En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Inflammation

        10/18
        EAN : 9782264071453
        Code sériel : 5276
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Inflammation

        Date de parution : 09/11/2017
        « Je leur dirai que leur maman est partie et qu’elle a eu un accident. Voilà ce qui s’est passé, les enfants. Maman a eu un accident et elle est tombée dans la rivière. C’est la pure vérité. Elle est partie, et surtout ne me demandez pas pourquoi. Ne me... « Je leur dirai que leur maman est partie et qu’elle a eu un accident. Voilà ce qui s’est passé, les enfants. Maman a eu un accident et elle est tombée dans la rivière. C’est la pure vérité. Elle est partie, et surtout ne me demandez pas pourquoi. Ne me demandez jamais pourquoi, parce que je n’en sais rien et que ça me rend fou. » Il s’appelle Jean, sa femme Liz. Elle a disparu après avoir pris la voiture en pleine tempête et tenté de franchir la rivière au gué dit « des Goules ». On a retrouvé son sac, pas son corps. Pour Jean, il faut maintenant parler aux enfants, reprendre le travail, être fort après ce qui semble avoir été douze années de bonheur parfait, remonter à la surface, comprendre, rester rationnel. Mais s’arrimer est difficile quand les interrogations sont tout ce que vous avez pour revenir au réel. Qu’avancer vous rapproche du gouffre. Que l’enquête soulève d’inquiétantes questions et que le présent révèle ce qui ressemble à une expérience de l’abomination.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264071453
        Code sériel : 5276
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • mask Posté le 21 Février 2018
          Contre toute attente, ce livre fut une lecture prenante et rapide. Je l’ai démarré ce matin et voilà que je referme déjà le livre (assez court). Ce n’est absolument pas mon style de lecture et pourtant dès les premières pages, j’ai voulu savoir...savoir ce qui était arrivé à cette mère de famille parfaite, intégrée dans sa communauté, savoir comment son mari allait sortir la tête hors de l’eau après sa disparition,...Petit à petit les pièces du puzzle se mettent en place dans un brouillard quasi complet...on perçoit les questions et les brides de réponses tout en restant néanmoins après lecture de la dernière ligne toujours sur ma faim. Le mystère plane toujours un peu au dessus de cette histoire...c’est déconcertant!
        • YsaM Posté le 6 Février 2018
          Il s’appelle Jean, sa femme Liz a disparu en partant en voiture sous la tempête et en tentant de franchir la rivière par le guet. On a retrouvé son sac mais pas son corps. Jean se retrouve seul avec ses deux enfants, sa maison, son boulot à gérer mais surtout avec des tonnes d’interrogations. Il partageait la vie de Liz depuis 12 ans mais la connaissait-il vraiment ? L’intrigue est intéressante, une femme nommée Liz, qui disparaît brutalement un soir de tempête, -on se demande d’ailleurs pourquoi elle part si brutalement et dans des conditions climatiques extrêmes- un peu de suspens au début qui pourrait laisser croire qu’elle n’a pas totalement disparu, qu’on va découvrir des choses graves….. Puis il y a Jean Mourrat son mari, dévasté par cette disparition soudaine et qui va devoir tout gérer tout seul alors qu’il ne gérait jamais rien. Jean est un entrepreneur qui a réussit, il retape de vieilles bâtisses qu’il loue, souvent par l’intermédiaire du révérend du village où il habite…. un homme bien étrange ce révérend d’ailleurs…. Jean a une quinzaine de locataires qu’il ne connait presque pas, parce que c’est l’omniprésente Liz qui se chargeait de tout. Liz parlons en, elle faisait... Il s’appelle Jean, sa femme Liz a disparu en partant en voiture sous la tempête et en tentant de franchir la rivière par le guet. On a retrouvé son sac mais pas son corps. Jean se retrouve seul avec ses deux enfants, sa maison, son boulot à gérer mais surtout avec des tonnes d’interrogations. Il partageait la vie de Liz depuis 12 ans mais la connaissait-il vraiment ? L’intrigue est intéressante, une femme nommée Liz, qui disparaît brutalement un soir de tempête, -on se demande d’ailleurs pourquoi elle part si brutalement et dans des conditions climatiques extrêmes- un peu de suspens au début qui pourrait laisser croire qu’elle n’a pas totalement disparu, qu’on va découvrir des choses graves….. Puis il y a Jean Mourrat son mari, dévasté par cette disparition soudaine et qui va devoir tout gérer tout seul alors qu’il ne gérait jamais rien. Jean est un entrepreneur qui a réussit, il retape de vieilles bâtisses qu’il loue, souvent par l’intermédiaire du révérend du village où il habite…. un homme bien étrange ce révérend d’ailleurs…. Jean a une quinzaine de locataires qu’il ne connait presque pas, parce que c’est l’omniprésente Liz qui se chargeait de tout. Liz parlons en, elle faisait l’admiration de tous, elle était partout, réglait tout, presque vénérée, elle apportait du bonheur, une femme tellement parfaite…. Jean va devoir s’occuper de ses deux enfants, des devoirs, de la maison, des courses… découvrir petit à petit tout ce qu’il ne faisait pas et se rendre compte qu’il vivait avec une femme qu’il pensait connaître mais dont il ne connaissait rien ou si peu. Heureusement il a Bernard et Sophie ses meilleurs amis pour l’épauler et l’aider à avancer, Sophie toujours là pour s’occuper des enfants, des tâches ménagères… Bernard l’associé dans le travail, l’ami de toujours, celui sur qui on peut compter…mais Bernard semble de plus en plus bizarre au fil des événements, ferait-il parti du secret ? Puis on découvre petit à petit et avec stupéfaction -parce que ce n’est pas du tout ce à quoi on s’attendait- les premières bribes de la vie de Liz et tout ça semble parfois si irréel ou surnaturel que l’on est dérouté. Tous les protagonistes du livre deviennent de plus en plus étranges, même Lucie, la fille de Liz que Jean a élevée, a des comportements surprenants. Puis il y a cette grande firme pharmaceutique, des essais cliniques, des médicaments modifiés qui donnent des effets secondaires catastrophiques, des pilules du bonheur qui n’en sont peut-être pas….. et Jean là dedans, paumé, désemparé, qui tente de relever la tête, qui s’accroche à des souvenirs, qui tente d’avancer…. J’ai pensé que l’auteur faisait peut-être un parallèle avec la réalité, tout en y mêlant de la fiction…. le livre est parfois étouffant, on a l’impression d’être prisonnier dans un labyrinthe dont personne ne connait l’issue et quand on trouve la sortie, ce n’est en fait qu’une illusion….. On se questionne, on se perd, entre le possible et l’impossible, entre le réel et le surnaturel. On se demande pourquoi Jean ne s’enfuit pas !! Il y a quelque chose qui ressemblerait à une emprise, une emprise qui dérange et met mal à l’aise, les locataires me font flipper, le révérend est trop gentil pour être honnête…. Personne ne semble « clean » dans cette histoire, Jean est totalement isolé avec son chagrin, ses deux enfants, ses tâches ménagères et un savoir faire qu’il n’a pas, dans un village aux connotations dignes d’un film fantastique où tous les habitants semblent liés entre eux par une sorte de pacte ou de secret…. une secte peut-être….appelez le comme vous voulez ! Ce livre m’a ébranlée, je ne sais pas si j’ai été totalement embarquée, c’est étrange….. je suis certainement passée à côté de quelque chose d’important ou peut-être que je n’ai pas compris où l’auteur voulait nous mener, mais peut-être que j’ai tout compris…. Je suis interpellée entre cette fiction et une possible réalité, le dénouement laisse entrevoir quelque chose d’encore pire qui pourrait bien arriver pour de vrai, un jour, dans le futur, si des « garde fou » ne sont pas mis en place qui sait…. mais peu-être que c’est déjà la réalité…..
          Lire la suite
          En lire moins
        • MilleetunepagesLM Posté le 17 Janvier 2018
          Un tout petit livre que j'ai littéralement dévoré dans le temps de le dire, coup de cœur pour moi ! L'histoire commence très rapidement, dès les premières pages, pas de lésinage, dès le départ, avec la disparition de Liz, épouse de Jean et mère de Clément et Lucie. Liz qui a quitté la maison dans des conditions très mauvaises, et qu'on ne retrouve pas ! A-t-elle eu un accident, s'est-elle suicidée, on ne sait pas ? Jean lui devra s'occuper de ses enfants, apprendre à vivre sans Liz. Durant l'enquête, des faits ressortent, et je peux vous dire que rien de ce que vous pourrez imaginer ne correspond à ce livre. Une écriture très descriptive, fluide, un mélange de roman noir, de thriller. Très difficile de parler de ce livre, sans en dévoiler des lignes importantes. Tout au long du livre, on se pose des questions, l'auteur nous dirige dans un sens, pour nous ramener dans un autre sens, dans les pages suivantes, et c'est comme ça tout au long du livre. Chaque fois que vous croyez avoir compris, et bien non, on vire de bord. Et une fin qui vous jettera par terre ! Je ne connaissais pas cet auteur, mais c'est certain que je vais regarder... Un tout petit livre que j'ai littéralement dévoré dans le temps de le dire, coup de cœur pour moi ! L'histoire commence très rapidement, dès les premières pages, pas de lésinage, dès le départ, avec la disparition de Liz, épouse de Jean et mère de Clément et Lucie. Liz qui a quitté la maison dans des conditions très mauvaises, et qu'on ne retrouve pas ! A-t-elle eu un accident, s'est-elle suicidée, on ne sait pas ? Jean lui devra s'occuper de ses enfants, apprendre à vivre sans Liz. Durant l'enquête, des faits ressortent, et je peux vous dire que rien de ce que vous pourrez imaginer ne correspond à ce livre. Une écriture très descriptive, fluide, un mélange de roman noir, de thriller. Très difficile de parler de ce livre, sans en dévoiler des lignes importantes. Tout au long du livre, on se pose des questions, l'auteur nous dirige dans un sens, pour nous ramener dans un autre sens, dans les pages suivantes, et c'est comme ça tout au long du livre. Chaque fois que vous croyez avoir compris, et bien non, on vire de bord. Et une fin qui vous jettera par terre ! Je ne connaissais pas cet auteur, mais c'est certain que je vais regarder s'il y a d'autres livres. N'hésitez pas à faire la lecture de ce livre, vous ne le regretterez pas.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Ydamelc Posté le 3 Janvier 2018
          Bah ça y est ! On est en 2018.... J'envisageais de débuter tranquille, sur des sujets que je connaissais bien, mais la facilité, bah, justement, c'est trop facile...pis c'est un peu ennuyeux, finalement... Alors, c'est mieux de prendre une histoire qui parait tout à fait commune et qui très vite prend un virage auquel tu ne t'attendais pas... Vous ne croyez pas ? J'ai pas fait exprés, mais pourtant, Eric Maneval, je l'ai découvert avec Retour à la nuit, il y a quelques jours à peine et il m'avait déjà beaucoup déconcertée... C'est un peu sa spécialité, j'ai l'impression... Au départ, ya juste une femme qui disparaît... Et comme son mari, il se la coulait un peu douce et qu'il comptait un peu trop sur elle pour tout faire, il s'est bien retrouvé comme un con quand elle est partie ! Devoir assumer seul tout le quotidien avec 2 enfants, sans compter qu'il se rend compte que sa femme, il la connaissait peu finalement, qu'il y comprend rien à ce qui s'est passé. Et l'amour là d'dans, ça compte aussi... C'était la femme de sa vie, bordel ! Il l'avait dans la peau. C'était son air, sa dope... C'était sa moitié, c'était sa vie... Pis très vite,... Bah ça y est ! On est en 2018.... J'envisageais de débuter tranquille, sur des sujets que je connaissais bien, mais la facilité, bah, justement, c'est trop facile...pis c'est un peu ennuyeux, finalement... Alors, c'est mieux de prendre une histoire qui parait tout à fait commune et qui très vite prend un virage auquel tu ne t'attendais pas... Vous ne croyez pas ? J'ai pas fait exprés, mais pourtant, Eric Maneval, je l'ai découvert avec Retour à la nuit, il y a quelques jours à peine et il m'avait déjà beaucoup déconcertée... C'est un peu sa spécialité, j'ai l'impression... Au départ, ya juste une femme qui disparaît... Et comme son mari, il se la coulait un peu douce et qu'il comptait un peu trop sur elle pour tout faire, il s'est bien retrouvé comme un con quand elle est partie ! Devoir assumer seul tout le quotidien avec 2 enfants, sans compter qu'il se rend compte que sa femme, il la connaissait peu finalement, qu'il y comprend rien à ce qui s'est passé. Et l'amour là d'dans, ça compte aussi... C'était la femme de sa vie, bordel ! Il l'avait dans la peau. C'était son air, sa dope... C'était sa moitié, c'était sa vie... Pis très vite, on comprend que cette disparition, cette histoire, elle va rien avoir de banale. Qu'elle va te mettre les yeux ronds d'un bout à l'autre ! Le truc, c'est qu'il est super doué Maneval ! Parce que malgré le fait qu'il va t'embarquer dans des sujets qui sont tellement éloignés de toi, comme la pharmacologie, l'ésotérisme, la science, la foi, la religion, tu vas rester scotché, addict ! C'est une lecture étonnante, curieuse. L'ambiance est assez tragique... Assister à la déchéance de cet homme qui découvre petit à petit qui était sa femme, c'est... troublant ! L'atmosphère est angoissante, parce qu'elle nous dépasse. Toujours à la recherche continuelle d'une explication rationnelle, à ces dramatiques événements... Je n'ai jamais rien lu de la sorte auparavant. C'est un inclassable ! Inexorablement. Et puis quitte à bien faire les choses jusqu'au bout et nous sortir de notre zone de confort, l'épilogue laisse des portes ouvertes et a un goût amer, très frustrant. J'aime ça les lectures qui me surprennent . Alors, je vous encourage à vous y frotter, juste pour voir... Peut être bien que vous aussi vous allez y prendre goût...
          Lire la suite
          En lire moins
        • Antyryia Posté le 2 Janvier 2018
          "Choisissez n'importe quel médicament, lisez la liste complète des effets secondaires et imaginez qu'ils surgissent tous simultanément dans un organisme." Les médicaments sont normalement prescrits par les médecins lorsqu'ils ont davantage d'effets bénéfiques que néfastes. Mais chacun sait que les effets indésirables potentiels sont souvent multiples. Prenons au hasard un médicament de la famille des triptans, que je prends pour soulager mes migraines. La notice précise que ces cachets peuvent occasionner des étourdissements, des picotements, des troubles de la vue, une sensation d'oppression dans la poitrine, des nausées, des flatulences, de la fièvre, des vertiges, des démangeaisons, un mal de gorge, des spasmes, des cauchemars, des tâches violacées sur la peau, un ulcère de l'estomac ... Et je m'arrête là mais la liste est encore très longue... Et ça, c'est juste pour un médicament. Alors imaginez tous ceux que vous avez consommé dans votre vie, dont les effets désastreux se déclencheraient au même moment. Vous ne seriez probablement pas beau à voir. Et plus mal en point que jamais. En tout cas je n'imagine même pas mon triste état et pire encore, la douleur qui l'accompagnerait. Les inflammations du corps humain peuvent prendre différentes formes : Des abcès, rougeurs ou oedèmes qui... "Choisissez n'importe quel médicament, lisez la liste complète des effets secondaires et imaginez qu'ils surgissent tous simultanément dans un organisme." Les médicaments sont normalement prescrits par les médecins lorsqu'ils ont davantage d'effets bénéfiques que néfastes. Mais chacun sait que les effets indésirables potentiels sont souvent multiples. Prenons au hasard un médicament de la famille des triptans, que je prends pour soulager mes migraines. La notice précise que ces cachets peuvent occasionner des étourdissements, des picotements, des troubles de la vue, une sensation d'oppression dans la poitrine, des nausées, des flatulences, de la fièvre, des vertiges, des démangeaisons, un mal de gorge, des spasmes, des cauchemars, des tâches violacées sur la peau, un ulcère de l'estomac ... Et je m'arrête là mais la liste est encore très longue... Et ça, c'est juste pour un médicament. Alors imaginez tous ceux que vous avez consommé dans votre vie, dont les effets désastreux se déclencheraient au même moment. Vous ne seriez probablement pas beau à voir. Et plus mal en point que jamais. En tout cas je n'imagine même pas mon triste état et pire encore, la douleur qui l'accompagnerait. Les inflammations du corps humain peuvent prendre différentes formes : Des abcès, rougeurs ou oedèmes qui peuvent porter les doux noms d'acné, d'appendicite, d'otite, de tendinite, d'arthrite, de sinusite, de gastro-entérite et autres joyeusetés en -ite. Le roman Inflammation, comme vous l'aurez compris, évoque donc la médecine, la recherche scientifique, la pharmacologie. Mais il traite également de foi, d'alchimie, d'ésotérisme. Et ce mélange d'occultisme, de religion et de science donne un résultat pour le moins ... troublant. Impossible d'ailleurs de classer ce roman dans un genre défini. Si je devais me prononcer, je dirais qu'il s'agit d'un polar qui baignerait dans une ambiance d'horreur gothique, sans qu'on sache si le surnaturel est ou non à l'oeuvre. L'histoire est celle de Jean Mourrat, le narrateur, qui nous évoque dès le premier chapitre la disparition de son épouse, Liz. Ce soir-là, elle est précipitamment partie en voiture sous des trombes de pluie, sans raison apparente, et on ne retrouvera d'elle qu'un téléphone et un sac à main à proximité d'une rivière qui a probablement fait dériver son corps. La police mène l'enquête et recherche l'éventuel cadavre. "On ignore ce qui est arrivé à Liz. Accident, disparition, suicide, agression ..." Jean est par ailleurs le gérant d'une société civile immobilière. Ses revenus fonciers sont très confortables et il n'avait jusqu'alors pas eu à s'occuper de grand chose puisque c'était sa femme et son meilleur ami, Bernard, qui avaient pris en charge les différents travaux de rénovation ou la comptabilité. Qui plus est, les locataires paient tous leur loyer rubis sur l'ongle. "Ils sont cinquante-deux à vivre dans mes seize maisons, enfants compris, Révérend compris." Le Révérend est son tout premier locataire, c'est d'ailleurs lui qui a présenté Liz et sa fille Lucie à Jean. Contrairement à ce que son surnom indique, il n'est pas un homme d'église mais il dirige cependant un groupe de prières : Les jardins de la vie. Dans ce groupe, on retrouve la quasi-totalité des locataires, des personnes particulièrement sensibles et reconnaissants envers Liz, qui a toujours fait preuve d'une extrême bonté à leur égard. "Nous nous réunissons pour prier, unis dans la joie du Christ." Voilà pour le cadre général du roman, dans lequel on regarde ce père pessimiste s'empêtrer dans son besoin d'éclaircir toute cette affaire, à la recherche d'informations sur le passé méconnu de son épouse, n'importe quel secret qui pourrait expliquer son geste. "J'ai besoin de savoir ce qu'elle a vécu avant qu'on se rencontre." Parallèlement, il doit également s'occuper de ses enfants : Clément, son fils biologique, a huit ans et Lucie est déjà une jeune adolescente. Mais au final, ce sont davantage les enfants qui vont prendre soin de leur père. "Le problème, c'est que je suis incapable de tenir une maison, de faire les courses, le ménage, la cuisine." Et plus les pages se tournent, plus le mystère s'épaissit et plus les questions s'additionnent. - Pourquoi Liz avait-elle le livre de Pierre A. Riffard intitulé L'ésotérisme ? Qui est ce Markus qui lui a dédicacé le marque-page ? - Pourquoi Lucie paraît-elle si effrayante sur la photo qu'examine Geneviève, voyante et magnétiseuse de profession ? - Quelles sont ces étranges gouttes homéopathiques à usage anxiolytique très efficaces et dénuées de tout nom que prenait Liz ? - Quel est ce pouvoir envoûtant qu'elle exerce sur l'ensemble des locataires ? - Quelles sont ces choses abominables qu'ont fait ces mêmes locataires et dont Jean ne trouve aucune trace sur internet ? Et ce ne sont que quelques une des énigmes macabres auxquelles le lecteur sera confronté, alors que les ombres autour de la disparition de Liz ne feront que s'épaissir. L'ambiance d'Inflammation est particulièrement réussie. C'est même son gros point fort. Partant comme un thriller avec une énième histoire de disparition à résoudre, les ténèbres qui entoure les circonstances de la disparition de Liz deviennent de plus en plus opaques. On ne sait d'ailleurs pas si le final apportera une explication rationnelle ou surnaturelle, ni comment insérer tous les nouveaux éléments plus étranges les uns que les autres à une même intrigue, aux directions inattendues. Si j'osais une comparaison, seul le célèbre Frankenstein de Mary Shelley me viendrait à l'esprit, pour son atmosphère inquiétante et son mélange de science et de fantastique, mais dans une version très moderne et largement revue et corrigée par l'écrivain marseillais. L'histoire est également servie par un style très simple ( dans le bon sens du terme ) et très efficace. Jamais l'auteur ne se noie dans les explications scientifiques ou paranormales, chaque chapitre apporte son lot de questionnements et de révélations, les pages se tournent facilement. Eric Maneval va toujours à l'essentiel avec une économie de mots qui donne un rythme soutenu et nerveux à son livre. Mon seul regret, malgré l'immense plaisir que j'ai eu à lire Inflammation, c'est le final abrupt. J'imagine que toutes les explications ont été données mais je reste pourtant avec de nombreuses interrogations. Sans parler de fin ouverte, le lecteur a un gros travail de reconstitution des évènements à faire et certains des rouages de l'intrigue sont simplement suggérés. Tout ça pour dire qu'au final, si le brouillard se dissipe finalement, il reste une légère brume libre d'interprétation et j'avoue faire partie de ces lecteurs qui aiment qu'on lui mette les points sur les I afin qu'aucune zone d'ombre ne subsiste au terme de la lecture. Je remercie au passage Monromannoir, dont la critique m'a permis de faire le lien avec l'ordre du temple solaire : La référence m'avait en effet échappé. Premier roman de l'année, merci également à Mandarine ( qui se reconnaîtra ) pour ce cadeau d'anniversaire aussi inquiétant que surprenant, et qui m'aura fait découvrir la plume talentueuse d'Eric Maneval. Et je ne compte pas en rester là avec cet auteur !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Eric Maneval est avare de détails. La sobriété et l'élégance de sa prose sont autant d'armes qui, insidieusement, font avancer le lecteur dans un tunnel d'angoisses et d'interrogations. Il instille l'angoisse avec une redoutable efficacité. » Roman Policier
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com