Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266285056
Code sériel : 17198
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ice cream et châtiments

Date de parution : 08/03/2018
Elvis Cadillac roule à fond les ballons du côté de Chimay où la trappiste coule à flots. Invité dans un « home » de vieux pour y donner un concert, le sosie officiel du King est chaud boulette. La banane rose fluo de sa chienne Priscilla vole au vent. Soudain,... Elvis Cadillac roule à fond les ballons du côté de Chimay où la trappiste coule à flots. Invité dans un « home » de vieux pour y donner un concert, le sosie officiel du King est chaud boulette. La banane rose fluo de sa chienne Priscilla vole au vent. Soudain, crac !, il s’aperçoit qu’il a renversé quelqu’un ! Qu’est-ce qu’il va raconter à la majorette qui l’attend encore dans son lit, avec ses bottes et l’espoir de lui mettre le grappin dessus ? Il se retrouve emberlificoté dans un drôle de drame à la sauce Fargo, avec en guest-star mémé Cornemuse. Aller simple vers la catastrophe. Ça va swinguer !

« Nadine Monfils est la très grande héritière de Frédéric Dard ! » Gérard Collard – « Le Magazine de la Santé », France 5
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266285056
Code sériel : 17198
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un polar hilarant, bref un poilar ! » ELLE
« Au programme : belgitude, gros mots et humour à gogo. » Maïté Hamouchi - Métro (Belgique)
« Ça décoiffe ! » Audrey Chèvrefeuille - ActuaLitté
« Elle nous régale. » Nous Deux

 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nasta78 Posté le 8 Octobre 2020
    Cet "Ice cream" est la deuxième aventure où la prolifique romancière et conteuse (une soixantaine de livres) met en scène Elvis Cadillac, sosie officiel du King", qui renverse ici accidentellement une ancienne vedette de la télévision. Héritière spirituelle de San-Antonio (Frédéric Dard), Nadine Monfils ne refuse aucune extravagance verbale ou de situations aux personnages nés de sa plume trempée dans l'encre rouge. Sa couleur préférée.
  • Toinet6789 Posté le 8 Octobre 2020
    "Crème et châtiment" est le titre d'un court métrage réalisé en 1997 par Jan Bucquoy, deux ans après que Noël Godin, sous le même titre, ait publié chez Albin Michel ses Mémoires d'entarteur sous forme d'entretiens avec Marc Cohen. En intitulant son roman hénaurme "Ice cream châtiments", Nadine Monfils, présentée comme "artiste belge iconoclaste", adresse sans doute un clin d'œil aux précités tout en référant bien sûr à Dostoïevski. Livre drôle et un brin kitsch !
  • JML38 Posté le 6 Mars 2020
    « Ice cream et châtiments » ou quand Elvis Cadillac rencontre mémé Cornemuse. Le « king from Charleroi », sosie belge d’Elvis Presley qui vivote de petits contrats, faisant revivre son idole en interprétant son répertoire habillé de pied en cap comme lui, se rend à Chimay, ville au doux nom de bière, pour égayer le quotidien d’une maison de retraite. Il croise d’ailleurs un des résidents de ce « home » comme disent les Belges, une ancienne gloire du petit écran, qui ne pourra malheureusement pas se vanter d’avoir rencontré le sosie de la gloire du rock, l’impact entre une Cadillac, même rose, et un piéton, étant rarement en faveur du deuxième. ... « Ice cream et châtiments » ou quand Elvis Cadillac rencontre mémé Cornemuse. Le « king from Charleroi », sosie belge d’Elvis Presley qui vivote de petits contrats, faisant revivre son idole en interprétant son répertoire habillé de pied en cap comme lui, se rend à Chimay, ville au doux nom de bière, pour égayer le quotidien d’une maison de retraite. Il croise d’ailleurs un des résidents de ce « home » comme disent les Belges, une ancienne gloire du petit écran, qui ne pourra malheureusement pas se vanter d’avoir rencontré le sosie de la gloire du rock, l’impact entre une Cadillac, même rose, et un piéton, étant rarement en faveur du deuxième. C’est le début des problèmes pour Elvis – le faux -, d’autant plus qu’ayant imploré le King, son Dieu à lui, l’ange qu’il voit venir à la rescousse, pédalant gaiement malgré son grand âge, se trouve être mémé Cornemuse, autre héroïne de l’auteure. Une mémé Cornemuse en pleine forme, toujours fan d’Annie Cordy, pouvant citer Nietzsche et Jean-Claude Dan Damme, un JCVD à qui elle voue un culte éternel, sans bornes, et plein d’amour, ne désespérant pas que ce soit un jour réciproque. Une mamie qu’il ne faut surtout pas agacer, sa propension à faire le vide autour d’elle, parfois à coup de gros calibre, étant une seconde nature, mais de qui il ne faut pas non plus susciter la sympathie, ne sachant pas ce que cela peut réserver comme surprises. Si on rajoute : une majorette sortie directement de « Nuit d’ivresse », deux petits malfrats bras cassés pur jus, l’un nommé Mickey – en hommage à Mickey Rourke -, l’autre surnommé Spéculoos – spécu pour les intimes -, Priscilla, l’adorable amie canine de race Carlin, qui a la fâcheuse habitude d’exprimer son mécontentement de façon odorante, et quelques autres spécimens dans la lignée habituelle des personnages peuplant l’univers déjanté de Nadine Monfils, l’histoire ne peut être que particulièrement jouissive pour celles et ceux qui ne craignent pas un humour ne brillant pas toujours - c’est un euphémisme - par sa finesse. Le lecteur est convié à une balade bien loufoque à bord de la Cadillac se transformant un peu trop souvent en corbillard rose au goût d’Elvis, et, même si l’intrigue tient sur une feuille de papier à cigarette, à un moment de lecture plutôt sympa.
    Lire la suite
    En lire moins
  • verobenjiorphee Posté le 27 Mai 2019
    Dès la première page de sa nouvelle série, Nadine Monfils, nous met tout de suite dans sa verve et son style d’écriture humoristique, à faire rire. Plus franche qu’elle, je n’ai pas trouvé. Et ses livres sont à mourir de rire. Cette fois, elle met en scène Elvis Cadillac, une idole d’Elvis Presley qui rencontre sur sa route une star d’un feuilleton populaire de télévision. Il le percute en voiture et le tue. Mais cette star était déjà convoitée par deux crapules toujours en quête d’argent. Qui dit star, dit argent. Ces deux crapules avaient favorisé la fuite de la star pour lui vider son coffre-fort. Mais celui-ci mort, il fallait qu’ils trouvent une autre solution. Pendant ce temps, notre Elvis rencontre l’héroïne de la première série de Nadine Monfils, Mémé Cornemuse. Un conseil, lisez la première série, car Mémé Cornemuse vous fera mourir de rire. Elvis est émerveillé par cette étrange et vulgaire mémé, qu’il trouve tout le temps, sur son chemin. Revenons à notre Elvis. Elvis tombe par hasard sur un médaillon rouillé. A l’intérieur, il tombe sous le charme d’une photo d’une super belle jeune fille rousse, qui, apparemment, aurait un rapport avec notre star de... Dès la première page de sa nouvelle série, Nadine Monfils, nous met tout de suite dans sa verve et son style d’écriture humoristique, à faire rire. Plus franche qu’elle, je n’ai pas trouvé. Et ses livres sont à mourir de rire. Cette fois, elle met en scène Elvis Cadillac, une idole d’Elvis Presley qui rencontre sur sa route une star d’un feuilleton populaire de télévision. Il le percute en voiture et le tue. Mais cette star était déjà convoitée par deux crapules toujours en quête d’argent. Qui dit star, dit argent. Ces deux crapules avaient favorisé la fuite de la star pour lui vider son coffre-fort. Mais celui-ci mort, il fallait qu’ils trouvent une autre solution. Pendant ce temps, notre Elvis rencontre l’héroïne de la première série de Nadine Monfils, Mémé Cornemuse. Un conseil, lisez la première série, car Mémé Cornemuse vous fera mourir de rire. Elvis est émerveillé par cette étrange et vulgaire mémé, qu’il trouve tout le temps, sur son chemin. Revenons à notre Elvis. Elvis tombe par hasard sur un médaillon rouillé. A l’intérieur, il tombe sous le charme d’une photo d’une super belle jeune fille rousse, qui, apparemment, aurait un rapport avec notre star de télévision. Ému par la beauté de cette étrange jeune fille, il mène son enquête. Tout le long de son enquête, viennent se mêler nos deux crapules, d’autres crapules attirés par de l’argent facile ainsi que, bien sûr, mémé cornemuse L’univers de Nadine Monfils, vient d’une autre planète. Ses petits romans policiers restent banals, mais si drôles avec ses personnages si burlesques, tels que le commissaire Léon et son chien, et Mémé Cornemuse de la première série. Puis, dans cette nouvelle série de romans, le sosie d’Elvis, le seul personnage qui serait à peu près équilibré si Nadine Monfils n’y avait pas mêlé d’autres nouveaux personnages tout aussi burlesques. En ce qui concerne Elvis Cadillac, j’ai bien dit à peu près équilibré, car celui-ci vivant dans la peau de son idole, semble des fois un peu dépassé par son sosie, lorsque le vrai Elvis le remet sur les rails de la vie réelle. A la fin de chacun des romans de Nadine Monfils, vous direz, comme l’auteure, «  y a de quoi penser que la vie est un long fleuve débile ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sabine57 Posté le 14 Avril 2019
    C'est avec un peu de retard que j'ai lu l'avant dernier livre de Nadine Monfils. Je me suis régalée car l'histoire est toujours aussi marrante et j'ai passé un moment de lecture hors du commun. Des meurtres, des conneries et des gaffes à gogo. Surprise de retrouver la vieille Mémé Cornemuse qui fait connaissance avec Elvis Cadillac dans des circonstances toujours aussi mortelles. On retrouve aussi Priscilla, la chienne du King belge qui communique et fait sentir les choses à sa manière, c'est en pétant qu'elle montre son mécontentement. Ils vont devoir affronter une bande de malfrats qui n'auraient jamais dû croiser leur chemin, ça va saigner. J'adore découvrir grâce à l'auteur les mots belges et toute une culture qui m'attire beaucoup. Pour prendre plaisir à lire ses romans, il faut avoir un esprit très ouvert et un sens de l'humour très prononcé. Pour moi l'auteur que j'admire beaucoup m'emporte dans son monde complétement barré et j'adore suivre ses histoires dingues et vraiment hors normes. Rien de tel pour se changer les idées et rire un peu dans ce monde de brutes, je reste une grande fan de ses personnages décalés et pleins de surprises. Quand je pense que Nadine Monfils voulait arrêter l'écriture, pour moi ce... C'est avec un peu de retard que j'ai lu l'avant dernier livre de Nadine Monfils. Je me suis régalée car l'histoire est toujours aussi marrante et j'ai passé un moment de lecture hors du commun. Des meurtres, des conneries et des gaffes à gogo. Surprise de retrouver la vieille Mémé Cornemuse qui fait connaissance avec Elvis Cadillac dans des circonstances toujours aussi mortelles. On retrouve aussi Priscilla, la chienne du King belge qui communique et fait sentir les choses à sa manière, c'est en pétant qu'elle montre son mécontentement. Ils vont devoir affronter une bande de malfrats qui n'auraient jamais dû croiser leur chemin, ça va saigner. J'adore découvrir grâce à l'auteur les mots belges et toute une culture qui m'attire beaucoup. Pour prendre plaisir à lire ses romans, il faut avoir un esprit très ouvert et un sens de l'humour très prononcé. Pour moi l'auteur que j'admire beaucoup m'emporte dans son monde complétement barré et j'adore suivre ses histoires dingues et vraiment hors normes. Rien de tel pour se changer les idées et rire un peu dans ce monde de brutes, je reste une grande fan de ses personnages décalés et pleins de surprises. Quand je pense que Nadine Monfils voulait arrêter l'écriture, pour moi ce serait vraiment triste car j'aime beaucoup son imagination et elle est vraiment incomparable dans son domaine. J'espère encore découvrir des histoires drôles et l'humour d'une grande dame qui décrit son pays avec amour et passion, c'est grâce à elle que j'aime découvrir la Belgique, son histoire et sa bière. Je vous conseille de lire ses livres qui débordent d'imagination et son humour est exceptionnel.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.