En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Garder la tête hors de l'eau

        10/18
        EAN : 9782264071897
        Code sériel : 5286
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 108 x 177 mm
        Garder la tête hors de l'eau

        Cécile DUTHEIL DE LA ROCHERE (Traducteur)
        Date de parution : 18/01/2018
        Si les plus célèbres résidents du Chelsea Hotel à New York – Andy Warhol, Leonard Cohen ou  encore Patti Smith – ne hantent plus ses couloirs depuis longtemps, l’atmosphère festive de ce lieu mythique est demeurée intacte. Fille d’un avocat devenu romancier et d’un ancien mannequin, Nicolaia Rips a grandi... Si les plus célèbres résidents du Chelsea Hotel à New York – Andy Warhol, Leonard Cohen ou  encore Patti Smith – ne hantent plus ses couloirs depuis longtemps, l’atmosphère festive de ce lieu mythique est demeurée intacte. Fille d’un avocat devenu romancier et d’un ancien mannequin, Nicolaia Rips a grandi dans cet écrin d’artistes et d’originaux. Elle-même différente des autres enfants, ses tentatives maladroites d’intégration se soldent systématiquement par des échecs fracassants. Et si son principal talent, celui de porter des toasts, fait la fierté de son père, il se révèle peu utile pour nouer des amitiés. C’est donc tout naturellement dans la faune excentrique du Chelsea Hotel qu’elle va trouver sa véritable famille... Avec candeur et humour, Nicolaia Rips livre le récit haut en couleur de son enfance si singulière.

        « Un récit réjouissant. » Elle

        Traduit de l’anglais (États-Unis) par Cécile Dutheil de la Rochère
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264071897
        Code sériel : 5286
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • AnneNY Posté le 5 Juin 2018
          Je pensais trouver un roman dans la lignée de Fairyland d’Alysia Abbott ou de Low Down d’Amy-Jo Albany. Après San Francisco et la poésie, Los Angeles et le Jazz, je pensais partir pour la vie de bohème New Yorkaise au Chelsea Hotel. Je n’ai pas retrouvé cet esprit marginal dans ce récit. Le Chelsea et ses habitants ne sont pas assez impliqués à mon goût. On les croise au détour de certains chapitres mais ça ne va pas plus loin. La relation de l’auteure avec ses parents n’est pas très présente, on sait qu’ils sont proches à l’écoute mais ça reste vague. Alors que dans Fairyland ou Lou Down les liens familiaux étaient plus intenses. Certes j’ai été déçue pour le côté « Vie au Chelsea », néanmoins j’ai passé un bon moment à la lecture de Garder la tête hors de l’eau. Mais tout ça reste quand même assez propret. C’est un portrait sympathique d’une enfant maladroite qui cherche à se faire des potes. Elle a beau essayé de bien faire, rien n’y fait elle a la poisse. Nicolaia Rips pourrait être un personnage de Freaks and Geeks, et de pleins d’autres séries / films pour ados que nous avons tous vu... Je pensais trouver un roman dans la lignée de Fairyland d’Alysia Abbott ou de Low Down d’Amy-Jo Albany. Après San Francisco et la poésie, Los Angeles et le Jazz, je pensais partir pour la vie de bohème New Yorkaise au Chelsea Hotel. Je n’ai pas retrouvé cet esprit marginal dans ce récit. Le Chelsea et ses habitants ne sont pas assez impliqués à mon goût. On les croise au détour de certains chapitres mais ça ne va pas plus loin. La relation de l’auteure avec ses parents n’est pas très présente, on sait qu’ils sont proches à l’écoute mais ça reste vague. Alors que dans Fairyland ou Lou Down les liens familiaux étaient plus intenses. Certes j’ai été déçue pour le côté « Vie au Chelsea », néanmoins j’ai passé un bon moment à la lecture de Garder la tête hors de l’eau. Mais tout ça reste quand même assez propret. C’est un portrait sympathique d’une enfant maladroite qui cherche à se faire des potes. Elle a beau essayé de bien faire, rien n’y fait elle a la poisse. Nicolaia Rips pourrait être un personnage de Freaks and Geeks, et de pleins d’autres séries / films pour ados que nous avons tous vu et revu. Pour ce qui est de l’écriture, c’est très agréable à lire. Des chapitres courts, des petites chroniques ça se lit très bien. Il est possible que ce récit soit trop récent. Garder la tête hors de l’eau parle des années 2010 et depuis l’esprit du Chelsea a disparu. Je dirai que la 4ème couverture m’a fait espérer quelque chose qui n’existe plus. Quoi qu’il en soit c’est le premier roman de Rips, j’ai quand même envie de savoir de que quoi elle est capable. Affaire à suivre ….
          Lire la suite
          En lire moins
        • FannyNetherfieldPark Posté le 28 Février 2018
          Agée d’un peu moins de 20 ans, Nicolaia Rips nous livre ici un premier livre autobiographique. L’ensemble est composé de chapitres courts et rythmés. Ces derniers retracent les petits et grands moments de son enfance et de son adolescence. Nicolaia Rips a vécu dans l’univers hors du commun et excentrique du Chelsea Hôtel (à New-York) entre un père écrivain et une mère ex-mannequin. Son entourage se compose également des autres résidents tous plus loufoques les uns que les autres mais portant toujours un regard bienveillant sur la petite Nicki. Celle-ci possède le don de se mettre dans des situations à peine croyable. Elle explique très bien elle-même que la frontière des souvenirs entre réalité et imaginaire est parfois ténue. Derrière le ton léger et souvent humoristique, se cache une thématique beaucoup moins drôle. En effet, Nicolaia est une petite fille qui se construit hors du moule grâce à une éducation anti-conformiste. Lorsqu’elle fait son entrée à l’école, le harcèlement scolaire ne tarde pas à faire son apparition et à lui pourrir la vie. Nicolaia avance tant bien que mal. Elle nous donne une vraie leçon de vie car elle s’en sort toujours grâce à une échappatoire ou une pirouette. Vous l’aurez... Agée d’un peu moins de 20 ans, Nicolaia Rips nous livre ici un premier livre autobiographique. L’ensemble est composé de chapitres courts et rythmés. Ces derniers retracent les petits et grands moments de son enfance et de son adolescence. Nicolaia Rips a vécu dans l’univers hors du commun et excentrique du Chelsea Hôtel (à New-York) entre un père écrivain et une mère ex-mannequin. Son entourage se compose également des autres résidents tous plus loufoques les uns que les autres mais portant toujours un regard bienveillant sur la petite Nicki. Celle-ci possède le don de se mettre dans des situations à peine croyable. Elle explique très bien elle-même que la frontière des souvenirs entre réalité et imaginaire est parfois ténue. Derrière le ton léger et souvent humoristique, se cache une thématique beaucoup moins drôle. En effet, Nicolaia est une petite fille qui se construit hors du moule grâce à une éducation anti-conformiste. Lorsqu’elle fait son entrée à l’école, le harcèlement scolaire ne tarde pas à faire son apparition et à lui pourrir la vie. Nicolaia avance tant bien que mal. Elle nous donne une vraie leçon de vie car elle s’en sort toujours grâce à une échappatoire ou une pirouette. Vous l’aurez compris Garder la tête hors de l’eau est aussi un récit d’apprentissage. On suit avec beaucoup d’intérêt cette petite fille protégée dans les couloirs de l’Hôtel Chelsea qui découvre ensuite le monde extérieur, sa brutalité et ses codes compliqués. L’ensemble est bien écrit et se tient bien malgré les sauts dans le temps entre chaque chapitre. Je suis assez impressionnée des observations, du recul et parfois de la clairvoyance dont fait preuve Nicolaia Rips. Je me suis régalée des anecdotes humoristiques de sa toute jeune vie.
          Lire la suite
          En lire moins
        • mamzellepotter Posté le 12 Février 2018
          Une lecture avec un personnage dont vous devez faire la connaissance! J'ai eu du mal à comprendre mon ressenti à la fin de cette lecture. J'ai été à la fois intéressée par Nicolaia Rips et sa vie mais assez déconcertée par la façon de raconter de cette dernière. Tout d'abord, commençons par ce qui m'a posé problème. Je m'attendais, d'après la 4eme de couverture, à retrouver d'avantage d’anecdotes sur le Chelsea Hotel et ses célébrités qui font rêver! Finalement il y a en a pas, ou peu. Ce fut ma première petite déception. Mon second soucis fut la façon de raconter de l'auteur. J'ai été surprise par cette façon étrange de raconter sa vie, j'avais parfois l'impression qu'il s'agissait d'un personnage plus qu'une réelle personne. Je pense que ce genre de récit est un de ceux avec lesquels ça passe ou non et dans mon cas, ce fut plutôt négatif. Pour ce qui est de Nicolaia Rips, c'est une personne assez fantasque, qui a vécut mille vies en une en étant en contact avec tant de personnalité et avec les parents qu'elle a eu et qu'ils lui ont donné ce côté rêveur, acidulé. C'est une personne à découvrir car je trouve représentative d'une... Une lecture avec un personnage dont vous devez faire la connaissance! J'ai eu du mal à comprendre mon ressenti à la fin de cette lecture. J'ai été à la fois intéressée par Nicolaia Rips et sa vie mais assez déconcertée par la façon de raconter de cette dernière. Tout d'abord, commençons par ce qui m'a posé problème. Je m'attendais, d'après la 4eme de couverture, à retrouver d'avantage d’anecdotes sur le Chelsea Hotel et ses célébrités qui font rêver! Finalement il y a en a pas, ou peu. Ce fut ma première petite déception. Mon second soucis fut la façon de raconter de l'auteur. J'ai été surprise par cette façon étrange de raconter sa vie, j'avais parfois l'impression qu'il s'agissait d'un personnage plus qu'une réelle personne. Je pense que ce genre de récit est un de ceux avec lesquels ça passe ou non et dans mon cas, ce fut plutôt négatif. Pour ce qui est de Nicolaia Rips, c'est une personne assez fantasque, qui a vécut mille vies en une en étant en contact avec tant de personnalité et avec les parents qu'elle a eu et qu'ils lui ont donné ce côté rêveur, acidulé. C'est une personne à découvrir car je trouve représentative d'une certain époque tout simplement. C'est une lecture, vous l'aurez compris, qui m'a à la fois touché et amusée mais aussi déconcertée par sa forme. C'est néanmoins une lecture qui se lit vite et agréablement bien.
          Lire la suite
          En lire moins
        • michel.carlier15 Posté le 2 Février 2018
          Contrairement à mon attente - je m'attendais à découvrir des anecdotes croustillantes à propos des célébrités qui ont vécu au Chelsea Hotel - ce roman évoque l'enfance de Nicolaia Rips et ses débuts (souvent calamiteux) dans la vie de la "Big Apple" . Pour le lecteur lambda , il faut souligner que cet endroit est plus que légendaire , il est mythique , il a toujours attiré la crème des artistes américains , mais aussi européens , on peut citer Leonard Cohen (qui aurait eu une aventure avec Janis Joplin dans cet hôtel ) , Dylan , Joan Baez , Kerouac , Ginsberg , Sartre , Beauvoir , Bukowski , Patti Smith , Piaf , Hendrix , Nico , Kubrick , the Libertines , Tom Waits , etc... Nicolaia a hérité de deux parents très peu conformistes , à la fois bohèmes et artistes : sa mère , ancien mannequin qui a vécu à Paris et qui a beaucoup voyagé , est une artiste peintre ; son père , écrivain pas vraiment assidu , passe souvent son temps au Big Cup , café fréquenté principalement par une clientèle homosexuelle , il y emmène d'ailleurs sa fille qui en devient la mascotte... Contrairement à mon attente - je m'attendais à découvrir des anecdotes croustillantes à propos des célébrités qui ont vécu au Chelsea Hotel - ce roman évoque l'enfance de Nicolaia Rips et ses débuts (souvent calamiteux) dans la vie de la "Big Apple" . Pour le lecteur lambda , il faut souligner que cet endroit est plus que légendaire , il est mythique , il a toujours attiré la crème des artistes américains , mais aussi européens , on peut citer Leonard Cohen (qui aurait eu une aventure avec Janis Joplin dans cet hôtel ) , Dylan , Joan Baez , Kerouac , Ginsberg , Sartre , Beauvoir , Bukowski , Patti Smith , Piaf , Hendrix , Nico , Kubrick , the Libertines , Tom Waits , etc... Nicolaia a hérité de deux parents très peu conformistes , à la fois bohèmes et artistes : sa mère , ancien mannequin qui a vécu à Paris et qui a beaucoup voyagé , est une artiste peintre ; son père , écrivain pas vraiment assidu , passe souvent son temps au Big Cup , café fréquenté principalement par une clientèle homosexuelle , il y emmène d'ailleurs sa fille qui en devient la mascotte . La jeune gamine fait tout son possible pour se faire des amis , mais ses efforts sont rarement couronnés de succès ; il ne lui arrive que des aventures complètement loufoques . Au cours d'un fête d'anniversaire , elle réussit à tomber dans la piscine avec un bébé , en assommant la mère (du bébé) , la faisant couler . Ce n'est qu'une des aventures loufoques qui lui arrivent , mais , évidemment , cela ne la rend pas vraiment populaire ! On ne sait pas exactement si les événements qui surviennent lui sont vraiment arrivés , quel est la part du réel et de l'imaginaire , on ne veut pas réellement le savoir . En fin de compte , les mésaventures qu'elle subit sont plutôt dramatiques , mais la façon dont l'histoire est racontée fait que l'on ne peut qu'éprouver l'envie de rire . Dans le Chelsea Hotel , on croise une faune extrêmement bigarrée , pas toujours soucieuse de régler sa location . Les pensionnaires sont tous ou presque des excentriques de la plus belle espèce , Nicolaia se demande même parfois quel est le genre de certains ! On sent néanmoins , au cours des années d'apprentissage de cette jeune fille , que son récit est souvent basé sur ce qu'elle a vécu au Chelsea Hotel , allant même jusqu'à utiliser le vrai prénom du gérant , Stanley . C'est un roman très plaisant à lire , l'écriture est fluide , on ne s'ennuie pas une seconde . J'encourage tout le monde à le lire .
          Lire la suite
          En lire moins
        • stephanieplaisirdelire Posté le 26 Mars 2017
          Eduquée par une mère, ancienne mannequin, voyageuse dans l’âme devenue artiste peintre, et un père écrivain dilettante qui transforme ses lectures d’adulte en récits pour jeune enfant et qui fait d’elle la mascotte du café où il passe régulièrement son temps (le choix de la première école se fera d’ailleurs en fonction sa situation géographique par rapport à ses cafés préférés), Nicolaia finit par rentrer en maternelle à 5 ans, l’une des plus prisées de Manhattan (essentiellement fréquentée par des enfants d’acteurs célèbres), même si le test d’entrée (et notamment la présentation du papa totalement hors de propos) semblait si peu prometteur. Cette scolarisation marquera surtout son entrée dans le vrai monde de l’enfance (et celui des premières amitiés), dont les portes vont très rapidement se fermer après une baignade qui tourne mal… Cela ne va pas l’empêcher de grandir, de façon originale certes, ses plans souvent contrariés et ses modelés peu communs, mais sans pour autant mal tourner. Bon ça ne sera pas roses tous les jours évidement car entre l’exubérance (et la folie) des adultes qui l’entourent, la méchanceté des autres, et le sort qui s’acharne, Nicolaia va en affronter des épreuves, essuyer différents carnages sociaux et accidents... Eduquée par une mère, ancienne mannequin, voyageuse dans l’âme devenue artiste peintre, et un père écrivain dilettante qui transforme ses lectures d’adulte en récits pour jeune enfant et qui fait d’elle la mascotte du café où il passe régulièrement son temps (le choix de la première école se fera d’ailleurs en fonction sa situation géographique par rapport à ses cafés préférés), Nicolaia finit par rentrer en maternelle à 5 ans, l’une des plus prisées de Manhattan (essentiellement fréquentée par des enfants d’acteurs célèbres), même si le test d’entrée (et notamment la présentation du papa totalement hors de propos) semblait si peu prometteur. Cette scolarisation marquera surtout son entrée dans le vrai monde de l’enfance (et celui des premières amitiés), dont les portes vont très rapidement se fermer après une baignade qui tourne mal… Cela ne va pas l’empêcher de grandir, de façon originale certes, ses plans souvent contrariés et ses modelés peu communs, mais sans pour autant mal tourner. Bon ça ne sera pas roses tous les jours évidement car entre l’exubérance (et la folie) des adultes qui l’entourent, la méchanceté des autres, et le sort qui s’acharne, Nicolaia va en affronter des épreuves, essuyer différents carnages sociaux et accidents fous… mais pour notre plus grand plaisirs ! Raconté avec le ton de l’enfance mêlé à grande acuité émotionnelle et une maturité toute particulière, Garder la tête hors de l’eau est un récit atypique. Nicolaia Rips choisit de transformer mille et une douleurs en aventures pétillantes et drôles et les scènes qui auraient pu être de vrais drames finissent en évènement tragi-comiques absolument délicieux. Le tout servit dans un décor fin XIX, peuplé d’artistes (acteur, peintre, photographe…), stylistes, habitants festifs, perdus, excentriques et décalés......................
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com