En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Gwaz-Ru

        Pocket
        EAN : 9782266253499
        Code sériel : 16087
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        Gwaz-Ru

        Date de parution : 25/06/2015
        Nicolas Scouarnec, alias Gwaz-Ru, « l’homme rouge », a quitté sa campagne de Briec pour s’embaucher comme manœuvre dans le bâtiment. À Quimper, il se syndique, fraye avec le parti communiste, côtoie des nationalistes bretons, rencontre la femme de sa vie et fonde une famille. Il traverse les périodes troubles de l’entre-deux-guerres,... Nicolas Scouarnec, alias Gwaz-Ru, « l’homme rouge », a quitté sa campagne de Briec pour s’embaucher comme manœuvre dans le bâtiment. À Quimper, il se syndique, fraye avec le parti communiste, côtoie des nationalistes bretons, rencontre la femme de sa vie et fonde une famille. Il traverse les périodes troubles de l’entre-deux-guerres, de l’Occupation et de la Libération sans se départir de son esprit frondeur, restant ce qu’il est : rebelle à tous les pouvoirs, excepté celui qu’exerce sur lui le travail de la terre. Au bout de sa quête d’un monde meilleur, trouvera-t-il son jardin à cultiver, une terre qui lui appartienne ?

        « Loin de tout pittoresque régionaliste, Gwaz-Ru porte bien son bonnet sur la tête et nous donne de belles leçons de courage et de liberté. » Yannick Pelletier – Ouest France
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266253499
        Code sériel : 16087
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.95 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • yv1 Posté le 2 Novembre 2013
          Hervé Jaouen commence cette histoire à la fin de la Première Guerre et la finit (provisoirement, car une suite est prévue) en 1944, à la libération de Quimper et des environs. Comme d'habitude avec lui, ses personnages sont forts, aux caractères bien trempés, totalement ancrés dans leur terre natale. Dire de Gwaz-Ru qu'il est têtu serait un pléonasme, il est Breton, ça devrait suffire pour connaître son entêtement, son côté obtus et rigide et indépendant. C'est un beau personnage, un patriarche qui ne s'en laisse pas compter, mais Hervé Jaouen n'en a pas fait un tyran : il règne sur sa maisonnée, c'est à la fois une réalité et une tromperie ; certes, il dirige, prend des décisions, mais Tréphine est omniprésente, et si dans certains romans ou films, on doit deviner que derrière l'Homme se cache la Femme, là Tréphine n'est absolument pas en retrait. L'auteur en fait une femme douce, travailleuse et aimante pour son mari et ses enfants, mais au caractère assuré et assumé qui ne se prive pas de dire à qui de droit ce qu'elle pense, ce que d'ailleurs Gwaz-Ru accepte et aime aussi chez elle. Souvent chez Hervé Jaouen, je trouve des portraits jouissifs, ce... Hervé Jaouen commence cette histoire à la fin de la Première Guerre et la finit (provisoirement, car une suite est prévue) en 1944, à la libération de Quimper et des environs. Comme d'habitude avec lui, ses personnages sont forts, aux caractères bien trempés, totalement ancrés dans leur terre natale. Dire de Gwaz-Ru qu'il est têtu serait un pléonasme, il est Breton, ça devrait suffire pour connaître son entêtement, son côté obtus et rigide et indépendant. C'est un beau personnage, un patriarche qui ne s'en laisse pas compter, mais Hervé Jaouen n'en a pas fait un tyran : il règne sur sa maisonnée, c'est à la fois une réalité et une tromperie ; certes, il dirige, prend des décisions, mais Tréphine est omniprésente, et si dans certains romans ou films, on doit deviner que derrière l'Homme se cache la Femme, là Tréphine n'est absolument pas en retrait. L'auteur en fait une femme douce, travailleuse et aimante pour son mari et ses enfants, mais au caractère assuré et assumé qui ne se prive pas de dire à qui de droit ce qu'elle pense, ce que d'ailleurs Gwaz-Ru accepte et aime aussi chez elle. Souvent chez Hervé Jaouen, je trouve des portraits jouissifs, ce roman ne fait pas exception L'écriture est truculente, tout à fait adaptée au parler franc et direct des paysans de l'époque (enfin, ce que j'en imagine, puisque je n'étais point né), et si elle fait la part belle aux protagonistes, elle n'oublie pas de parler du pays, de la Bretagne, présente dans toutes les pages, à la fois par son paysage, par son climat et sa langue, le breton que parle une grande partie des intervenants, Gwaz-Ru en premier. Pour être très franc, ce roman n'est pas mon préféré de l'auteur, le genre saga quand bien même il se passe en Bretagne n'est pas vraiment mon truc, je me suis même demandé plusieurs fois pourquoi je continuais à le lire, mais j'étais bien incapable de m'arrêter et même survoler comme je peux le faire parfois m'était difficile. Je n'ai donc point boudé mon plaisir et ai humé profondément l'air breton qui devait passer entre les pages, dans les mots de Gwaz-Ru et Tréphine et dans l'écriture d'Hervé Jaouen, toujours au diapason des histoires qu'il raconte avec talent.
          Lire la suite
          En lire moins
        • elvire29 Posté le 18 Octobre 2013
          Hervé Jaouen dresse avec talent le magnifique portrait d'un paysan hors normes, révolté contre les injustices, contestataire, grande gueule mais avant tout humaniste. Un personnage très attachant qui sait se faire respecter de tous. Un régal quand on est comme moi fan de l'auteur.

        Ils en parlent

        « Un roman initiatique de très haute volée. » Le Courrier Indépendant
        « Loin de tout pittoresque régionaliste, Gwaz-Ru porte bien son bonnet sur la tête et nous donne de belles leçons de courage et de liberté. » Yannick Pelletier – Ouest France
        « Le parcours passionnant d’un homme modeste, témoin d’une époque. » Femme Majucule
        « On admire l’art savant du dialoguiste, on se délecte à sa parfaite peinture des campagnes hallucinées et des villes sans tendresse. En bref, on éprouve ce bonheur contradictoire de tourner hâtivement chaque page, en sachant cependant qu’elle nous rapproche d’un épilogue qu’on souhaiterait ne jamais voir venir. Ce paradoxe est preuve certaine que nous lisons un superbe roman. » Alain-Gabriel Monot – ArMen
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.

        Lisez maintenant, tout de suite !