Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262044077
Code sériel : 137
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 528
Format : 108 x 177 mm

Historiquement correct

Collection : Tempus
Date de parution : 13/03/2014

L’historiquement correct, c’est le politiquement correct appliqué à l’histoire. Pour le dénoncer, Jean Sévillia entreprend de relire l’histoire dans son contexte et non, comme on le fait généralement, selon la grille des valeurs contemporaines.

Depuis sa première édition, il y a plus de dix ans, le succès d’Historiquement correct ne s’est jamais démenti. Loué pour son indépendance d’esprit, plébiscité par le grand public, Jean Sévillia reprend un à un les noeuds gordiens de notre histoire pour remettre les pendules à l’heure en évitant les détournements idéologiques qui foisonnent lorsqu’on lit... Depuis sa première édition, il y a plus de dix ans, le succès d’Historiquement correct ne s’est jamais démenti. Loué pour son indépendance d’esprit, plébiscité par le grand public, Jean Sévillia reprend un à un les noeuds gordiens de notre histoire pour remettre les pendules à l’heure en évitant les détournements idéologiques qui foisonnent lorsqu’on lit le passé à l’aune du présent.
En découle un récit souvent novateur et toujours limpide servi par une plume d’envergure.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262044077
Code sériel : 137
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 528
Format : 108 x 177 mm
Perrin

Ils en parlent

La démonstration de Sévillia est d’une grande salubrité.
Philippe Tesson / Le Figaro littéraire
Ce démontage de la vulgate postmarxiste est souvent salutaire, et parfois réjouissant.
François Dufay / Le Point
 Il est aujourd’hui peu d’ouvrages d’utilité plus grande et d’usage plus pressant que celui de Jean Sévillia.
Alain Besançon, de l'Institut / Le Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Becar Posté le 18 Avril 2020
    Quelques propos réactionnaires, quelques charges contre la gauche, quelques remarques lyriques sur les bienfaits de l'église catholique interrogent sur l'impartialité de Jean Sévillia. Malgré tout, ces 18 thèmes historiques qui balayent très large (de la féodalité à la guerre d'Algérie), méritent d'être lus avec un œil critique.
  • rulhe Posté le 4 Avril 2020
    l, historiquement correct ne cherche pas à comprendre le passé pour éclairer le présent. il par du présent pour juger le passé. jean Sevilla par a travers dix-huit histoires, depuis le moyen âge, a la guerre d,Algérie, en passant par les croisades, les cathares, l, inquisition, la résistance, a nous exposé des événements en les replaçant dans leur contexte.il rappelle des fait oublié ou dissimulés qui bousculent les schémas préétablis. car en histoire, le mal n'est pas toujours, où l'on dit, le bien n'est pas toujours ou l, on croit. je regrette que certaines histoires n'est pas était plus approfondis. c'est quand même un livre plaisant.
  • Bigmammy Posté le 27 Mars 2020
    De confession catholique et royaliste fidèle à la Maison de France, Jean Sévillia s'attache à mettre en avant les « racines chrétiennes de la France » dans ses nombreux écrits, comme le précise sa page Wikipédia. La lecture de son ouvrage le confirme. Le propos est ici de tordre le cou à de nombreux préjugés historiques, idées reçues et lieux communs, pour la plupart forgés par l'école laïque et républicaine, et de lutter contre l'instrumentalisation idéologique du passé, une logique délétère qui conduit la société à recomposer le passé en fonction de présupposés politiques. L'« historiquement correct » des dernières années (l'ouvrage a suscité de nombreuses controverses lors de sa parution) gomme trop souvent la complexité de l'histoire qui se réduit à la lutte contre le Bien et le Mal, réinterprétés selon la morale de notre temps. Ce livre porte une attention particulière au démontage des clichés diffusés par la doxa « républicaine » contre le catholicisme (pour Jean Sévillia, traduire par : "de gauche"). C'est une longue plainte, brillamment argumentée, contre l'imaginaire politique fantasmé de l'enseignement de l'histoire telle qu'elle a été diffusée d'abord par l'école de la Troisième République puis, après 1945, par un corps enseignant et une classe intellectuelle... De confession catholique et royaliste fidèle à la Maison de France, Jean Sévillia s'attache à mettre en avant les « racines chrétiennes de la France » dans ses nombreux écrits, comme le précise sa page Wikipédia. La lecture de son ouvrage le confirme. Le propos est ici de tordre le cou à de nombreux préjugés historiques, idées reçues et lieux communs, pour la plupart forgés par l'école laïque et républicaine, et de lutter contre l'instrumentalisation idéologique du passé, une logique délétère qui conduit la société à recomposer le passé en fonction de présupposés politiques. L'« historiquement correct » des dernières années (l'ouvrage a suscité de nombreuses controverses lors de sa parution) gomme trop souvent la complexité de l'histoire qui se réduit à la lutte contre le Bien et le Mal, réinterprétés selon la morale de notre temps. Ce livre porte une attention particulière au démontage des clichés diffusés par la doxa « républicaine » contre le catholicisme (pour Jean Sévillia, traduire par : "de gauche"). C'est une longue plainte, brillamment argumentée, contre l'imaginaire politique fantasmé de l'enseignement de l'histoire telle qu'elle a été diffusée d'abord par l'école de la Troisième République puis, après 1945, par un corps enseignant et une classe intellectuelle majoritairement classés à gauche. Chaque chapitre commence par un événement contemporain (généralement une commémoration) et revient sur une vérité souvent obscurcie ou oubliée, où les responsabilités ne sont pas toujours là où on les imagine : ainsi l'auteur retrace les grandes étapes de notre histoire depuis le système féodal, les croisades, les cathares, l'Inquisition, les guerres de Religion, en passant par ce que fut l'Ancien Régime, les Lumières, la Révolution et la Terreur, la Commune, le rôle des catholiques en faveur des ouvriers, l'esclavage, et plus récemment l'antisémitisme, le pacifisme, la Résistance et la Collaboration, la décolonisation et la guerre d'Algérie, l'attitude du pape Pie XII envers le régime nazi et en faveur des Juifs. En fil rouge, le constat que l'intolérance – religieuse, politique, culturelle – n'est pas toujours là où on l'attend, c'est-à-dire là où on nous a appris à la situer pour des raisons trop souvent idéologiques. Les débats entre historiens sont loin d'être clos mais la recherche progresse, les archives contemporaines deviennent accessibles. Il arrive même que des historiens honnêtes, comme Jacques Marseille à propos du coût réel de la colonisation, changent leur fusil d'épaule face aux données statistiques. Dommage que l'objectivité ne soit pas toujours la règle d'or des historiens, y compris pour ce livre, par ailleurs très bien écrit.
    Lire la suite
    En lire moins
  • frandj Posté le 10 Février 2014
    L'auteur examine d'une manière très critique l'image qui est donnée de l'Histoire, notamment celle de la France. Il focalise une grande partie de son attention sur le XXème siècle: l'entre-deux-guerres, la position de la papauté face au nazisme et au fascisme, la guerre d'Algérie, la décolonisation, etc... Sur chacun des sujets, J. Sevillia rappelle au lecteur les faits avérés; mais il souligne aussi l'interprétation tendancieuse que, selon lui, certains historiens français (et d'autres inspirateurs de l'opinion publique) en donnent: en se voulant objectifs et "politiquement corrects", ceux-ci dénigrent la politique de la France et, plus généralement, l'action de l'Occident. L'auteur semble prendre un certain plaisir à aller à contre-courant de la tendance actuellement dominante. A titre personnel, j'ai trouvé stimulant ce livre un peu iconoclaste. J'admets qu'on y trouve des exagérations et approximations, mais il me semble assez utile et original en tant qu'étude historique. Par contre, je serais très hostile à son utilisation comme "machine de guerre" mise au service de certains partis dont l'orientation politique me semble trop marquée.
  • BVIALLET Posté le 29 Mars 2012
    Dans cet excellent livre , Jean Sévillia passe en revue 13 grands faits ou problèmes historiques qu'un certain courant de pensée , pour mieux étayer sa démonstration , a déformé , truqué souvent de façon grossière . L'auteur fait oeuvre de salubrité intellectuelle en replaçant les évènements dans leurs contextes , en corrigeant les erreurs et en montrant ,qu'en général ,tout a rarement été tout noir ou tout blanc , mais plutôt uniformément gris et que les torts , la plupart du temps , étaient partagés .Manichéisme , quand tu nous tiens ... On fait de nombreuses découvertes dans ce livre : l'anti-sémitisme de Voltaire , par exemple , l'intolérance des philosophes du XVIIIème , la méfiance des révolutionnaires envers le peuple ...etc..."C'est une erreur de croire qu'on honore sa patrie en calomniant ceux qui l'ont fondée" a dit Renan . De combien d'erreurs semblables le politiquement correct ne s'est-il pas rendu coupable ? Un livre à ne pas rater ne serait-ce que pour l'honnêteté de la démarche .D'autant plus que dans le domaine historique , seuls les faits établis sur des documents doivent être pris en compte . On ne devrait donc pouvoir leurrer que les naïfs et les illettrés... Dans cet excellent livre , Jean Sévillia passe en revue 13 grands faits ou problèmes historiques qu'un certain courant de pensée , pour mieux étayer sa démonstration , a déformé , truqué souvent de façon grossière . L'auteur fait oeuvre de salubrité intellectuelle en replaçant les évènements dans leurs contextes , en corrigeant les erreurs et en montrant ,qu'en général ,tout a rarement été tout noir ou tout blanc , mais plutôt uniformément gris et que les torts , la plupart du temps , étaient partagés .Manichéisme , quand tu nous tiens ... On fait de nombreuses découvertes dans ce livre : l'anti-sémitisme de Voltaire , par exemple , l'intolérance des philosophes du XVIIIème , la méfiance des révolutionnaires envers le peuple ...etc..."C'est une erreur de croire qu'on honore sa patrie en calomniant ceux qui l'ont fondée" a dit Renan . De combien d'erreurs semblables le politiquement correct ne s'est-il pas rendu coupable ? Un livre à ne pas rater ne serait-ce que pour l'honnêteté de la démarche .D'autant plus que dans le domaine historique , seuls les faits établis sur des documents doivent être pris en compte . On ne devrait donc pouvoir leurrer que les naïfs et les illettrés . Un livre clair , facile à lire et qui remet les pendules à l'heure . On en redemanderait même .
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…