Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266260190
Code sériel : 16402
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Je ne t'oublierai pas

FLORENCE BERTRAND (Traducteur)
Date de parution : 11/02/2016
Art et Gen s'aiment et forment un couple heureux. En apparence du moins, car depuis la mort de leur fille Beth – emportée à la naissance huit ans plus tôt –, le chagrin et la douleur rongent Gen et l'empêchent d'avoir un autre enfant.
Quand un matin une inconnue sonne à...
Art et Gen s'aiment et forment un couple heureux. En apparence du moins, car depuis la mort de leur fille Beth – emportée à la naissance huit ans plus tôt –, le chagrin et la douleur rongent Gen et l'empêchent d'avoir un autre enfant.
Quand un matin une inconnue sonne à leur porte, annonçant sans préambule à Gen que leur fille est bien vivante, la jeune femme décide de la croire. Seule contre tous...
Gen va dès lors tout tenter pour découvrir la vérité, sans se douter de ce que recèlent les monstrueuses zones d'ombre de ce passé...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266260190
Code sériel : 16402
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • likat Posté le 14 Mai 2020
    On rentre facilement dans l'histoire et on se laisse prendre par la quête de cette maman jusqu'au bout. Avec une fin qui nous laisse songeurs... et qui nous suit même une fois le livre terminé.
  • Domipopo Posté le 26 Août 2019
    Un roman sur la quête d'une mère après son enfant déclaré mort à la naissance. Ce roman m'a vivement été conseillé et dans les 150 premières pages je me suis un peu ennuyée je dois le reconnaitre mais cela vaut la peine de persévérer la suite étant surprenante et la fin inattendue.
  • dorotheehauquier Posté le 16 Juillet 2018
    L'histoire et la narration m'ont beaucoup plues. On se met au côté de Gen pour découvrir la vérité sur son bébé qu'on lui a dit mort né. Le suspense est bien présent dans tout le déroulé du livre, une fin innatendue effectivement
  • Khalya Posté le 10 Mai 2018
    Pour mon second livre de cet auteur, je n’ai pas été du tout déçue. Gen est une femme brisée. Ancien écrivain, elle n’a plus rien écrit depuis la mort in utero de sa petite fille, 8 ans auparavant. Son mari, Art, veut absolument une famille et, peut-être sans vraiment s’en rendre compte, il met une pression énorme sur Gen pour qu’elle retombe enceinte. Comme cela ne s’est pas reproduit naturellement, le couple a recours aux FIV, sans plus de succès. Gen, d’ailleurs, n’est pas très sûre de vouloir subir encore un cycle et de tenter de « remplacer » sa fille mort-née qu’elle a prénommée Beth. Mais cela, elle n’ose pas le dire à son mari, si désireux de fonder une famille. Enfoncée dans une déprime qui semble agacer son entourage, Gen reçoit la visite d’une femme qui prétend être la sœur de l’infirmière présente à l’accouchement de Gen, et qui, récemment décédée, lui aurait confiée que la petite Beth, bien loin d’être mort-née, aurait été enlevée avec la complicité de l’anesthésiste, de l’obstétricien et même de son propre mari Art. Bouleversée, incrédule, mais saisie par un fol espoir, Gen ne va rencontrer autour d’elle, lorsqu’elle en parle, que colère envers la... Pour mon second livre de cet auteur, je n’ai pas été du tout déçue. Gen est une femme brisée. Ancien écrivain, elle n’a plus rien écrit depuis la mort in utero de sa petite fille, 8 ans auparavant. Son mari, Art, veut absolument une famille et, peut-être sans vraiment s’en rendre compte, il met une pression énorme sur Gen pour qu’elle retombe enceinte. Comme cela ne s’est pas reproduit naturellement, le couple a recours aux FIV, sans plus de succès. Gen, d’ailleurs, n’est pas très sûre de vouloir subir encore un cycle et de tenter de « remplacer » sa fille mort-née qu’elle a prénommée Beth. Mais cela, elle n’ose pas le dire à son mari, si désireux de fonder une famille. Enfoncée dans une déprime qui semble agacer son entourage, Gen reçoit la visite d’une femme qui prétend être la sœur de l’infirmière présente à l’accouchement de Gen, et qui, récemment décédée, lui aurait confiée que la petite Beth, bien loin d’être mort-née, aurait été enlevée avec la complicité de l’anesthésiste, de l’obstétricien et même de son propre mari Art. Bouleversée, incrédule, mais saisie par un fol espoir, Gen ne va rencontrer autour d’elle, lorsqu’elle en parle, que colère envers la femme, et condescendance et pitié envers elle. Pourtant, ces réactions ne vont pas rassurer Gen qui se lance dans la recherche de la vérité, épaulée par un ancien ami et associé de son mari. Au fil de ses recherches, elle découvre des coïncidences troublantes, et surtout découvre un aspect de son mari qu’elle ne connaissait pas, celui d’un manipulateur qui n’hésite pas à détruire la réputation des autres pour protéger la sienne. Si la quête de Gen pourrait n’être qu’un vain espoir d’une réalité que beaucoup jugent impossible, que l’enfant ait survécut, puis ait été subtilisé pour être offert peut être au plus offrant, cette recherche, cet espoir, a du moins le mérite de sortir Gen de la dépression dans laquelle elle s’engluait et qui se rapprochait de plus en plus dangereusement de la catatonie. Comme souvent dans les thrillers on a, d’une certaine manière deux fins. Le final, a révélation du coupable, si coupable il y a. Et l’épilogue. Et bien je peux vous dire que j’ai été bluffé par les deux ! Si pour la révélation, je me dis qu’on aurait pu découvrir ou du moins deviner une partie de la vérité (mais ce n’était pas gagné, j’ai pensé à beaucoup de monde, à beaucoup de conclusion mais pas à cette explication là !), l’épilogue lui m’a laissé vraiment sur le cul ! Le seul reproche que j’aurais à faire à cette histoire, et encore ce n’est qu’un demi-reproche, c’est que l’histoire se déroule dans un temps très court et cela nuit au réalisme dans la mesure où on se demande comment une personne lambda qui ne bénéficie pas des moyens de la police peut ainsi trouver pistes et solutions en un claquement de doigt, mais d’un autre côté je comprends parfaitement le désir de rythme effréné, de course contre la montre, qui n’aurait pas eu lieu si l’enquête avait duré des mois. Je ne peux que vous conseiller de vous plonger au plus vite dans ce roman !
    Lire la suite
    En lire moins
  • titieetsesnains Posté le 20 Octobre 2017
    l'instinct d'une mère est bien plus fort que tout!
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.