En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Du sirop pour les guêpes

        Pocket
        EAN : 9782266275682
        Code sériel : 38
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 256
        Format : 108 x 177 mm
        Du sirop pour les guêpes

        Date de parution : 23/02/2017
        Sous le soleil de Juan-les-Pins, les vacances de San-Antonio commencent bien ! Le pianiste du dancing qui claque au bastringue ; la charmante progéniture d’un armateur grec qui se fait ratisser par un rafiot… Et pas un soupçon de lien entre les deux macchabs. À moins que… Y a bien la... Sous le soleil de Juan-les-Pins, les vacances de San-Antonio commencent bien ! Le pianiste du dancing qui claque au bastringue ; la charmante progéniture d’un armateur grec qui se fait ratisser par un rafiot… Et pas un soupçon de lien entre les deux macchabs. À moins que… Y a bien la Julia Delange et son corps à tomber ! Le commissaire ne sait plus que penser. Et d’agapes en guêpières, gare aux fines mouches !

        SAN-ANTONIO ANNÉES 60

        Texte original
        @ Disponible chez 12-21
        L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266275682
        Code sériel : 38
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 256
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ntchoubis Posté le 9 Février 2017
          SYNOPSIS Le commissaire San-Antonio en connaît un rayon sur les vacances dans le genre de la fameuse chanson de François Deguelt «Il y a le ciel, le soleil et la mer»! Et Juan-les-Pins est entièrement bourré de plages, de rayons de soleil, de courses de hors-bord, de yachts et de la Méditerranée. Prime additionnelle: il y a des souris à croquer et des pots à roses à découvrir. Au début du roman, notre commissaire sans peur et sans reproche rencontre une mignonne déesse marine, connue sous le nom de Julie Delange, qui apparaît à la plage devant San-Antonio de même qu’Aphrodite naît de la mer. Mais il y a une grande différence entre Aphro et Julie: cette dernière fait surface non pas à loilpé comme toute déesse qui se respecte, mais «affublée d’une tenue pour la pêche sous-marine». Julie Delange est une déesse de péché, toujours prête à faire ses petites prières (en échange de vos humbles indulgences payées en catch, comme dit Béru). Pour le moment, elle fait office de maîtresse de Nikos Bitakis, grand armateur grec, riche comme Crésus. Elle ne mène pas une existence recluse, Julia, et accepte la proposition san-antonienne de déjeuner ensemble à «une boîte, du côté d’Antibes, qui... SYNOPSIS Le commissaire San-Antonio en connaît un rayon sur les vacances dans le genre de la fameuse chanson de François Deguelt «Il y a le ciel, le soleil et la mer»! Et Juan-les-Pins est entièrement bourré de plages, de rayons de soleil, de courses de hors-bord, de yachts et de la Méditerranée. Prime additionnelle: il y a des souris à croquer et des pots à roses à découvrir. Au début du roman, notre commissaire sans peur et sans reproche rencontre une mignonne déesse marine, connue sous le nom de Julie Delange, qui apparaît à la plage devant San-Antonio de même qu’Aphrodite naît de la mer. Mais il y a une grande différence entre Aphro et Julie: cette dernière fait surface non pas à loilpé comme toute déesse qui se respecte, mais «affublée d’une tenue pour la pêche sous-marine». Julie Delange est une déesse de péché, toujours prête à faire ses petites prières (en échange de vos humbles indulgences payées en catch, comme dit Béru). Pour le moment, elle fait office de maîtresse de Nikos Bitakis, grand armateur grec, riche comme Crésus. Elle ne mène pas une existence recluse, Julia, et accepte la proposition san-antonienne de déjeuner ensemble à «une boîte, du côté d’Antibes, qui s’appelle La Pinède brûlée». Pendant le déjeuner San-Antonio reçoit une feuille de carnet de la part d’Amédée Gueulasse, pianiste de la boîte: «Salut, commissaire! Partez pas sans que je vous cause. Amédée». Vous me demandez qui est ce type, Amédée Gueulasse? Voilà son #1057;urriculum vitæ transmis par le commissaire: « La première fois que je l’ai rencontré, il tenait un bar à Pigalle et venait de vider un chargeur de 7,65 dans le baquet d’un type qui le rackettait. Ça remontait à dix ans… Il était passé aux assiettes et s’en était tiré avec deux mois de taule pour port d’arme. Ensuite il avait bradé sa boutique et était allé en Amérique du Sud se faire oublier du mitan. » San-Antonio n’a eu le temps de parler de la pluie et du beau temps avec Amédée. En jouant du piano, ce dernier boit un coup et tombe raide «devant son instrument de travail». Hélas, les macchabées sont pas bavards. Le lendemain matin, notre commissaire apprend que Nikos Bitakis, ami intime de Julia, s’est tiré une balle après avoir appris la mort de sa fille unique, Edith, dans un accident. Fini les vacances, San-A! La Grande Faucheuse ne chôme pas! Trois cadavres en moins de vingt-quatre heures! Et il y en aura, sûrement, d’autres! De plus, toutes ces affaires ont «un trait d’union ravissant: Julia Delange»… MON HUMBLE AVIS «Du sirop pour les guêpes» est l’histoire qui ouvre l’année 1960 aux frasques du commissaire San-Antonio et de ses acolytes. Ce roman porte la position numéro 38 dans la série et il ressemble bien à ses homologues de l’année précédente: «On t’enverra du monde», «San-Antonio met le paquet», «Entre la vie et la morgue», «Tout le plaisir est pour moi». Je veux dire que ce polar contient toutes les marques de fabrique san-antonienne (le tempo, la langue truculente, des rebondissements du sujet, des calembours, etc.) ainsi que les aspérités de son style (une intrigue niaise, les banalités dans les paroles et les actes, l’absence totale de renvoi en bas de page, etc.). Pinaud est absent de nouveau. C’est Bérurier qui tire la couverture à lui, mais, à mon avis, c’est peu convaincant. Pourtant, il y a deux particularités , qui ont attiré mon attention par leur souplesse: 1. L’apparition d’un des premiers néologismes de San-Antonio: « Me fiant toujours au vatévien, je fonce jusqu’à une assez grande pièce lambrissée servant de vestiaire et de loge commune aux musicos. » 2. Une énumération habile, bien rythmée, un présage d’un bon avenir qui court à l’auteur: « Nous voici de retour dans le centre ville. Une curieuse humanité s’y presse. Des messieurs en shorts multicolores, torse nu — hélas ! — coiffés de ridicules chapeaux de paille à ruban… Des dames en bikini-bokono et cellulite… Des athlètes complets… Des incomplets. Des en complet ! Des touristes… américains, avec leurs appareils photographiques ; anglais, avec leurs dents ; allemands, avec leurs Mercedes transformables en char d’assaut ; suédois, avec leurs femmes ; espagnols, avec la permission de Franco… Ça grouille ; ça gesticule ; ça bronze ; ça s’évertue ; ça essaie de s’amuser ; ça se baigne ; ça se sèche ; ça s’interpelle ; ça suce des glaces ; ça fredonne ; ça klaxonne ; ça trépide ; ça trépigne ; ça s’embrasse ; ça se côtoie ; ça s’humecte ; ça se mêle ; ça se mélange ; ça pastille ; ça pâtisse ; ça tire à la carabine ; ça tire à conséquence ; ça tire les yeux ; ça s’attire ; ça satyre ; ça juke-box ; ça boxe ; ça caresse ; ça existe ! » EN RÉSUMÉ Ce petit roman ne m’a pas laissé un souvenir inoubliable, il n’est ni meilleure ni pire que les volumes précédents. Pourtant, tout san-antonio est un bon comprimé contre la grisaille de la vie quotidienne. Et, moi, j’en ai besoin. 3.5/5
          Lire la suite
          En lire moins
        • lecassin Posté le 4 Juillet 2015
          « Du sirop pour les guêpes », trente septième de la série (si on ôte le premier, atypique) et un bon San-Antonio… Certes, nous ne sommes qu’en 1960, et le meilleur ne nous parviendra que vers la fin de la décennie, mais bon, après « Tout le plaisir est pour moi », à l’intrigue un peu faible, voilà un opus digne de Frédéric Dard. Tout commence bien : San-Antonio est en vacances à Juan-les-Pins et on assiste médusés à l’apparition sur la plage d’une naïade en tenue de plongée. On saura plus tard qu’il s’agit de Julie Delange, la maitresse d’un riche armateur grec, Nikos Bitakis… Lui vous le connaissez, le célèbre commissaire ne se fait pas prier pour monter à l’assaut de la donzelle ; à l’assaut Delange, bien entendu… Rien ne se passera alors comme prévu (vacances, farniente, whisky et petites pépées…), même qu’ Amédée Gueulasse, pianiste dans un club où San-A. sort la petite Julie, va tomber raide au pieds du commissaire avec qui il avait tenté d’entrer en contact… Un bon San-Antonio : bonne intrigue, ça bouge bien, ça rebondit… Béru est maintenant complétement abouti et participe grandement au côté cocasse dans les temps morts… Pinaud est... « Du sirop pour les guêpes », trente septième de la série (si on ôte le premier, atypique) et un bon San-Antonio… Certes, nous ne sommes qu’en 1960, et le meilleur ne nous parviendra que vers la fin de la décennie, mais bon, après « Tout le plaisir est pour moi », à l’intrigue un peu faible, voilà un opus digne de Frédéric Dard. Tout commence bien : San-Antonio est en vacances à Juan-les-Pins et on assiste médusés à l’apparition sur la plage d’une naïade en tenue de plongée. On saura plus tard qu’il s’agit de Julie Delange, la maitresse d’un riche armateur grec, Nikos Bitakis… Lui vous le connaissez, le célèbre commissaire ne se fait pas prier pour monter à l’assaut de la donzelle ; à l’assaut Delange, bien entendu… Rien ne se passera alors comme prévu (vacances, farniente, whisky et petites pépées…), même qu’ Amédée Gueulasse, pianiste dans un club où San-A. sort la petite Julie, va tomber raide au pieds du commissaire avec qui il avait tenté d’entrer en contact… Un bon San-Antonio : bonne intrigue, ça bouge bien, ça rebondit… Béru est maintenant complétement abouti et participe grandement au côté cocasse dans les temps morts… Pinaud est resté à Paris… Au suivant, et ce sera " du brut pour les brutes" mais ça, c’est une autre histoire…
          Lire la suite
          En lire moins
        • Marc21 Posté le 21 Mai 2015
          C'est pas le meilleur San A, mais bon, c'est mieux que la télé.
        • Beathi Posté le 3 Août 2014
          38ème roman de San-Antonio publié en 1960 (dépôt légal 1er trimestre 1960). L’histoire se déroule en juillet-août 1959 à Juan-les-Pins sur une durée de 3 jours. Histoire : San-Antonio est en vacances et profite de l’occasion pour draguer une jeune fille, Julia Delange. Il apprend qu’elle est la maîtresse d’un armateur Grec, Nikos Bitakis. Lors d’une soirée dans un restaurant, un des musiciens, Amédé Guelasse, (qui semble inquiet) le reconnait mais meurt avant de lui parler. Le lendemain, il apprend que Nikos Bitakis s’est suicidé suite au décès de sa fille unique. Même pendant ses vacances, le fameux commissaire ne chôme pas. Les morts s'accumulent à tel point qu'il demande l'aide de Béru qui profitera de l'occasion de prendre un bain de mer (très bien décrit par San-Antonio). Une très bonne intrigue avec de nombreux rebondissements. Voici les informations concernant le commissaire dans ce livre : - pointure : 42
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com