RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Fleur de tonnerre

            Pocket
            EAN : 9782266244466
            Code sériel : 15766
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 264
            Format : 108 x 177 mm
            Fleur de tonnerre

            Date de parution : 06/03/2014
            Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part, tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin : les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons.
            Elle s’appelait Hélène Jégado, et le bourreau...
            Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part, tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin : les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons.
            Elle s’appelait Hélène Jégado, et le bourreau qui lui trancha la tête le 26 février 1852 sur la place du Champs-de-Mars de Rennes ne sut jamais qu’il venait d’exécuter la plus terrifiante meurtrière de tous les temps.
            Sous la plume acérée de Jean Teulé, Hélène reprend vie et accomplit son destin, funeste et fascinant.

            « La mort, la folie, l'amour, le sexe : Teulé transcende le tout dans un style littéraire pétaradant. »
            Blaise de Chabalier – Le Figaro littéraire
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266244466
            Code sériel : 15766
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 264
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Avec sa verve coutumière, faisant la part belle aux tropismes bretons, il en a tiré une épopée romanesque riche en échappées mystiques et en saveurs... vénéneuses ! » D.P., Lire

            « Il fallait l'humour et la verve d'un Teulé pour faire de cette vie une farce macabre. » Claire Julliard, Le Nouvel Observateur

            « De nouveau, Teulé invente un rythme, un style, un langage si bien appropriés à son récit et déploie une telle science des légendes qu'on avale la potion cul sec. » P.V., Le Parisien / Aujourd'hui en France

            « La mort, la folie, l'amour, le sexe : Teulé transcende le tout, sourire en coin, dans un style littéraire pétaradant. » Blaise de Chabalier, Le Figaro littéraire

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • bookaddict02 Posté le 19 Mai 2019
              Dans ce roman Jean Teulé nous raconte l’histoire d’une célèbre tueuse en série française Hélène Jégado qui à cause de superstition est persuadée d’être l’ouvrière de la mort. Un bon roman dans l’ensemble.
            • ingridfasquelle Posté le 25 Avril 2019
              Jean Teulé, qui nous a habitué à de succulents récits en partie historiques, qu’il agrémente de son style inimitable et de son humour décalé, porte cette fois à la connaissance du grand public l’histoire d’une des plus grandes meurtrières de l’Histoire de France : celle d’Hélène Jégado, surnommée Fleur de tonnerre. Froide, folle, parfois attachante, celle que l’on a aussi surnommé la « Brinvilliers bretonne » reprend vie sous la plume pétaradante de l’auteur qui nous fait découvrir un fait divers passé totalement inaperçu face aux évènements de l’époque (lorsque le procès d’Hélène Jégado s’ouvre le 6 décembre 1851, le coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte – Napoléon III donc- qui a eu lieu quelques jours plus tôt – le 2 -, empêche les journalistes parisiens de se rendre au prétoire, puisque Rennes, à l’époque, n’est pas encore accessible par les chemins de fer). Que vous dire de plus sinon que ce roman qui a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2016 ? Pour bien comprendre le roman de Jean Teulé et l’apprécier, il faut comprendre qu’à l’époque, la Bretagne est à genoux, accablée par le régime en place et par le clergé omnipotent. C’est une région qui se meurt dans un... Jean Teulé, qui nous a habitué à de succulents récits en partie historiques, qu’il agrémente de son style inimitable et de son humour décalé, porte cette fois à la connaissance du grand public l’histoire d’une des plus grandes meurtrières de l’Histoire de France : celle d’Hélène Jégado, surnommée Fleur de tonnerre. Froide, folle, parfois attachante, celle que l’on a aussi surnommé la « Brinvilliers bretonne » reprend vie sous la plume pétaradante de l’auteur qui nous fait découvrir un fait divers passé totalement inaperçu face aux évènements de l’époque (lorsque le procès d’Hélène Jégado s’ouvre le 6 décembre 1851, le coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte – Napoléon III donc- qui a eu lieu quelques jours plus tôt – le 2 -, empêche les journalistes parisiens de se rendre au prétoire, puisque Rennes, à l’époque, n’est pas encore accessible par les chemins de fer). Que vous dire de plus sinon que ce roman qui a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2016 ? Pour bien comprendre le roman de Jean Teulé et l’apprécier, il faut comprendre qu’à l’époque, la Bretagne est à genoux, accablée par le régime en place et par le clergé omnipotent. C’est une région qui se meurt dans un marasme économique qui n’en finit pas. Au milieu de cela, une fillette en souffrance pousse, tant bien que mal. Cette gamine, c’est « Fleur de Tonnerre », une enfant isolée, malmenée par la vie et bercée par de trop féroces légendes ancestrales, les superstitions et les peurs de parents non éduqués. « Je suis devenue l’Ankou pour surmonter mes angoisses. […] Les nuits, j’allais me charger de la force nécessaire en m’adossant contre un menhir de la lande des Caqueux. Je ressentais profondément en moi son irradiante énergie fantastique. J’en ai encore les vertèbres qui brûlent. » Hélène Jégado sèmera la mort, peut-être juste pour être regardée et aimée… Outre le fait que l’écriture et le style de Jean Teulé peuvent surprendre, choquer ou même rebuter (selon la sensibilité littéraire de chaque lecteur), il n’en demeure pas moins que Fleur de Tonnerre est un roman qui mérite d’être lu pour la psychologie et le côté insaisissable de son personnage principal.
              Lire la suite
              En lire moins
            • belaval Posté le 11 Mars 2019
              j'aime lire Teulé mais je n'ai pas trop aimé Fleur de Tonnerre que j'ai trouvé trop répétitif; je me demande comment fait Teulé pour trouver ces faits divers à partir desquels il écrit avec sa verve et son humour grinçant.
            • Sebastien95 Posté le 22 Février 2019
              Ecouté en livre audio. Si la plume de Jean Teulé reste souple, et met en valeur plutôt en finesse le récit, la litanie des empoisonnés relève peu à peu d'une certaine routine. Cette routine est d'autant plus sensible que la personnalité d'Hélène ne fait pas vraiment l'objet d'une étude attentive... L’interprétation de Lebert est en revanche remarquable.
            • Milleliri Posté le 17 Janvier 2019
              Ce petit roman relate le parcours criminel d'Anne Jégado, Bretonne imprégnée du folklore de son pays qui décide de devenir l'Ankou pour exorciser ses peurs irrationnelles. C'est un fait divers réel, comme souvent dans les romans de Teulé. Née en 1803, celle qui est qualifiée de plus grande tueuse en série de l'histoire de France meurt sous le couperet de la guillotine en 1852 avec sur la conscience (ou pas) une petite centaine d'empoisonnements souvent réussis. Ici la gouaille de Teulé n'est plus si anachronique. Elle se marie bien avec ce personnage énigmatique qui tue comme investie d'une mission, faiseuse d'une si terrible soupe aux herbes pour curés, notables, vieillards et enfants, hommes et femmes sans distinction. Et malgré ce palmarès macabre, le roman est plutôt drôle du fait du décalage entre des saillies et jeux de mots de « Fleur de Tonnerre », qui annonce toujours l'air de rien ce qu'elle s'apprête à faire, et l'horreur de ce qu'elle fait effectivement. Comme quand elle imite sans le moindre état d'âme le bruit de la charrette de l'Ankou « wik wik » alors qu'un médecin constate dans la pièce d'à côté le décès d'un énième curé. Ou qu'elle s'insurge parce que «... Ce petit roman relate le parcours criminel d'Anne Jégado, Bretonne imprégnée du folklore de son pays qui décide de devenir l'Ankou pour exorciser ses peurs irrationnelles. C'est un fait divers réel, comme souvent dans les romans de Teulé. Née en 1803, celle qui est qualifiée de plus grande tueuse en série de l'histoire de France meurt sous le couperet de la guillotine en 1852 avec sur la conscience (ou pas) une petite centaine d'empoisonnements souvent réussis. Ici la gouaille de Teulé n'est plus si anachronique. Elle se marie bien avec ce personnage énigmatique qui tue comme investie d'une mission, faiseuse d'une si terrible soupe aux herbes pour curés, notables, vieillards et enfants, hommes et femmes sans distinction. Et malgré ce palmarès macabre, le roman est plutôt drôle du fait du décalage entre des saillies et jeux de mots de « Fleur de Tonnerre », qui annonce toujours l'air de rien ce qu'elle s'apprête à faire, et l'horreur de ce qu'elle fait effectivement. Comme quand elle imite sans le moindre état d'âme le bruit de la charrette de l'Ankou « wik wik » alors qu'un médecin constate dans la pièce d'à côté le décès d'un énième curé. Ou qu'elle s'insurge parce que « Léon Napo » a fait plus de morts qu'elle. Ou encore quand elle vante sa fameuse soupe auprès d'un futur ex-employeur : « C'est ma spécialité, mon triomphe. Impossible de trouver un vivant qui en dise du mal. » Et Teulé, quand il oublie le juron, c'est aussi une plume poétique. Le folklore breton s'y prête merveilleusement bien et ça donne de très jolis passages. Sans compter le running gag - plus profond qu'il n'y paraît - des deux perruquiers normands, qui finissent plus bretons que la Bretagne, le corps couvert de leur récolte de cheveux quand ils ne la plantent pas comme du maïs dans un champs. « Entendant cela, sur la lande aux légendes de Plouhinec, les fantômes des druides doivent bien rire dans leur barbe de lichens verts et mauves. Quand Fleur de tonnerre évoque sa cuisine on la croirait ivre d'avoir bu l'univers. » « Sur le soir, lors des veillées, la chandelle de résine éclaire à peine et la lumière se fait magicienne. Un sifflement de vent entendu dehors, c'est la voix d'un noyé qui réclame un tombeau. » Après, Teulé, c'est casse-gueule ; difficile de savoir quand ça passe ou pas, s'il en fait trop ou pas assez. Je vois pas mal de gens déçus mais pour ma part, ce petit roman m'a beaucoup plu.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

            Lisez maintenant, tout de suite !