RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            En l'absence des hommes

            10/18
            EAN : 9782264056856
            Code sériel : 4188
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 216
            Format : 108 x 177 mm
            En l'absence des hommes

            Collection : Domaine Français
            Date de parution : 05/01/2012

            Été 1916. Vincent découvre la passion dans les bras d’Arthur, jeune soldat qui tente d’échapper pour quelques jours à l’horreur des tranchées. Dans le même temps, il ébauche une affection amoureuse avec l’écrivain mondain et renommé Marcel Proust. Le temps de ce bel été, l’un va devenir l'amant, l’autre l'ami....

            Été 1916. Vincent découvre la passion dans les bras d’Arthur, jeune soldat qui tente d’échapper pour quelques jours à l’horreur des tranchées. Dans le même temps, il ébauche une affection amoureuse avec l’écrivain mondain et renommé Marcel Proust. Le temps de ce bel été, l’un va devenir l'amant, l’autre l'ami. Comme deux fragiles éclats de bonheur au milieu de la tragédie.

            « Étonnant, envoûtant premier roman que celui de Philippe Besson !»
            Michèle Gazier, Télérama

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264056856
            Code sériel : 4188
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 216
            Format : 108 x 177 mm
            10/18

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Clytemnestre Posté le 30 Septembre 2019
              Je découvre Philippe Besson tel qu'il m'avait échappé jusqu'à présent: une écriture inventive et lumineuse, et toujours, c'est sa marque de fabrique, cette façon indéfinissable de décrire avec autant d'émotion et de précision le ressort amoureux.
            • belette42 Posté le 26 Septembre 2019
              L’amour peut prendre différentes formes. Il peut être amical, comme va le vivre Vincent, 16 ans, avec un certain Marcel (Proust) mais aussi passionnel, avec un certain Arthur (Rimbaud). Mais nous sommes à l’époque de la Grande Guerre et Arthur est un soldat. Ce roman est le premier écrit par Philippe Besson. J’ai retrouvé la même sensibilité que dans ses ouvrages plus récents. C’est un roman un peu plus historique de l’auteur, différents de ceux que j’ai lu jusqu’à présent. L’histoire est narrée par Vincent. Le « je » renforce le côté intime de cette histoire. Cette histoire décrit les étapes d’une histoire d’amour : la rencontre, la déclaration, la passion, … et la séparation. Le roman se divise en 3 parties. J’ai trouvé quelques longueurs dans la première partie qui se sont vite dissipées pour entrer dans le vif du sujet. La dernière partie est la partie épistolaire et c’est celle qui m’a le plus plu, touchée. Il traite ici de l’homosexualité à l’époque de la première guerre mondiale mais aussi de l’horreur de ces guerres, de l’amour. Proust va initier Vincent aux plaisirs de l’esprit et Arthur à celui du corps, de la chair. Parfois les mots sont crus mais ils sont... L’amour peut prendre différentes formes. Il peut être amical, comme va le vivre Vincent, 16 ans, avec un certain Marcel (Proust) mais aussi passionnel, avec un certain Arthur (Rimbaud). Mais nous sommes à l’époque de la Grande Guerre et Arthur est un soldat. Ce roman est le premier écrit par Philippe Besson. J’ai retrouvé la même sensibilité que dans ses ouvrages plus récents. C’est un roman un peu plus historique de l’auteur, différents de ceux que j’ai lu jusqu’à présent. L’histoire est narrée par Vincent. Le « je » renforce le côté intime de cette histoire. Cette histoire décrit les étapes d’une histoire d’amour : la rencontre, la déclaration, la passion, … et la séparation. Le roman se divise en 3 parties. J’ai trouvé quelques longueurs dans la première partie qui se sont vite dissipées pour entrer dans le vif du sujet. La dernière partie est la partie épistolaire et c’est celle qui m’a le plus plu, touchée. Il traite ici de l’homosexualité à l’époque de la première guerre mondiale mais aussi de l’horreur de ces guerres, de l’amour. Proust va initier Vincent aux plaisirs de l’esprit et Arthur à celui du corps, de la chair. Parfois les mots sont crus mais ils sont nécessaires à la narration. Bref, j’ai bien aimé !
              Lire la suite
              En lire moins
            • EleaR Posté le 24 Septembre 2019
              Ce magnifique roman est à lire pour l'histoire d'amour entre le héros et le soldat, d'abord par la découverte des sens puis par échanges de lettres. Pour l'amitié franche entre le héros et Marcel Proust. Pour le parallèle de ces deux relations dans lesquelles la passion est omniprésente. Pour l'importance et la place vitale de l'écriture. Un livre qui ne laisse pas indifférent.
            • jprathle Posté le 17 Juillet 2019
              En l‘absence des hommes est pour moi l‘un des plus beaux romans d‘amour qui puisse exister. D’une part, je l’admets volontiers, car les belles histoires d’amour entre deux hommes ne sont pas légion dans la littérature, mais aussi car ce roman de Besson est de ceux qui vont emportent immédiatement. On est tout de suite conquis par ce jeune homme parfois frivole mais tellement charmant. Il a une vision si juste sur le monde et les personnes qu’il rencontre, une telle façon d’envisager l’existence et les évènements précieux qu’il vit en cet été qu’on ne peut que le suivre dans ce récit. On est à la fois envieux et nostalgique de cette adolescence fragile et magnifique dont il profite de la plus belle façon. C’est une ode à la vie et à l’amour que nous offre ici Philippe Besson. L‘écriture de l‘auteur est d‘ailleurs d‘une simplicite, d'une fluidité et d‘une finesse impressionnante. La façon qu’a Philippe Besson de construire des chapitres très courts, avec des phrases simples, sans artefact, touche inévitablement le lecteur. La construction du roman est parfaite : une introduction rapide, un long développement sur les amours interdites et pourtant magnifiques des deux personnages, une conclusion peut être trop... En l‘absence des hommes est pour moi l‘un des plus beaux romans d‘amour qui puisse exister. D’une part, je l’admets volontiers, car les belles histoires d’amour entre deux hommes ne sont pas légion dans la littérature, mais aussi car ce roman de Besson est de ceux qui vont emportent immédiatement. On est tout de suite conquis par ce jeune homme parfois frivole mais tellement charmant. Il a une vision si juste sur le monde et les personnes qu’il rencontre, une telle façon d’envisager l’existence et les évènements précieux qu’il vit en cet été qu’on ne peut que le suivre dans ce récit. On est à la fois envieux et nostalgique de cette adolescence fragile et magnifique dont il profite de la plus belle façon. C’est une ode à la vie et à l’amour que nous offre ici Philippe Besson. L‘écriture de l‘auteur est d‘ailleurs d‘une simplicite, d'une fluidité et d‘une finesse impressionnante. La façon qu’a Philippe Besson de construire des chapitres très courts, avec des phrases simples, sans artefact, touche inévitablement le lecteur. La construction du roman est parfaite : une introduction rapide, un long développement sur les amours interdites et pourtant magnifiques des deux personnages, une conclusion peut être trop rapide mais foudroyante. En l’absence des hommes nous parle d’amour, d’amitié, de passion, des moments clés d’une vie et qui vous marquent. Le roman nous bouleverse et nous questionne sur de nombreux sujets. Loin d’être un roman militant ni communautariste, il évoque une histoire d’amour belle et simple, qui se fiche des conventions sociales et du temps qui passe, inexorablement. Philippe Besson réussit ici une quasi-perfection, un livre qui touche au plus près, et durablement.
              Lire la suite
              En lire moins
            • missparker18 Posté le 5 Novembre 2018
              Une histoire d'amour inattendue entre deux hommes pendant la guerre... J'ai bien aimé ce livre où on retrouve déjà à l'époque la touche de l'auteur. Par ailleurs, j'ai préféré le chapitre 2 et 3 où je trouve qu'on rentre vraiment dans le sujet compliqué d'une relation amoureuse durant la guerre qui plus est homosexuelle. Cerise sur le gâteau la touche finale est étonnante.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…