Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262050214
Code sériel : 586
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 280
Format : 108 x 177 mm

Histoire du Mont-Saint-Michel

Collection : Tempus
Date de parution : 12/03/2015
Le Mont-Saint-Michel revisité par un amoureux des lieux, qui déroule la chronique de 1300 ans d’histoire.
Incomparable monument de culture, de spiritualité, d’art et de civilisation, le Mont-Saint-Michel attire plus de 3 millions de visiteurs par an. À la fois espace sacré et curiosité touristique, lieu de pèlerinage et ancienne place militaire, domaine de prière et d’érudition, la « Merveille de l’Occident » ‒ objet d’une dévotion incomparable ‒... Incomparable monument de culture, de spiritualité, d’art et de civilisation, le Mont-Saint-Michel attire plus de 3 millions de visiteurs par an. À la fois espace sacré et curiosité touristique, lieu de pèlerinage et ancienne place militaire, domaine de prière et d’érudition, la « Merveille de l’Occident » ‒ objet d’une dévotion incomparable ‒ a pourtant subi les vicissitudes de l’histoire. Sa renaissance commence à partir de 1872, lorsque les Monuments historiques entreprennent une vaste restauration du chef-d’œuvre. Classé au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, il jouit aujourd’hui d’un prestige culturel exceptionnel.
 

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262050214
Code sériel : 586
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 280
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Florel Posté le 2 Juillet 2013
    J’ai acheté ce livre quand j’ai lu La promesse de l’ange de Frédéric Lenoir et Violette Cabeso, je l’ai bien feuilleté à l’époque mais je ne l’ai jamais vraiment lu correctement, mais suite à une décision subite j’ai voulu le lire, et je ne comprends pas pourquoi je ne l’ai pas fait avant. Comme beaucoup je sais que l’abbaye du Mont Saint-Michel est un des lieu les plus visiter de France, qu’il a été sous la révolution une prison d’état, et qu’il a été construit suite à la demande de l’archange Saint-Michel à Saint Aubert évêque d’Avranches au 8ème siècle. Bon faudra quand même trois apparitions de l’archange à Saint Aubert pour qu’il se décide à commencer la construction sur le Mont-tombe. Bref en somme et après la lecture de ce livre, je m'aperçois que je n'en savais presque rien. Cela dit on peut dire que j'ai rattrapé un peu de mon retard, par exemple le Mont-Saint Michel n'a pas attendu la révolution pour être une prison contrairement à ce que je pensais, avant cette date il y avait déjà eu des prisonniers, mais comme la prison du Mont et moins veille que l'abbaye elle-même on ne peut pas trop... J’ai acheté ce livre quand j’ai lu La promesse de l’ange de Frédéric Lenoir et Violette Cabeso, je l’ai bien feuilleté à l’époque mais je ne l’ai jamais vraiment lu correctement, mais suite à une décision subite j’ai voulu le lire, et je ne comprends pas pourquoi je ne l’ai pas fait avant. Comme beaucoup je sais que l’abbaye du Mont Saint-Michel est un des lieu les plus visiter de France, qu’il a été sous la révolution une prison d’état, et qu’il a été construit suite à la demande de l’archange Saint-Michel à Saint Aubert évêque d’Avranches au 8ème siècle. Bon faudra quand même trois apparitions de l’archange à Saint Aubert pour qu’il se décide à commencer la construction sur le Mont-tombe. Bref en somme et après la lecture de ce livre, je m'aperçois que je n'en savais presque rien. Cela dit on peut dire que j'ai rattrapé un peu de mon retard, par exemple le Mont-Saint Michel n'a pas attendu la révolution pour être une prison contrairement à ce que je pensais, avant cette date il y avait déjà eu des prisonniers, mais comme la prison du Mont et moins veille que l'abbaye elle-même on ne peut pas trop savoir le chiffre exact de ces derniers, mais apparemment il n'y en aurait pas eu des milles et des cents. Cela dit il valait quand même mieux être prisonnier au Mont que dans les geôles nationales, puisque la prison du Mont Saint Michel (en dehors de la période révolutionnaire et après révolutionnaire) était " plus agréable à vivre contrairement à ce qui a été dit au XIXème siècle. Petite anecdote, sachez que c'est Napoléon III qui décida de fermer la prison, bien que le conseille municipal fit savoir son désaccord. Ensuite, je trouve qu’il a été intéressant de suivre l’avancée du Mont sous la politique et les divers aléas de l’histoire. Véritable place forte, détruite par les Bretons allié du roi de France quand le duc de Normandie rentra en guerre contre ce dernier, restée fidèle au roi de France pendant la guerre de 100 ans bien que très difficile à défendre, ayant connu pour son plus grand malheur le régime des abbés commendataires, pour finir d’être mise à sac par les révolutionnaires (c’est pour ça que je déteste les révolutions, même si ça fait avancer ou reculer les choses (comme en Chine) ça détruit toujours les témoins du passé), le Mont Saint-Michel a connu dans son histoire 1000 péripéties, que l’auteur nous fait ici découvrir. En plus, rajoutez à cela la douzaine d’incendies dus aux guerres ou à la foudre, cette merveille d’architecture très difficile à construire n’a jamais cessé de souffrir, au point d'en perdre l'attrait qui faisait sa réputation de merveille. Pourtant le Mont a aussi connu des heures de gloire, véritable lieu de pèlerinage (même pendant la guerre de 100 ans), habitants privilégiés sur les impôts, dons de nombreuses reliques, cité des livres « Les chanoines n’avaient pourtant presque rien laissé en quittant le site, mis à part un obituaire et un évangéliaire en caractères onciaux. En quelques années, le Mont devient « cité des livres ». Par tradition, les moines bénédictins sont une des mémoires vivantes de l’histoire de l’Eglise catholique. Depuis l’époque mérovingienne, leurs monastères constituaient autant de centres privilégiés de la vie intellectuelle à travers l’Occident latin. Leur amour des livres leur avait permis de recevoir puis de transmettre une large part de l’héritage de la culture gréco-latine. Toutes les grandes abbayes médiévales possédaient une bibliothèque importante. La communauté montoise bénéficia de trois facteurs déterminants : la création d’un scriptorium après 965, l’intérêt d’abbés successifs pour les choses de l’esprit et le talent d’enlumineur de nombreux moines. » , ou encore aidé pour sa construction par les grands du royaume, le mont malgré ses déchéances n’a jamais cessé d’être admiré, ou à défaut de renaître constamment de ses cendres... Enfin bref, il y aurait encore beaucoup à dire, mais même si ce livre date un peu et si vous cherchez des infos sur ce magnifique Mont, je vous en conseille la lecture sans problème, en plus à la fin il y a un récapitulatif chronologique, et ça c'est le genre de chose que j'adore !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Florel Posté le 2 Juillet 2013
    J’ai acheté ce livre quand j’ai lu La promesse de l’ange de Frédéric Lenoir et Violette Cabeso, je l’ai bien feuilleté à l’époque mais je ne l’ai jamais vraiment lu correctement, mais suite à une décision subite j’ai voulu le lire, et je ne comprends pas pourquoi je ne l’ai pas fait avant. Comme beaucoup je sais que l’abbaye du Mont Saint-Michel est un des lieu les plus visiter de France, qu’il a été sous la révolution une prison d’état, et qu’il a été construit suite à la demande de l’archange Saint-Michel à Saint Aubert évêque d’Avranches au 8ème siècle. Bon faudra quand même trois apparitions de l’archange à Saint Aubert pour qu’il se décide à commencer la construction sur le Mont-tombe. Bref en somme et après la lecture de ce livre, je m'aperçois que je n'en savais presque rien. Cela dit on peut dire que j'ai rattrapé un peu de mon retard, par exemple le Mont-Saint Michel n'a pas attendu la révolution pour être une prison contrairement à ce que je pensais, avant cette date il y avait déjà eu des prisonniers, mais comme la prison du Mont et moins veille que l'abbaye elle-même on ne peut pas trop... J’ai acheté ce livre quand j’ai lu La promesse de l’ange de Frédéric Lenoir et Violette Cabeso, je l’ai bien feuilleté à l’époque mais je ne l’ai jamais vraiment lu correctement, mais suite à une décision subite j’ai voulu le lire, et je ne comprends pas pourquoi je ne l’ai pas fait avant. Comme beaucoup je sais que l’abbaye du Mont Saint-Michel est un des lieu les plus visiter de France, qu’il a été sous la révolution une prison d’état, et qu’il a été construit suite à la demande de l’archange Saint-Michel à Saint Aubert évêque d’Avranches au 8ème siècle. Bon faudra quand même trois apparitions de l’archange à Saint Aubert pour qu’il se décide à commencer la construction sur le Mont-tombe. Bref en somme et après la lecture de ce livre, je m'aperçois que je n'en savais presque rien. Cela dit on peut dire que j'ai rattrapé un peu de mon retard, par exemple le Mont-Saint Michel n'a pas attendu la révolution pour être une prison contrairement à ce que je pensais, avant cette date il y avait déjà eu des prisonniers, mais comme la prison du Mont et moins veille que l'abbaye elle-même on ne peut pas trop savoir le chiffre exact de ces derniers, mais apparemment il n'y en aurait pas eu des milles et des cents. Cela dit il valait quand même mieux être prisonnier au Mont que dans les geôles nationales, puisque la prison du Mont Saint Michel (en dehors de la période révolutionnaire et après révolutionnaire) était " plus agréable à vivre contrairement à ce qui a été dit au XIXème siècle. Petite anecdote, sachez que c'est Napoléon III qui décida de fermer la prison, bien que le conseille municipal fit savoir son désaccord. Ensuite, je trouve qu’il a été intéressant de suivre l’avancée du Mont sous la politique et les divers aléas de l’histoire. Véritable place forte, détruite par les Bretons allié du roi de France quand le duc de Normandie rentra en guerre contre ce dernier, restée fidèle au roi de France pendant la guerre de 100 ans bien que très difficile à défendre, ayant connu pour son plus grand malheur le régime des abbés commendataires, pour finir d’être mise à sac par les révolutionnaires (c’est pour ça que je déteste les révolutions, même si ça fait avancer ou reculer les choses (comme en Chine) ça détruit toujours les témoins du passé), le Mont Saint-Michel a connu dans son histoire 1000 péripéties, que l’auteur nous fait ici découvrir. En plus, rajoutez à cela la douzaine d’incendies dus aux guerres ou à la foudre, cette merveille d’architecture très difficile à construire n’a jamais cessé de souffrir, au point d'en perdre l'attrait qui faisait sa réputation de merveille. Pourtant le Mont a aussi connu des heures de gloire, véritable lieu de pèlerinage (même pendant la guerre de 100 ans), habitants privilégiés sur les impôts, dons de nombreuses reliques, cité des livres « Les chanoines n’avaient pourtant presque rien laissé en quittant le site, mis à part un obituaire et un évangéliaire en caractères onciaux. En quelques années, le Mont devient « cité des livres ». Par tradition, les moines bénédictins sont une des mémoires vivantes de l’histoire de l’Eglise catholique. Depuis l’époque mérovingienne, leurs monastères constituaient autant de centres privilégiés de la vie intellectuelle à travers l’Occident latin. Leur amour des livres leur avait permis de recevoir puis de transmettre une large part de l’héritage de la culture gréco-latine. Toutes les grandes abbayes médiévales possédaient une bibliothèque importante. La communauté montoise bénéficia de trois facteurs déterminants : la création d’un scriptorium après 965, l’intérêt d’abbés successifs pour les choses de l’esprit et le talent d’enlumineur de nombreux moines. » , ou encore aidé pour sa construction par les grands du royaume, le mont malgré ses déchéances n’a jamais cessé d’être admiré, ou à défaut de renaître constamment de ses cendres... Enfin bref, il y aurait encore beaucoup à dire, mais même si ce livre date un peu et si vous cherchez des infos sur ce magnifique Mont, je vous en conseille la lecture sans problème, en plus à la fin il y a un récapitulatif chronologique, et ça c'est le genre de chose que j'adore !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Florel Posté le 2 Juillet 2013
    J’ai acheté ce livre quand j’ai lu La promesse de l’ange de Frédéric Lenoir et Violette Cabeso, je l’ai bien feuilleté à l’époque mais je ne l’ai jamais vraiment lu correctement, mais suite à une décision subite j’ai voulu le lire, et je ne comprends pas pourquoi je ne l’ai pas fait avant. Comme beaucoup je sais que l’abbaye du Mont Saint-Michel est un des lieu les plus visiter de France, qu’il a été sous la révolution une prison d’état, et qu’il a été construit suite à la demande de l’archange Saint-Michel à Saint Aubert évêque d’Avranches au 8ème siècle. Bon faudra quand même trois apparitions de l’archange à Saint Aubert pour qu’il se décide à commencer la construction sur le Mont-tombe. Bref en somme et après la lecture de ce livre, je m'aperçois que je n'en savais presque rien. Cela dit on peut dire que j'ai rattrapé un peu de mon retard, par exemple le Mont-Saint Michel n'a pas attendu la révolution pour être une prison contrairement à ce que je pensais, avant cette date il y avait déjà eu des prisonniers, mais comme la prison du Mont et moins veille que l'abbaye elle-même on ne peut pas trop... J’ai acheté ce livre quand j’ai lu La promesse de l’ange de Frédéric Lenoir et Violette Cabeso, je l’ai bien feuilleté à l’époque mais je ne l’ai jamais vraiment lu correctement, mais suite à une décision subite j’ai voulu le lire, et je ne comprends pas pourquoi je ne l’ai pas fait avant. Comme beaucoup je sais que l’abbaye du Mont Saint-Michel est un des lieu les plus visiter de France, qu’il a été sous la révolution une prison d’état, et qu’il a été construit suite à la demande de l’archange Saint-Michel à Saint Aubert évêque d’Avranches au 8ème siècle. Bon faudra quand même trois apparitions de l’archange à Saint Aubert pour qu’il se décide à commencer la construction sur le Mont-tombe. Bref en somme et après la lecture de ce livre, je m'aperçois que je n'en savais presque rien. Cela dit on peut dire que j'ai rattrapé un peu de mon retard, par exemple le Mont-Saint Michel n'a pas attendu la révolution pour être une prison contrairement à ce que je pensais, avant cette date il y avait déjà eu des prisonniers, mais comme la prison du Mont et moins veille que l'abbaye elle-même on ne peut pas trop savoir le chiffre exact de ces derniers, mais apparemment il n'y en aurait pas eu des milles et des cents. Cela dit il valait quand même mieux être prisonnier au Mont que dans les geôles nationales, puisque la prison du Mont Saint Michel (en dehors de la période révolutionnaire et après révolutionnaire) était " plus agréable à vivre contrairement à ce qui a été dit au XIXème siècle. Petite anecdote, sachez que c'est Napoléon III qui décida de fermer la prison, bien que le conseille municipal fit savoir son désaccord. Ensuite, je trouve qu’il a été intéressant de suivre l’avancée du Mont sous la politique et les divers aléas de l’histoire. Véritable place forte, détruite par les Bretons allié du roi de France quand le duc de Normandie rentra en guerre contre ce dernier, restée fidèle au roi de France pendant la guerre de 100 ans bien que très difficile à défendre, ayant connu pour son plus grand malheur le régime des abbés commendataires, pour finir d’être mise à sac par les révolutionnaires (c’est pour ça que je déteste les révolutions, même si ça fait avancer ou reculer les choses (comme en Chine) ça détruit toujours les témoins du passé), le Mont Saint-Michel a connu dans son histoire 1000 péripéties, que l’auteur nous fait ici découvrir. En plus, rajoutez à cela la douzaine d’incendies dus aux guerres ou à la foudre, cette merveille d’architecture très difficile à construire n’a jamais cessé de souffrir, au point d'en perdre l'attrait qui faisait sa réputation de merveille. Pourtant le Mont a aussi connu des heures de gloire, véritable lieu de pèlerinage (même pendant la guerre de 100 ans), habitants privilégiés sur les impôts, dons de nombreuses reliques, cité des livres « Les chanoines n’avaient pourtant presque rien laissé en quittant le site, mis à part un obituaire et un évangéliaire en caractères onciaux. En quelques années, le Mont devient « cité des livres ». Par tradition, les moines bénédictins sont une des mémoires vivantes de l’histoire de l’Eglise catholique. Depuis l’époque mérovingienne, leurs monastères constituaient autant de centres privilégiés de la vie intellectuelle à travers l’Occident latin. Leur amour des livres leur avait permis de recevoir puis de transmettre une large part de l’héritage de la culture gréco-latine. Toutes les grandes abbayes médiévales possédaient une bibliothèque importante. La communauté montoise bénéficia de trois facteurs déterminants : la création d’un scriptorium après 965, l’intérêt d’abbés successifs pour les choses de l’esprit et le talent d’enlumineur de nombreux moines. » , ou encore aidé pour sa construction par les grands du royaume, le mont malgré ses déchéances n’a jamais cessé d’être admiré, ou à défaut de renaître constamment de ses cendres... Enfin bref, il y aurait encore beaucoup à dire, mais même si ce livre date un peu et si vous cherchez des infos sur ce magnifique Mont, je vous en conseille la lecture sans problème, en plus à la fin il y a un récapitulatif chronologique, et ça c'est le genre de chose que j'adore !
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…