Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266252515
Code sériel : 16023
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm

Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien

(et de tous ses maris, plus un)

Date de parution : 21/08/2014
La vie d’Alice est un roman.
Un roman dont les chapitres, les uns après les autres, portent le nom de ses maris. Le jeune résistant, le confiseur italien, le jazzman, le journaliste américain, le médecin indien… Elle a follement aimé chacun de ces hommes et s’en est fait follement aimer. Huit...
La vie d’Alice est un roman.
Un roman dont les chapitres, les uns après les autres, portent le nom de ses maris. Le jeune résistant, le confiseur italien, le jazzman, le journaliste américain, le médecin indien… Elle a follement aimé chacun de ces hommes et s’en est fait follement aimer. Huit fois veuve et neuf fois amoureuse ! Un don pour la vie, une terrible envie de mordre l’existence à pleines dents brûlent chez cette sémillante vieille dame à l’accent so british
 

« Francis Dannemark signe un nouveau roman plein d’aventures, de sourires, de voyages et de personnages attachants.  Avec son art de raconter les histoires, il emmène son lecteur dans une fable romanesque remplie de fantaisie. »  L’Avenir (Belgique)
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266252515
Code sériel : 16023
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • VALENTYNE Posté le 15 Avril 2019
    Avis un peu mitigé… D’un côté, j’ai beaucoup aimé le ton et la tendresse qui se dégage du personnage principal (Alice 72 ans) qui raconte sa vie à son neveu Paul, la cinquantaine. Ils se rencontrent pour la première fois. La mère de Paul (Soeur d’Alice) vient de mourir et c’est à cette occasion qu’Alice souhaite rencontrer Paul. La rencontre ne s’est pas faite avant car Alice a vécu dans le monde entier : Belgique, Angleterre, Irlande, États Unis, Inde, Australie… De l’autre côté, une fois compris le mode de narration, je suis un peu restée en dehors de l’histoire. En effet on comprend vite que les huit maris d’Alice vont mourir (non pas qu’elle les assassine, cette chère Alice, c’est juste le hasard : accident, maladie, suicide…) Alice ne baisse pas les bras et poursuit son petit bonhomme de chemin : elle éprouve du chagrin à chaque perte mais la vie (et son optimisme) la font rebondir à chaque fois. Chaque chapitre a donc pour titre le prénom du mari en question et j’attendais un peu ce qui allait lui arriver au pauvre homme. La fin est juste parfaite et rattrape ce bémol de « prévisibilité ».
  • Lali Posté le 9 Novembre 2018
    Les livres qu’on lit d’une traite sont de moins en moins nombreux. Or, c’est le cas du roman de Francis Dannemark, un de mes auteurs préférés, intitulé Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un). Je n’ai pu déposer le livre qu’après l’avoir lu d’un bout à l’autre sans m’arrêter. C’est donc avec enthousiasme que je vous invite à lire l’histoire d’Alice, cette dame de 73 ans – qui est loin d’être une vieille dame – dont Paul fait la connaissance le jour des funérailles de sa mère, car il ne connaissait pratiquement de sa tante que son prénom. Et comme il a le temps, qu’elle a le temps, elle va lui raconter sa vie. Une vie digne d’un roman, vous l’aurez compris. Une vie avec ses joies, ses peines, où l’amour prend beaucoup de place : on n’est pas veuve huit fois pour rien, et sans tuer ses maris, en plus! Dès qu’elle commence à se raconter, on s’attache à cette Alice, qui a (presque) tout vu et (presque) tout vécu. On veut tout savoir, comme Paul, lequel gobe chaque mot de ses aventures. Mais le mot « aventures » est-il le bon? Je... Les livres qu’on lit d’une traite sont de moins en moins nombreux. Or, c’est le cas du roman de Francis Dannemark, un de mes auteurs préférés, intitulé Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un). Je n’ai pu déposer le livre qu’après l’avoir lu d’un bout à l’autre sans m’arrêter. C’est donc avec enthousiasme que je vous invite à lire l’histoire d’Alice, cette dame de 73 ans – qui est loin d’être une vieille dame – dont Paul fait la connaissance le jour des funérailles de sa mère, car il ne connaissait pratiquement de sa tante que son prénom. Et comme il a le temps, qu’elle a le temps, elle va lui raconter sa vie. Une vie digne d’un roman, vous l’aurez compris. Une vie avec ses joies, ses peines, où l’amour prend beaucoup de place : on n’est pas veuve huit fois pour rien, et sans tuer ses maris, en plus! Dès qu’elle commence à se raconter, on s’attache à cette Alice, qui a (presque) tout vu et (presque) tout vécu. On veut tout savoir, comme Paul, lequel gobe chaque mot de ses aventures. Mais le mot « aventures » est-il le bon? Je n’en suis pas certaine. Peut-être que chapitres ou épisodes seraient des mots plus justes. Mais peu importe le mot, on veut tout connaître de celle dont on sait si peu en dehors des lettres qui sont parvenues à sa sœur au fil des cinquante dernières années. On veut la connaître, la découvrir, car on est sous le charme d’Alice. Avec la finesse qu’on lui connait, Francis Dannemark nous livre ici un roman qui, malgré son semblant de légèreté, m’en est pas moins empreint d’une certaine gravité. Car en se livrant ainsi, sans pudeur, Alice met aussi fin à une série de secrets et de suppositions qu’on devine, même si les choses ne sont pas dites ainsi. Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un) est un véritable moment de bonheur. Qui vous fera presque regretter de ne pas avoir de tante Alice.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mael74500 Posté le 6 Juin 2018
    Un beau livre, une histoire d'une dame, un hôtel, des restaurants, un parc....et l'espérance... on ne sait jamais ce qui va se passer demain et ne jamais dire jamais....
  • Tinaju Posté le 11 Mai 2018
    Ce livre a été une jolie découverte pour moi. Je me suis tout de suite prise d'affection pour Alice qui traverse les époques avec ou sans mari, mais toujours avec le coeur débordant de tendresse. Le livre est bien écrit, jouant sur les sentiments sans jamais tomber dans le pathos. J'ai vraiment passé un bon moment de lecture toute simple sans prise de tête, et je le conseillerais donc volontiers. Pioche de mai 2018, choisie par @Phoenicia
  • Malahide75 Posté le 3 Février 2018
    C'est lors de l'enterrement de sa mère que Paul fait la connaissance de sa tante Alice, une vieille dame élégante et drôle qu'il n'avait jamais rencontrée auparavant. Et pour cause : Alice a quitté l'Europe à 17 ans et parcouru le monde, au gré des circonstances et surtout de ses mariages. Car Alice a été mariée... Huit fois... À travers ce livre, on suit son parcours, ses rencontres et ses deuils, ses coups de foudre et ses coups durs. Une lecture légère qui n'a pas la prétention d'asséner de grandes théories sur la vie, mais plutôt d'offrir une jolie croisière le long du chemin d'Alice. Découpé en courts chapitres, un pour chaque rencontre et mari, l'ensemble souffre malheureusement de beaucoup de répétitions : les maris sont tous beaux, tous drôles et intelligents et tous sont des bêtes de sexe... On aurait aimé un peu plus d'originalité dans les personnages, d'autant que la place du chapitre n'est pas bien grande pour développer les rapports humains. De même, le roman commence par une requête d'Alice : retrouver Ethan, le seul homme qu'elle n'a pas épousé. Mais ce fil rouge ne réapparaît que tardivement, pour être réglé en quelques phrases. Là encore, la recherche de ce personnage aurait pu... C'est lors de l'enterrement de sa mère que Paul fait la connaissance de sa tante Alice, une vieille dame élégante et drôle qu'il n'avait jamais rencontrée auparavant. Et pour cause : Alice a quitté l'Europe à 17 ans et parcouru le monde, au gré des circonstances et surtout de ses mariages. Car Alice a été mariée... Huit fois... À travers ce livre, on suit son parcours, ses rencontres et ses deuils, ses coups de foudre et ses coups durs. Une lecture légère qui n'a pas la prétention d'asséner de grandes théories sur la vie, mais plutôt d'offrir une jolie croisière le long du chemin d'Alice. Découpé en courts chapitres, un pour chaque rencontre et mari, l'ensemble souffre malheureusement de beaucoup de répétitions : les maris sont tous beaux, tous drôles et intelligents et tous sont des bêtes de sexe... On aurait aimé un peu plus d'originalité dans les personnages, d'autant que la place du chapitre n'est pas bien grande pour développer les rapports humains. De même, le roman commence par une requête d'Alice : retrouver Ethan, le seul homme qu'elle n'a pas épousé. Mais ce fil rouge ne réapparaît que tardivement, pour être réglé en quelques phrases. Là encore, la recherche de ce personnage aurait pu être plus développée, plus difficile, pour apporter un réel intérêt aux retrouvailles. À titre personnel, j'ai aussi froncé les sourcils à cette facilité d'Alice a tombé amoureuse si aisément et si rapidement, et à la réaction de Paul, pas plus étonné que ça de voir sa tante se marier de nouveau, encore et encore après quelques mois de veuvage. Mais l'auteur est roi en son royaume, et je suis peut-être vieux jeu... Cependant, cette critique sévère ne doit pas occulter le plaisir de la lecture. C'est léger, drôle, sans prise de tête et l'histoire d'Alice atteint parfaitement son but de divertissement. On se plaît même à rêver d'avoir aussi une tante Alice de ce tonneau, qui vit au jour le jour, sans s'embêter de ce qu'il adviendra. Un roman a conseillé vivement à tous ceux qui, pendant deux heures, ont besoin de se lâcher la tête.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.