RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Home

            10/18
            EAN : 9782264058799
            Code sériel : 4776
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 144
            Format : 108 x 177 mm
            Home

            Christine LAFERRIERE (Traducteur)
            Date de parution : 03/10/2013

            Frank Money est Noir, brisé par la guerre de Corée, en proie à une rage folle. À Atlanta, il doit retrouver sa jeune sœur Cee, cobaye d'un médecin blanc, pour regagner Lotus en Géorgie, la ville de son enfance – « le pire endroit du monde ». S’engage pour lui...

            Frank Money est Noir, brisé par la guerre de Corée, en proie à une rage folle. À Atlanta, il doit retrouver sa jeune sœur Cee, cobaye d'un médecin blanc, pour regagner Lotus en Géorgie, la ville de son enfance – « le pire endroit du monde ». S’engage pour lui un périple dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950 où dansent toutes sortes de démons. Avant de trouver, peut-être, l’apaisement. Parabole épurée, violemment poétique, Home conte avec une grâce authentique la mémoire marquée au fer d’un peuple et l’épiphanie d’un homme.

            « Toni Morrison traque les fantômes en sabbat magnifique. Avec, pour seule arme, sa musique lancinante, comme un oratorio de la douleur. »
            L'Express

            Traduit de l'anglais (Etats-Unis)
            par Christine Laferrière

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264058799
            Code sériel : 4776
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 144
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            6.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • pompimpon Posté le 28 Novembre 2018
              Frank, retour de la guerre de Corée, traverse une partie des Etats-Unis, de Portland à Atlanta, pour rejoindre Cee, sa soeur malade, et la ramener dans la ville de leur enfance, au fin fond de la Georgie. Frank doit lutter contre ses fantômes, Cee contre le mépris qu'elle a pour elle-même et dont elle n'a même pas conscience. Et il faut que chacun d'entre eux apprenne à investir sa vie en sortant du rôle que leur a assigné leur enfance : lui en protecteur de sa petite soeur si fragile, elle en pauvre enfant qui n'a d'importance que pour son grand frère. Ils me sont vite devenus proches, avec leurs cauchemars et leurs peurs qu'il va falloir dépasser. Le récit décrit une parfaite boucle spatiale, qui les ramène d'où ils sont partis ou plutôt d'où ils ont fui, pour permettre leur transformation ; à Frank d'affronter ses démons et d'apprendre à se pardonner ; à Cee d'aller à la rencontre d'elle-même et de découvrir de la considération pour la personne qu'elle est. C'est un court roman qui fouette l'esprit comme un café très fort. Et qui bouleverse aussi. Une belle histoire de rédemption, à la seule puissance de leur volonté à... Frank, retour de la guerre de Corée, traverse une partie des Etats-Unis, de Portland à Atlanta, pour rejoindre Cee, sa soeur malade, et la ramener dans la ville de leur enfance, au fin fond de la Georgie. Frank doit lutter contre ses fantômes, Cee contre le mépris qu'elle a pour elle-même et dont elle n'a même pas conscience. Et il faut que chacun d'entre eux apprenne à investir sa vie en sortant du rôle que leur a assigné leur enfance : lui en protecteur de sa petite soeur si fragile, elle en pauvre enfant qui n'a d'importance que pour son grand frère. Ils me sont vite devenus proches, avec leurs cauchemars et leurs peurs qu'il va falloir dépasser. Le récit décrit une parfaite boucle spatiale, qui les ramène d'où ils sont partis ou plutôt d'où ils ont fui, pour permettre leur transformation ; à Frank d'affronter ses démons et d'apprendre à se pardonner ; à Cee d'aller à la rencontre d'elle-même et de découvrir de la considération pour la personne qu'elle est. C'est un court roman qui fouette l'esprit comme un café très fort. Et qui bouleverse aussi. Une belle histoire de rédemption, à la seule puissance de leur volonté à tous deux. En peu de mots, qui ne manquent jamais d'une certaine poésie, Toni Morrison m'a emmenée à la suite de ces égarés. Elle les montre sans complaisance, certes, mais surtout avec une belle humanité qui donne envie de leur tendre la main. De remercier ceux qui les aident en chemin. De hurler après ceux qui les abîment, les blessent, les amoindrissent. Nous avons tous besoin d'aide pour trouver la force de nous tenir debout.
              Lire la suite
              En lire moins
            • PaulMer Posté le 22 Octobre 2018
              Home est un concentré de Morrison mêlant poésie et narration concise. C'est un très beau roman.
            • folivier Posté le 7 Septembre 2018
              Court roman ou longue nouvelle. Qu'importe, grâce à une écriture et un style magnifique, Toni Morrison m'a embarqué, saisi, tétanisé à suivre le parcours de Franck traumatisé par ses souvenirs enfouis, cachés de la guerre de Corée. Ayant quitté avec deux amis d'enfance sa ville, laissé sa petite soeur pour fuir un monde clos et de pauvreté, encerclé par le racisme et la violence ordinaire des gens qui tentent de survivre, il ne peut retourner chez lui avec ses morts, son échec à refaire une vie meilleure. le roman est une description sèche, brutale de la ségrégation aux Etats-unis dans les années 50 et la résilience d'un jeune-homme qui retrouve sa dignité en redonnant une dignité posthume à un mort anonyme. C'est le premier texte que je lis de cette auteure et j'ai été subjugué par le style magnifique de Toni Morrison. Je vais me précipiter sur ses autres romans.
            • eprisedeparoles Posté le 31 Août 2018
              Même si ça n'est pas un coup de coeur, ce livre est une belle découverte, j'ai apprécié la plume de Toni Morrison et l'histoire qu'elle a tracée.
            • Fleitour Posté le 22 Mai 2018
              « A qui est la nuit qui écarte la lumière ? ». Sur ces mots étranges commence Home un roman de Toni Morrison. Une prose envoûtante qui est bien la griffe de cette romancière qui joue avec la musique des mots et la puissance évocatrice de la nature. Franck et Cee sa petite sœur, fascinés par deux chevaux, en appui sur leurs jambes de derrière, ont retenu leur souffle, émerveillés. "l'un était couleur de rouille, l'autre d'un noir profond ; tous les deux luisants de sueur. Les hennissements n'étaient pas aussi effrayants que le silence qui a suivi une ruade dans les lèvres retroussées de l'adversaire.... celui couleur de rouille a baissé la tête et piaffé pendant que le vainqueur s'éloignait en gambadant." Puis un autre spectacle les glaça, "un pied qui dépassait de la fosse et qui tremblait comme s'il pouvait sortir". Quand elle a vu "ce pied noir avec sa plante rose crème, striée de boue, Cee s'est mise à trembler, j'ai essayé d'attirer son tremblement dans mes os, parce que je pensais pouvoir y arriver" page 12. Nous suivons ainsi les traces d'une famille, dans les années 50, dans une Amérique où l'apartheid est encore féroce, même pour Franck un ancien de la guerre... « A qui est la nuit qui écarte la lumière ? ». Sur ces mots étranges commence Home un roman de Toni Morrison. Une prose envoûtante qui est bien la griffe de cette romancière qui joue avec la musique des mots et la puissance évocatrice de la nature. Franck et Cee sa petite sœur, fascinés par deux chevaux, en appui sur leurs jambes de derrière, ont retenu leur souffle, émerveillés. "l'un était couleur de rouille, l'autre d'un noir profond ; tous les deux luisants de sueur. Les hennissements n'étaient pas aussi effrayants que le silence qui a suivi une ruade dans les lèvres retroussées de l'adversaire.... celui couleur de rouille a baissé la tête et piaffé pendant que le vainqueur s'éloignait en gambadant." Puis un autre spectacle les glaça, "un pied qui dépassait de la fosse et qui tremblait comme s'il pouvait sortir". Quand elle a vu "ce pied noir avec sa plante rose crème, striée de boue, Cee s'est mise à trembler, j'ai essayé d'attirer son tremblement dans mes os, parce que je pensais pouvoir y arriver" page 12. Nous suivons ainsi les traces d'une famille, dans les années 50, dans une Amérique où l'apartheid est encore féroce, même pour Franck un ancien de la guerre de Corée qui a servi son pays. Frank revient meurtri de sa guerre, et plus encore, porteur d'un douloureux secret, confronté à la corruption qui sévissait et à la prostitution des enfants. Une fois de plus c'est auprès de sa sœur qu'il va rechercher une rédemption. Dépasser sa honte, et choyer Cee, comme si le souvenir de son enfance envahissait son âme, le poursuivait sans cesse. "Qui suis-je sans-elle." " Maman l'a appelé Ycidra, elle a attendu neuf jours avant de lui donner son nom, de peur que la mort ne repère une vie toute fraîche et ne la dévore. Tout le monde sauf maman l'appelle Cee."  Après une longue traversée Franck arrive enfin pour sauver sa sœur, soignée par un gourou sans scrupules. Le médecin panique ; "Quoi qui êtes-vous ? le Docteur Beau écarquilla les yeux puis les plissa, Sortez d'ici". Le Docteur leva un revolver, mais vit « le visage calme, voire serein, d'un homme avec lequel on ne plaisantait pas. » Franck entra dans la chambre de sa sœur, elle gisait inerte, minuscule dans son uniforme blanc. Alors que le soleil avait absorbé tout le bleu du ciel Cee et Franck, retrouvèrent le champ ou un homme avait été jadis enfoui à la hâte. "Franck plaça les os sur la courtepointe de Cee faisant de son mieux pour les disposer comme ils étaient durant la vie. p 150" "Viens mon frère on va à la maison", lui murmure sa sœur page 152, Cee apaise son frère, le rassure, comme pour lui dire merci, tu m'as redonné l'espoir. Une écriture à la fois douce et poignante, où le cœur prend toute sa place, les terreurs comme les joies, sans juger, être juste dans le bonheur de vivre.
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…