Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266312899
Code sériel : 18025
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Je n'ai encore rien dit

Date de parution : 17/09/2020
L’air du temps façon François Morel, c’est une centaine de chroniques mordantes, salutaires, souvent assassines, toujours réjouissantes.
Un ministère du Rire en France ?
Des conseils pour lutter contre la gueule de bois ?
Et pourquoi pas un hymne au camembert ?
Chaque vendredi matin sur France Inter, François Morel récidive. Quelques minutes pour...
L’air du temps façon François Morel, c’est une centaine de chroniques mordantes, salutaires, souvent assassines, toujours réjouissantes.
Un ministère du Rire en France ?
Des conseils pour lutter contre la gueule de bois ?
Et pourquoi pas un hymne au camembert ?
Chaque vendredi matin sur France Inter, François Morel récidive. Quelques minutes pour croquer l’époque dans ce qu’elle a de pire, et parfois de meilleur. Quelques minutes pour rire de tout, sans limites, et se consoler de la bêtise.
 
Chroniques inédites de François Morel
Illustrations de François Boucq

 
Texte intégral
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266312899
Code sériel : 18025
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bazart Posté le 7 Novembre 2019
    Chaque vendredi matin sur France Inter, François Morel livre ses billets d'humeur, sorte de chroniques mordantes, salutaires, souvent assassines, toujours réjouissantes. L'ensemble des écrits de Morel, au théâtre ou à la radio, est empreint d'une humanité et d'une générosité qui nous touche et nous enchante. Afin de prolonger ces bonnes impressions de départ, je me suis récemment plongé dans son livre "Je n'ai encore rien dit: recueil de chroniques qu'il livre chaque vendredi matin sur France Inter, et comme je n'écoute pas la radio, j'ai pu me rattraper et j'ai apprécié à sa juste valeur la façon dont Morel réussit à assaisonner l’actualité pour le bonheur de ses auditeurs et de ses Pour le plus grand bonheur de ses lecteurs et de ses auditeurs, Je n’ai encore rien dit, est l'occasion de retrouver ou découvrir ses célèbres chroniques Qu'il glose sur la possible instauration d'un hypothétique d'un ministère du Rire en France qu'il donne à ses auditeurs en une veille de fête Des conseils pour lutter contre la gueule de bois, qu'il évoque avec tendresse et émotion les disparitions de Jean Rochefort, Robert Hirsh, Jean Pierre Mareille ou qu'il se lance dans un hymne pas piqué des hannetons au... Chaque vendredi matin sur France Inter, François Morel livre ses billets d'humeur, sorte de chroniques mordantes, salutaires, souvent assassines, toujours réjouissantes. L'ensemble des écrits de Morel, au théâtre ou à la radio, est empreint d'une humanité et d'une générosité qui nous touche et nous enchante. Afin de prolonger ces bonnes impressions de départ, je me suis récemment plongé dans son livre "Je n'ai encore rien dit: recueil de chroniques qu'il livre chaque vendredi matin sur France Inter, et comme je n'écoute pas la radio, j'ai pu me rattraper et j'ai apprécié à sa juste valeur la façon dont Morel réussit à assaisonner l’actualité pour le bonheur de ses auditeurs et de ses Pour le plus grand bonheur de ses lecteurs et de ses auditeurs, Je n’ai encore rien dit, est l'occasion de retrouver ou découvrir ses célèbres chroniques Qu'il glose sur la possible instauration d'un hypothétique d'un ministère du Rire en France qu'il donne à ses auditeurs en une veille de fête Des conseils pour lutter contre la gueule de bois, qu'il évoque avec tendresse et émotion les disparitions de Jean Rochefort, Robert Hirsh, Jean Pierre Mareille ou qu'il se lance dans un hymne pas piqué des hannetons au camembert, cette compilation de chroniques est un véritable antidote à la morosité ambiante. La particularité de la plume de Morel, c'est certainement cette poésie qui ne dit pas son nom, cette mélancolie amusée, et que l'on retrouve à chacune des pages et qui, contrairement à la plupart des chroniques sur l'actualité de ses compères (Guillon, Aram, Ferroni...) restent assez intemporelles et toutes aussi savoureuses les unes que les autres. L'ensemble, parfois drôle, souvent tendre, touche férocement et forcément au coeur. Et on se dit une fois notre lecture achevée que François Morel, c'est le genre de type qu'on a l'impression de le connaître, le bon copain sympa et toujours pertinent dans ses conseils. Cerise sur le gâteau, pour la première fois, le recueil est illustré des très inspirés dessins de François Boucq, qui signe également la couverture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Hende Posté le 30 Septembre 2019
    Un livre qui se dévore ou qui se picore. Beaucoup de tendresse dans toutes ces pages. Un vrai plaisir de lecture.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.