Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266238427
Code sériel : 15545
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Je tue les enfants français dans les jardins

Date de parution : 11/09/2014
Lisa, jeune professeur d'italien, se rend chaque jour au collège comme on va à la guerre, avec, en guise d'armée ennemie, les élèves. Au fond de la classe, les garçons se disputent le rôle de commandant en chef en rivalisant d'insultes et de menaces. Du côté des filles, ce n'est... Lisa, jeune professeur d'italien, se rend chaque jour au collège comme on va à la guerre, avec, en guise d'armée ennemie, les élèves. Au fond de la classe, les garçons se disputent le rôle de commandant en chef en rivalisant d'insultes et de menaces. Du côté des filles, ce n'est guère plus apaisé : comment faire comprendre à une gamine de douze ans qu'elle ne doit pas se prostituer, même pour se payer des vêtements de marque?
Seule solution pour survivre sur ce champ de bataille où règne la loi du plus fort, se forger une carapace, en attendant son heure... l'heure de la contre-attaque.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266238427
Code sériel : 15545
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mel_bouquine18 Posté le 21 Septembre 2020
    Un coup de cœur et une claque ! Ce petit roman noir est un cri. Un cri de colère. Un cri de désespoir. Un cri de haine. Un cri d’alarme. Un cri de détresse. L’auteur nous propulse dans la vie de Lisa, jeune professeur d’italien dans un quartier de Marseille. Par une écriture directe, franche, fournie et percutante, nous subissons avec Lisa les railleries, les insultes, le harcèlement quotidiens #9997;️ Vous ressentirez la boule dans le ventre de cette jeune femme emplie de rêves d’enseignante déchus. C’est une réalité. Certes, il s’agit là de cas extrêmes. Mais ça existe. Et Marie Neuser la clame avec une telle puissance que ça en est effrayant, mais surtout révoltant ! C’est une vraie claque ! Et j’applaudis. Vraiment. Parce que ces 150 pages brutes sortent du politiquement correcte, font montre d’une réalité sociale que l’on préfère nier. Il est tellement plus facile de prétexter un milieu défavorisé pour enfuir cette réalité, plutôt que de la regarder en face et remettre les choses en question... Si vous ne l’avez pas encore lu, foncez !
  • ROUMANOFFBE Posté le 1 Mai 2020
    Pour un premier mai, j'ai voulu rendre hommage à tous les enseignants qui n'ont pas la vie facile tous les jours, et je pense surtout à ceux qui souffrent vraiment au quotidien. Ce livre est court puisqu'il ne comporte que 151 pages mais la puissance des mots est tellement intense que le lecteur en sort rempli d'émotions (en tous les cas, ce fut mon cas). Je dois avouer que je partage beaucoup de réactions, de raisonnements et de sentiments témoignés dans ce roman. Je ne sais pas comment les profs se sortent de ce genre de situations mais face à ce genre de délinquants, je ne suis pas convaincue qu'il y ait 36 solutions.
  • loeildeluciole Posté le 1 Mai 2020
    C’est avec un titre provocateur que Marie Neuser entre dans le monde du roman noir ! Un titre qui repousse ou attire selon nos sensibilités. Mais un sujet social fort et hautement d’actualité ! L’auteure est enseignante et tire une partie de son récit de son expérience professionnelle et ses débordements. Professeure d’italien dans un lycée de Zone Sensible, Lisa nous raconte son combat quotidien contre une armée en guerre contre les interdictions et les limites. Une armée d’adolescents rebelles. « On me traite de pute et de salope tous les jours et j’ai l’arcade sourcilière éclatée. » Un étalage de la sauvagerie de ces jeunes à qui personne, pas même les parents, n’arrive à donner de limites. Des adolescents avec un sentiment de surpuissance et d’invincibilité. Mais surtout un cri d’alarme sur la dangerosité de certains de nos futurs adultes. Un cri d’alarme sur le harcèlement, les menaces, les insultes subies par nos enseignants et les autres élèves. Ayant passé quatre années en ZEP au collège (ça s’appelait pas Zones sensibles à l’époque), j’ai compris et ressenti la douleur et la détresse de cette enseignante devant les attaques quotidiennes terrifiantes. Cette peur au ventre tous les matins, ce soulagement au dernier jour avant... C’est avec un titre provocateur que Marie Neuser entre dans le monde du roman noir ! Un titre qui repousse ou attire selon nos sensibilités. Mais un sujet social fort et hautement d’actualité ! L’auteure est enseignante et tire une partie de son récit de son expérience professionnelle et ses débordements. Professeure d’italien dans un lycée de Zone Sensible, Lisa nous raconte son combat quotidien contre une armée en guerre contre les interdictions et les limites. Une armée d’adolescents rebelles. « On me traite de pute et de salope tous les jours et j’ai l’arcade sourcilière éclatée. » Un étalage de la sauvagerie de ces jeunes à qui personne, pas même les parents, n’arrive à donner de limites. Des adolescents avec un sentiment de surpuissance et d’invincibilité. Mais surtout un cri d’alarme sur la dangerosité de certains de nos futurs adultes. Un cri d’alarme sur le harcèlement, les menaces, les insultes subies par nos enseignants et les autres élèves. Ayant passé quatre années en ZEP au collège (ça s’appelait pas Zones sensibles à l’époque), j’ai compris et ressenti la douleur et la détresse de cette enseignante devant les attaques quotidiennes terrifiantes. Cette peur au ventre tous les matins, ce soulagement au dernier jour avant les vacances. Un livre coup de poing pour moi ! Bref, un titre dérangeant pour un sujet fort qui l’est tout autant et peu abordé. À lire !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Wookiko Posté le 31 Mars 2020
    L’humour noire ! Attention d’ailleurs ce livre n’est peut-être pas à mettre entre toutes les mains, l’auteure se veut parfois cru dans ces écrits, surtout lorsqu’elle nous parle des insultes et des violences à caractères sexuelles que reçoit notre petite professeure d’italien. J’ai trouvé le sujet du roman intéressant, nos enseignants et professeurs font face à de plus en plus de violences dans leurs salles de classe, bien qu’inadmissible, lorsque l ‘on écoute sa au info de Jean-Pierre Pernault le midi, on sens notre corps enseignant finalement très seul face à ses menaces de plus en plus violente. Que ferions nous à leur place ? J’ai été un peu déçu de la fin du roman, même si le titre est très explicite je n’aurai pas pensé que la petite professeur d’italien aurai été jusque la…
  • BlackIsTheNewLiterature Posté le 9 Mars 2020
    J'avais hésité à traiter ce roman comme un thriller mais au bout du compte, je crois que c'est bien de cela dont il s'agit… Et je l'ai dévoré avec un tel appétit qu'il me semblait judicieux de prendre le temps d'écrire quelques mots dessus, et ce même s'il me semble bien difficile de rendre justice à ceux de Marie Neuser... À sa plume aérienne et violente, stratosphérique et enveloppante. Je tue les enfants français dans les jardins narre le quotidien difficile, pour ne pas dire insoutenable, d'une jeune professeure d'italien qui se fait malmener par ses élèves dans une école de la République aux valeurs oubliées, telle qu'elle est réellement. Je crois que c'est ce que j'ai préféré dans ce roman, outre son écriture bluffante menée à la première personne, malgré quelques maladresses au début qui s'estompent bien vite : son réalisme. L'auteure, elle-même professeure dans la vie, n'hésite pas à présenter les choses telles qu'elles sont, loin de l'aseptisation pratiquée par les médias. Cette histoire (fictive, mais si proche du réel) m'a particulièrement touchée personnellement. Combien de jeunes issus de la génération "millenials" ont voulu devenir professeurs avant de voir ce qui aurait pu être leur vocation se fracasser contre... J'avais hésité à traiter ce roman comme un thriller mais au bout du compte, je crois que c'est bien de cela dont il s'agit… Et je l'ai dévoré avec un tel appétit qu'il me semblait judicieux de prendre le temps d'écrire quelques mots dessus, et ce même s'il me semble bien difficile de rendre justice à ceux de Marie Neuser... À sa plume aérienne et violente, stratosphérique et enveloppante. Je tue les enfants français dans les jardins narre le quotidien difficile, pour ne pas dire insoutenable, d'une jeune professeure d'italien qui se fait malmener par ses élèves dans une école de la République aux valeurs oubliées, telle qu'elle est réellement. Je crois que c'est ce que j'ai préféré dans ce roman, outre son écriture bluffante menée à la première personne, malgré quelques maladresses au début qui s'estompent bien vite : son réalisme. L'auteure, elle-même professeure dans la vie, n'hésite pas à présenter les choses telles qu'elles sont, loin de l'aseptisation pratiquée par les médias. Cette histoire (fictive, mais si proche du réel) m'a particulièrement touchée personnellement. Combien de jeunes issus de la génération "millenials" ont voulu devenir professeurs avant de voir ce qui aurait pu être leur vocation se fracasser contre leurs idéaux et une difficile réalité de terrain ? D'ailleurs, le personnage ne l'a pas supporté non plus, s'embarquant sur les terres de la folie. Et c'est là qu'intervient la partie thriller… Brillamment conduite, là encore, un crescendo vers la démence qui se confronte à la morale. Glaçant de réalisme. Etant pourtant préparée à cette vérité, et bien comme il faut en tant qu'ex-aspirante prof, j'ai quand même pris une claque.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.