RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Etrange printemps aux Glénan

            Pocket
            EAN : 9782266267717
            Code sériel : 16584
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Etrange printemps aux Glénan

            AMELIE DE MAUPEOU (Traducteur)
            Date de parution : 07/04/2016
            Bienvenue au paradis de la voile, les Glénan, archipel paradisiaque au large de Concarneau.
            En ce matin de mai, la mer bleu lagon est tachée du sang de trois cadavres échoués sur le rivage. Accident ? Naufrage ? Le commissaire Dupin, qui n’a pas le pied marin, flaire l’embrouille. L’une des victimes est...
            Bienvenue au paradis de la voile, les Glénan, archipel paradisiaque au large de Concarneau.
            En ce matin de mai, la mer bleu lagon est tachée du sang de trois cadavres échoués sur le rivage. Accident ? Naufrage ? Le commissaire Dupin, qui n’a pas le pied marin, flaire l’embrouille. L’une des victimes est un homme d’affaires lié à la politique locale. Une autre, un navigateur hors pair qui possède une célèbre école de voile.
            L’immersion en eaux troubles commence pour le commissaire. Au fil de son enquête, il va devoir apprivoiser l’archipel et ses habitants – pilleurs d’épaves, biologistes militants, intrigants divers. Et révélera des secrets explosifs aux enjeux écologiques dramatiques…
             
            « Ce sont les Glénan et ses quelques habitants qui captivent ici. On embarque volontiers à leur rencontre ! » Le Télégramme
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266267717
            Code sériel : 16584
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.95 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un suspense fort en iode. » Centre Presse
            « Ce sont les Glénan et ses quelques habitants qui captivent ici. On embarque volontiers à leur rencontre ! » Le Télégramme

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • meknes56 Posté le 18 Mai 2019
              Une histoire qui se passe en Bretagne, c'est un bon point. Mais quand le roman est bien écrit et captivante, j'adore.
            • beatriceferon Posté le 1 Février 2019
              Macabre découverte pour ce pêcheur des Glénan. Trois corps, lacérés par les brisants, ont vraisemblablement été victimes de la furieuse tempête de la veille. Anonymes, ils ne le resteront pas longtemps. Deux d'entre eux sont des personnalités de l'archipel. Ils n'avaient pas que des amis. Alors, accident ? Vraiment ? C'est ce que Georges Dupin va devoir découvrir. Cette deuxième enquête, il va la boucler en trois jours. Mais le lecteur, lui, a l'impression qu'elle dure beaucoup plus longtemps. Les recherches sont lentes et longues. Elles mènent Dupin et ses assistants sur plusieurs pistes. Il leur faudra faire de nombreux allers-retours entre les îles et le continent, au grand dam du commissaire qui, s'il aime beaucoup la mer, déteste y naviguer. L'archipel des Glénan semble situé dans une autre dimension. Par exemple, alors qu'il fait beau à Concarneau, la seule île habitée essuie un tel grain que nos policiers pensent leur dernière heure arrivée. Le bâtiment dans lequel ils ont trouvé refuge tremble et gémit. On dirait qu'il va s'arracher à ses fondations. La première partie du roman est consacrée à l'identification des corps. Sans un papier ni un téléphone, abîmés par l'eau et les rochers, ils n'ont plus apparence humaine. Ensuite viennent les questions : très... Macabre découverte pour ce pêcheur des Glénan. Trois corps, lacérés par les brisants, ont vraisemblablement été victimes de la furieuse tempête de la veille. Anonymes, ils ne le resteront pas longtemps. Deux d'entre eux sont des personnalités de l'archipel. Ils n'avaient pas que des amis. Alors, accident ? Vraiment ? C'est ce que Georges Dupin va devoir découvrir. Cette deuxième enquête, il va la boucler en trois jours. Mais le lecteur, lui, a l'impression qu'elle dure beaucoup plus longtemps. Les recherches sont lentes et longues. Elles mènent Dupin et ses assistants sur plusieurs pistes. Il leur faudra faire de nombreux allers-retours entre les îles et le continent, au grand dam du commissaire qui, s'il aime beaucoup la mer, déteste y naviguer. L'archipel des Glénan semble situé dans une autre dimension. Par exemple, alors qu'il fait beau à Concarneau, la seule île habitée essuie un tel grain que nos policiers pensent leur dernière heure arrivée. Le bâtiment dans lequel ils ont trouvé refuge tremble et gémit. On dirait qu'il va s'arracher à ses fondations. La première partie du roman est consacrée à l'identification des corps. Sans un papier ni un téléphone, abîmés par l'eau et les rochers, ils n'ont plus apparence humaine. Ensuite viennent les questions : très bons marins, pourquoi ont-ils pris le risque de partir en mer alors qu'une tempête s'annonçait ? Pourquoi pas sur leur bateau personnel ? L'intérêt principal du roman n'est pas la découverte d'un coupable. Jean-Luc Bannalec décrit les particularités de ces îles dont certaines semblent apparaître ou disparaître comme par magie. Il évoque des métiers liés à l'endroit. Muriel Lefort gère avec passion l'école de voile, un groupe de plongée est très actif, des chercheurs se soucient de l'équilibre écologique, des archéologues sont spécialisés dans les prospections sous-marines. Les Glénan abritent aussi des pêcheurs, les restauratrices qui travaillent en famille au « Quatre vents », les ramasseurs de coquillages, palourdes ou ormeaux, les chasseurs de trésors. L'auteur aime beaucoup régaler son lecteur de vieilles légendes : celle de la sorcière Groarc'h, de la Baie des Trépassés, de la ville d'Ys. Il évoque d'appétissantes recettes qui mettent l'eau à la bouche. Il aborde également quelques fléaux de notre époque, dont le moindre n'est pas la corruption, spécialité d'hommes d'affaires sans scrupules, qui ne pensent qu'à tirer un maximum d'argent en bâtissant des complexes sportifs luxueux et des hôtels tape à l’œil dans le plus grand mépris des ressources écologiques, de la flore et de la faune. Ce n'est pas le suspense qui m'attire dans cette lecture. J'y découvre une mine de renseignements sur la Bretagne, une ambiance bien particulière, des lieux que j'ai envie de visiter, et, bien sûr, Dupin, un rebelle comme je les aime.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Fortuna Posté le 10 Août 2018
              Notre commissaire Dupin n'a guère le pied marin, mais pas le choix, trois cadavres ont été retrouvés aux Glénan, cet archipel de rêve pour les amateurs de voile et de plongée sous marine. Trois hommes d'une cinquantaine d'années, tous connus - tout le monde se connaît aux Glénan - mais pas forcément appréciés. L'un d'entre eux, Lucas Lefort voulait en effet transformer l'archipel en usine à touristes... Mais les femmes veillent. Solenn Nuz qui tient l'unique restaurant de l'île principale avec ses filles, Muriel Lefort propriétaire avec son frère défunt du club de voile, Angela Barrault du club de plongée. Toutes veulent conserver la beauté et l'authenticité des lieux dans l'esprit de leurs fondateurs. L'occasion de partir à la découverte de la région, ses particularités climatiques qui peuvent vous faire vivre plusieurs saisons en une journée, vous clouer sur place et responsables de bien des accidents ; ses légendes, ses spécialités culinaires. On y apprend au passage que même la bouillabaisse est une recette bretonne... S'y croisent des scientifiques, le centre de recherches océanographiques de Concarneau n'est pas loin, des pêcheurs, des chercheurs de trésors dans les épaves enfouies parfois depuis des centaines d'années dans l'océan... Mais derrière les apparences paisibles de ces... Notre commissaire Dupin n'a guère le pied marin, mais pas le choix, trois cadavres ont été retrouvés aux Glénan, cet archipel de rêve pour les amateurs de voile et de plongée sous marine. Trois hommes d'une cinquantaine d'années, tous connus - tout le monde se connaît aux Glénan - mais pas forcément appréciés. L'un d'entre eux, Lucas Lefort voulait en effet transformer l'archipel en usine à touristes... Mais les femmes veillent. Solenn Nuz qui tient l'unique restaurant de l'île principale avec ses filles, Muriel Lefort propriétaire avec son frère défunt du club de voile, Angela Barrault du club de plongée. Toutes veulent conserver la beauté et l'authenticité des lieux dans l'esprit de leurs fondateurs. L'occasion de partir à la découverte de la région, ses particularités climatiques qui peuvent vous faire vivre plusieurs saisons en une journée, vous clouer sur place et responsables de bien des accidents ; ses légendes, ses spécialités culinaires. On y apprend au passage que même la bouillabaisse est une recette bretonne... S'y croisent des scientifiques, le centre de recherches océanographiques de Concarneau n'est pas loin, des pêcheurs, des chercheurs de trésors dans les épaves enfouies parfois depuis des centaines d'années dans l'océan... Mais derrière les apparences paisibles de ces îles peu habitées, se trament de sombres conflits d'intérêts qui ont pu conduire à une cruelle vengeance...Le commissaire et son équipe sont sur tous les fronts, par tous les temps, presque jour et nuit pour défaire les nœuds de cette étrange affaire. Et on les suit avec plaisir dans ce décors paradisiaque qu'on voudrait voir préservé de la folie humaine.
              Lire la suite
              En lire moins
            • DODONONO Posté le 26 Juin 2018
              Je viens de revenir de l’archipel des Glénan, ou j’étais partie en compagnie du commissaire Dupin. Car, c’est ainsi que j’ai envie de parler de ce livre de Jean Luc Bannalec, comme d’un véritable voyage vers cette langue de terre Bretonne, aux plages de sable blanc et à la mer bleu lagon. Après «un été à Pont-Aven», c’est avec un grand plaisir que j’ai suivi cette nouvelle enquête iodée de notre commissaire Parisien, et Breton d’adoption. Malgré la découverte macabre de trois cadavres, et d’une intrigue qui déroule son fil dans la vie de personnages plus ou moins recommandables, ce roman ce lit tel un guide touristique. Page après page, le commissaire Dupin nous entraine à la découverte de cette terre Bretonne, de ses coutumes, de ses pêcheurs, de son climat, et de ses plaisirs culinaires. Ce printemps aux Glénan est une ballade rafraichissante pour le lecteur, mais pas pour le commissaire Dupin, un flic ronchon et épicurien, qui communique difficilement avec son équipe et qui navigue et c’est peu dire au cœur d’une affaire compliquée. Malgré tous ses défauts et son aversion pour les traversées en bateaux, Dupin est... Je viens de revenir de l’archipel des Glénan, ou j’étais partie en compagnie du commissaire Dupin. Car, c’est ainsi que j’ai envie de parler de ce livre de Jean Luc Bannalec, comme d’un véritable voyage vers cette langue de terre Bretonne, aux plages de sable blanc et à la mer bleu lagon. Après «un été à Pont-Aven», c’est avec un grand plaisir que j’ai suivi cette nouvelle enquête iodée de notre commissaire Parisien, et Breton d’adoption. Malgré la découverte macabre de trois cadavres, et d’une intrigue qui déroule son fil dans la vie de personnages plus ou moins recommandables, ce roman ce lit tel un guide touristique. Page après page, le commissaire Dupin nous entraine à la découverte de cette terre Bretonne, de ses coutumes, de ses pêcheurs, de son climat, et de ses plaisirs culinaires. Ce printemps aux Glénan est une ballade rafraichissante pour le lecteur, mais pas pour le commissaire Dupin, un flic ronchon et épicurien, qui communique difficilement avec son équipe et qui navigue et c’est peu dire au cœur d’une affaire compliquée. Malgré tous ses défauts et son aversion pour les traversées en bateaux, Dupin est un excellent flic, et il résoudra cette enquête compliquée d’une main de maître. Ce livre de Jean Luc Bannalec, qui est en réalité le pseudonyme d’un écrivain Allemand, tombé amoureux de la Bretagne est une pure bouffée d’air marin sur fond de paysage à couper le souffle et une excellente lecture pour les vacances.
              Lire la suite
              En lire moins
            • lapetitefadette Posté le 17 Juin 2018
              Nouvelle enquête pour le "commissaire de Paris" comme les gens de Concarneau continuent à appeler ce parisien muté en Bretagne quatre ans plus tôt. Nouveau prétexte pour l'auteur allemand qui se cache sous un pseudo français pour nous brosser un magnifique tableau de cette région dont il est tombé manifestement amoureux. Magnifique découverte de l'archipel des Glénan. Une grosse envie d'aller visiter sur place ce petit coin de France. Par ailleurs, une enquête moins ennuyeuse que dans "Un été à Pont-Aven". En revanche, j'ai trouvé ce Georges Dupin bien peu sympathique dans ce récit. Un peu imbu de lui-même ce monsieur et je n'aime pas du tout la façon irrespectueuse et hautaine avec laquelle il se comporte envers ses collaborateurs même si ceux-ci peuvent être agaçants.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.