Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707187970
Code sériel : 437
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 344
Format : 125 x 190 mm

Histoire et mémoires, conflits et alliance

Date de parution : 05/11/2015

De l’essor de la généalogie au discours politique, la Mémoire a tout envahi. Ce livre, signé d'un des meilleurs historiens de la question, s’interroge sur l’empire actuel de la mémoire - ses origines, ses précédents, sa place dans des sociétés plus anciennes. Il la confronte à cet autre rapport au passé qu’est l’Histoire, fruit de la rationalité, à vocation universelle, cherchant modestement, mais obstinément, une parcelle de vérité.

Aujourd’hui, il est partout question de commémoration, de devoir ou d’abus de mémoire. Rapport personnel, affectif au passé, la mémoire semble avoir tout envahi. Culturelle, historique, religieuse, artistique, elle peut se montrer exclusive et nuire au vivreensemble. Mais elle est aussi capable de susciter la résistance à l’oppression, de sauver...

Aujourd’hui, il est partout question de commémoration, de devoir ou d’abus de mémoire. Rapport personnel, affectif au passé, la mémoire semble avoir tout envahi. Culturelle, historique, religieuse, artistique, elle peut se montrer exclusive et nuire au vivreensemble. Mais elle est aussi capable de susciter la résistance à l’oppression, de sauver une minorité, d’assurer la cohésion d’un groupe, d’une société, d’une nation. Autre rapport au passé, à vocation universelle cette fois, l’histoire se tient à distance. Fruit de la rationalité, elle cherche modestement et obstinément une parcelle de vérité.
Tout semble donc opposer histoire et mémoires ; les conflits se sont d’ailleurs multipliés, surtout en France. Le pari de l’auteur est pourtant d’en affirmer l’indispensable alliance et d’en proposer les conditions. Les mémoires ont déjà transformé les livres d’histoire, offrant à l’événement et à la biographie une nouvelle jeunesse. Ainsi, l’histoire orale a donné à comprendre, de l’intérieur, les invisibles, restés à l’écart de l’écriture. Les mémoires obligent les historiens à questionner leur métier, leur fournissent de nouveaux objets d’étude et la possibilité de saisir une réalité jusque-là inaccessible. En contrepartie, l’histoire demeure le seul moyen d’apaiser les mémoires blessées, de permettre aux mémoires concurrentes de cohabiter. La meilleure manière de vaincre l’oubli et de se prémunir des excès mémoriels.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707187970
Code sériel : 437
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 344
Format : 125 x 190 mm

Ils en parlent

« Devoir de mémoire », « mémoire collective », « lieu de mémoire »: autant d'expressions qui, dans les dernières décennies, ont envahi le débat public jusqu'à l'écoeurement ; il ne se passe pas de jour sans que soit question de commémorer quelque chose, victoire, défaite (de préférence défaite) ou quelqu'un, héros, victime (de préférence victime)... Face à cette « hyperamnésie », l'historien voit son domaine propre se réduire comme peau de chagrin, et les témoignages multiples sur les événements passés compliquent ses critères d'objectivité. Comme si cela ne suffisait pas, les Etats ne cessent de s'approprier ce « phénomène mémoriel », capable de combler les débris encore actifs du roman national comme les lacunes de leur politique: « L'utilisation du passé permet de faire oublier des réalités plus contemporaines où l'Etat est parfaitement impuissant, [...] de donner aux uns et aux autres des satisfactions symboliques à défaut de satisfactions plus coûteuses mais plus tangibles.» Il ne s'agit pourtant pas ici de faire oeuvre pamphlétaire: telle n'est pas l'ambition de la collection historiographique que propose La Découverte. Bien au contraire, et heureusement, l'ouvrage se donne comme objectif de réfléchir « à la fois sur le phénomène de société qu'implique le règne de la mémoire généralisée et sur ses conséquences dans le domaine de la recherche historique ». Le résultat de l'enquête est riche, presque débordant. [...] Un état des lieux stimulant où le chercheur comme le néophyte pourront trouver leur compte.
Fanny Taillandier / Livres Hebdo
Quoi de plus rebattu que le rapport entre histoire et mémoire dans le débat intellectuel ? Or, quoi de moins mis en histoire que ce couple complexe et parfois incestueux que forment Mnémosyne et Clio ? C'est cette lacune que vient combler le livre de Philippe Joutard. Celui-ci rend le meilleur service que les historiens doivent à notre société saturée d'affect de ressouvenance : il remet les mémoires à distance de compréhension. Une fois identifiée « l'apparition du phénomène mémoriel » au creux des années 1970, convoquant sa pratique d'historien moderniste pionnier de l'histoire orale, Philippe Joutard questionne l'avant, l'après et les alentours de cette rupture. On le suit sur les pistes qui mènent, ailleurs qu'en France aussi, aux sociétés qui, dans le passé, dans les dernières décennies ou chez nos voisins, ont connu le règne des mémoires, qu'elles soient anthropologiques ou personnelles, religieuses ou artistiques. L'ouvrage se clôt avec profit par une chrono-bibliographie qui court des Dialogues de Péguy au cinquantenaire de la guerre d'Algérie.
L'Histoire
Quel rôle l’historien est-il susceptible de jouer dans notre monde contemporain ? Si cette interrogation fondamentale a déjà fait couler beaucoup d’encre, le présent ouvrage ne prétend pas y répondre. Car ce n’est pas un manuel de méthodologie critique ou un essai d’historien avertissant des dangers de l’instrumentalisation du passé que nous livre Philippe Joutard, spécialiste de l’histoire orale et professeur à l’université de Provence et à l’EHSS, mais plutôt une monographie dont l’objet d’étude serait le rapport entre histoire et mémoire aux XXe-XXIe siècles. Par « histoire », on entendra ici un « récit du passé, [qui] instaure d’entrée de jeu une distance » (p. 15), tandis que la « mémoire » entretient au contraire un rapport affectif fort avec ce passé (cf. p. 16 : elle est « passé dans le présent »). Selon l’auteur, cette dernière est également polysémique, car elle peut à la fois être mémoire-trace, mémoire collective, religieuse, artistique ou littéraire.
Quentin Verreycken / Liens socio
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !