En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Grandeurs et misères d'une victoire

        Perrin
        EAN : 9782262066130
        Code sériel : 640
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 108 x 177 mm
        Grandeurs et misères d'une victoire

        Jean-Noël JEANNENEY (Préface)
        Collection : Tempus
        Date de parution : 12/05/2016
        Le testament du « Tigre ».
        Clemenceau mourut le 23 novembre 1929, après avoir achevé son ultime ouvrage qui parut quelques mois plus tard. Grandeurs et misères d’une victoire n’est pas seulement un texte de circonstance répondant aux attaques dont le « Tigre » avait fait l’objet pour son action durant la Grande Guerre. Il s’agit à la fois... Clemenceau mourut le 23 novembre 1929, après avoir achevé son ultime ouvrage qui parut quelques mois plus tard. Grandeurs et misères d’une victoire n’est pas seulement un texte de circonstance répondant aux attaques dont le « Tigre » avait fait l’objet pour son action durant la Grande Guerre. Il s’agit à la fois des mémoires et du testament politique d’un prodigieux lutteur, d’une réflexion informée et passionnée sur le drame de la guerre et de la paix, sur la profondeur de l’engagement et la solitude du pouvoir. C’est dire, en cette année de commémoration de Verdun, que ce livre vibre d’une intensité saisissante.
         
        Le testament du « Tigre »
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782262066130
        Code sériel : 640
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 108 x 177 mm
        Perrin
        10.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • La31 Posté le 25 Mars 2017
          Clémenceau, n'en déplaise à certains, a bien été le père la Victoire. En effet le traité de Versailles n'a rien réglé car l'éclatement des empires centraux portait en lui le germe des conflits futurs comme les éclatements récents de pays (Yougoslavie, URSS) en ont d'ailleurs eux mêmes générés plus près de nous. Le pacifisme, sincère mais sans doute trop naïf de ceux de ses pairs qui l'ont renvoyé à son bord de mer sans ménagement en 1920, n'a pas pris la mesure de la montée des puissances de l'axe. Il est trop facile de faire porter sur Clémenceau, qui n' a plus de rôle politique après son échec à l'élection présidentielle en 1920, l'impuissance des nations à contenir la montée des extrèmes fascites puis nazis.
        • pdbloti17730 Posté le 28 Décembre 2016
          Triste constat d'un massacre qui n'aura servi à rien. Tant se sang et de larmes pour rien. Trop de souffrances reçues de l'autre, infligées à l'autre pour rien Tant subir pour ne rien comprendre Un grand texte dérisoire Naufrage d'une élite, toujours continué
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
        Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.