RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Enfant 44

            Pocket
            EAN : 9782266201704
            Code sériel : 14292
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 544
            Format : 108 x 177 mm
            Enfant 44

            France CAMUS-PICHON (Traducteur)
            Date de parution : 21/01/2010

            Moscou, hiver 1953. Le corps d’un petit garçon est retrouvé nu sur une voie ferrée. Leo, agent du MGB, police d’État chargée du contre-espionnage, reste fidèle à la ligne du parti : le crime n’existe pas sous le parfait régime socialiste, il s’agit d’un accident.
            L’affaire est classée mais le doute s’installe…
            Tombé...

            Moscou, hiver 1953. Le corps d’un petit garçon est retrouvé nu sur une voie ferrée. Leo, agent du MGB, police d’État chargée du contre-espionnage, reste fidèle à la ligne du parti : le crime n’existe pas sous le parfait régime socialiste, il s’agit d’un accident.
            L’affaire est classée mais le doute s’installe…
            Tombé en disgrâce, Leo est contraint à l’exil avec sa femme, Raïssa. Et, dans une petite ville des montagnes de l’Oural, il va faire une troublante découverte : un autre garçonnet mort dans les mêmes conditions.
            Leo et Raïssa vont se lancer dans une terrible traque, qui fera d’eux des ennemis du peuple…

            « [Tom Rob Smith] conjugue avec maestria récit d'aventures et polar métaphysique. En un mot, crimes et châtiments. Une vraie montagne russe. » François Lestavel – Paris Match

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266201704
            Code sériel : 14292
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 544
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.30 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Thriller impeccable, haletant, parfaitement vissé. » Michel Abescat - Télérama

            « Un premier roman saisissant.  D'une maîtrise absolue, Enfant 44 tient de bout en bout ses promesses. » Le Figaro Magazine

            « [Tom Rob Smith] conjugue avec maestria récit d'aventures et polar métaphysique. En un mot, crimes et châtiments. Une vraie montagne russe. » Paris-Match

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • floamaru Posté le 13 Juin 2019
              Superbe roman! le côté historique sous le régime stalinien est très bien détaillé. on apprend beaucoup de choses sur les méthodes employées au sein du parti. Très bonne documentation de l'auteur. Par la suite, ce livre reste un thriller superbement orchestré par de nombreux rebondissements, j'ai totalement adhéré: 9/10 Vraiment mérité!
            • Srafina Posté le 10 Juin 2019
              1953, fin de l'ère stalinienne, le pays est sous une chape de plomb, qui annihile toute conscience individuelle, le bien du pays passe par la délation, la peur, la crainte d'être dénoncé pour un mot ou une parole portant préjudice au soviétisme à outrance. La peur aussi de l'espion occidental suprême ennemi de l'URSS. Cet occident qui pour les soviets est le produit même de tous les vices. On a affaire ici à un thriller froid, glaçant même. L'atmosphère même du roman est éprouvante car malheureusement cette histoire est tirée d'un fait réel qui a bouleversé le pays à l'époque. Et comme à l'époque, les autorités fortes de leur imaginaire d'une société parfaite refusent que de tels crimes puissent être perpétrés par un seul homme. Leur modèle parfait ne peut produire un tel homme. On se retrouve donc avec Léo Démidov, agent zélé du MGB (ancien KGB), brillant, officier prometteur qui prend conscience de la stupidité du raisonnement de son parti. Et pourtant Léo est un officier qui adhère pleinement au régime. Mais il suffira d'un gros grain de sable dans la machine, en l’occurrence Vassili, son adjoint pour qu'il prenne conscience de ce qui l'entoure. De chasseur il deviendra... 1953, fin de l'ère stalinienne, le pays est sous une chape de plomb, qui annihile toute conscience individuelle, le bien du pays passe par la délation, la peur, la crainte d'être dénoncé pour un mot ou une parole portant préjudice au soviétisme à outrance. La peur aussi de l'espion occidental suprême ennemi de l'URSS. Cet occident qui pour les soviets est le produit même de tous les vices. On a affaire ici à un thriller froid, glaçant même. L'atmosphère même du roman est éprouvante car malheureusement cette histoire est tirée d'un fait réel qui a bouleversé le pays à l'époque. Et comme à l'époque, les autorités fortes de leur imaginaire d'une société parfaite refusent que de tels crimes puissent être perpétrés par un seul homme. Leur modèle parfait ne peut produire un tel homme. On se retrouve donc avec Léo Démidov, agent zélé du MGB (ancien KGB), brillant, officier prometteur qui prend conscience de la stupidité du raisonnement de son parti. Et pourtant Léo est un officier qui adhère pleinement au régime. Mais il suffira d'un gros grain de sable dans la machine, en l’occurrence Vassili, son adjoint pour qu'il prenne conscience de ce qui l'entoure. De chasseur il deviendra gibier. Et en étant gibier il découvrira la vérité. Bien triste il est vrai et totalement inhumaine. Car elle sera la conséquence d'erreurs passées. Très bon thriller/polar, qui fait froid dans le dos. L'époque est bien retranscrite, la mentalité, les peurs, les réactions de la population à toute intervention du pouvoir. On a l'impression d'être dans une ambiance à la Orwell dans une société totalement fermée, formatée, totalitaire et policière sauf que cette histoire il ne faut pas l'oublier fut bien réelle. L'écriture de Tom Rob Smith retranscrit bien cette atmosphère, froide, concise et sans concession. Le style est haché et tranchant. Belle découverte. Je lirai certainement la suite.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Livramoi Posté le 28 Mai 2019
              Excellent ! Un jeune auteur très prometteur. Un roman qui se passe en Russie, sous l'absurdité du régime totalitaire en place. Le style et la construction sont impeccable. Tout est fait pour que le lecteur soit plongé dans la méfiance et la paranoïa ambiante du pays. Malgré tout, on ne voit rien venir et les rebondissements sont à chaque fois surprenants. Admirablement bien chapitré, ce roman est impossible à lâcher. Aussitôt terminé, j'ai été chercher la suite.
            • Derfuchs Posté le 19 Mai 2019
              C'est avec un sentiment partagé que j'ai terminé cette lecture. J'avais 8 ans en 1953, ce n'était pas l'opulence mais ce n'était pas la misère. En lisant, mes souvenirs revenaient. D'abord les vécus, puis ceux appris ou glanés au fil des lectures. Le totalitarisme soviétique, basé sur la peur, est le fil rouge de ce bouquin, il met mal à l'aise, d'autant que ma réalité n'était pas celle-là. Certes, depuis les choses ont évolué un peu partout, en bien ? Pas sûr, notamment dans certains pays où les populations sont encore sous le joug du pouvoir en place. Mon propos, ici, n'est pas de refaire le monde, je n'ai plus ni cette illusion, ni cet idéalisme, simplement la réflexion issue du livre ne m'amène pas a un optimisme béat. L'intrigue est égale au suspens et l'auteur mène bien sa barque de conteur sachant où il va. C'est d'autant plus méritoire qu'il s'agit d'un premier livre. L'introduction reste dans l'esprit jusqu'au moment où la réalité explose comme un pétard à retardement, après bien des vicissitudes et des aventures difficiles et lourdes de conséquences. Léo, était-il obligé d'être ce qu'il était ? Son esprit de conservation l'a-t-il amené à être ce monstre d'indifférence... C'est avec un sentiment partagé que j'ai terminé cette lecture. J'avais 8 ans en 1953, ce n'était pas l'opulence mais ce n'était pas la misère. En lisant, mes souvenirs revenaient. D'abord les vécus, puis ceux appris ou glanés au fil des lectures. Le totalitarisme soviétique, basé sur la peur, est le fil rouge de ce bouquin, il met mal à l'aise, d'autant que ma réalité n'était pas celle-là. Certes, depuis les choses ont évolué un peu partout, en bien ? Pas sûr, notamment dans certains pays où les populations sont encore sous le joug du pouvoir en place. Mon propos, ici, n'est pas de refaire le monde, je n'ai plus ni cette illusion, ni cet idéalisme, simplement la réflexion issue du livre ne m'amène pas a un optimisme béat. L'intrigue est égale au suspens et l'auteur mène bien sa barque de conteur sachant où il va. C'est d'autant plus méritoire qu'il s'agit d'un premier livre. L'introduction reste dans l'esprit jusqu'au moment où la réalité explose comme un pétard à retardement, après bien des vicissitudes et des aventures difficiles et lourdes de conséquences. Léo, était-il obligé d'être ce qu'il était ? Son esprit de conservation l'a-t-il amené à être ce monstre d'indifférence vis-à-vis de lui-même et de ses états d'âme. La survie est-elle suffisante pour expliquer ses gestes et qu'aurions nous fait à sa place ? Questions fondamentales que nous n'avons pas à nous poser. Son revirement, l'absout-il ? Plus qu'un polar bien fait, ce bouquin laisse un goût de cendres dans la bouche ! Jusqu'où va l'avilissement ? Comment expliquer cette prise de conscience collective, quitte à se condamner, pour aider deux fugitifs animés d'une volonté de vérité quelle qu'elle soit ? Autant de questions âpres et controversées dont les réponses restent, bien que définies et expliquées dans le livre, aussi floues que le régime politique soviétique. La vérité est ailleurs disent certains, ici elle est changeante d'un jour à l'autre. Je crois, je n'en suis, cependant, pas certain, que la création d'une brigade criminelle à Moscou, a entrainé l'établissement du GPU, autre manifestation de la répression. Bon livre, vite lu, intéressant, dérangeant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • cmpf Posté le 12 Mai 2019
              La lecture de la première moitié de ce livre a été pour moi assez éprouvante. Non tant à cause des crimes qui sont pourtant particulièrement sordides mais à cause de la vie dans l’URSS de Staline. J’en connaissais les grandes lignes, les famines, les goulags, les différentes polices, mais ça restait théorique. Le livre s’ouvre apparemment sur le meurtre d’un petit garçon en 1933 , le second chapitre se déroule en 1953 avec un second meurtre d’enfant. Longtemps on se demande le lien entre les deux époques. Aux deux tiers des réponses commencent à apparaître. Je ne sais si le personnage principal Leo Demidov était sensé être sympathique mais son honnêteté se double d’une naïveté qui entraîne de nombreuses arrestations et le rend déplaisant pendant une partie du récit. Il y a deux autres titres avec ce personnages mais je pense attendre un peu pour les lire. Cette histoire a été inspirée par un tueur en série réel Andreï Chikatilo.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.