Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266208659
Code sériel : 14537
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Je n'ai pas dansé depuis longtemps

Date de parution : 07/07/2011

Ivan quitte la banlieue anarchique de Moscou, son logement de fonction et sa vie de famille pour un séjour record de 400 jours dans l’espace à bord de la station Mir. Quand il reviendra, il sera un héros de l’Union soviétique.
Sanglé dans son scaphandre, il décolle. Dans l’espace, il éprouve...

Ivan quitte la banlieue anarchique de Moscou, son logement de fonction et sa vie de famille pour un séjour record de 400 jours dans l’espace à bord de la station Mir. Quand il reviendra, il sera un héros de l’Union soviétique.
Sanglé dans son scaphandre, il décolle. Dans l’espace, il éprouve son corps sans appui, le sang trop lourd, les chairs malmenées. Il découvre la vie en apesanteur et les mouvements d’une lenteur géologique. La nostalgie le guette. L’attraction terrestre le tenaille, le désir de rentrer le gagne et, plus que tout, tenir Oksana dans ses bras le démange. Depuis combien de temps n’a-t-il pas dansé avec elle ?

Cet ouvrage a reçu le prix Amerigo Vespucci

« Indéniablement magique. » Françoise Feuillet – Avantages
 
« De la haute voltige. » Clémentine Goldszal – ELLE
 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266208659
Code sériel : 14537
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« À la manière d’un Jules Verne moderne, l’auteur allie précision scientifique, art du suspense et poésie pour peindre la vie à bord d’un vaisseau spatial. » Claire Julliard - L'Obs
« De la haute voltige. » Clémentine Goldszal - ELLE
« Indéniablement magique. » Avantages

Claire Julliard - Le Nouvel Observateur

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aouan Posté le 9 Avril 2020
    Récit oppressant des 400 jours d’un cosmonaute dans la station Mir, dès le départ, on sent la sourde angoisse qui imprègne tous les gestes malgré l’entraînement, qu’il faut cacher aux siens comme à ses compagnons, jusqu’à la tentation de la fin, la suspicion envers les autres. Mais heureusement l’ambiance bascule progressivement, la confiance revient en surmontant les épreuves, la camaraderie et même l’amour. L’écriture rend formidablement bien les tourments du héros, ses doutes sur sa vie et sur ses proches, la déliquescence de son corps en miroir de celle du l’URSS, et sait transformer les événements quotidiens en suspens qui accroche. Par contre je doute que la sélection ait pu laisser passer un homme aussi fragile psychologiquement, cela semble peu crédible. Mais cela reste une formidable aventure humaine.
  • zazy Posté le 2 Avril 2020
    1991, Ça y est, Yvan avec deux astronautes décolles de Baïkonour direction l’orbite qui leur permet de tourner autour de la terre. Il a passé tous les tests et voilà, il est parti pour quatre cents jours. Il pourrait être le premier homme à avoir été en apesanteur si longtemps. Yvan, Viktor et Nikolaï vivent en vase clos. Les notions haut, bas n’existent plus, ils doivent regarder d’où vient la lumière pour savoir où est le haut. La cohabitation n’est pas aisée, des conflits larvés naissent. Seule la technique a droit de cité à bord, Ivan ne se sent pas à sa place. Il va même jusqu’à jouer à un jeu idiot rebondir contre les parois de la station, il pourrait aller jusqu’à ouvrir une voie d'air, quelque chose en lui l'empêche de s’arrêter. Seul Viktor saura. Le trio change, Viktor et Nicolaï laissent la place à Nikita et Golbaev. Dans un des sacs, le service d’hygiène mentale a déposé une cassette vidéo pour van…. Un film érotique et ou porno Orbite 3954, il sort de la station avec Nikita la trouille au ventre. Entre eux naît une fraternité, peut-être la même que les soldats juste avant un combat « Ivan pusse davantage,... 1991, Ça y est, Yvan avec deux astronautes décolles de Baïkonour direction l’orbite qui leur permet de tourner autour de la terre. Il a passé tous les tests et voilà, il est parti pour quatre cents jours. Il pourrait être le premier homme à avoir été en apesanteur si longtemps. Yvan, Viktor et Nikolaï vivent en vase clos. Les notions haut, bas n’existent plus, ils doivent regarder d’où vient la lumière pour savoir où est le haut. La cohabitation n’est pas aisée, des conflits larvés naissent. Seule la technique a droit de cité à bord, Ivan ne se sent pas à sa place. Il va même jusqu’à jouer à un jeu idiot rebondir contre les parois de la station, il pourrait aller jusqu’à ouvrir une voie d'air, quelque chose en lui l'empêche de s’arrêter. Seul Viktor saura. Le trio change, Viktor et Nicolaï laissent la place à Nikita et Golbaev. Dans un des sacs, le service d’hygiène mentale a déposé une cassette vidéo pour van…. Un film érotique et ou porno Orbite 3954, il sort de la station avec Nikita la trouille au ventre. Entre eux naît une fraternité, peut-être la même que les soldats juste avant un combat « Ivan pusse davantage, aperçoit autour de lui une nuée de petits objets happés par le vide qui affluent vers l’ouverture : rondelles, sangles,crayons… La clarté de l’étoile l’éblouit. Il vérifie la solidité des câbles, se plaque contre les barreaux de l’échelle. « Alors qu’il est en chute libre depuis des mois, il est pris de vertige. Sous les chaussons, la Terre défile à une vitesse ahurissante. Il ne la percevait pas ainsi à travers le hublot… Il n’y a plus de fond contre lequel s’écraser. »Autour de lui, le silence, l’absence de bruit et, plus tard, la tentation de l’ultime. A l’intérieur de Mir, l’entente entre les trois hommes s’affirme. Est-ce Ivan qui « s’humanisent » ? Est-ce le passage à vide qu’il a connu ? Enfin bref, il se sent bien dans le trio. Troisième changement d’équipage. Sacha et Bogdan prennent la place de Nikita et Golbaev. Sacha est une femme. Pas facile la promiscuité avec une femme dans un si petit endroit. Mais tant de choses ont changé depuis sa sortie dans le néant de l’espace. Depuis son départ, j’ai vu Ivan évoluer, de machine, de questionnement sur lui-même, sa place dans l’habitacle et dans la vie... il passe à l’humain. Il ose être présent. « Ivan sent les mots de son compagnon pénétrer doucement ses défenses, s’introduire en lui comme une lumière paresseuse. Il devine à sa chaleur qu’elle se répand tranquillement, cherche les coins où cureter les ombres. Nikita n’a rien dit méchamment. » Il ose être lui-même. Une livre dense, une mine de renseignements sur la vie dans l’espace. J’ai ressenti le confinement, la promiscuité, le manque. Très instructif sur la modification de l’homme dans ce milieu hostile. Une belle découverte restée trop longtemps sur mon étagère.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Aproposdelivres Posté le 18 Février 2020
    Tout commence en février 1991, à la veille du départ d'Ivan pour un long séjour à bord de la station MIR. Avant de quitter sa famille, sa femme Oksana et ses fils Pacha et Guennadi pour Baïkonour, Ivan s'occupe de passer en revue tout l'appartement pour éviter à sa femme des problèmes domestiques en son absence. En effet, il part pour 400 jours en orbite dans la station MIR, pour réaliser le record du plus long séjour en apesanteur. Nous allons embarquer avec Ivan dans Soyouz et l'accompagner pour ce voyage et ce séjour peu ordinaire. Il partagera cette aventure pendant six mois avec Viktor et Nikolaï, puis avec Georgyi et Nikita et enfin avec Sacha et Bogdan. Ivan aura par moment des instants de cafards, de peurs, de doutes... L'auteur décrit avec beaucoup de précision la vie à bord de la station MIR, les réactions physiologiques du corps des cosmonautes, les réactions psychologiques liées à ce huis clos... Et sur Terre, l'Histoire de l'Union Soviétique s'écrit... En marge du livre, nous décomptons au fil des pages les presque sept mille orbites réalisées par Ivan. Cette histoire est passionnante et palpitante et pas un instant je ne me suis ennuyée... Il se... Tout commence en février 1991, à la veille du départ d'Ivan pour un long séjour à bord de la station MIR. Avant de quitter sa famille, sa femme Oksana et ses fils Pacha et Guennadi pour Baïkonour, Ivan s'occupe de passer en revue tout l'appartement pour éviter à sa femme des problèmes domestiques en son absence. En effet, il part pour 400 jours en orbite dans la station MIR, pour réaliser le record du plus long séjour en apesanteur. Nous allons embarquer avec Ivan dans Soyouz et l'accompagner pour ce voyage et ce séjour peu ordinaire. Il partagera cette aventure pendant six mois avec Viktor et Nikolaï, puis avec Georgyi et Nikita et enfin avec Sacha et Bogdan. Ivan aura par moment des instants de cafards, de peurs, de doutes... L'auteur décrit avec beaucoup de précision la vie à bord de la station MIR, les réactions physiologiques du corps des cosmonautes, les réactions psychologiques liées à ce huis clos... Et sur Terre, l'Histoire de l'Union Soviétique s'écrit... En marge du livre, nous décomptons au fil des pages les presque sept mille orbites réalisées par Ivan. Cette histoire est passionnante et palpitante et pas un instant je ne me suis ennuyée... Il se passe toujours quelque chose à près de 400 kilomètres d'altitude autour de la Terre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • jimenBX Posté le 15 Août 2019
    Tombé dessus dans un moment où je n'avais rien d'autre a lire où je vivais une certaine solitude. La découverte spatiale russe fut agreable a suivre mais le rythme de pensé de notre protagoniste n'est tres agreable a suivre, certes vivre dans l'espace et une petite equipe qui pourrait vous détester n'est pas facile mais justement le lecteur ne veut pas pateauger dans l'ennui et les méandres pessimiste d'Ivan. Cependant on peut souligner la prouesse d'avoir des choses a raconter avec tant de mois passé dans l'espace !
  • Christie71 Posté le 3 Mars 2018
    Une lecture qui nous apprend beaucoup sur le travail des cosmonautes. On est loin d'imaginer leurs conditions d'entraînement, leur survie là-haut.... J'ai quand même fait quelques cauchemars dus, je pense, à l'apesanteur!!!!
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.