Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266168526
Code sériel : 11109
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Je vais bien, ne t'en fais pas

Date de parution : 24/08/2006

Une autre lettre de Loïc. Elles sont rares. Il va bien. Il n'a pas pardonné. Il ne rentrera pas. Il l'aime. Rien d'autre. Rien sur son départ précipité. Deux ans déjà qu'il est parti. Peu après que Claire a obtenu son bac. À son retour de vacances, il n'était plus là....

Une autre lettre de Loïc. Elles sont rares. Il va bien. Il n'a pas pardonné. Il ne rentrera pas. Il l'aime. Rien d'autre. Rien sur son départ précipité. Deux ans déjà qu'il est parti. Peu après que Claire a obtenu son bac. À son retour de vacances, il n'était plus là. Son frère avait disparu, sans raison. Claire croit du bout des lèvres à une dispute entre Loïc et son père. Demain, elle se rendra à Portbail. C'est de là-bas que la lettre a été postée. Claire dispose d'une semaine pour retrouver Loïc. Lui parler. Comprendre.

« Olivier Adam nous emmène dans un univers fragile, délicat, où les mots les plus quotidiens parviennent à traduire des sentiments violents et rares. » Hélène Villovitch – ELLE

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266168526
Code sériel : 11109
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Billie72 Posté le 17 Décembre 2019
    Premier roman d'Olivier Adam. Fan inconditionnelle, je les ai presque tous lu, et les aime tous. Celui-ci a donné lieu à un film que j'ai également adoré, avec la délicieuse Mélanie Laurent dans le rôle de Claire (Lili dans le film), Kad Merad dans celui du père, et une super bande-son. En écrivant cette critique j'entends la chanson "U-turn(Lili)" de AaRON dans ma tête... Revenons au roman. Point communs à tous les romans d'Olivier Adam : cette sensibilité qui affleure, les dits et les non-dits, la poésie même dans les descriptions un peu crues. Je ne raconterai pas l'histoire. Ceux qui ont vu et aimé le film doivent lire le roman. Et les autres aussi. C'est triste et beau et bien écrit (à mon humble avis...)
  • Elodiecombeau Posté le 4 Décembre 2019
    Ce livre est magnifiquement écrit! Il est poignant, on suit Claire tout au long de sa tristesse, de sa quête. Ce livre qui mêle Amour, Manque, Détresse, Disparition, et Combat parce qu’il faut tenir, coûte que coûte. Il nous amène par le billet de Claire dans un univers fragile, délicat, où les mots les plus courant et quotidiens parviennent à traduire des sentiments violents et rares.
  • clara54410 Posté le 13 Novembre 2019
    Tout au long du livre on nous raconte déjà la fin. Malgré tout je n'ai absolument pas compris la fin. Les parents sont au courant ? Qu'est ce qu'il c'est passer ? Personne n'est au courant ? Puis cette tombe, il ne va pas en parler ? Ses amis n'était pas au courant ? Je ne comprends rien à ce dernier chapitre.
  • peneloppe277 Posté le 17 Octobre 2019
    " Je vais bien, ne t'en fais pas " raconte la douleur de Claire jeune femme de 20 ans. En rentrant de vacances - apprend que son frère Loïc (18 ans) est parti et ne reviendra jamais. Elle n'arrive pas à comprendre, vu qu'ils étaient inséparables et aucun des deux ne semblait pouvoir vivre sans l'autre. C'est finalement par des lettres qu'elle apprend, qu'il l'aime toujours mais qu'ils ne se reverront plus jamais. Claire ne peut pas le supporter et part à la recherche de la vérité.
  • Manika Posté le 24 Septembre 2019
    Plus qu'un livre une ambiance poisseuse. Lili erre dans sa vie entre sa caisse de supermarché et la recherche de son frère, Loïc, qui a disparu suite à une dispute avec son père. elle reçoit quelques cartes régulièrement ce qui lui laisse une piste qu'elle va suivre dans l'espoir de retrouver son frère. Etrange roman, où on tourne en rond avec Lili qui se remémore sans cesse des souvenirs avec son frère, qui ne comprend pas que cette absence dure si longtemps. Les cartes reçues sont tellement impersonnelles qu'elle ne les sait interprétées. Et comme elle, nous ne saisissons pas vraiment ce qui se trame. Même à la fin où nous connaissons enfin le fin mot de l'histoire il n'y a pas d'explication et nous restons sur notre fin. Le style aussi est assez étrange et on ne retrouve la patte de Olivier Adam que dans la présence des paysages et de la mer. J'avais pourtant bien aimé le film mais j'ai été déçue par le texte original.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Pocket

    "La tête sous l'eau" d'Olivier Adam : plongée dans les abysses d'un drame

    Fort d'un succès sans cesse renouvelé, l'auteur de Je vais bien, ne t'en fais pas (Le Dilettante, 2000, adapté au cinéma en 2006 par Philippe Lioret) livrait en 2018 un roman puissant, tous publics : La tête sous l'eau, chronique troublante et sensible d'une famille emportée par les crises, brisée comme une vague par les écueils de l'existence.

    Lire l'article