Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221239919
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 1 x 182 mm
Hissez le grand pavois
Georges Philippe Brabant (traduit par)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 21/02/2019
Éditeurs :
Robert Laffont

Hissez le grand pavois

Georges Philippe Brabant (traduit par)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 21/02/2019

Londres, septembre 1939. Face aux difficultés de l’heure, Basil Seal n’hésite pas à mettre son absence de scrupules et son opportunisme au service de… ses propres intérêts. Il nargue son...

Londres, septembre 1939. Face aux difficultés de l’heure, Basil Seal n’hésite pas à mettre son absence de scrupules et son opportunisme au service de… ses propres intérêts. Il nargue son monde, suit les blondes dans les couloirs, invente des histoires d’espionnage, cherche à séduire un colonel en parlant stratégie et...

Londres, septembre 1939. Face aux difficultés de l’heure, Basil Seal n’hésite pas à mettre son absence de scrupules et son opportunisme au service de… ses propres intérêts. Il nargue son monde, suit les blondes dans les couloirs, invente des histoires d’espionnage, cherche à séduire un colonel en parlant stratégie et tire son argent de poche d’une famille de réfugiés qu’il traîne de cottage en cottage.
Irrésistible satire de l’Angleterre en guerre, Hissez le grand pavois choqua vivement, lors de sa parution en 1942, l’establishment, qui n’apprécia guère cette contribution toute personnelle d’Evelyn Waugh à la « Renaissance churchillienne ». Mais les lecteurs restent aujourd’hui aussi nombreux qu’alors pour en rire.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221239919
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 1 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • StCyr Posté le 23 Mars 2021
    La guerre est déclarée. De l'autre côté de la Manche, on se dit que les Allemands ne passeront jamais l'infranchissable ligne Maginot, sentiment général partagé par les français - à leur tête le président du conseil des ministres Paul Raynaud, qui en septembre 1939 plastronne : " Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts". Sur ces bases optimistes, promettant la récolte de lauriers à peu de frais, les personnages du roman d'Evelyn Waugh, issus de la classe favorisée, s'empressent de s'engager dans l'effort de guerre, dans des postes de tout repos à l'arrière, dans des bureaux de l'administration ou dans des bataillons qui n'ont pas grand-chose de belliqueux, mais qui permettent d'arborer une tenue ad hoc, qui sied à l'état d'esprit du moment. Mais il y a en a un qui les surpasse tous en culot et en impudence, c'est le sieur Basile Seal. Fils de famille, déshérité par son père pour l'ensemble de son œuvre, désespoir de sa mère qui fait feu de tout bois, use de son statut social et de ses relations pour lui trouver un poste point trop indigne, où il ne se ferait guère remarquer à défaut d'être utile, notre héros n'est pas... La guerre est déclarée. De l'autre côté de la Manche, on se dit que les Allemands ne passeront jamais l'infranchissable ligne Maginot, sentiment général partagé par les français - à leur tête le président du conseil des ministres Paul Raynaud, qui en septembre 1939 plastronne : " Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts". Sur ces bases optimistes, promettant la récolte de lauriers à peu de frais, les personnages du roman d'Evelyn Waugh, issus de la classe favorisée, s'empressent de s'engager dans l'effort de guerre, dans des postes de tout repos à l'arrière, dans des bureaux de l'administration ou dans des bataillons qui n'ont pas grand-chose de belliqueux, mais qui permettent d'arborer une tenue ad hoc, qui sied à l'état d'esprit du moment. Mais il y a en a un qui les surpasse tous en culot et en impudence, c'est le sieur Basile Seal. Fils de famille, déshérité par son père pour l'ensemble de son œuvre, désespoir de sa mère qui fait feu de tout bois, use de son statut social et de ses relations pour lui trouver un poste point trop indigne, où il ne se ferait guère remarquer à défaut d'être utile, notre héros n'est pas de ceux qui s'embarrassent de scrupules et de cas de conscience : la gloire très peu pour lui. Il va surtout s'ingénier à tirer profit des temps particuliers qui s'annoncent toujours fructueux pour les plus grandes crapules. Fidèle à la veine satirique qui est sa manière, l'auteur dresse le portrait au vitriol et fort réjouissant d'une gentry qui n'a de cesse de se planquer et de se prodiguer en actions sociales de tout repos. On comprend que le roman fit tiquer l'establishment!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Euthib Posté le 1 Avril 2019
    Irrésistible satire de la société anglaise que seul Evelyn WAUGH peut réaliser avec autant d’aplomb et de brio. Il arrive à nous faire rire de toutes sortes de situations. Si Waugh est connu en France pour quelques-unes de ses œuvres (souvent pas les meilleures, comme le Cher Disparu, ou même Retour à Brideshead), l’auteur est loin d’être grand public, ni apprécié à sa juste valeur, c’est-à-dire comme le meilleur romancier comique de son siècle (plus encore que son maître P. G. Wodehouse), et assurément comme le meilleur praticien de la langue anglaise. « Hissez le grand pavois » en dépit de son titre ironique, n’était certes pas un appel aux armes ni au patriotisme ; plutôt une satire sur la ruée des nantis et des bien nés de son pays pour se trouver une position convenable durant la drôle de guerre. Le secret, le couvre-feu, les passe-droits, les coupe-files, tout y passe. Les personnages sont plus truculents les uns que les autres. A la limite de la caricature. So british !!!
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.