Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266227957
Code sériel : 15189
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

Et rester vivant

Date de parution : 03/01/2013

Avoir… Comme avoir 22 ans.
Être… Comme être sans attaches.
Prendre… Comme prendre une décision.
Tailler… Comme tailler la route.
Rester… Comme rester vivant.

« L'auteur ne tente pas de faire le récit d'une rédemption. Il décrit les différentes étapes de la survie, cet instinct qui lui permettra de remonter à la surface et de...

Avoir… Comme avoir 22 ans.
Être… Comme être sans attaches.
Prendre… Comme prendre une décision.
Tailler… Comme tailler la route.
Rester… Comme rester vivant.

« L'auteur ne tente pas de faire le récit d'une rédemption. Il décrit les différentes étapes de la survie, cet instinct qui lui permettra de remonter à la surface et de respirer. » Christine Ferniot – LiRE

« Un récit sensible et fort, comme si une lame de couteau piquait les larmes pour en faire sortir des fous rires. » Nadine Monfils

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266227957
Code sériel : 15189
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« L'auteur ne fait pas le récit d'une rédemption. Il décrit les différentes étapes de la survie, cet instinct qui lui permettra de remonter à la surface et de respirer. » Christine Ferniot - Lire

« L'histoire poignante et l'écriture ciselée de Blondel vous touchent en plein cœur. » Alexandre Fillon - Madame Figaro

« Un récit sensible et fort, comme si une lame de couteau piquait les larmes pour en faire sortir des fous rires. » Nadine Monfils

« Jean-Philippe Blondel a attendu longtemps avant d'écrire cette histoire. Du coup, intense, poignant, grave et léger, son récit est un chef-d'œuvre, élégie tendre à sa jeunesse, ses parents, son frère. La vie d'abord. » L'Hebdo (Suisse) 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Christlbouquine Posté le 16 Août 2020
    Quelle est la probabilité pour que quelqu’un perde sa mère et son frère dans un accident de voiture puis, quatre ans plus tard, son père dans un nouvel accident ? C’est pourtant ce qui arrive au narrateur de Et rester vivant, qui se retrouve à 22 ans seul à la tête d’un petit héritage qui va lui permettre de donner corps à un rêve, né de l’écoute d’une chanson de Lloyd Cole : se rendre aux Etats-Unis, plus précisément à Morro Bay. En compagnie de ses meilleurs amis, Laure et Samuel, il va parcourir les routes californiennes à bord d’une Thunderbird en cet été 1986. Mais ce voyage n’est pas pour le narrateur une balade touristique, c’est une manière de fuir le drame ou d’essayer de l’apprivoiser pour continuer à avancer, quoiqu’il arrive. Et rester vivant. Il est écrit roman sur la couverture de ce livre mais c’est bien au cœur de sa propre histoire que nous plonge Jean-Philippe Blondel. J’ai lu ces 240 pages d’une traite happée par l’histoire et la force de vie qui s’en dégage. Le ton est parfois légèrement ironique lorsque l’auteur convient lui même par exemple de l’invraisemblance des choses : « Personne ne perd... Quelle est la probabilité pour que quelqu’un perde sa mère et son frère dans un accident de voiture puis, quatre ans plus tard, son père dans un nouvel accident ? C’est pourtant ce qui arrive au narrateur de Et rester vivant, qui se retrouve à 22 ans seul à la tête d’un petit héritage qui va lui permettre de donner corps à un rêve, né de l’écoute d’une chanson de Lloyd Cole : se rendre aux Etats-Unis, plus précisément à Morro Bay. En compagnie de ses meilleurs amis, Laure et Samuel, il va parcourir les routes californiennes à bord d’une Thunderbird en cet été 1986. Mais ce voyage n’est pas pour le narrateur une balade touristique, c’est une manière de fuir le drame ou d’essayer de l’apprivoiser pour continuer à avancer, quoiqu’il arrive. Et rester vivant. Il est écrit roman sur la couverture de ce livre mais c’est bien au cœur de sa propre histoire que nous plonge Jean-Philippe Blondel. J’ai lu ces 240 pages d’une traite happée par l’histoire et la force de vie qui s’en dégage. Le ton est parfois légèrement ironique lorsque l’auteur convient lui même par exemple de l’invraisemblance des choses : « Personne ne perd son frère et sa mère, puis quatre ans plus tard, son père - à l’âge de vingt-deux ans. Ça n’arrive jamais, ce genre de choses. Même dans les romans. Il y a une limite à l’indécence, quand même. ». C’est un livre par lequel il faut se laisser imprégner : par les souvenirs du narrateur qui remontent à la surface et dressent le portrait de sa famille, par l’amitié qui lie les trois voyageurs, par la tristesse, la sensibilité et même la poésie présentes à chaque page, par les paysages des Etats-Unis et les rencontres faites au fil du voyage mais aussi par l’extraordinaire pouvoir de vie qui émerge du récit et par l’humour jamais bien loin chez Jean-Philippe Blondel. C’est évidemment un livre sur le deuil mais c’est aussi un livre puissant sur la résilience et d’une profonde sincérité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Herve-Lionel Posté le 22 Septembre 2019
    La Feuille Volante n° 1389 – Septembre 2019. ET RESTER VIVANT- Jean-Philippe Blondel - Éditions Buchet Chastel. Le narrateur, vingt deux ans, se réveille d'une opération des dents de sagesse pour apprendre que son père vient de mourir dans un accident de voiture. Il a déjà perdu sa mère et son frère dans des circonstances analogues et Laure, son amie, vient de le quitter pour Samuel, pourtant son "meilleur ami". Le voilà seul au monde, enfin pas tout à fait puisque que Laure reste à ses côtés avec Samuel pour l'aider à surmonter cette épreuve. Mais est-ce vraiment une épreuve puisqu'il dit être enfin débarrassé de la présence pesante et violente de son père? Il est désormais libre et riche, à cause de l'héritage paternel et, alors qu'il aurait dû le réinvestir dans quelque chose de durable, il emmène ses amis en Californie à cause d'une chanson de Lloyd Cole qui parle de Morro Bay, une petite ville de cet état, et c'est l'été. Il veut, avec eux, vivre son rêve américain au volant d'une grosse voiture, mais ce qui dans sa tête devait être un vrai "road movie" à la manière de Jack Kerouac, se transforme vite en une errance... La Feuille Volante n° 1389 – Septembre 2019. ET RESTER VIVANT- Jean-Philippe Blondel - Éditions Buchet Chastel. Le narrateur, vingt deux ans, se réveille d'une opération des dents de sagesse pour apprendre que son père vient de mourir dans un accident de voiture. Il a déjà perdu sa mère et son frère dans des circonstances analogues et Laure, son amie, vient de le quitter pour Samuel, pourtant son "meilleur ami". Le voilà seul au monde, enfin pas tout à fait puisque que Laure reste à ses côtés avec Samuel pour l'aider à surmonter cette épreuve. Mais est-ce vraiment une épreuve puisqu'il dit être enfin débarrassé de la présence pesante et violente de son père? Il est désormais libre et riche, à cause de l'héritage paternel et, alors qu'il aurait dû le réinvestir dans quelque chose de durable, il emmène ses amis en Californie à cause d'une chanson de Lloyd Cole qui parle de Morro Bay, une petite ville de cet état, et c'est l'été. Il veut, avec eux, vivre son rêve américain au volant d'une grosse voiture, mais ce qui dans sa tête devait être un vrai "road movie" à la manière de Jack Kerouac, se transforme vite en une errance dans l'ouest américain. Ce sera les motels inconfortables, les déserts, les grands espaces puis Las Vegas et son décor intemporel de jeu, le Mexique... Le trio qu'ils forment n'en n'est pas vraiment un, entre attachement et attirance. Laure qui était la petite amie du narrateur depuis l’adolescence est maintenant celle de Samuel, mais leurs relations sont équivoques, et leur présence aux côtés du narrateur est censée l'aider à favoriser sa résilience. J'ai bien aimé ce personnage du narrateur, ses réflexions sur sa famille, sur ses parents sur son frère et les mystères et les incompréhensions qui vont avec, sa fuite vers un but irréel, sa volonté de se raccrocher désespérément à des êtres qui pourtant lui sont relativement étrangers, sa quête de quelque chose d'assez incertain qui semble se dessiner devant lui où disparaître à sa vue après s'être révélé, à l’image du désert qu'il aborde comme un jalon dans sa course surréaliste, la certitude que ces rêves ne s'accompliront jamais. Il gardera l'empreinte de tout cela, fixera peut-être avec des mots l'émotion ou l'espoir d'un instant, confiera à la page blanche les traits d'une silhouette ou le fantasme d'une passade qui n'a pas existé... Morroy Bay, un lieu si loin de la France, choisi parce qu'un chanteur l'évoque avec des mots où sont accrochés des notes de guitare, une sorte d'Eldorado inconnu qui se dérobe comme un mirage, une intuition de fin du monde qui peut arriver maintenant mais qui l’indiffère. Il y a tout ce qu'il voulait faire, dans cette vie, tous ces châteaux en Espagne qui fleurissent et s'épanouissent dans nos têtes, mais tout cela ne se fera pas et contribuera à ne faire naître que des regrets et des remords. Dans ce bout du monde enfin atteint, à où la terre s'arrête et où commence l'océan, l'envie de vivre revient parce que ce but, même un peu fou, est atteint et que demain redevient possible, qu'on a quand même envie de nouveau de prendre sa part dans ce grand combat perdu d’avance parce qu'il est humain et que tout ce qui est humain est transitoire et voué à la destruction. Face à cette mort annoncée il reste l'écriture, un exorcisme possible, des mots confiés au fragile support du papier. Écrire pour aider à supporter la vie, pour rester vivant, ou rester vivant pour écrire? C'est un roman simplement autobiographique, avec tout ce que cela implique dans le ton, dans l'écriture et pas seulement en raison de l'emploi de la première personne. Même si ce dont il parle semble irréel, l’accumulation des deuils, ses espoirs dont on comprend vite qu'ils seront sans lendemain, c'est son histoire personnelle qu'il livre au lecteur et j'ai ressenti une sorte d'attachement personnel rare avec ces mots, une sorte de communauté d'expérience et d'intentions... et peut-être aussi d'échec, le fait de se sentir perdu dans ce monde, de n'y être pas vraiment à sa place. Pour cela, pour le style, pour l'ambiance et sans doute pour beaucoup d'autres choses dont je n'ai même pas conscience, ce roman a été pour moi un bon moment de lecture. ©Hervé Gautier.http:// hervegautier.e-monsite.com
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annette55 Posté le 15 Juillet 2019
    «  J'espère que, désormais , plus aucun de mes livres ne sera un hommage. » Dernière phrase de cet opus lu d'une traite grâce à une amie de Babelio qui se reconnaîtra. Même si j'ai lu trois ou quatre romans de cet auteur celui- là est particulier . Je ne vais pas en dire grand- chose sauf que c'est un beau récit introspectif, autobiographique ou comment surmonter un vide abyssal après la disparition de sa famille à l'âge de 22 ans? D'autres l'ont fait avant moi. Une histoire douloureuse , un livre qui ne se raconte pas , il se lit.. Le style est vif, sobre, la langue parfois hésitante ,fragile, sans phrases inutiles, sans gras, aucun apitoiement , une survivance à travers un road- trip en Amérique : sur les routes californiennes , à l'écoute de morceaux de Lloyd Cole, cuivres, , batteries et cordes, aux côtés de ses deux meilleurs amis , Laure et Samuel .... Intense Voyage intérieur, prenant et exigeant , poignant et éparpillé , décalé et irréel, dans la nuit américaine qui interpelle, prend aux tripes entre douleur, questions, interrogations. LUTTE perpétuelle pour continuer, survivre, revivre.... coûte que coûte , une mouvance pimentée d'humour et de dérision à l'image d'un funambule qui... «  J'espère que, désormais , plus aucun de mes livres ne sera un hommage. » Dernière phrase de cet opus lu d'une traite grâce à une amie de Babelio qui se reconnaîtra. Même si j'ai lu trois ou quatre romans de cet auteur celui- là est particulier . Je ne vais pas en dire grand- chose sauf que c'est un beau récit introspectif, autobiographique ou comment surmonter un vide abyssal après la disparition de sa famille à l'âge de 22 ans? D'autres l'ont fait avant moi. Une histoire douloureuse , un livre qui ne se raconte pas , il se lit.. Le style est vif, sobre, la langue parfois hésitante ,fragile, sans phrases inutiles, sans gras, aucun apitoiement , une survivance à travers un road- trip en Amérique : sur les routes californiennes , à l'écoute de morceaux de Lloyd Cole, cuivres, , batteries et cordes, aux côtés de ses deux meilleurs amis , Laure et Samuel .... Intense Voyage intérieur, prenant et exigeant , poignant et éparpillé , décalé et irréel, dans la nuit américaine qui interpelle, prend aux tripes entre douleur, questions, interrogations. LUTTE perpétuelle pour continuer, survivre, revivre.... coûte que coûte , une mouvance pimentée d'humour et de dérision à l'image d'un funambule qui serre les dents , là - haut , tout là-haut ... Tel un hymne à la vie et à la vitalité. Rien à perdre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • lula00 Posté le 28 Décembre 2018
    Un hymne à la vie quoiqu'il arrive! Magnifique, digne et sans jamais basculer dans la mièvrerie.
  • luocine Posté le 18 Décembre 2018
    Je lis tous les livres de cet auteur qui me tombent sous la main, celui-là c’est la souris jaune qui me l’a conseillé, qu’elle en soit remerciée. C’est un très beau livre, qui explique bien des failles et des difficultés d’être à fond dans la vie qui sont évoquées dans tous les livres de Jean-Philippe Blondel. Lorsqu’il avait 18 ans un accident de voiture a tué sa mère et son frère, c’est son père qui conduisait et celui-ci meurt quatre ans plus tard. Plombé par ces deux tragédies, le narrateur très proche de l’auteur, sans aucun doute, a bien du mal à trouver l’envie de « rester vivant » . Avec beaucoup d’humour et en restant très pudique, il arrive à nous faire comprendre et partager sa souffrance. Ce que j’apprécie chez lui, c’est que jamais il ne s’apitoie sur lui, jamais il ne fait pleurer sur son sort. Sa vision de l’Amérique est original et tout en suivant une chanson de Lloyd Cole Rich qui l’amènera à Morro Bay. Mais aussi à Las Vegas où il a bien failli se perdre lui et et aussi Laura et Samuel. Ce sont ses amis et leur trio est compliqué, Laura c’st... Je lis tous les livres de cet auteur qui me tombent sous la main, celui-là c’est la souris jaune qui me l’a conseillé, qu’elle en soit remerciée. C’est un très beau livre, qui explique bien des failles et des difficultés d’être à fond dans la vie qui sont évoquées dans tous les livres de Jean-Philippe Blondel. Lorsqu’il avait 18 ans un accident de voiture a tué sa mère et son frère, c’est son père qui conduisait et celui-ci meurt quatre ans plus tard. Plombé par ces deux tragédies, le narrateur très proche de l’auteur, sans aucun doute, a bien du mal à trouver l’envie de « rester vivant » . Avec beaucoup d’humour et en restant très pudique, il arrive à nous faire comprendre et partager sa souffrance. Ce que j’apprécie chez lui, c’est que jamais il ne s’apitoie sur lui, jamais il ne fait pleurer sur son sort. Sa vision de l’Amérique est original et tout en suivant une chanson de Lloyd Cole Rich qui l’amènera à Morro Bay. Mais aussi à Las Vegas où il a bien failli se perdre lui et et aussi Laura et Samuel. Ce sont ses amis et leur trio est compliqué, Laura c’st son ex qui est maintenant la petite amie de Samuel qui est son ami pour toujours. Ce road movie lui permet de faire des rencontres intéressantes et même la loueuse de voiture qui semble d’un banal achevé se révélera plus riche qu’il ne s’y attendait. Bien curieuse famille où lui était l’enfant raté à côté du frère parfait qu’il entendait pourtant pleurer très souvent la nuit dans son lit.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.