Lisez! icon: Search engine
À Paraître
Guetter l'aurore
Date de parution : 02/03/2023
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus
8.60 €
Date de parution: 02/03/2023
À Paraître

Guetter l'aurore

Date de parution : 02/03/2023
Famille, amour et amitié pendant la Seconde Guerre mondiale...
Été 1941. Les Brodsky, juifs, ont fui la zone occupée et la menace nazie pour se réfugier dans le sud de la France. Rattrapés par les nouvelles lois de Vichy, ils se retrouvent... Été 1941. Les Brodsky, juifs, ont fui la zone occupée et la menace nazie pour se réfugier dans le sud de la France. Rattrapés par les nouvelles lois de Vichy, ils se retrouvent en résidence forcée au pied des Pyrénées, dans une grande demeure délabrée.
Peu à peu, la vie s’organise. Esther, l’aînée des enfants, rencontre...
Été 1941. Les Brodsky, juifs, ont fui la zone occupée et la menace nazie pour se réfugier dans le sud de la France. Rattrapés par les nouvelles lois de Vichy, ils se retrouvent en résidence forcée au pied des Pyrénées, dans une grande demeure délabrée.
Peu à peu, la vie s’organise. Esther, l’aînée des enfants, rencontre Clara. L’heure est à l’adolescence, aux premiers émois et aux grandes amitiés. C’est également le temps de l’engagement dans la Résistance, des luttes pour survivre, mais aussi des rafles. Dans la tourmente, Esther et Clara font tout pour rester maîtresses de leur destin. C’est compter sans la brutalité de l’Histoire…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266329675
Code sériel : 18848
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
8.60 €
Date de parution: 02/03/2023
EAN : 9782266329675
Code sériel : 18848
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Entre blessures intimes, vérités historiques, violences si humaines et drames familiaux, un splendide texte d'une justesse infinie, d'une résonnance belliqueuse curieusement actuelle. Un roman délicat, vivant. Captivant. Puissant. »
La Dépêche du Midi
« Les portraits saisissent par leur justesse : l’ambivalence, la lâcheté, la vilenie des uns, le courage et la bienveillance des autres. »
Librairies de Port-Maria
« Les personnages sont vivants et on vibre avec eux tout au long de la lecture car la narration de cette terrible histoire est poignante de justesse et de d'humanité. Un roman ardent, tumultueux et plein d'espoir, un roman d'amour et d'amitié fort en tragédies. »
Librairie Bleue comme une orange

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • loryvann 08/01/2023
    Profondément marquant et attachant, avec une plume délicate, toute en sensibilité et pudeur. La fin est émouvante, et le seul fait de mettre l'accent sur le positif malgré les horreurs de cette guerre, en fait une très belle réussite à mon goût. A découvrir, vraiment !
  • Missasterie 26/12/2022
    Cela fait deux jours que j'ai terminé ce livre et je pense encore à Esther, aux familles Weiss et Katzkoff... J'ai tremblé, j'ai eu les larmes aux yeux, j'ai eu tout un panel d'émotions à la lecture des belles pages que recèlent ce roman. Julie Printzac s'est appuyée sur une documentation solide ainsi que les témoignages de personnes ayant vécu les faits. Il en est ressorti un récit d'une intensité dramatique. La toute fin est particulièrement poignante et ne m'a pas laissée indemne. J'ai eu un immense coup de coeur pour Guetter l'aurore et je suis admirative du talent avec lequel Julie Printzac a su rendre ce vibrant hommage à sa famille.
  • Lilyblio 21/12/2022
    C'est un roman bouleversant, d'un cruel réalisme. L'espoir, la résilience et la combativité côtoient la haine et la violence. L'histoire est celle de la famille Brodsky, juive, de l'été 1941 à la fin de la guerre. C'est aussi celle d'Esther Brodsky qui des années plus tard est hantée par le poids des souvenirs, du silence et des secrets. Commence alors une alternance entre passé et présent qui nous plongera dans la vie quotidienne de la France occupée et la recherche de son histoire familiale. Le roman se découpe en 4 partie : #x1f539Partie I "Exils" : Après avoir fui Paris, la famille Brodsky s'installe à Pamiers, en Ariège. Au bout d'un an, le gouvernement de Vichy les assigne à résidence à Saint-Girons. La famille se compose de Mihaïl le père, Leah la mère, Esther la fille aînée, Daniel le fils, Simon le petit dernier et de Guittla et Yankel les parents de Leah. Des nos jours, Esther prend de l'âge et perd la tête, elle vit chez sa fille Jeanne. Elles sont rejointes par Déborah, fille de Jeanne, qui vient de quitter son petit ami. Lors de crises de démence, Esther revit son passé et ses drames. Déborah a besoin d'en savoir plus, sa... C'est un roman bouleversant, d'un cruel réalisme. L'espoir, la résilience et la combativité côtoient la haine et la violence. L'histoire est celle de la famille Brodsky, juive, de l'été 1941 à la fin de la guerre. C'est aussi celle d'Esther Brodsky qui des années plus tard est hantée par le poids des souvenirs, du silence et des secrets. Commence alors une alternance entre passé et présent qui nous plongera dans la vie quotidienne de la France occupée et la recherche de son histoire familiale. Le roman se découpe en 4 partie : #x1f539Partie I "Exils" : Après avoir fui Paris, la famille Brodsky s'installe à Pamiers, en Ariège. Au bout d'un an, le gouvernement de Vichy les assigne à résidence à Saint-Girons. La famille se compose de Mihaïl le père, Leah la mère, Esther la fille aînée, Daniel le fils, Simon le petit dernier et de Guittla et Yankel les parents de Leah. Des nos jours, Esther prend de l'âge et perd la tête, elle vit chez sa fille Jeanne. Elles sont rejointes par Déborah, fille de Jeanne, qui vient de quitter son petit ami. Lors de crises de démence, Esther revit son passé et ses drames. Déborah a besoin d'en savoir plus, sa grand-mère n'ayant jamais voulu évoquer ses souvenirs durant ces années de guerre. #x1f539Partie II "Clara" : La famille se crée une nouvelle vie à Saint-Girons. Des amitiés se nouent chez les adultes comme pour les enfants. Ce sont de beaux moments de vie adolescente qui nous sont décrits. Le passé prend le pas sur le présent. #x1f539Partie III "Déchirures" : la tension et la peur sont de plus en plus présente. Le rythme d'écriture s'accélère. Les camps se divisent entre collaborateurs et résistants. #x1f539Partie IV "Libération" : c'est la libération de la guerre et du poids des souvenirs. L'autrice a fait un travail remarquable de recherche et a su décrire avec justesse toutes les émotions traversant cet incroyable roman tiré de son histoire familiale personnelle. Un vrai coup de cœur #x2764.
    Lire la suite
    En lire moins
  • NinaMarquez 02/09/2022
    Esther est la grand-mère de Déborah. Quel beau prénom qu’Esther qui signifie « étoile ». Et justement c’est avec elle que se rallume la lumière. Celle de certaines étoiles parties trop vite et trop tôt. Trop cruellement aussi. Déborah ignore tout du passé de sa grand-mère. On plonge ainsi avec elle dans les pages du temps et on y retrouve, au passage, le bruit des bottes, la montée de la peur, les disparitions. Nous étions en 1939 mais nous pourrions être aussi en 2022. Et comparer la fuite des juifs à celle des ukrainiens. Réécrire l’histoire, c’est nous faire prendre conscience que le monde, hélas, ne change jamais. Que l’horreur ressurgit toujours. Que la peur renaît. Nous sommes en train de vivre ce que vivait alors Esther, et en lisant ce roman, on regarde notre monde d’aujourd’hui et on guette, à notre tour, l’aurore. Cette aube où, enfin, le conflit prendra fin.
  • ThecosmicSam 01/07/2022
    Ce titre propose un point de vue un peu différent de cette sombre période de l’histoire car il se déroule dans la France libre placée sous le régime de Vichy, dans le petit village de Giron au pied des Pyrénées et de la frontière Espagnole, symbole d’espoir et de résistance pour certains (malgré le régime franquiste en place). La famille Brodsky y est venue s’y réfugier après plusieurs exils forcés et l’Etat français les a assignés à résidence dans une grade demeure abandonné et vétuste aux airs de manoir hanté. Les Brodsky y trouvent, toutefois, un semblant de paix qui, évidemment et malheureusement, ne durera pas vraiment. Esther Brodsky, l’aînée des enfants de la famille, et ses jeunes frères, Daniel et Simon, poursuivent leur scolarité et leurs parents tentent de les épargner des horreurs de la guerre afin de préserver leur enfance. Ils sont cependant, eux aussi, rapidement confrontés à l’antisémitisme et à la violence des Hommes. On suit ainsi Esther et sa famille au long de ces interminables années de conflits qui – même dans cette partie de la France que beaucoup pensaient sûre – s’intensifient au fur et à mesure que l’occupant sent la défaite approcher. C’est à cette période... Ce titre propose un point de vue un peu différent de cette sombre période de l’histoire car il se déroule dans la France libre placée sous le régime de Vichy, dans le petit village de Giron au pied des Pyrénées et de la frontière Espagnole, symbole d’espoir et de résistance pour certains (malgré le régime franquiste en place). La famille Brodsky y est venue s’y réfugier après plusieurs exils forcés et l’Etat français les a assignés à résidence dans une grade demeure abandonné et vétuste aux airs de manoir hanté. Les Brodsky y trouvent, toutefois, un semblant de paix qui, évidemment et malheureusement, ne durera pas vraiment. Esther Brodsky, l’aînée des enfants de la famille, et ses jeunes frères, Daniel et Simon, poursuivent leur scolarité et leurs parents tentent de les épargner des horreurs de la guerre afin de préserver leur enfance. Ils sont cependant, eux aussi, rapidement confrontés à l’antisémitisme et à la violence des Hommes. On suit ainsi Esther et sa famille au long de ces interminables années de conflits qui – même dans cette partie de la France que beaucoup pensaient sûre – s’intensifient au fur et à mesure que l’occupant sent la défaite approcher. C’est à cette période qu’Esther rencontre Clara, une jeune fille de son âge. Contrairement à Esther, celle-ci a un tempérament de feu. Etonnement mature pour son âge, elle souhaite se confronter sans ambages à la dure réalité du monde et s’engager afin de jouer un rôle qu’elle se serait, elle-même, choisi afin de reprendre une forme de contrôle sur sa destinée de femme juive. Il est poignant pour le lecteur d’être le témoin de la brusque sortie du monde de l’enfance de ces jeunes adolescents. On est également éprouvés par la foi que de nombreux juifs français plaçaient encore en l’Etat durant la guerre. Loin de pouvoir s’imaginer le sort réservé aux juifs d’Europe raflés et déportés par les nazis et les collaborateurs. Le lecteur a, quant à lui, le recul de l’histoire qui lui permet de lire entre les lignes… On s’attache au personnage d’Esther, jeune fille ordinaire qui souhaite simplement vivre comme tout le monde : danser, rêver devant les vedettes de cinéma, tomber amoureuse, sans avoir besoin de faire montre d’un courage héroïque. Parallèlement, dans une autre temporalité, on retrouve Esther qui est devenue une vieille dame au seuil du dernier chapitre de sa vie. Atteinte d’Alzheimer, elle conserve toutefois certains souvenirs de sa jeunesse et le prénom de Clara continue de la mettre dans tous ses états, tel un fantôme qui ne voudrait pas lâcher prise. La petite fille d’Esther, Déborah, décide alors de mener sa propre enquête, sur les traces du passé de sa famille, afin de comprendre pourquoi et de lever le voile sur des secrets de famille jusqu’ici restés sous clé. C’est probablement le travail qu’a fait Julie Printzac, l’autrice, en écrivant ce livre inspiré de nombreux témoignages recueillis auprès d’habitants de Saint Giron et de juifs qui s’y étaient réfugiés à cette époque. J’ai apprécié cette lecture dans laquelle je n’ai pas eu de mal à me plonger, sans avoir eu un coup de cœur non plus. J’ai, tout au long de l’histoire, gardé une certaine distance sans pouvoir réellement expliqué pourquoi. Je trouve, toutefois, que « Guetter l’aurore » ferait un excellent scénario pour un film dont je me suis représentée distinctement certaines scènes lors de ma lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.