En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Du mouron à se faire

        Pocket
        EAN : 9782266286046
        Code sériel : 17
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 224
        Format : 108 x 177 mm
        Nouveauté
        Du mouron à se faire

        Date de parution : 31/05/2018
        San-Antonio à Liège, à la poursuite de faux diamants...
        Liège, capitale de l'ennui ? C'est pas vilain, la Wallonie, mais faut trouver à s'occuper. Pour San-Antonio, qui tourne en rond dans sa chambre d'hôtel, le salut viendra d'un trou dans la cloison. Oh ! rien de scabreux : faute de mieux, son voisin s'affaire à fourrer des diams dans... Liège, capitale de l'ennui ? C'est pas vilain, la Wallonie, mais faut trouver à s'occuper. Pour San-Antonio, qui tourne en rond dans sa chambre d'hôtel, le salut viendra d'un trou dans la cloison. Oh ! rien de scabreux : faute de mieux, son voisin s'affaire à fourrer des diams dans des fruits confits. C'est beau, les loisirs créatifs ! Mais quand ce même gonze redescend du 6e par la cage d'ascenseur, sans ascenseur, c'est la déconfiture. Voilà un type qui ne fourrera plus personne. Et San-Antnio de remonter la filière, par l'escalier de ses vices. On n'est jamais trop prudent...

        SAN-ANTONIO ANNÉES 50

        @ Disponible chez 12-21
        L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266286046
        Code sériel : 17
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 224
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Foxy3115 Posté le 22 Janvier 2014
          Même pour un grand amateur de lecture, il n'est pas toujours facile de suivre les délires de notre protagoniste, car parfois, il s'exprime en son nom, puis il parle à la troisième personne, parfois même, il interpelle directement le lecteur et nous voilà partie prenante de son histoire. L'argot qu'il utilise, ses expressions qu'on ne retrouve plus aujourd'hui, ses néologismes, ça ralentit quand même un peu la lecture. Mais en même temps, quelle maîtrise de la langue française pour faire des pirouettes pareilles ! On voit là un maître dans l'art de la narration et du rythme, qui arrive aisément à nous maintenir en haleine jusqu'au bout de cette course poursuite dans la capitale. Dans l'ensemble, j'ai beaucoup apprécié ce livre, moi qui ne suis pas particulièrement fan des roman policier !
        • Marc21 Posté le 27 Novembre 2012
          Bon, c'est passé comme une lettre à la poste. Mais ce n'est pas le meilleur, plutôt moyen. Mais cela n'engage que moi (scuse San-A).
        • tulisquoi Posté le 19 Mars 2010
          Effectivement San-Antonio des conneries, il va en faire, lors de son périple pour résoudre une enquête vieille de deux ans sur la disparition d'un enfant. Il va même aller jusqu'à faire évader le tueur d'enfants de l'asile psychiatrique dans lequel il se trouve afin, espère-t-il, de lui soutirer des informations. Mais San-Antonio ne veille pas assez et voilà que ce tueur d'enfant kidnappe le propre frère adoptif du célèbre commissaire. Mais ce gamin est pas mal "dégourdoche" et va tous les mener par le bout du nez. Alors ce n'est pas toujours facile de suivre les délires de San-Antonio. Parce que parfois, il s'exprime en son nom, puis il parle de lui à la troisième personne. Parce que parfois il interpelle directement le lecteur et nous voilà partie prenante de son histoire. Parce que l'argot qu'il utilise, ses expressions qu'on ne retrouve plus aujourd'hui, ses néologismes, ça ralentit quand même un peu la lecture. Mais en même temps, quelle maitrise de la langue pour faire des pirouettes pareilles ! Quelle maitrise de la narration, du rythme pour nous faire tenir jusqu'au bout de cette course poursuite à travers la capitale ! Dans l'ensemble j'en garde un bon souvenir de lecture. Je... Effectivement San-Antonio des conneries, il va en faire, lors de son périple pour résoudre une enquête vieille de deux ans sur la disparition d'un enfant. Il va même aller jusqu'à faire évader le tueur d'enfants de l'asile psychiatrique dans lequel il se trouve afin, espère-t-il, de lui soutirer des informations. Mais San-Antonio ne veille pas assez et voilà que ce tueur d'enfant kidnappe le propre frère adoptif du célèbre commissaire. Mais ce gamin est pas mal "dégourdoche" et va tous les mener par le bout du nez. Alors ce n'est pas toujours facile de suivre les délires de San-Antonio. Parce que parfois, il s'exprime en son nom, puis il parle de lui à la troisième personne. Parce que parfois il interpelle directement le lecteur et nous voilà partie prenante de son histoire. Parce que l'argot qu'il utilise, ses expressions qu'on ne retrouve plus aujourd'hui, ses néologismes, ça ralentit quand même un peu la lecture. Mais en même temps, quelle maitrise de la langue pour faire des pirouettes pareilles ! Quelle maitrise de la narration, du rythme pour nous faire tenir jusqu'au bout de cette course poursuite à travers la capitale ! Dans l'ensemble j'en garde un bon souvenir de lecture. Je m'étais engagée pour un seul livre dans le cadre du challenge. Mais peut-être que je me laisserai à nouveau tenter si mon chemin croise "Les cochons sont lâchés". A force de voir Daniel en parler, ça me donne envie.
          Lire la suite
          En lire moins
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com