RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Hommes en armes

            Robert Laffont
            EAN : 9782221217030
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 122 x 182 mm
            Hommes en armes

            Jean DUMAS-SIMART (Traducteur)
            Collection : Pavillons Poche
            Date de parution : 22/03/2018

            Le pauvre Guy Crouchback incarne l’état d’esprit et la morale des années 1940. Ce jeune homme, issu d’une famille de la haute bourgeoisie, introverti, catholique dévot et malchanceux en amour, a du mal à s’engager sous les drapeaux. Lorsqu’il y parviendra, la désillusion sera grande.
            Avec son brio habituel, son ironie...

            Le pauvre Guy Crouchback incarne l’état d’esprit et la morale des années 1940. Ce jeune homme, issu d’une famille de la haute bourgeoisie, introverti, catholique dévot et malchanceux en amour, a du mal à s’engager sous les drapeaux. Lorsqu’il y parviendra, la désillusion sera grande.
            Avec son brio habituel, son ironie mordante, le grand romancier anglais raconte les heurts et malheurs de cet anti-héros, homme de bonne volonté s’il en est, dans un monde qui voit s’effondrer les canons traditionnels de l’honneur, et propose une irrésistible satire de l’armée britannique.

            « La joie du rire cache ici un pessimisme manichéen. » Olivier Todd

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221217030
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 122 x 182 mm
            Robert Laffont
            11.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Missbouquin Posté le 15 Janvier 2014
              Après l’avoir laissé patienter dans ma PAL pendant 1 an et demi, j’ai eu envie de m’attaquer à ce roman qui ne me tentait pas plus que ça au départ, alors que je l’avais demandé à l’époque en service presse à Robert Laffont. Cette maison d’édition est en effet en train de rééditer l’œuvre d’Evelyn Waugh, écrivain britannique du milieu du siècle (1903-1966). Hommes en armes est le premier tome de sa trilogie romanesque, qui sera suivie de Officiers et gentlemen puis de La Capitulation. Elle est inspirée de la propre expérience de l’écrivain, qui vécut durement la Seconde guerre mondiale, ayant été mis de côté la plupart du temps. C’est effectivement ce qui arrive au héros, Guy Crouchback, vieux garçon qui veut servir sa patrie et s’engage volontairement dans le corps le plus aguerri de l’armée britannique : celui des Hallebardiers. Or il va vite se rendre compte que l’armée a de sérieux problèmes d’organisation et qu’il y a un fossé entre ses aspirations patriotiques, sa volonté d’en découdre, et la réalité du quotidien de la troupe et des réservistes. "Plus tard, dans sa vie militaire, lorsque Guy eut entrevu cette vaste bureaucratie en uniforme et couverte de médailles,... Après l’avoir laissé patienter dans ma PAL pendant 1 an et demi, j’ai eu envie de m’attaquer à ce roman qui ne me tentait pas plus que ça au départ, alors que je l’avais demandé à l’époque en service presse à Robert Laffont. Cette maison d’édition est en effet en train de rééditer l’œuvre d’Evelyn Waugh, écrivain britannique du milieu du siècle (1903-1966). Hommes en armes est le premier tome de sa trilogie romanesque, qui sera suivie de Officiers et gentlemen puis de La Capitulation. Elle est inspirée de la propre expérience de l’écrivain, qui vécut durement la Seconde guerre mondiale, ayant été mis de côté la plupart du temps. C’est effectivement ce qui arrive au héros, Guy Crouchback, vieux garçon qui veut servir sa patrie et s’engage volontairement dans le corps le plus aguerri de l’armée britannique : celui des Hallebardiers. Or il va vite se rendre compte que l’armée a de sérieux problèmes d’organisation et qu’il y a un fossé entre ses aspirations patriotiques, sa volonté d’en découdre, et la réalité du quotidien de la troupe et des réservistes. "Plus tard, dans sa vie militaire, lorsque Guy eut entrevu cette vaste bureaucratie en uniforme et couverte de médailles, par la seule puissance de laquelle un homme pouvait enfoncer sa baïonnette dans le corps d’un autre homme, et qu’il eut éprouvé un peu de sa force d’inertie démesurée …" De camps de formation à d’autres camps de formation, Guy perd peu à peu la foi avant d’être victime d’une injustice qui fait se terminer le roman sur un coup de théâtre. Introverti, catholique dévot et malchanceux en tout, ce personnage porte le texte et le message désabusé de Waugh sur la société moderne. En effet, ce dernier était traditionaliste à souhait, ce qui ne l’empêche pas de rire de l’armée, certes un rire jaune mais un rire tout de même. Une armée représentée par le fou Ashtorpe, supérieur de Guy, plein d’enthousiasme militaire mais paranoïaque … vraiment très bizarre. Hommes en armes est un texte original et surprenant, plein d’humour, qui parle d’une époque révolue avec verve : une sorte de roman d’initiation totalement décalé, non pas hilarant mais qui fait sourire tout le long tant on se demande comment l’armée britannique a pu venir à bout de l’Allemagne nazie … Une trilogie à découvrir, digne de la veine humoristique anglaise fine et juste, que j’apprécie tant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bigmammy Posté le 20 Août 2013
              Evelyn Waugh est un auteur anglais né en1903 et mort en 1966 : autant dire qu'il fait partie de l'histoire...On le trouve, par exemple, dans le passionnant "Any human heart" de William Boyd, comme jeune écrivain catholique un peu snob et méprisant. Robert Laffont vient de rééditer dans sa collection « Pavillons Poche » ses deux romans sur les années de guerre 1939 et 1940. Le héros s'appelle Guy Crouchback, littéralement "dos rond". Issu d'une grande famille catholique en voie de déclin, âgé de 36 ans, il n'a pas fait grand-chose de sa vie. Patriote, il s'engage à la déclaration de guerre, et son rang social le fera intégrer dans un corps d'élite (curieusement appelé, en français, les Hallebardiers). Il va être ballotté de stage en affectation, d'Ecosse en Afrique, sans aucune logique, sans la moindre valorisation de ses compétences. Les armements et matériels n'ont rien à voir avec la guerre moderne, et on va le voir en Crête, où Crouchback participera à une retraite éperdue (remarquablement peinte par l'auteur), sans même avoir tiré sur un Allemand. Au passage, le lecteur admirera une extraordinaire collection de dinosaures militaires, vieux officiers d'active très dépassés qui engagent la vie de leurs hommes de façon... Evelyn Waugh est un auteur anglais né en1903 et mort en 1966 : autant dire qu'il fait partie de l'histoire...On le trouve, par exemple, dans le passionnant "Any human heart" de William Boyd, comme jeune écrivain catholique un peu snob et méprisant. Robert Laffont vient de rééditer dans sa collection « Pavillons Poche » ses deux romans sur les années de guerre 1939 et 1940. Le héros s'appelle Guy Crouchback, littéralement "dos rond". Issu d'une grande famille catholique en voie de déclin, âgé de 36 ans, il n'a pas fait grand-chose de sa vie. Patriote, il s'engage à la déclaration de guerre, et son rang social le fera intégrer dans un corps d'élite (curieusement appelé, en français, les Hallebardiers). Il va être ballotté de stage en affectation, d'Ecosse en Afrique, sans aucune logique, sans la moindre valorisation de ses compétences. Les armements et matériels n'ont rien à voir avec la guerre moderne, et on va le voir en Crête, où Crouchback participera à une retraite éperdue (remarquablement peinte par l'auteur), sans même avoir tiré sur un Allemand. Au passage, le lecteur admirera une extraordinaire collection de dinosaures militaires, vieux officiers d'active très dépassés qui engagent la vie de leurs hommes de façon bien légère. Et il pensera à un autre roman de Boyd, " An Ice Cream War", ou le jeune héros est précipité dans un débarquement dont on se demande comment il a été préparé. Il ne faut pas oublier cependant que l'arm#279;e britannique, même si elle a mal commencé la guerre, l'a poursuivie et terminée de façon héroïque et très efficace, à El Alamein par exemple ; l'auteur est libre d’exercer son sens critique, mais nous devons rendre hommage à la réalité. En résumé, deux livres utiles à qui s'intéresse à la Grande-Bretagne au XXème siècle
              Lire la suite
              En lire moins
            • baudouin Posté le 30 Janvier 2013
              Le premier opus de l'une des sagas les plus divertissantes de Evelyn Waugh, un chef d'oeuvre trop longtemps méconnu enfin mis à la portée du grand public français grâce à cette nouvelle traduction qui conserve l'humour autodérisoire très British du décidément trés grand Evelyn Waugh. On suivra tout au long de ce roman les pérégrinations de Guy Crouchback un anglais plein d'idéaux qui cherche désésperément à entrer dans l'armée britannique et qui se heurte à de nombreuses difficultés aussi bien administratives qu'amoureuses. Il croisera aussi la route de personnages plus déjantés les uns que les autres tel un officier borgne et va-t-en guerre à l'esprit quelque peu dérangé ou un camarade de régiment obsédé par les bottes d'uniforme en peau de marsouin. Un vrai délice, qui ne prend pas la tête, il ne faut pas hésiter à le déguster lentement comme un bonbon à la menthe. En résumé, un livre à lire et à relire, on attend vivement la traduction de la suite de la trilogie.
            • ElizaLectures Posté le 7 Juillet 2012
              A travers les aventures militaires du (plus si) jeune Guy Crouchback, Evelyn Waugh nous offre ici une peinture très pittoresque des moeurs de l’armée britannique. Nous sommes en 1939-1940. La trentaine passée, Guy souhaite ardemment s’engager dans l’armée active pour en découdre avec les ennemis de l’Angleterre. Après avoir été refusé par plusieurs ministères, il intègre finalement un stage d’entrainement du corps royal des Hallebardiers. Il y découvre un monde de traditions, de codes et d’honneur et tente d’y trouver sa place. Crouchback est maladroit, timide, indécis. Seul son âge lui vaut le respect des autres officiers stagiaires. Ce personnage central, qui semble toujours un pas à côté des autres, renforce le contraste avec les autres figures du roman. Crouchback n’est que le faire-valoir de son compagnon Apthorpe (dont les chapitres portent d’ailleurs le nom), militaire exemplaire, taillé pour le commandement, mais complètement barré. Aussi fou sans doute, bien que pas de la même manière, que le général Ritchie-Hook, soldat considéré comme modèle car sujet à des coups de tête que d’aucuns qualifient de bravoure ! Un environnement détonnant, dont l’absurde se renforcera une fois sur le champ de bataille (enfin, si seulement ces soldats arrivent à atteindre un champ de... A travers les aventures militaires du (plus si) jeune Guy Crouchback, Evelyn Waugh nous offre ici une peinture très pittoresque des moeurs de l’armée britannique. Nous sommes en 1939-1940. La trentaine passée, Guy souhaite ardemment s’engager dans l’armée active pour en découdre avec les ennemis de l’Angleterre. Après avoir été refusé par plusieurs ministères, il intègre finalement un stage d’entrainement du corps royal des Hallebardiers. Il y découvre un monde de traditions, de codes et d’honneur et tente d’y trouver sa place. Crouchback est maladroit, timide, indécis. Seul son âge lui vaut le respect des autres officiers stagiaires. Ce personnage central, qui semble toujours un pas à côté des autres, renforce le contraste avec les autres figures du roman. Crouchback n’est que le faire-valoir de son compagnon Apthorpe (dont les chapitres portent d’ailleurs le nom), militaire exemplaire, taillé pour le commandement, mais complètement barré. Aussi fou sans doute, bien que pas de la même manière, que le général Ritchie-Hook, soldat considéré comme modèle car sujet à des coups de tête que d’aucuns qualifient de bravoure ! Un environnement détonnant, dont l’absurde se renforcera une fois sur le champ de bataille (enfin, si seulement ces soldats arrivent à atteindre un champ de bataille…). On sourit souvent, mais le roman pâtit quand même d’un léger manque d’action, peut-être est-ce volontaire de la part de l’auteur pour mieux coller au caractère de Crouchback. Et je suis donc restée sur ma faim !
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.