Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266269353
Code sériel : 16768
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

J'ai construit la grande pyramide

Date de parution : 19/01/2017
Je suis né il y a cinq mille ans dans un village du sud de l’Égypte. J’aurais dû rester paysan, comme mon père. Mais il m’a fallu fuir.
Dans la capitale, j’ai été recruté sur un gigantesque chantier, celui de la future Grande Pyramide de Khéops. Embauché au bas de l’échelle,...
Je suis né il y a cinq mille ans dans un village du sud de l’Égypte. J’aurais dû rester paysan, comme mon père. Mais il m’a fallu fuir.
Dans la capitale, j’ai été recruté sur un gigantesque chantier, celui de la future Grande Pyramide de Khéops. Embauché au bas de l’échelle, j’ai écouté les paroles de mes maîtres afin de devenir tailleur de pierre. Et j’ai été associé à toutes les étapes de la construction d’une pyramide unique et inégalable.
Vingt ans...
Vingt ans d’une aventure peuplée de dangers, au cours de laquelle j’ai connu de rudes épreuves, des amitiés indestructibles et un amour fou. La vie dont je rêvais et qui s’est construite de mes mains.

« L’aventure d’un chantier hors normes, nourrie des plus récentes découvertes et mise en valeur par le talent de conteur de Christian Jacq. » Isabelle Calabre – Le Parisien Magazine
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266269353
Code sériel : 16768
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« L’aventure d’un chantier hors normes, nourrie des plus récentes découvertes et mise en valeur par le talent de conteur de Christian Jacq. » Isabelle Calabre, Le Parisien Magazine
« À son érudition spectaculairement mise en scène, Christian Jacq a ainsi ajouté le romanesque d’un bon feuilleton, enrichi d’un suspense permanent. » Télé Z
« Un voyage dans le temps, inoubliable et mystérieux… » Florence Dalmas, Le Dauphiné Liberé

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • zucleon Posté le 7 Mai 2018
    Bon bouquin, il se suffit à lui-même. Il nous fait découvrir la vie pendant la construction d'une pyramide et la vie en général en Egypte antique. Il y a des méchants et des gentils, la fin est prévisible mais ça fait du bien, des fois, de lire des livres qui vous prennent pas la tête!
  • Goyan Posté le 9 Novembre 2017
    Un bon Jacq a conseiller
  • Fanny2000 Posté le 20 Mars 2017
    Lorsque je ne c'est pas quel livre choisir, je prends un livre de Christian jacq, une valeur sûre de passer un bon moment. Ce n'est pas mon préféré mais ce livre tiens son intrigue jusqu'au bout. Bonne lecture
  • Domichel Posté le 14 Février 2017
    Quand on commence la lecture d’un livre de Christian Jacq, qu’il parle d’Égypte ou non, que ce soit une enquête policière ou un roman historique, qu’il combine chacune de ces propositions entre elles, on sait qu’on va retrouver des petits cailloux blancs comme ceux du Petit Poucet. C’est d’ailleurs le cas de nombreux auteurs ; figures de styles, personnages récurrents, construction du texte. C’est souvent pourquoi on les aime (ou pas, selon les lecteurs). C’est comme retrouver de bons amis pour une nouvelle aventure ou bien un bon moment dans un fauteuil le livre à la main. « J’ai construit la Grande Pyramide » ne fait pas exception à la règle… L’âne grison s’appelle “Vent du Nord”, le chien “Geb”, et plus récemment “le Vieux”, amateur de bons vins, s’invitent dans cette histoire. Et on suit avec tendresse la romance entre le jeune héros et la belle inconnue. Comme le titre l’indique, ce roman nous emmène sur le plateau de Guizeh encore vierge, en compagnie d’un jeune homme de 17 ans qui a fui son village pour une sombre histoire de bagarre. Découvert par le “Vieux” qui mène “Vent du Nord” à la recherche de bras pour travailler sur un chantier,... Quand on commence la lecture d’un livre de Christian Jacq, qu’il parle d’Égypte ou non, que ce soit une enquête policière ou un roman historique, qu’il combine chacune de ces propositions entre elles, on sait qu’on va retrouver des petits cailloux blancs comme ceux du Petit Poucet. C’est d’ailleurs le cas de nombreux auteurs ; figures de styles, personnages récurrents, construction du texte. C’est souvent pourquoi on les aime (ou pas, selon les lecteurs). C’est comme retrouver de bons amis pour une nouvelle aventure ou bien un bon moment dans un fauteuil le livre à la main. « J’ai construit la Grande Pyramide » ne fait pas exception à la règle… L’âne grison s’appelle “Vent du Nord”, le chien “Geb”, et plus récemment “le Vieux”, amateur de bons vins, s’invitent dans cette histoire. Et on suit avec tendresse la romance entre le jeune héros et la belle inconnue. Comme le titre l’indique, ce roman nous emmène sur le plateau de Guizeh encore vierge, en compagnie d’un jeune homme de 17 ans qui a fui son village pour une sombre histoire de bagarre. Découvert par le “Vieux” qui mène “Vent du Nord” à la recherche de bras pour travailler sur un chantier, il va participer à une aventure que nul ne pouvait imaginer. Le Pharaon Khéops a demandé à ses architectes et maîtres d’œuvre un nouveau projet architectural d’une telle ampleur que bien d’entre eux ne croient possible… Des chapitres courts, des explications simples, des références accessibles et avérées, avec son sens du récit habituel, Ch. Jacq nous fera vivre pendant 400 pages la construction du monument le plus célèbre de l’humanité, le seul survivant des 7 merveilles du monde antique, la Pyramide de Khéops. Oh certes, ce n’est pas la première (Imhotep était le premier architecte du genre), mais ce sera la plus grande, la plus haute, et sans doute la plus belle. Plus qu’une demeure d’éternité, c’est le symbole de la communion entre les hommes et les Dieux, et loin des clichés communément traînés sur l’esclavage des bâtisseurs, c’est le récit de vingt ans d’un ouvrage érigé grâce au génie des architectes et de tous les corps de métiers réunis. C’est aussi un magnifique hommage au courage et à la fraternité entre tous ces artisans de l’impossible. Si on y ajoute la part de magie inhérente à la mythologie égyptienne, et des êtres malfaisants, humains ou non, sur fond de complots, on a tous les ingrédients indispensables à un récit attachant et qu’on a vraiment du mal à reposer quand il faut faire autre chose… Une belle réussite, en un volume, ce qui est aussi une qualité !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nefertari88 Posté le 16 Octobre 2016
    Un de mes auteurs favoris!! Une fois de plus je suis scotchée à son livre. En moins d'une journée, je l'ai presque lu en entier! Il est un peu plus philosophique que d'autres mais cela permet de mieux comprendre la pensée égyptienne antique. On retrouve ses personnages favoris (le Vieux, Vent du Nord) avec toujours autant de plaisir.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.