai 2020
    Dominion nous propose une uchronie se déroulant sur fond de seconde guerre mondiale. Au cours de la réunion du 9 mai 1940 qui aurait dû aboutir à la nomination de Winston Churchill comme premier ministre, c’est finalement Lord Halifax qui a été nommé. La paix est donc signée avec l’Allemagne nazie, qui a conquis toute l’Europe et se trouve enlisée en Russie depuis 10 ans. L’Angleterre se trouve donc sous le joug allemand, malgré un semblant d’autonomie. C’est dans ce cadre que David Fitzgerald, un fonctionnaire qui dissimule ses origines juives et collabore avec la résistance, se voit confier la mission de protéger un scientifique qui posséderait des informations essentielles sur une nouvelle arme révolutionnaire, que la Gestapo entend bien récupérer. Parviendront-ils à changer le cours l’histoire ? « Dominion » est un roman d’espionnage à l’intrigue relativement classique. Mais ce qui lui confère tout son intérêt, c’est le cadre dans lequel cette intrigue se déroule. C. J. Sansom nous propose un univers ultra documenté et réaliste, bien que, c’est évidemment le propre de l’uchronie, totalement inventé. Les personnages historiques sont à leur place, quand c’est possible évidemment (comme pour Churchill en chef de la résistance) et la peinture de... Dominion nous propose une uchronie se déroulant sur fond de seconde guerre mondiale. Au cours de la réunion du 9 mai 1940 qui aurait dû aboutir à la nomination de Winston Churchill comme premier ministre, c’est finalement Lord Halifax qui a été nommé. La paix est donc signée avec l’Allemagne nazie, qui a conquis toute l’Europe et se trouve enlisée en Russie depuis 10 ans. L’Angleterre se trouve donc sous le joug allemand, malgré un semblant d’autonomie. C’est dans ce cadre que David Fitzgerald, un fonctionnaire qui dissimule ses origines juives et collabore avec la résistance, se voit confier la mission de protéger un scientifique qui posséderait des informations essentielles sur une nouvelle arme révolutionnaire, que la Gestapo entend bien récupérer. Parviendront-ils à changer le cours l’histoire ? « Dominion » est un roman d’espionnage à l’intrigue relativement classique. Mais ce qui lui confère tout son intérêt, c’est le cadre dans lequel cette intrigue se déroule. C. J. Sansom nous propose un univers ultra documenté et réaliste, bien que, c’est évidemment le propre de l’uchronie, totalement inventé. Les personnages historiques sont à leur place, quand c’est possible évidemment (comme pour Churchill en chef de la résistance) et la peinture de l’Angleterre, empire souverain en apparence mais totalement en déclin et assujetti à l’Allemagne nazie apparaît totalement plausible. Une Angleterre à la dérive prête à déporter sa population juive dans l’espoir de satisfaire son « allié » allemand et obtenir des accords commerciaux et militaires de sa part... Pour le reste, on retrouve dans le livre tout ce qu’il faut de secrets, de trahisons, de comportements héroïques et de suspense pour nous garder en haleine pendant toute la (longue, plus de 900 pages quand même !) durée du livre. En bref, un livre au cadre original et à l’atmosphère particulièrement bien rendue qui saura vous immerger dans cette période trouble de l’histoire. Une excellente uchronie, on ne peut plus réaliste.
    Lire la suite
    En lire moins
  • murielB34 Posté le 4 Mai 2020
    je suis une fan des policiers historiques de l'auteur , et là je suis restée au milieu du gué ... L'uchronie est certes brillante, basée sur quelques éléments historiques modifiés qui auraient pu être vraisemblables, et permet d'imaginer un futur parallèle dans lequel Hitler mourra de vieillesse après avoir conquis l'Europe à l'exception de la Russie et fait alliance avec une Grande Bretagne affaiblie. Mais le récit lui m'a paru long , sans vrai souffle ni surprises. Un récit d'espionnage somme toute très classique , avec ce jeu de chat et de souris entre Résistance anglaise et forces de l'ordre anglaises associées à la Gestapo présente dans l'ile. Je pense que le roman aurait vraiment gagné à être plus court, plus ramassé, il aurait réellement permis une mise sous tension des personnages auxquels là j'ai peu accroché en fait.
  • gabb Posté le 31 Mars 2019
    Avec des si, on peut mettre Paris en bouteille. On peut aussi, pour peu que l'on se nomme C.J Sansom et que l'on ait un peu d'imagination, faire tomber Londres dans l'escarcelle de l'Allemagne nazie dès 1940, et ainsi abréger l'atroce conflit que l'on sait. Pour cela rien de plus simple : on transforme légèrement l'issue de la réunion qui se tint entre les principaux dirigeants britanniques le 9 mai 1940, on évince Churchill du pouvoir et on confie à Lord Halifax les rênes du pays. Laisser reposer quelques années, attendre que la population finisse par s'accommoder du joug allemand, et observer, douze ans plus tard, l'état d'un pays transformé en satellite du Reich. Voilà la recette d'une uchronie assez réussie, qui certes n'a rien de particulièrement original (une fin alternative à la seconde guerre mondiale ayant déjà constitué le point de départ de nombreuses fictions dans le même genre) mais qui reste très plaisante à lire. Le soin apporté à la vraisemblance des faits, pourtant inventés de toutes pièces, est évident et confirmé par les notes de l'auteur (passionnantes !) en fin d'ouvrage. Le travail de documentation sur l'histoire politique et sociale britannique des années 30 à 50 fut apparemment colossal, et tout l'intérêt de... Avec des si, on peut mettre Paris en bouteille. On peut aussi, pour peu que l'on se nomme C.J Sansom et que l'on ait un peu d'imagination, faire tomber Londres dans l'escarcelle de l'Allemagne nazie dès 1940, et ainsi abréger l'atroce conflit que l'on sait. Pour cela rien de plus simple : on transforme légèrement l'issue de la réunion qui se tint entre les principaux dirigeants britanniques le 9 mai 1940, on évince Churchill du pouvoir et on confie à Lord Halifax les rênes du pays. Laisser reposer quelques années, attendre que la population finisse par s'accommoder du joug allemand, et observer, douze ans plus tard, l'état d'un pays transformé en satellite du Reich. Voilà la recette d'une uchronie assez réussie, qui certes n'a rien de particulièrement original (une fin alternative à la seconde guerre mondiale ayant déjà constitué le point de départ de nombreuses fictions dans le même genre) mais qui reste très plaisante à lire. Le soin apporté à la vraisemblance des faits, pourtant inventés de toutes pièces, est évident et confirmé par les notes de l'auteur (passionnantes !) en fin d'ouvrage. Le travail de documentation sur l'histoire politique et sociale britannique des années 30 à 50 fut apparemment colossal, et tout l'intérêt de l'exercice consista ensuite à ne "réviser" qu'un minimum d'évènements historiques, pour ne faire dévier que de quelques degrés la trajectoire de la Réalité. L'univers parallèle auquel C.J Sansom aboutit nous semble alors tout à fait plausible, et c'est finalement sans difficulté que le lecteur s'immerge dans cet empire en déclin, souverain en apparence, soumis dans les faits à l'autorité d'un Adolf Hitler gravement malade mais toujours au pouvoir, douze ans après la fameuse réunion du 9 mai, le pivot du drame. Nombreux sont d'ailleurs les personnages historiques qui occupent encore des postes à reponsabilités en 1952 et qui interviennent dans le roman, à commencer par Churchill qui a pris la tête d'un réseau de résistance clandestin, mais aussi Reinhard Heydrich ou Hermann Göring. La trame géopolitique tissée par l'auteur est donc très aboutie : elle fait la part belle aux dissensions profondes qui déchirent, parmi les citoyens du Royaume-(dés)Uni, les résistants opposés à toute entente avec le parti nazi, les pacifistes prêts à tous les compromis pour éviter la guerre et la masse des collaborationistes partisans d'un étroit partenariat avec le régime hitlérien. Tout cela nous donne une idée assez juste et plutôt effrayante de ce qu'aurait pu devenir la France pétainiste sans la ténacité et le courage de certains héros. OK je suis trop long, j'abrège et je vous passe les détails sur l'histoire d'espionnage sans grand relief qui occupe le coeur du récit (en deux mots, un fonctionnaire sans peur et sans reproche rejoint la Résistance, et se voit chargé de la protection d'un scientifique psychologiquement instable et détenteur d'un lourd secret qui intéresse autant Berlin que Washington). L'aventure traine un peu en longueur, et la fin m'a semblé carrément bâclée. Il n'empêche que C.J Sansom a réussi à réinventer assez finement toute une époque, et à dépeindre avec justesse l'état d'esprit d'un peuple à la dérive, encore traumatisé par la grande guerre et dirigé par une classe politique défaillante. Son univers alternatif nous aide à comprendre que l'histoire du monde se joue parfois à pile ou face...
    Lire la suite
    En lire moins
  • FleurdesPois Posté le 5 Janvier 2018
    Voici un roman que je ne suis pas près d'oublier. Mais au final, je ne suis toujours pas capable de dire si j'ai apprécié l'expérience ou non. C'est une histoire très immersive, formidablement bien ficelée et documentée, un thriller d'espionnage étouffant, oppressant, un roman brillant, à tous points de vue. Pour ma part, j'ai eu la sensation d'être aspirée dans une spirale infernale d'horreur et de paranoïa. Non pas que ce soit une mauvaise chose. On est pris dans la tourmente en même temps que les personnages et j'ai eu la gorge nouée, la poitrine serrée une bonne partie du livre. C'est vraiment très bien écrit, en plus du reste. Mais je n'ai jamais réussi à me défaire d'un malaise persistant en lisant ce roman et sans doute était-ce le but recherché. Les thèmes abordés, les réactions et pensées de certains personnages, l'atmosphère malsaine qui plane sur l'œuvre, tout tend à créer un climat de haine qui m'a rendue nauséeuse. L'idée qu'à force d'assommer les gens à coups de terreur et de propagande, on pousse des personnes que rien ne prédestinait à la violence à embrasser par conviction les causes les plus abjectes, à soutenir les idéologies les plus infâmes…... Voici un roman que je ne suis pas près d'oublier. Mais au final, je ne suis toujours pas capable de dire si j'ai apprécié l'expérience ou non. C'est une histoire très immersive, formidablement bien ficelée et documentée, un thriller d'espionnage étouffant, oppressant, un roman brillant, à tous points de vue. Pour ma part, j'ai eu la sensation d'être aspirée dans une spirale infernale d'horreur et de paranoïa. Non pas que ce soit une mauvaise chose. On est pris dans la tourmente en même temps que les personnages et j'ai eu la gorge nouée, la poitrine serrée une bonne partie du livre. C'est vraiment très bien écrit, en plus du reste. Mais je n'ai jamais réussi à me défaire d'un malaise persistant en lisant ce roman et sans doute était-ce le but recherché. Les thèmes abordés, les réactions et pensées de certains personnages, l'atmosphère malsaine qui plane sur l'œuvre, tout tend à créer un climat de haine qui m'a rendue nauséeuse. L'idée qu'à force d'assommer les gens à coups de terreur et de propagande, on pousse des personnes que rien ne prédestinait à la violence à embrasser par conviction les causes les plus abjectes, à soutenir les idéologies les plus infâmes… ça m'a juste rendue malade. En conclusion, je dirai que j'ai rarement croisé la route d'un livre aussi fort, aussi intense dans l'horreur qu'il m'a inspiré. C'est poignant, haletant et je pense que ce roman hantera longtemps mes pensées.
    Lire la suite
    En lire moins
  • yaya64 Posté le 2 Mars 2016
    Et si l'Angleterre avait signé la paix avec l'Allemagne ! Un roman d’histoire alternative, où les héros sont aussi sombres et rayonnants que les faits historiques ou non. Livre captivant, personnages attachants dans leurs grandes forces et leur fragilité
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.