Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264058799
Code sériel : 4776
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm

Home

Christine LAFERRIERE (Traducteur)
Date de parution : 03/10/2013

Frank Money est Noir, brisé par la guerre de Corée, en proie à une rage folle. À Atlanta, il doit retrouver sa jeune sœur Cee, cobaye d'un médecin blanc, pour regagner Lotus en Géorgie, la ville de son enfance – « le pire endroit du monde ». S’engage pour lui...

Frank Money est Noir, brisé par la guerre de Corée, en proie à une rage folle. À Atlanta, il doit retrouver sa jeune sœur Cee, cobaye d'un médecin blanc, pour regagner Lotus en Géorgie, la ville de son enfance – « le pire endroit du monde ». S’engage pour lui un périple dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950 où dansent toutes sortes de démons. Avant de trouver, peut-être, l’apaisement. Parabole épurée, violemment poétique, Home conte avec une grâce authentique la mémoire marquée au fer d’un peuple et l’épiphanie d’un homme.

« Toni Morrison traque les fantômes en sabbat magnifique. Avec, pour seule arme, sa musique lancinante, comme un oratorio de la douleur. »
L'Express

Traduit de l'anglais (Etats-Unis)
par Christine Laferrière

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264058799
Code sériel : 4776
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • garanemsa Posté le 10 Novembre 2020
    Morrison Toni Home Encore un écrivain afro-américain mais qui décrit aussi le tragique futur des rescapés des guerres, je pense que cela vaut aussi pour les vétérans blancs qui sont souvent laissés à l’abandon par l’état malgré leurs problèmes post-traumatiques Frank Money a vécu dans une toute petite ville, son enfance hormis sa petite sœur, a été terriblement malheureuse, entre les parents qui travaillaient 14 heures par jour dans le coton et étaient fourbus au retour et une grand-mère méchante. Pour échapper à cette vie de misère, sans affection ni amour et en manque de tout, il s’est engagé, certes il a eu une médaille, mais il est bien avec cela dans sa poche, ses deux meilleurs amis d’enfance qui avaient fait comme lui sont mort au combat et tant d’autres. Il va à la dérive un temps puis décide de retourner dans cette petite ville car il veut retrouver sa sœur qu’il aime tant, dernier rempart à sa solitude. Il va passer par des pasteurs de certaines églises qui lui permettront d’avoir un repas et des vêtements appropriés. Il finira, après maintes péripéties à y arriver, mais mais ………. C’est aussi un pan de l’histoire pas très gai, pas très sympathique mais qui reflète assez... Morrison Toni Home Encore un écrivain afro-américain mais qui décrit aussi le tragique futur des rescapés des guerres, je pense que cela vaut aussi pour les vétérans blancs qui sont souvent laissés à l’abandon par l’état malgré leurs problèmes post-traumatiques Frank Money a vécu dans une toute petite ville, son enfance hormis sa petite sœur, a été terriblement malheureuse, entre les parents qui travaillaient 14 heures par jour dans le coton et étaient fourbus au retour et une grand-mère méchante. Pour échapper à cette vie de misère, sans affection ni amour et en manque de tout, il s’est engagé, certes il a eu une médaille, mais il est bien avec cela dans sa poche, ses deux meilleurs amis d’enfance qui avaient fait comme lui sont mort au combat et tant d’autres. Il va à la dérive un temps puis décide de retourner dans cette petite ville car il veut retrouver sa sœur qu’il aime tant, dernier rempart à sa solitude. Il va passer par des pasteurs de certaines églises qui lui permettront d’avoir un repas et des vêtements appropriés. Il finira, après maintes péripéties à y arriver, mais mais ………. C’est aussi un pan de l’histoire pas très gai, pas très sympathique mais qui reflète assez bien la situation du moment.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Givry Posté le 13 Octobre 2020
    L'idée de ce roman est de revenir à la maison, oui mais quelle maison ? Question difficile lorsqu'on a été maltraité par la vie d'abord parce qu'on est noir, puis ensuite par la famille d'une pauvreté absolue. Ce livre aborde aussi l'histoire de ces noirs qui se sont battus en Corée pour leur Nation, au nom des droits. Ils reviennent et sont maltraités par cette Nation qui a ôté la vie de leurs copains, les seules personnes sur qui elles pouvaient vraiment compter. C'est court, dense, efficace. Rien n'est superflu. Tout est concentré sur la douleur, sur ce que les noirs ont dû subir : déplacements de populations avec la perte de la maison, du jardin potager, les arrestations, la difficulté à trouver du travail, l'impossibilité de s'installer à son compte et enfin ces combats organisés où le père et le fils doivent se battre jusqu'à la mort. C'est bien de le redire encore. On n'imagine toujours pas.
  • Ananamouts Posté le 7 Octobre 2020
    On m'a beaucoup parlé de cette autrice dans mon entourage. J'ai décidé de débuter par Home. Je l'ai lu d'une traite, le posant sur mes genoux de temps en temps pour réfléchir et souffler entre certaines passages. Elle nous dépeins la vie d'un homme noir dans une Amérique raciste des année 50. Un homme qui à servi son pays lors de la guerre de Corée mais ne reçoit aucune reconnaissance. On le suit sur sa route, partis aider sa sœur qui est malade. Mais il n'est pas le seul narrateur de cette histoire. Toni Morrison fait parler d'autres personnages, nous permettant de cerner un peu mieux Franck Money. Ce récit d'un calme écrasant m'a beaucoup touché. Je n'avais encore jamais lu de livre dans ce style d'écriture. Je ne suis pas déçue et j'ai hâte de découvrir ses autres romans
  • Tricape Posté le 24 Septembre 2020
    Toni Morrison est une grande dame de la littérature américaine, reconnue dans son pays par le prix Pulitzer en 1988 et honorée du prix Nobel de littérature en 1993. "Home", publié en 2012, est un petit roman par la taille dont les critiques disent qu'il est un concentré de l'art de Toni Morrison. C'est la raison pour laquelle j'ai choisi de lire ce livre après avoir appris le décès de Toni Morrison au début d'août 2019. L'auteure est un des porte-parole de sa communauté, celle des Noirs américains. Avec une grande délicatesse, Toni Morrison décrit des situations épouvantables sans dire un mot des agressions subies par ses héros, mais seulement en rapportant les conséquences des traumatismes qu’ils ont subis. Vous ne saurez rien du coup de couteau, mais vous devrez vivre avec la plaie jusqu'à la consolidation de la cicatrice. En quelque sorte, si elle avait été sculpteur, elle vous aurait fait imaginer le visage en détresse sans que vous puissiez le voir et en vous présentant le personnage de dos, vous invitant ainsi (en réalité en vous forçant) à le deviner. Un jeune afro-américain (Frank Money) rentre de la... Toni Morrison est une grande dame de la littérature américaine, reconnue dans son pays par le prix Pulitzer en 1988 et honorée du prix Nobel de littérature en 1993. "Home", publié en 2012, est un petit roman par la taille dont les critiques disent qu'il est un concentré de l'art de Toni Morrison. C'est la raison pour laquelle j'ai choisi de lire ce livre après avoir appris le décès de Toni Morrison au début d'août 2019. L'auteure est un des porte-parole de sa communauté, celle des Noirs américains. Avec une grande délicatesse, Toni Morrison décrit des situations épouvantables sans dire un mot des agressions subies par ses héros, mais seulement en rapportant les conséquences des traumatismes qu’ils ont subis. Vous ne saurez rien du coup de couteau, mais vous devrez vivre avec la plaie jusqu'à la consolidation de la cicatrice. En quelque sorte, si elle avait été sculpteur, elle vous aurait fait imaginer le visage en détresse sans que vous puissiez le voir et en vous présentant le personnage de dos, vous invitant ainsi (en réalité en vous forçant) à le deviner. Un jeune afro-américain (Frank Money) rentre de la guerre de Corée dramatiquement marqué par la perte de ses amis et par un événement totalement déstabilisant. Il en résulte pour lui une colère intériorisée et une profonde angoisse. Mais un appel lancé par sa jeune sœur, elle aussi victime d'atrocités, force Frank Money à revenir dans le village de son enfance afin de tenter de la sauver. Le cheminement des états d'âme par lesquels passe Frank Money est rendu avec une grande précision de sorte que, en refermant le livre, il vous restera d'avoir contemplé une peinture saisissante de la situation des afro-américains, de la sourde rémanence des temps de la ségrégation officielle, de l'atmosphère encore polluée des relents racistes des années cinquante. On peut de ce point de vue rapprocher ce très dense roman de "Undergroud railroad" ; tous deux aident à comprendre ce qu'a vécu la communauté noire américaine. Mais ce roman n'est pas aussi sombre que l'on pourrait le craindre. La force de Toni Morrison n'est pas seulement de suggérer, mais aussi de convaincre "qu'il y a quelque part, au fond de chacun de nous, une personne libre capable de faire du bien en ce monde".
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fuyating Posté le 20 Septembre 2020
    "Home" est le tout premier Toni Morrisson que je lis et j'ai beaucoup aimé même si ce fût une lecture un peu exigeante. En effet, Toni Morrisson fait quelques ellipses, nous promène entre le passé et le présent et entre divers personnages. Attention donc à lire attentivement pour ne pas se perdre. L'auteure nous présente des personnages ayant une vie âpre et victimes de racisme. Nous y découvrons de jeunes femmes ne pouvant acheter des maisons parce qu'elles ne sont pas de la bonne origine, des enfants handicapés à cause du tir de policiers, des personnes chassées de chez elles, etc. Ce court roman contient beaucoup de combats et de dénonciations : notamment le racisme comme dit précédemment et également la façon dont sont traités les anciens combattants (de Corée ici). Mais "Home" est bien plus que cela, il nous entraine aussi à recherche de la liberté, celle d'un foyer et à la recherche du pardon. C'est un long chemin que les personnages prennent, déterminés malgré leurs blessures et leur tristesse. Malgré les thèmes difficiles abordés dans le roman, "Home" nous donne de l'espoir : l'espoir de s'en sortir et qu'il y aura par la suite un monde meilleur. Parce qu'il nous parle... "Home" est le tout premier Toni Morrisson que je lis et j'ai beaucoup aimé même si ce fût une lecture un peu exigeante. En effet, Toni Morrisson fait quelques ellipses, nous promène entre le passé et le présent et entre divers personnages. Attention donc à lire attentivement pour ne pas se perdre. L'auteure nous présente des personnages ayant une vie âpre et victimes de racisme. Nous y découvrons de jeunes femmes ne pouvant acheter des maisons parce qu'elles ne sont pas de la bonne origine, des enfants handicapés à cause du tir de policiers, des personnes chassées de chez elles, etc. Ce court roman contient beaucoup de combats et de dénonciations : notamment le racisme comme dit précédemment et également la façon dont sont traités les anciens combattants (de Corée ici). Mais "Home" est bien plus que cela, il nous entraine aussi à recherche de la liberté, celle d'un foyer et à la recherche du pardon. C'est un long chemin que les personnages prennent, déterminés malgré leurs blessures et leur tristesse. Malgré les thèmes difficiles abordés dans le roman, "Home" nous donne de l'espoir : l'espoir de s'en sortir et qu'il y aura par la suite un monde meilleur. Parce qu'il nous parle également de l'entraide et de l'amour fraternel, de l'importance de la famille et d'avancer coûte que coûte.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…