Lisez! icon: Search engine

Illusion tragique

Pocket
EAN : 9782266287111
Code sériel : 17370
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm
Illusion tragique

Date de parution : 07/03/2019
Un jeu. Un bête jeu de gosses. Quand le petit Mario, dix ans, surprend son voisin du dessus dans sa baignoire, en compagnie d’une ravissante jeune femme, son imagination ne fait qu’un tour. Qui peut être, cette inconnue ? Sinon une princesse captive ? Avec Riccardo, son meilleur ami, ils... Un jeu. Un bête jeu de gosses. Quand le petit Mario, dix ans, surprend son voisin du dessus dans sa baignoire, en compagnie d’une ravissante jeune femme, son imagination ne fait qu’un tour. Qui peut être, cette inconnue ? Sinon une princesse captive ? Avec Riccardo, son meilleur ami, ils reviendront, en l’absence du voisin. Mais la mission sauvetage tourne au cauchemar. Et la réalité, à l’illusion tragique. Un jeu de miroirs où les enfances se brisent. Où les poupées, si jolies soient-elles, sont plus gigognes qu’on ne le croit…

« Un roman addictif qui vous prend dès les premières pages et ne vous lâche plus. » Sandrine Bajos – Le Parisien

Ce roman a reçu le Prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes et le Prix Méditerranée polar
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266287111
Code sériel : 17370
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un polar sombre comme la psyché, terriblement juste, où, comme dans un conte, certains innocents finissent par avoir la peau de l'ogre. », Julie Malaure, Le Point

« Un jeu de masques vertigineux pour un roman plus que troublant. », Paris Match

« Techniquement brillant. Illusion tragique met à nu les sortilèges dont use l'écrivain sans que l'on soit tout à fait certain de pouvoir y échapper. », Marianne

« Illusion tragique, un roman addictif qui vous prend dès les premières pages et ne vous lâche plus. », Le Parisien

« Un petit chef-d’œuvre de la littérature noire. », 20 Minutes

« Une vengeance diabolique. », Le Progrès

« Bluffant ! », RTL "Les Livres ont la parole"
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • belette42 Posté le 20 Septembre 2019
    Mario, 10 ans, espionne son voisin, Mr Ruper, avec son copain Ricardo. Ce voisin est un peu particulier, il donne le bain tous les soirs à sa femme. Un soir, pour en savoir plus, les 2 garçons, s’introduisent à l’intérieur de l’apparteemnt de Mr Ruper pour découvrir qui est cette femme mystérieuse. Mais Mr Ruper rentre ce soir-là plus tôt que prévu. Un drame va se produire. Un roman noir original dans sa narration et sa construction. L’auteure joue avec nous à essayer de démêler le vrai du faux. On suit 2 histoires parallèles : celle de Mario, et celle d’Elisabeta (je vous laisserais découvrir par vous-même qui elle est). Autant la première histoire m’a convaincu, autant, dans la 2ème, j’ai ressenti quelques longueurs. J’ai eu parfois l’impression de tourner en rond. L’alternance était aussi parfois difficile à suivre, j’ai été un peu perdue. C’est un roman sombre à l’ambiance pesante. L’auteure nous montre une vision manichéenne des hommes. Dans ce roman, ce sont tous des salauds. Le père de Mario, qui les a abandonné sa mère et lui, Ruper, le pervers et un 3ème dont je ne peux pas vous parler sans spoiler. C’est un roman qui m’intriguait beaucoup. J’ai néanmoins été... Mario, 10 ans, espionne son voisin, Mr Ruper, avec son copain Ricardo. Ce voisin est un peu particulier, il donne le bain tous les soirs à sa femme. Un soir, pour en savoir plus, les 2 garçons, s’introduisent à l’intérieur de l’apparteemnt de Mr Ruper pour découvrir qui est cette femme mystérieuse. Mais Mr Ruper rentre ce soir-là plus tôt que prévu. Un drame va se produire. Un roman noir original dans sa narration et sa construction. L’auteure joue avec nous à essayer de démêler le vrai du faux. On suit 2 histoires parallèles : celle de Mario, et celle d’Elisabeta (je vous laisserais découvrir par vous-même qui elle est). Autant la première histoire m’a convaincu, autant, dans la 2ème, j’ai ressenti quelques longueurs. J’ai eu parfois l’impression de tourner en rond. L’alternance était aussi parfois difficile à suivre, j’ai été un peu perdue. C’est un roman sombre à l’ambiance pesante. L’auteure nous montre une vision manichéenne des hommes. Dans ce roman, ce sont tous des salauds. Le père de Mario, qui les a abandonné sa mère et lui, Ruper, le pervers et un 3ème dont je ne peux pas vous parler sans spoiler. C’est un roman qui m’intriguait beaucoup. J’ai néanmoins été moins touchée que ce à quoi je m’attendais, vu les nombreuses critiques élogieuses. Mais le style de l’auteure m’a bien plu et je lirais un autre de ses romans pour me faire un avis définitif. Gilda Piersanti interroge sur comment s’en sortir après avoir été pris dans les griffes d’un pervers. Résilience ? Négation ? Ou mimétisme ? … Bref, j’ai bien aimé !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annette55 Posté le 17 Septembre 2019
    «  Je n'avais pas conscience, cette nuit - là, que j'avais pris l'habitude de glisser du monde de mes romans à celui de ma vie sans plus percevoir les limites du passage. » «  J'ignorais que j'avais gommé toute frontière entre la fiction et le réel. » Extrait de ce roman si astucieux , insolite et original que « L'ATTENTION  »ou la « TENSION  » du lecteur ne se relâche pas une seule minute ... BLUFFÉE.. Quel plaisir ce récit troublant enroulé sur lui- même , labyrinthique , deux histoires superposées—— dont je ne révèlerai rien —-ce serait dommage, qui se fondent , s'imbriquent, se recoupent ... Elles baladent le lecteur allègrement du début à la toute fin, au dernier mot. Les couches se superposent , les miroirs se brisent , l'enfance aussi ? L'amitié entre deux enfants, le deuil, la douleur, l'innocence mise à mal , un jeu de masques VERTIGINEUX dans lequel le lecteur se perd .... L'ambiance y est dérangeante, oppressante à souhait, intrigante , diabolique.... Elle prend aux tripes , désoriente, déstabilise... Où est le vrai,? où est le faux? FICTION ? RÉALITÉ ? Illusion ? Surtout j'ai vraiment apprécié la réflexion qui accompagne l'écrivain aux côtés d'Elisabetta, ,,personnage important du livre dont c'est le... «  Je n'avais pas conscience, cette nuit - là, que j'avais pris l'habitude de glisser du monde de mes romans à celui de ma vie sans plus percevoir les limites du passage. » «  J'ignorais que j'avais gommé toute frontière entre la fiction et le réel. » Extrait de ce roman si astucieux , insolite et original que « L'ATTENTION  »ou la « TENSION  » du lecteur ne se relâche pas une seule minute ... BLUFFÉE.. Quel plaisir ce récit troublant enroulé sur lui- même , labyrinthique , deux histoires superposées—— dont je ne révèlerai rien —-ce serait dommage, qui se fondent , s'imbriquent, se recoupent ... Elles baladent le lecteur allègrement du début à la toute fin, au dernier mot. Les couches se superposent , les miroirs se brisent , l'enfance aussi ? L'amitié entre deux enfants, le deuil, la douleur, l'innocence mise à mal , un jeu de masques VERTIGINEUX dans lequel le lecteur se perd .... L'ambiance y est dérangeante, oppressante à souhait, intrigante , diabolique.... Elle prend aux tripes , désoriente, déstabilise... Où est le vrai,? où est le faux? FICTION ? RÉALITÉ ? Illusion ? Surtout j'ai vraiment apprécié la réflexion qui accompagne l'écrivain aux côtés d'Elisabetta, ,,personnage important du livre dont c'est le métier .... Ce petit chef d'oeuvre de la Littérature Noire met à nu les sortilèges, les astuces , les ressorts «cachés » dont use l'écrivain ... La littérature ne serait- elle dans ce cas précis qu'un abri précaire pour cacher la VÉRITE d'une existence ? L'écriture ne serait - elle que la VIE de l'écrivain ? Tout ce qu'il y avait à apprendre sur lui serait présent dans ses romans ? Un roman addictif très bien écrit qui interpelle ... Premier roman lu d'une traite de Gilda Piersanti, née en Italie , qui vit en France depuis de nombreuses années .... mais sûrement pas le dernier . Grand merci aux ami(e)s de Babelio qui m’ont fait connaître ce roman..
    Lire la suite
    En lire moins
  • Valmyvoyou_lit Posté le 10 Septembre 2019
    Un jeu d’enfants tourne au drame. Une écrivaine vit recluse. Un voisin dangereux. Et Gilda Piersanti, l’auteure, tire les ficelles. Je n’en dirai pas plus, à vous de démêler les nœuds. Après la lecture d’Illusion tragique, je ne vois plus les auteurs de thrillers de la même façon. Qui se cache derrière eux ? Est-ce leur expérience qui leur permet d’écrire ? De quelle manière utilisent-ils leurs recherches ? Dans ce suspense, la réalité se mêle à la fiction et inversement. Comme des poupées russes, les éléments s’imbriquent et se rajoutent aux autres en transformant l’histoire. Le lecteur ne sait plus qui croire ni comment relier ces histoires. La méfiance s’éveille, les nœuds au cerveau se forment et la sensation d’être manipulé se fait de plus en plus sentir. Le psychisme des personnages est très travaillé. La manipulation est aussi présente en certains d’entre eux. Gilda Piersanti montre le besoin de domination des esprits pervers, leur envie de soumettre. Elle retranscrit les pensées d’un psychopathe. Elle décrit également le sentiment de culpabilité et cette impossibilité de s’en échapper lorsqu’il est mêlé à la peur, surtout lorsque l’on est fragile. Elle montre le danger d’une parole non libérée. Elle donne aussi une vision du... Un jeu d’enfants tourne au drame. Une écrivaine vit recluse. Un voisin dangereux. Et Gilda Piersanti, l’auteure, tire les ficelles. Je n’en dirai pas plus, à vous de démêler les nœuds. Après la lecture d’Illusion tragique, je ne vois plus les auteurs de thrillers de la même façon. Qui se cache derrière eux ? Est-ce leur expérience qui leur permet d’écrire ? De quelle manière utilisent-ils leurs recherches ? Dans ce suspense, la réalité se mêle à la fiction et inversement. Comme des poupées russes, les éléments s’imbriquent et se rajoutent aux autres en transformant l’histoire. Le lecteur ne sait plus qui croire ni comment relier ces histoires. La méfiance s’éveille, les nœuds au cerveau se forment et la sensation d’être manipulé se fait de plus en plus sentir. Le psychisme des personnages est très travaillé. La manipulation est aussi présente en certains d’entre eux. Gilda Piersanti montre le besoin de domination des esprits pervers, leur envie de soumettre. Elle retranscrit les pensées d’un psychopathe. Elle décrit également le sentiment de culpabilité et cette impossibilité de s’en échapper lorsqu’il est mêlé à la peur, surtout lorsque l’on est fragile. Elle montre le danger d’une parole non libérée. Elle donne aussi une vision du métier d’écrivain. L’auteure m’a emmenée dans un labyrinthe, sans jamais me lâcher la main. J’ai arpenté les dédales de ces histoires sans deviner la sortie, mais sans me sentir perdue. J’ai suivi, chaque fois, le chemin indiqué, je me suis cognée à des illusions, mais Gilda Piersanti m’a indiqué une autre voie à chaque fausse route. J’ai été embobinée et j’ai adoré cela.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SolennMirarchi Posté le 18 Juin 2019
    La vérité est-elle toujours celle que l’on croit ? Qui est cette femme qui passe son temps dans l’appartement de Monsieur Ruper ? Elle l’attend, chaque soir, sagement. Se donnant. S’offrant. Entièrement dévouée. Entièrement enfermée aussi. Personne ne la voit. Jamais. Le jeune Mario est curieux. Quelle courageuse peut partager la vie de son austère voisin ? Mais la curiosité est un vilain défaut, et celle-ci entraine Mario et son ami Riccardo à franchir des limites de plus en plus dangereuses. Jusqu’au drame. Le jour où M.Rupert les voit. Dans son appartement. A fouiller. A jouer. Avec elle. Maddalena. Tant bien que mal Mario réussira à s’échapper, courant, haletant, laissant derrière lui ce souvenir terrifiant. Il n’en sera pas de même pour Ricardo. Que s’est-il réellement passé ? Mario, de son côté, est certain de ce qu’il a vu.. Ce premier chapitre nous laisserait penser à une histoire de jeune garçon perdu, troublé après le décès de mon ami. Cherchant les preuves, prouvant la vérité face aux mensonges auxquels il doit faire face. C’est mal connaître les talents de Gilda Piersanti qui dès l’ouverture du second chapitre nous entraine dans une autre histoire. Celle d’Elisabetta, une auteure de thriller à succès depuis... La vérité est-elle toujours celle que l’on croit ? Qui est cette femme qui passe son temps dans l’appartement de Monsieur Ruper ? Elle l’attend, chaque soir, sagement. Se donnant. S’offrant. Entièrement dévouée. Entièrement enfermée aussi. Personne ne la voit. Jamais. Le jeune Mario est curieux. Quelle courageuse peut partager la vie de son austère voisin ? Mais la curiosité est un vilain défaut, et celle-ci entraine Mario et son ami Riccardo à franchir des limites de plus en plus dangereuses. Jusqu’au drame. Le jour où M.Rupert les voit. Dans son appartement. A fouiller. A jouer. Avec elle. Maddalena. Tant bien que mal Mario réussira à s’échapper, courant, haletant, laissant derrière lui ce souvenir terrifiant. Il n’en sera pas de même pour Ricardo. Que s’est-il réellement passé ? Mario, de son côté, est certain de ce qu’il a vu.. Ce premier chapitre nous laisserait penser à une histoire de jeune garçon perdu, troublé après le décès de mon ami. Cherchant les preuves, prouvant la vérité face aux mensonges auxquels il doit faire face. C’est mal connaître les talents de Gilda Piersanti qui dès l’ouverture du second chapitre nous entraine dans une autre histoire. Celle d’Elisabetta, une auteure de thriller à succès depuis des années. Très solitaire, surtout depuis le décès de son mari Giorgio. Elle passe ses journées enfermée, ne côtoyant que les personnages de ses romans ou sa femme de ménage Magda. Dévouée à l’écriture, ne finit-on pas par se perdre à force de jongler avec les mots ? Avec les personnages ? Avec les meurtres…? Dans ce thriller, tout s’imbrique. Et nous questionne. Les chapitres passent. Les révélations éclairent l’histoire. Assombrisse le tableau. Peut-on écrire sa réalité ? Ce livre prenant ne pouvait mieux porter son titre : bercé d’illusion tragique que vous ne verrez venir. A lire pour ceux qui adorent les thrillers où deux histoires finissent par s’imbriquer l’une dans l’autre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cassy Posté le 8 Juin 2019
    Mario est un garçon âgé de dix ans qui s’amuse à épier son voisin, Monsieur Ruper, par la fenêtre de sa salle de bain. Mais la curiosité est un vilain défaut et il se pourrait qu’elle ait de dramatiques conséquences. Je n’en dirais pas plus au sujet de l’histoire car, dès le deuxième chapitre, Gilda Piersanti nous prépare un rebondissement qui change la donne ! Illusion tragique est un roman bien construit et étonnant qui mêle fiction et réalité. Notre auteure italienne nous réserve de nombreuses surprises et nous mène par le bout du nez, j’adore !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.