Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264034441
Code sériel : 269
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Introduction à la philosophie

Jeanne HERSCH (Traducteur)
Date de parution : 03/12/2001

Jaspers incarne, en Allemagne, l'existentialisme chrétien. Partant de la constatation primordiale de l'existence, le philosophe, échappant au réalisme matérialiste, doit rechercher les conditions du salut de l'homme, c'est-à-dire l'accomplissement de sa liberté. Cet accomplissement, Jaspers le situe en Dieu. Récusant donc la primauté de la science sur la métaphysique et...

Jaspers incarne, en Allemagne, l'existentialisme chrétien. Partant de la constatation primordiale de l'existence, le philosophe, échappant au réalisme matérialiste, doit rechercher les conditions du salut de l'homme, c'est-à-dire l'accomplissement de sa liberté. Cet accomplissement, Jaspers le situe en Dieu. Récusant donc la primauté de la science sur la métaphysique et la foi, Jaspers montre comment on peut, depuis Platon, déduire et construire un humanisme philosophique de la liberté.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264034441
Code sériel : 269
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • denis76 Posté le 26 Août 2020
    Bon… D’abord, pour moi, ce n’est pas une « introduction à la philosophie » classique ; c’est quelque chose de pointu, à mon avis pour des « experts » en philo. L’expression ou la traduction de l’allemand rend les définitions de Jaspers confuses, et on est un peu perdu…Karl Jaspers est un philosophe du XXè siècle, considéré comme « existentialiste chrétien ». Qu'est ce qu'un existentialiste chrétien ? . Le style n’est « pas à mon goût ». C’est trop abstrait ; les exemples sont trop peu nombreux, certaines affirmations me semblent péremptoires. Des passages me sont entièrement flous, et les définitions imprécises. Dans la première moitié du livre, on dirait qu’il déverse ses idées à l’emporte-pièces, on dirait qu’il se défoule, et j’ai du mal à suivre. Puis, on a l'impression qu’il tourne en rond, comme une mouche qui se heurte à un plafond de verre : le message de Dieu. Comme c’est un philosophe chrétien, croyant, il semble agacé par « le silence énigmatique de Dieu » ! Puis Jaspers jette un paragraphe intéressant sur l’histoire des civilisations et de la philosophie, histoire qu’il découpe en quatre parties, dont la plus intéressante pour lui, va de moins 800 à moins 200, et... Bon… D’abord, pour moi, ce n’est pas une « introduction à la philosophie » classique ; c’est quelque chose de pointu, à mon avis pour des « experts » en philo. L’expression ou la traduction de l’allemand rend les définitions de Jaspers confuses, et on est un peu perdu…Karl Jaspers est un philosophe du XXè siècle, considéré comme « existentialiste chrétien ». Qu'est ce qu'un existentialiste chrétien ? . Le style n’est « pas à mon goût ». C’est trop abstrait ; les exemples sont trop peu nombreux, certaines affirmations me semblent péremptoires. Des passages me sont entièrement flous, et les définitions imprécises. Dans la première moitié du livre, on dirait qu’il déverse ses idées à l’emporte-pièces, on dirait qu’il se défoule, et j’ai du mal à suivre. Puis, on a l'impression qu’il tourne en rond, comme une mouche qui se heurte à un plafond de verre : le message de Dieu. Comme c’est un philosophe chrétien, croyant, il semble agacé par « le silence énigmatique de Dieu » ! Puis Jaspers jette un paragraphe intéressant sur l’histoire des civilisations et de la philosophie, histoire qu’il découpe en quatre parties, dont la plus intéressante pour lui, va de moins 800 à moins 200, et concerne les principaux philosophes fondateurs dans le monde : c’est comme si, à cette époque, l’humanité prenait conscience des limites de l’homme. Puis vient un passage mal construit à mon goût, mais intéressant sur l’indépendance du philosophe, ce que j’appelle peut-être « le libre arbitre ». 1 ) indépendance sans Dieu ; avec Dieu : laquelle est fausse, dit-il ? 2 ) quelle indépendance de la pensée peut-il y avoir en période de dictature ? en période de « communication humaine » ? . Quelles sont les particularités, l’essence de la philosophie ? Contrairement à la science, il n’y a pas de « progrès » ; et tout le monde peut philosopher ! Je suis d'accord. Cependant, certains philosophes ont appuyé sur des situations importantes touchant à la philo : Epictète, avec le stoïcisme, souligne les situations-limites comme les souffrances du corps ou la mort ; Platon définit l’essence de la philosophie ; Descartes insiste sur l’importance du doute, de l’incertitude. Jaspers ajoute quelques éléments : - La communication ( les arguments sont faibles ) ; - L’englobant, qui serait une scission sujet / objet ( définition très confuse ) - Il y a aussi la notion de « sujet vital », enveloppant l’âme, la conscience, l’esprit, l’historicité du sujet ... [ il manque des éléments pertinents, à mon avis ] - La philosophie n’apporte pas de certitudes, elle ne peut qu’éveiller les consciences. . Puis Jaspers, philosophe chrétien, explique que tout philosophe doit prendre position par rapport à Dieu : soit il est athée ; soit il est croyant, et admet « la transcendance », le phénomène « Dieu » n’étant pas apodictique ( ne pouvant pas être prouvé ). Il ramène le « dieu pensé » par la Bible et les philosophes grecs au « dieu révélé » (par Jésus ) sans en tirer de conclusions, car rien n’est vraiment prouvé. De plus, il proclame que tout écrit sur Dieu est faussé. . Si je comprends cet écrit, Jaspers a foi en Dieu, mais se méfie des écrits car ce n’est pas Dieu qui a écrit. Je suis d’accord : Dieu n’a pas créé les commandements ou la Bible : ce sont les hommes qui ont écrit tout cela. . Mon bilan de ce livre est mitigé. D’un côté, on dirait qu’il est inachevé, avec un plan bizarre :  la philo ;  puis Dieu ;  puis la philo à nouveau, avec des concepts peu explicités comme « l’englobant » ou « l’exigence absolue », comme s’ils étaient évidents ;  puis à nouveau de la métaphysique, avec cinq principes de la foi philosophique, démarquée de la foi d’Eglise qu’il appelle « les instances objectives », mais on a l’impression d’une mouche qui se heurte à un plafond de verre, ou, comme il dit : « un papillon au bord de l’océan », qui n’ose pas se lancer dans l’inconnu, l’inconnu étant ici l’ensemble des volontés divines qui sont inconnues à la plupart des hommes dont l’auteur ;  puis il part sur l’histoire de la philosophie : c’est pour moi le passage le plus important, le passage où j’appréhende une vue globale de l’histoire de la philosophie. Karl Jaspers nous livre enfin, à cette occasion, sa vue de la position de la place de la philosophie dans l’ensemble des connaissances humaines : la première "connaissance" dans la frise historique, de 800 à 200 avant JC, où des grands noms de la philosophie montrent la prise de conscience des limites de l’humanité. La religion, les religions viennent après, mais elles ont l’avantage sur la philo d’avoir une structure sociologique, des « instances objectives », alors que les travaux philosophiques sont principalement des œuvres solitaires. Enfin, les sciences naissent et progressent. Jaspers déplore que la philo ne progresse pas vraiment, car non appuyée, comme les sciences sur des bases solides qu’on peut dépasser, mais elle est "appuyée" sur des doutes. Il compare plutôt la philosophie à l’ensemble de l’univers artistique, avec des « artistes » isolés, des directions plus ou moins approfondies, mais qui ne se superposent pas, qui ne s’améliorent pas. Je trouve cette comparaison originale et intéressante. . Donc, pour moi, c’est une œuvre floue mais intéressante, notamment sur sa position "chrétienne". Cependant je ne suis toujours pas plus avancé sur le concept d « existentialisme » 😊
    Lire la suite
    En lire moins
  • polarjazz Posté le 25 Août 2018
    Au fur et à mesure de ma lecture, j'ai traduis sur une feuille de papier ce que je me représentais être la philosophie. Karl Jaspers est un vulgarisateur plutôt doué. Son essai est abordable pour les néophytes. J'ai pu symboliser la conscience-monde comme un processus dans un espace-temps circonscrit par la matière. Et que la philosophie est l'englobant, dont l'origine absolue est le non pouvoir. L'homme est étudié dans sa dimension physiologique, psychologique et sociale. L'homme est perfectible et peut se laisser séduire par le désir. Ce n'est pas un argument. L'homme a besoin de s'interroger pour progresser et se transformer. L'homme doit s'étonner. Il se sert du langage, de symboles, de connaissances apodictiques, afin d'éveiller sa conscience, de s'ouvrir au monde. La philosophie est une construction toujours en cours. C'est une science ancienne et moderne.
  • Meps Posté le 26 Mars 2015
    Un livre que notre prof de philo de terminale nous avait demandé de lire et que je n'avais pas fini. J'ai craint qu'en m'étant éloigné de la philo avec les années, le challenge de le lire enfin soit encore plus difficile.Ce ne fut pas le cas, l'expérience de la vie étant d'une aide au moins aussi importante que le théorie pour bien comprendre la philo. Sous couvert de permettre un accès à la philosophie en général, Jaspers développe sa pensée personnelle. Sa culture chrétienne est omniprésente et l'idée de Dieu et de foi parcourt tout le livre et tous les thèmes. Cependant, il émane de cette pensée une grande ouverture d'esprit, un humanisme qui permet de se sentir proche d'un tel penseur. Jaspers conseille la lecture des auteurs, donne envie de philosopher, et c'est finalement le but principal d'un tel ouvrage. Les thèmes ne sont qu'effleurés et pas approfondis (mais qu'attendre d'autre d'une introduction) et tournent tous, comme dit précédemment, autour de la spiritualité, de la métaphysique. Les appendices permettent de compléter heureusement un propos parfois trop général en brossant une chronologie des différents penseurs de l'histoire afin de guider la personne désireuse de se lancer dans l'étude de la philosophie.... Un livre que notre prof de philo de terminale nous avait demandé de lire et que je n'avais pas fini. J'ai craint qu'en m'étant éloigné de la philo avec les années, le challenge de le lire enfin soit encore plus difficile.Ce ne fut pas le cas, l'expérience de la vie étant d'une aide au moins aussi importante que le théorie pour bien comprendre la philo. Sous couvert de permettre un accès à la philosophie en général, Jaspers développe sa pensée personnelle. Sa culture chrétienne est omniprésente et l'idée de Dieu et de foi parcourt tout le livre et tous les thèmes. Cependant, il émane de cette pensée une grande ouverture d'esprit, un humanisme qui permet de se sentir proche d'un tel penseur. Jaspers conseille la lecture des auteurs, donne envie de philosopher, et c'est finalement le but principal d'un tel ouvrage. Les thèmes ne sont qu'effleurés et pas approfondis (mais qu'attendre d'autre d'une introduction) et tournent tous, comme dit précédemment, autour de la spiritualité, de la métaphysique. Les appendices permettent de compléter heureusement un propos parfois trop général en brossant une chronologie des différents penseurs de l'histoire afin de guider la personne désireuse de se lancer dans l'étude de la philosophie. Un ouvrage à recommander dans le but que son titre décrit lui-même.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mercutio Posté le 1 Février 2015
    Il s'agit de douze" causeries" demandées à l'auteur par Radio-Bâle, occasions d'aborder quelques questions basales telles que : qu'est-ce que la philosophie?, l'idée de Dieu, l'homme, le monde, le sens philosophique de la vie,… Le titre est un peu trompeur, par bonheur si j'ose dire, et devrait plutôt s'appeler "Introduction à une philosophie transcendante" ce qui rendrait mieux compte d'un mouvement en deux temps. D'abord, l'auteur, tout en réfléchissant sur des thèmes classiques de la philosophie ou relatives à la philosophie (origine, histoire), assujettit, par conviction et donc par hypothèse, son propos à "l'englobant": "Il est évident que l'être en soi ne peut pas être objet. Tout ce qui est objet pour moi vient à moi du fond de l'englobant et c'est du fond de l'englobant que je surgis comme sujet. L'objet est un être défini pour le moi. L'englobant, pour ma conscience reste obscur. Il ne s'éclaire que par les objets, et il devient d'autant plus clair que les objets sont nettement présent à la conscience. L'englobant ne devient pas lui-même objet, mais il se manifeste dans la scission du moi et de l'objet. Lui-même reste un arrière-plan qui s'éclaire sans cesse à travers la manifestation des objets, tout en demeurent... Il s'agit de douze" causeries" demandées à l'auteur par Radio-Bâle, occasions d'aborder quelques questions basales telles que : qu'est-ce que la philosophie?, l'idée de Dieu, l'homme, le monde, le sens philosophique de la vie,… Le titre est un peu trompeur, par bonheur si j'ose dire, et devrait plutôt s'appeler "Introduction à une philosophie transcendante" ce qui rendrait mieux compte d'un mouvement en deux temps. D'abord, l'auteur, tout en réfléchissant sur des thèmes classiques de la philosophie ou relatives à la philosophie (origine, histoire), assujettit, par conviction et donc par hypothèse, son propos à "l'englobant": "Il est évident que l'être en soi ne peut pas être objet. Tout ce qui est objet pour moi vient à moi du fond de l'englobant et c'est du fond de l'englobant que je surgis comme sujet. L'objet est un être défini pour le moi. L'englobant, pour ma conscience reste obscur. Il ne s'éclaire que par les objets, et il devient d'autant plus clair que les objets sont nettement présent à la conscience. L'englobant ne devient pas lui-même objet, mais il se manifeste dans la scission du moi et de l'objet. Lui-même reste un arrière-plan qui s'éclaire sans cesse à travers la manifestation des objets, tout en demeurent l'englobant." En d'autres termes, le monde, la totalité du monde n'est pas le Tout. Exit le matérialisme, si je ne m'abuse. Ensuite, Dieu et la foi: "On retrouve sans cesse cette vérité: Dieu n'est pas un objet de connaissance, il ne peut être dévoilé de façon apodictique. Dieu n'est pas non plus un objet de l'expérience sensible. Il est invisible. On ne peut le regarder, on ne peut que croire en lui. Mais d'où vient cette foi? Elle ne vient pas originellement des limites extrêmes de l'expérience dans le monde, mais de la liberté de l'homme. L'homme qui prend vraiment conscience e sa liberté acquiert en même temps la certitude de Dieu. La liberté et Dieu sont inséparable." Bien entendu, ce Dieu-là ne craint pas de se voir prouver scientifiquement son inexistence comme le fait, avec plus ou moins de bonheur un Victor Stenger dans "Dieu, l'hypothèse erronée". Jaspers , qui me méconnait pas le rôle passé et actuel des religions monothéistes , ni même certaines de leurs vertus non plus que leurs méfaits, se démarque totalement de la notion de Dieu personnel qu'elles ont construite et véhiculent. L'ouvrage est avant tout une initiation à la réflexion philosophique, un enseignement par l'exemple, une mise à l'étrier du pied des postulants, une indication des voies et des efforts à consentir sans hauteur ni démagogie. Les prérequis rassurent: capacité et goût de la réflexion vers soi, communication vers les autres, respect des écrits des grands penseurs de tous temps, appropriation des méthodes et résultats de la recherche scientifique… On a envie de mieux connaître cet homme, à l'écriture et la pensée sereines, apparemment très respectueux de celle des autres. On pourra au mieux se contenter de ses livres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laura94 Posté le 9 Janvier 2015
    Je ne saurai pas trop expliquer pourquoi ce livre ne m'a pas entièrement convaincue. Jaspers y propose pourtant bien une introduction à la philosophie, en évoquant certains des thèmes fondamentaux de ce domaine: Dieu, l'homme, le monde, et aussi la philosophie elle-même. Mais je pense que le problème, en ce qui me concerne, vient justement de là: bien que ce que Karl Jaspers développe soit très intéressant, il ne fait selon moi qu'esquisser les traits fondamentaux de ces différents thèmes sans vraiment rentrer dans le vif du sujet. Mais je reconnais volontiers que là était son but, et de fait cette ouvrage permet bien de s'introduire à ces thèmes décisifs pour quelconque pensée philosopghique.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…