Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377359011
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 10,8 x 17,7 mm

Eichmann - De la traque au procès

Collection : Archidoc
Date de parution : 11/02/2021
Cet ouvrage retrace les phases essentielles de l’affaire Eichman, depuis la capture du criminel de guerre en Argentine jusqu’à son exécution en Israël, en 1962. Annette Wieviorka, historienne et auteure de nombreux essais consacrés à la mémoire de la déportation, analyse les conséquences retentissantes de ce procès sans précédent.
Le 11 avril 1961, à Jérusalem, s’ouvre le procès d’un ancien dignitaire nazi : Adolf Eichmann, responsable logistique de la « Solution finale », retrouvé l’année précédente en Argentine et enlevé par les services secrets israéliens. Au-delà d’un « Nuremberg du peuple juif », il s’agit pour Israël de donner... Le 11 avril 1961, à Jérusalem, s’ouvre le procès d’un ancien dignitaire nazi : Adolf Eichmann, responsable logistique de la « Solution finale », retrouvé l’année précédente en Argentine et enlevé par les services secrets israéliens. Au-delà d’un « Nuremberg du peuple juif », il s’agit pour Israël de donner au monde une leçon d’histoire.

Était-il légitime d’enlever Eichmann ? Devait-il être jugé par un tribunal israélien ? Ses droits fondamentaux furent-ils bafoués ? Quelles furent ses responsabilités réelles dans le génocide des Juifs ? Et sa vraie personnalité : haut fonctionnaire loyal, antisémite fanatique, exécutant discipliné, ou simple rouage de la « banalité du mal », comme l’a suggéré Hannah Arendt ?

De l’arrestation d’Eichmann, en mai 1960, jusqu’à son exécution dans la prison de Ramla, le 31 mars 1962, Annette Wieviorka retrace les phases essentielles d’un événement qui fit entrer la Shoah dans l’Histoire. Elle examine aussi les polémiques qui s’ensuivirent quant à l’appréciation des degrés de responsabilité dans la nébuleuse administrative nazie.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377359011
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 10,8 x 17,7 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Roggy Posté le 26 Mars 2021
    Je remercie Babelio et les éditions Archidoc pour cette lecture. L'un des procès les plus retentissants ayant trait à la Shoah est retracé de manière très documentée depuis la traque d'Adolf Eichmann en Argentine, jusqu'à son exécution. S'appuyant sur des témoignages, des biographies, des comptes rendus et des déclarations sous serment, ce procès exceptionnel, enregistré et retransmis en vidéo est motivé par 6 millions de victimes de l'Holocauste. C'est la première fois que les vainqueurs jugent les vaincus ! Durant les 107 audiences et des mois de procès marqués par une ambiance solennelle et effrayante, Eichmann, l'allure martiale, reste froid et impassible à la lecture des chefs d'accusation. On revient sur le rôle qui a joué cet assassin bureaucrate, qui tuait par des signatures et coups de téléphone. Placé sous les ordres des 3H, Hitler, Himmler, Heydrich, Adolf Eichmann était devenu spécialiste des questions juives et s'est appliqué avec acharnement à débusquer les juifs protégés et à mettre en oeuvre la Solution finale. Il se dit un tout petit rouage de la machine infernale obéissant aux ordres. Pour plaider sa non-responsabilité dans la prise des décisions du commando de la mort, il remet en cause le fait que tout acte d'indiscipline chez les SS était passible de la... Je remercie Babelio et les éditions Archidoc pour cette lecture. L'un des procès les plus retentissants ayant trait à la Shoah est retracé de manière très documentée depuis la traque d'Adolf Eichmann en Argentine, jusqu'à son exécution. S'appuyant sur des témoignages, des biographies, des comptes rendus et des déclarations sous serment, ce procès exceptionnel, enregistré et retransmis en vidéo est motivé par 6 millions de victimes de l'Holocauste. C'est la première fois que les vainqueurs jugent les vaincus ! Durant les 107 audiences et des mois de procès marqués par une ambiance solennelle et effrayante, Eichmann, l'allure martiale, reste froid et impassible à la lecture des chefs d'accusation. On revient sur le rôle qui a joué cet assassin bureaucrate, qui tuait par des signatures et coups de téléphone. Placé sous les ordres des 3H, Hitler, Himmler, Heydrich, Adolf Eichmann était devenu spécialiste des questions juives et s'est appliqué avec acharnement à débusquer les juifs protégés et à mettre en oeuvre la Solution finale. Il se dit un tout petit rouage de la machine infernale obéissant aux ordres. Pour plaider sa non-responsabilité dans la prise des décisions du commando de la mort, il remet en cause le fait que tout acte d'indiscipline chez les SS était passible de la peine de mort. Le serment de loyauté qu'il a voué à Hitler ne pouvait ainsi être brisé. Peut-il y avoir de la culpabilité s'il n'y a pas eu de responsabilité ? Le bourreau qui n'a pas de sang sur les mains peut se sentir innocent ? Ce procès inédit marque l'introduction de la force du témoignage personnel. Des histoires racontées en détails qui remplissent d'effroi et qui font froid dans le dos. On finira par pendre Eichmann mais on condamne également le silence du monde. C'est le procès de l'antisémitisme. « C'est un grand acte d'engagement à travers la mémoire et le renouvellement du deuil » La déshumanisation du nazisme a fait deux victimes : le peuple juif et le peuple allemand, qui est devenu une nation d’assassins et qui portera pendant des décennies le poids de la responsabilité Pour ne jamais oublier !
    Lire la suite
    En lire moins
  • capillo Posté le 2 Mars 2021
    Paru pour la première fois en 1989, "Eichmann - de la traque au procès" ressort ici dans une version augmentée, "renouvelée" selon le terme de son auteur, Annette Wievorka, spécialiste de la perception et la mémoire de la Shoah, qui a pu, depuis, approfondir ses recherches autour de nouveaux éléments et points de vue. Car le but ultime, s'il devait n'y en avoir qu'un seul, serait de livrer une vue globale définitive sur et autour de ce procès, dont l'ampleur n'a pas été perçue immédiatement, dont l'importance n'a pas été saisie de facto, ce que Wievorka étudie également comme une preuve de la nécessité de faire acte de mémoire, de la faire vivre. Pour donner corps à son étude, Wievorka convoque d'autres personnes ayant publié sur Eichmann, des journalistes ayant couvert le procès (Joseph Kessel), des acteurs de l'événement (Gidéon Hausner, procureur général), , des historiens (Hanna Yablonka, Léon Poliakov). Ce qui en ressort est un récit hyper-documenté qui laisse peu de place à l'interprétation, et tend à braquer les lumières partout sans laisser une seule parcelle d'ombre. Pourtant, il subsiste encore de l'ombre autour du bourreau nazi, des questions que l'auteure semble laisser volontairement en suspens pour susciter la réflexion : un... Paru pour la première fois en 1989, "Eichmann - de la traque au procès" ressort ici dans une version augmentée, "renouvelée" selon le terme de son auteur, Annette Wievorka, spécialiste de la perception et la mémoire de la Shoah, qui a pu, depuis, approfondir ses recherches autour de nouveaux éléments et points de vue. Car le but ultime, s'il devait n'y en avoir qu'un seul, serait de livrer une vue globale définitive sur et autour de ce procès, dont l'ampleur n'a pas été perçue immédiatement, dont l'importance n'a pas été saisie de facto, ce que Wievorka étudie également comme une preuve de la nécessité de faire acte de mémoire, de la faire vivre. Pour donner corps à son étude, Wievorka convoque d'autres personnes ayant publié sur Eichmann, des journalistes ayant couvert le procès (Joseph Kessel), des acteurs de l'événement (Gidéon Hausner, procureur général), , des historiens (Hanna Yablonka, Léon Poliakov). Ce qui en ressort est un récit hyper-documenté qui laisse peu de place à l'interprétation, et tend à braquer les lumières partout sans laisser une seule parcelle d'ombre. Pourtant, il subsiste encore de l'ombre autour du bourreau nazi, des questions que l'auteure semble laisser volontairement en suspens pour susciter la réflexion : un homme qui n'a pas de sang sur les mains est-il coupable ? Ce procès n'est-il pas un acte de vengeance "pour l'exemple" ? Quelle sentence sera assez juste pour de tels crimes ? Pas de réponse définitive, mais des pistes, et une polémique qui cristallise ces interrogations, autour de l'analyse que fait Hannah Arendt, politologue philosophe, du procès Eichmann. Quelle morale pour juger l'immoral ? Parfaitement didactique, le livre suit la chronologie des événements : il s'agit bien de suivre Eichmann depuis sa traque, jusqu'au procès, et même plus, puisque celui-ci est mis en perspective ensuite des autres procès : Nuremberg, Barbie, Demjanuk (quelques documents officiels en annexes viennent renforcer la valeur documentaire). Une chronologie essentielle pour comprendre, tenter de comprendre, le glissement vers l'horreur absolue, sans pour autant devoir verser dans le sentimentalisme, le sensationnalisme. Encore une fois, il s'agit de comprendre et juger Eichmann, et rien d'autre ; le témoin, dans cette optique, revêt une importance capitale, dont la parole se doit d'être pertinente au-delà de l'émotion qu'elle provoque. "Eichmann" constitue une oeuvre-somme sur son sujet, que l'on pourra toujours prolonger par une bibliographie riche. Mais Annette Wievorka ne se contente pas d'un simple point de vue historique ; elle met en perspective, questionne les notions de mémoire, de devoir, de morale, à travers un procès vieux de 60 ans. Alors que les derniers survivants de la Shoah disparaissent, ce livre rappelle qu'il faut continuer à lutter contre le plus dangereux des négationnismes : l'oubli.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez Histoire
Vous aimez l'histoire ? Vous souhaitez être informé de toutes nos parutions ? Abonnez-vous dès maintenant.

Lisez maintenant, tout de suite !