Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266287111
Code sériel : 17370
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

Illusion tragique

Date de parution : 07/03/2019
Un jeu. Un bête jeu de gosses. Quand le petit Mario, dix ans, surprend son voisin du dessus dans sa baignoire, en compagnie d’une ravissante jeune femme, son imagination ne fait qu’un tour. Qui peut être, cette inconnue ? Sinon une princesse captive ? Avec Riccardo, son meilleur ami, ils... Un jeu. Un bête jeu de gosses. Quand le petit Mario, dix ans, surprend son voisin du dessus dans sa baignoire, en compagnie d’une ravissante jeune femme, son imagination ne fait qu’un tour. Qui peut être, cette inconnue ? Sinon une princesse captive ? Avec Riccardo, son meilleur ami, ils reviendront, en l’absence du voisin. Mais la mission sauvetage tourne au cauchemar. Et la réalité, à l’illusion tragique. Un jeu de miroirs où les enfances se brisent. Où les poupées, si jolies soient-elles, sont plus gigognes qu’on ne le croit…

« Un roman addictif qui vous prend dès les premières pages et ne vous lâche plus. » Sandrine Bajos – Le Parisien

Ce roman a reçu le Prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes et le Prix Méditerranée polar
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266287111
Code sériel : 17370
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un polar sombre comme la psyché, terriblement juste, où, comme dans un conte, certains innocents finissent par avoir la peau de l'ogre. », Julie Malaure, Le Point

« Un jeu de masques vertigineux pour un roman plus que troublant. », Paris Match

« Techniquement brillant. Illusion tragique met à nu les sortilèges dont use l'écrivain sans que l'on soit tout à fait certain de pouvoir y échapper. », Marianne

« Illusion tragique, un roman addictif qui vous prend dès les premières pages et ne vous lâche plus. », Le Parisien

« Un petit chef-d’œuvre de la littérature noire. », 20 Minutes

« Une vengeance diabolique. », Le Progrès

« Bluffant ! », RTL "Les Livres ont la parole"
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Isavsd Posté le 30 Juillet 2020
    Quelle claque, ce livre ! Au-delà de l’écriture, superbe, qui se lit d’un trait presque tant le déroulé est fluide, et suit invariablement une logique dans laquelle on ne peut se perdre, c’est aussi le tricotage minutieux de deux (trois) histoires qui s’imbriquent pour former ce puzzle s’ajustant au fur et à mesure de notre lecture, puzzle qui nous mène de surprise en surprise, jusqu’au final. C’est magistral, j’ai rarement été scotchée à ce point. Les rebondissements permanents nous tiennent en haleine. Pour ma part, à aucun moment je ne me suis lassée. Et, je le répète, la plume est magnifique. Les personnages sont méticuleusement travaillés, en profondeur. Dans la 4ème de couverture, on parle beaucoup de perversité, je dirai pour ma part que cette facette est présente, certes, mais pas que. Je n’en dirai pas plus. Si vous êtes amateur de suspens et d’écriture travaillée (ce qui a tendance à se perdre je trouve, quel dommage…) et si vous n’avez pas déjà lu ce livre, foncez ! Vous ne serez pas déçu. Un roman que je recommande vivement. Merci à la bibliothèque de ma commune. Sans elle, je n'aurais jamais découvert cette auteure. 4ème couverture : En ce torride mois d'été romain, le petit Mario, dix... Quelle claque, ce livre ! Au-delà de l’écriture, superbe, qui se lit d’un trait presque tant le déroulé est fluide, et suit invariablement une logique dans laquelle on ne peut se perdre, c’est aussi le tricotage minutieux de deux (trois) histoires qui s’imbriquent pour former ce puzzle s’ajustant au fur et à mesure de notre lecture, puzzle qui nous mène de surprise en surprise, jusqu’au final. C’est magistral, j’ai rarement été scotchée à ce point. Les rebondissements permanents nous tiennent en haleine. Pour ma part, à aucun moment je ne me suis lassée. Et, je le répète, la plume est magnifique. Les personnages sont méticuleusement travaillés, en profondeur. Dans la 4ème de couverture, on parle beaucoup de perversité, je dirai pour ma part que cette facette est présente, certes, mais pas que. Je n’en dirai pas plus. Si vous êtes amateur de suspens et d’écriture travaillée (ce qui a tendance à se perdre je trouve, quel dommage…) et si vous n’avez pas déjà lu ce livre, foncez ! Vous ne serez pas déçu. Un roman que je recommande vivement. Merci à la bibliothèque de ma commune. Sans elle, je n'aurais jamais découvert cette auteure. 4ème couverture : En ce torride mois d'été romain, le petit Mario, dix ans, ne monte pas sur la terrasse de son immeuble pour y prendre l'air, mais pour épier son voisin du dernier étage, monsieur Ruper, un homme sans histoire qui vit seul et mène une vie rangée. Personne ne lui connaît la moindre relation, personne ne l'a jamais vu rentrer chez lui accompagné, et pourtant... Tous les soirs, Mario l'observe dans sa baignoire en train de coiffer et de savonner une très jolie jeune femme. Son ami Riccardo et lui ont décidé d'aller libérer la princesse, parce qu'il n'y a pas d'autre explication : monsieur Ruper l'a enfermée chez lui, elle est sa prisonnière ! Le plus difficile, toutefois, n'est pas de s'introduire dans l'appartement de monsieur Ruper, mais d'en sortir une fois qu'on y est entré... Dans ce thriller de l'enfance menacée, Gilda Piersanti interroge les méandres infinis de la perversité. Devenir la proie d'un pervers est une malédiction, une vie entière ne suffit pas pour y échapper. Illusion tragique nous entraîne dans une intrigue aux retournements imprévisibles, comme un labyrinthe dont le tracé se recompose à chaque détour, jusqu'au dénouement... inimaginable. Car la réalité à laquelle nous nous croyons solidement ancrés se révèle parfois n'être que faux-semblant. Le réveil sera alors sanglant, forcément sanglant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ya2meufs_qui_lisentetvoyagent Posté le 20 Juin 2020
    ✒COUP DE COEUR 🖋 Mario est un petit Italien de 10 ans vivant à Rome. Turbulent, curieux et imaginatif. Très imaginatif. La preuve : quand il surprend son voisin dans sa baignoire avec une belle jeune fille, il pense tout de suite quelle est retenue prisonnière. Avec son meilleur ami Riccardo, il décide d'aller voir de plus près de quoi il retourne. C'est le point de départ de ce polar de haut vol, terriblement addictif, à la construction vertigineuse. On ne peut en dire plus sans dévoiler le formidable tour de magie de Gilda Piersanti. Après cet énorme coup de cœur, on a qu'une envie : courir se procurer son dernier roman Un amour parfait. Illusion tragique a obtenu le Prix des lecteurs Quais du polar/ 20 minutes et le prix Méditerranée Polar.
  • claire5907 Posté le 8 Janvier 2020
    Je ne vais pas vous raconter de nouveau la quatrième de couverture que vous venez de lire donc entrons dans le vif du sujet. Mario aime espionner son voisin, M. Ruper, qui tous les soirs donne un bain à sa femme. Cette femme que personne ne voit jamais. Mario et Ricardo se faufilent chez M. Ruper pour délivrer la dame qui pour eux est prisonnière. Mais, voilà, M. Ruper rentre plus tôt que prévu et là, c’est le drame... Mario ne cessera de se remémorer ce jour tragique et il se renfermera de plus en plus sur lui-même surtout lorsque son voisin commence à faire la cour à sa maman et que celle-ci semble réceptive. Mario arrivera-t-il à dépasser tout ça et à grandir comme tous les garçons ? En parallèle, nous avons l’avis de l’écrivain sur son personnage de Mario, elle nous parle de ses personnages et comment elle a appris à vivre avec eux... J’ai aimé ce livre et ma curiosité a fait que je voulais impérativement savoir la fin. Fin très surprenante, c’est sûr ! Vous me comprendrez en le lisant.
  • belette42 Posté le 20 Septembre 2019
    Mario, 10 ans, espionne son voisin, Mr Ruper, avec son copain Ricardo. Ce voisin est un peu particulier, il donne le bain tous les soirs à sa femme. Un soir, pour en savoir plus, les 2 garçons, s’introduisent à l’intérieur de l’apparteemnt de Mr Ruper pour découvrir qui est cette femme mystérieuse. Mais Mr Ruper rentre ce soir-là plus tôt que prévu. Un drame va se produire. Un roman noir original dans sa narration et sa construction. L’auteure joue avec nous à essayer de démêler le vrai du faux. On suit 2 histoires parallèles : celle de Mario, et celle d’Elisabeta (je vous laisserais découvrir par vous-même qui elle est). Autant la première histoire m’a convaincu, autant, dans la 2ème, j’ai ressenti quelques longueurs. J’ai eu parfois l’impression de tourner en rond. L’alternance était aussi parfois difficile à suivre, j’ai été un peu perdue. C’est un roman sombre à l’ambiance pesante. L’auteure nous montre une vision manichéenne des hommes. Dans ce roman, ce sont tous des salauds. Le père de Mario, qui les a abandonné sa mère et lui, Ruper, le pervers et un 3ème dont je ne peux pas vous parler sans spoiler. C’est un roman qui m’intriguait beaucoup. J’ai néanmoins été... Mario, 10 ans, espionne son voisin, Mr Ruper, avec son copain Ricardo. Ce voisin est un peu particulier, il donne le bain tous les soirs à sa femme. Un soir, pour en savoir plus, les 2 garçons, s’introduisent à l’intérieur de l’apparteemnt de Mr Ruper pour découvrir qui est cette femme mystérieuse. Mais Mr Ruper rentre ce soir-là plus tôt que prévu. Un drame va se produire. Un roman noir original dans sa narration et sa construction. L’auteure joue avec nous à essayer de démêler le vrai du faux. On suit 2 histoires parallèles : celle de Mario, et celle d’Elisabeta (je vous laisserais découvrir par vous-même qui elle est). Autant la première histoire m’a convaincu, autant, dans la 2ème, j’ai ressenti quelques longueurs. J’ai eu parfois l’impression de tourner en rond. L’alternance était aussi parfois difficile à suivre, j’ai été un peu perdue. C’est un roman sombre à l’ambiance pesante. L’auteure nous montre une vision manichéenne des hommes. Dans ce roman, ce sont tous des salauds. Le père de Mario, qui les a abandonné sa mère et lui, Ruper, le pervers et un 3ème dont je ne peux pas vous parler sans spoiler. C’est un roman qui m’intriguait beaucoup. J’ai néanmoins été moins touchée que ce à quoi je m’attendais, vu les nombreuses critiques élogieuses. Mais le style de l’auteure m’a bien plu et je lirais un autre de ses romans pour me faire un avis définitif. Gilda Piersanti interroge sur comment s’en sortir après avoir été pris dans les griffes d’un pervers. Résilience ? Négation ? Ou mimétisme ? … Bref, j’ai bien aimé !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annette55 Posté le 17 Septembre 2019
    «  Je n'avais pas conscience, cette nuit - là, que j'avais pris l'habitude de glisser du monde de mes romans à celui de ma vie sans plus percevoir les limites du passage. » «  J'ignorais que j'avais gommé toute frontière entre la fiction et le réel. » Extrait de ce roman si astucieux , insolite et original que « L'ATTENTION  »ou la « TENSION  » du lecteur ne se relâche pas une seule minute ... BLUFFÉE.. Quel plaisir ce récit troublant enroulé sur lui- même , labyrinthique , deux histoires superposées—— dont je ne révèlerai rien —-ce serait dommage, qui se fondent , s'imbriquent, se recoupent ... Elles baladent le lecteur allègrement du début à la toute fin, au dernier mot. Les couches se superposent , les miroirs se brisent , l'enfance aussi ? L'amitié entre deux enfants, le deuil, la douleur, l'innocence mise à mal , un jeu de masques VERTIGINEUX dans lequel le lecteur se perd .... L'ambiance y est dérangeante, oppressante à souhait, intrigante , diabolique.... Elle prend aux tripes , désoriente, déstabilise... Où est le vrai,? où est le faux? FICTION ? RÉALITÉ ? Illusion ? Surtout j'ai vraiment apprécié la réflexion qui accompagne l'écrivain aux côtés d'Elisabetta, ,,personnage important du livre dont c'est le... «  Je n'avais pas conscience, cette nuit - là, que j'avais pris l'habitude de glisser du monde de mes romans à celui de ma vie sans plus percevoir les limites du passage. » «  J'ignorais que j'avais gommé toute frontière entre la fiction et le réel. » Extrait de ce roman si astucieux , insolite et original que « L'ATTENTION  »ou la « TENSION  » du lecteur ne se relâche pas une seule minute ... BLUFFÉE.. Quel plaisir ce récit troublant enroulé sur lui- même , labyrinthique , deux histoires superposées—— dont je ne révèlerai rien —-ce serait dommage, qui se fondent , s'imbriquent, se recoupent ... Elles baladent le lecteur allègrement du début à la toute fin, au dernier mot. Les couches se superposent , les miroirs se brisent , l'enfance aussi ? L'amitié entre deux enfants, le deuil, la douleur, l'innocence mise à mal , un jeu de masques VERTIGINEUX dans lequel le lecteur se perd .... L'ambiance y est dérangeante, oppressante à souhait, intrigante , diabolique.... Elle prend aux tripes , désoriente, déstabilise... Où est le vrai,? où est le faux? FICTION ? RÉALITÉ ? Illusion ? Surtout j'ai vraiment apprécié la réflexion qui accompagne l'écrivain aux côtés d'Elisabetta, ,,personnage important du livre dont c'est le métier .... Ce petit chef d'oeuvre de la Littérature Noire met à nu les sortilèges, les astuces , les ressorts «cachés » dont use l'écrivain ... La littérature ne serait- elle dans ce cas précis qu'un abri précaire pour cacher la VÉRITE d'une existence ? L'écriture ne serait - elle que la VIE de l'écrivain ? Tout ce qu'il y avait à apprendre sur lui serait présent dans ses romans ? Un roman addictif très bien écrit qui interpelle ... Premier roman lu d'une traite de Gilda Piersanti, née en Italie , qui vit en France depuis de nombreuses années .... mais sûrement pas le dernier . Grand merci aux ami(e)s de Babelio qui m’ont fait connaître ce roman..
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.