Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782351429907
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 115 x 177 mm
Fullmetal Alchemist - XI (tomes 22-23)
Fabien Vautrin (traduit par), Maiko_O (traduit par)
Collection : Fullmetal Alchemist
Date de parution : 11/12/2014
Éditeurs :
Kurokawa

Fullmetal Alchemist - XI (tomes 22-23)

Fabien Vautrin (traduit par), Maiko_O (traduit par)
Collection : Fullmetal Alchemist
Date de parution : 11/12/2014

Avec son subtil mélange d'action, d'humour, de suspense et de tragédie, Fullmetal Alchemist est le titre incontournable pour toute mangathèque !

Enfin réunis, Alphonse, Edward et leur père Van Hohenheim doivent faire face à la terrible menace de Pride, le plus ancien des homonculi, qui utilise les ombres comme moyen d’attaque.... Enfin réunis, Alphonse, Edward et leur père Van Hohenheim doivent faire face à la terrible menace de Pride, le plus ancien des homonculi, qui utilise les ombres comme moyen d’attaque. Nos héros vont devoir redoubler d’ingéniosité pour lui tenir tête ! Alors que le « jour promis » approche à... Enfin réunis, Alphonse, Edward et leur père Van Hohenheim doivent faire face à la terrible menace de Pride, le plus ancien des homonculi, qui utilise les ombres comme moyen d’attaque. Nos héros vont devoir redoubler d’ingéniosité pour lui tenir tête ! Alors que le « jour promis » approche à grands pas, la tension est à son comble dans la capitale, Central City, où l’assaut mené par le colonel Roy Mustang vient tout juste de commencer.

Alors qu'Alphonse se démène contre Pride et Kimblee, Edward doit faire face à une horde de soldats immortels dans les catacombes de la capitale. Leurs alliés ne sont pas en reste et le colonel Mustang, bien décidé à tout risquer pour réussir, va devoir faire face à un dilemme inextricable ! La bataille décisive pour le contrôle de Central City est engagée !!
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782351429907
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 115 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BazaR Posté le 25 Juin 2017
    La guerre fait rage entre nos héros humains, alchimistes ou pas, et les homonculi. Ça a commencé dans le tome précédent et ça ne se calmera plus guère avant la fin. Donc la bagnole n’a plus de freins et on fonce à cent à l’heure sur les multiples terrains de combat, des combats toujours intelligents, les humains compensant leur manque de force par des tactiques efficaces… et beaucoup de courage. L’apogée est atteinte avec l’affrontement entre Alphonse Elric contre à la fois Pride – le plus dangereux des homonculi – et Kimblee l’alchimiste écarlate, qui égale les meilleurs affrontements de Naruto. Nos héros ont également pensé à gérer leur communication vis-à-vis de la population, s’assurant une posture de résistants face à un coup d’état de l’armée de la capitale. Du grand art de manipulation des masses. Mais parfois, au milieu du combat, on se pose cinq minutes pour faire place à l’émotion, à l’exposition d’une certaine morale, ou d’une certaine éthique. Le colonel Mustang va-t-il céder à sa soif inextinguible de vengeance et se rabaisser au niveau de ceux qui ont tué son meilleur ami ? Pour l’homme, le choix est déchirant. Le plus beau est certainement la pénétration que Hiromu Arakawa nous... La guerre fait rage entre nos héros humains, alchimistes ou pas, et les homonculi. Ça a commencé dans le tome précédent et ça ne se calmera plus guère avant la fin. Donc la bagnole n’a plus de freins et on fonce à cent à l’heure sur les multiples terrains de combat, des combats toujours intelligents, les humains compensant leur manque de force par des tactiques efficaces… et beaucoup de courage. L’apogée est atteinte avec l’affrontement entre Alphonse Elric contre à la fois Pride – le plus dangereux des homonculi – et Kimblee l’alchimiste écarlate, qui égale les meilleurs affrontements de Naruto. Nos héros ont également pensé à gérer leur communication vis-à-vis de la population, s’assurant une posture de résistants face à un coup d’état de l’armée de la capitale. Du grand art de manipulation des masses. Mais parfois, au milieu du combat, on se pose cinq minutes pour faire place à l’émotion, à l’exposition d’une certaine morale, ou d’une certaine éthique. Le colonel Mustang va-t-il céder à sa soif inextinguible de vengeance et se rabaisser au niveau de ceux qui ont tué son meilleur ami ? Pour l’homme, le choix est déchirant. Le plus beau est certainement la pénétration que Hiromu Arakawa nous offre des véritables sentiments de l’homonculus Envy. C’est tout à fait inattendu de la part d’un être méprisant autant la vie humaine. Il résiste de toutes ses forces quand Edouard Elric le met face à sa propre vérité, une vérité en totale contradiction avec sa nature même. Superbe morceau d’émotion au milieu de « l’epicness to the max » ambiant (comme dirait Alfaric). Je suis mordu comme jamais. Allez, encore deux tomes et je vous fiche la paix. Mais qu’est-ce que j’aimerais entrainer de nouveaux lecteurs vers ce splendide manga !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Kurokawa, la newsletter qui a du punch !
Toute l'actualité 100% manga de vos collections et séries préférées.