En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Je veux être futile à la France

        Pocket
        EAN : 9782266249416
        Code sériel : 15950
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Je veux être futile à la France

        Date de parution : 16/10/2014
        « Auditeur assidu, attentif écouteur, ponctuel allocutaire, je t’imagine. Dans ta voiture ou ta salle de bains, dans ton lit ou ta cuisine, je te suppose. Tu prêtes l’oreille et tu t’interroges : "De quoi va-t-il nous parler cette semaine ?"
        Oui, car c’est la question que se pose chaque vendredi matin la France...
        « Auditeur assidu, attentif écouteur, ponctuel allocutaire, je t’imagine. Dans ta voiture ou ta salle de bains, dans ton lit ou ta cuisine, je te suppose. Tu prêtes l’oreille et tu t’interroges : "De quoi va-t-il nous parler cette semaine ?"
        Oui, car c’est la question que se pose chaque vendredi matin la France branchée sur France Inter. "Comment va-t-il nous faire réfléchir en nous amusant ? Comment va-t-il nous émouvoir en nous bousculant ?"
        Voici résumées les interrogations de la France la plus sagace, la plus éveillée, la plus dégourdie. »
        Caustique, cinglant, émouvant, François Morel nous offre ici une compilation de chroniques, véritable antidote à la morosité ambiante.
         
        Préface de Jean Rochefort
         
        « Les causeries de François Morel font notre bonheur. Rassemblées en volume, elles sont plus délectables encore. » Jérôme Garcin – L'Obs
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266249416
        Code sériel : 15950
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • mpierre76 Posté le 3 Octobre 2017
          On retrouve avec plaisir la plume et la richesse de vocabulaire de François MOREL. N'ayant pas eu toujours l'occasion de les écouter c'est avec plaisir que l'on se replonge dans ces chroniques enregistrées entre 2011 et 2013.
        • Fleitour Posté le 6 Septembre 2017
          Je veux être Futile à la France, ce livre que nous propose François Morel rassemble ses chroniques de France Inter entre 2011 et 2013. Être futile à la France voilà un titre qui m'a secoué les neurones. Que cache François Morel les matins de France Inter ; de l'émotion et son humour. Émouvoir le public, l'égayer, le faire sourire, l'agacer, il lui faut trouver la faille dans cette actualité si désarmante, une actualité capable parfois de désespérer un moine bouddhiste, car il faudrait pour avoir de l'audience, terrifier, alarmer, faire peur, faire trop peur. Certaines chroniques sont des bijoux, p 249, "Ah les cons", il écrit je cite: " j'ai tort de me ronger les sens, de me mettre la rate au court bouillon". Et il avoue, oui j'ai de la tendresse pour le con, pour le mot, pour ce qu'il désigne. Les cons du jour figurent sur le mur dès cons dressé par le syndicat de la magistrature. D'autres chroniques m'ont semblé plus convenues ( en un seul mot), où il faut être patient pour trouver les quelques perles qui brillent malgré le passage du temps. Ainsi évoquant François Hollande et la recherche d'un bon slogan, il murmure : "quand je pense à Hollande...." la... Je veux être Futile à la France, ce livre que nous propose François Morel rassemble ses chroniques de France Inter entre 2011 et 2013. Être futile à la France voilà un titre qui m'a secoué les neurones. Que cache François Morel les matins de France Inter ; de l'émotion et son humour. Émouvoir le public, l'égayer, le faire sourire, l'agacer, il lui faut trouver la faille dans cette actualité si désarmante, une actualité capable parfois de désespérer un moine bouddhiste, car il faudrait pour avoir de l'audience, terrifier, alarmer, faire peur, faire trop peur. Certaines chroniques sont des bijoux, p 249, "Ah les cons", il écrit je cite: " j'ai tort de me ronger les sens, de me mettre la rate au court bouillon". Et il avoue, oui j'ai de la tendresse pour le con, pour le mot, pour ce qu'il désigne. Les cons du jour figurent sur le mur dès cons dressé par le syndicat de la magistrature. D'autres chroniques m'ont semblé plus convenues ( en un seul mot), où il faut être patient pour trouver les quelques perles qui brillent malgré le passage du temps. Ainsi évoquant François Hollande et la recherche d'un bon slogan, il murmure : "quand je pense à Hollande...." la remarque est futile, mais bien meilleure qu'un "avec Mélenchon présidons". J'ai bien aimé, les alexandrins, ceux concernant Molière, où par une pirouette il présente, le film de Mordillat, le Grand Retournement (un des Papous dans la tête, petite parenthèse), Un film de Mordillat et je vous en supplie Courez le voir son nom le Grand Retournement Un chroniqueur d'ici, parait-il joue dedans... p 215 Ou les alexandrins évoquant le célibat de Mireille Mathieu, Il y va, je le dis, de la santé mentale d'un pays éprouvé, qui s'ouvre et qui va mal pour son bon équilibre, pour sa santé, j'insiste, Mireille, je t'en prie, demeure sarkozyste Oh non, ne chante pas, veux-tu qu'en plein Paris, un violent tsunami emporte Eva Joly... p 110, Sans oublier le Hugo de Mélenchon : Il fut on s'en souvient grand Mitterrandolâtre Fabiusien Rocardien Jospinien acariâtre Il fut même je crois du genre Emmanuelliste mais je ne dis pas tout car trop longue est la liste. Marie-Georges Buffet a les yeux de Chimène... il fut en d'autres temps vous ne le nierez pas Un révolutionnaire en chaussons au Sénat... p 105 Le ton grave de François Morel, très percutant monte, pour donner toute sa force à la chronique sur l'homme qui a ouvert le feu devant le collège juif de Toulouse le 19 mars 2012. le ton grave devient poignant : car un enfant qui pleure qu'il soit de n'importe où est un enfant qui pleure car un enfant qui meurt au bout de vos fusils est un enfant qui meurt que c'est abominable d'avoir à choisir entre deux innocences que c'est abominable d'avoir pour ennemis les rires de l'enfance. Apprenez par coeur la chanson de Barbara p 99 Plus léger, au final, " la tarte au citron déstructurée", Chronique Inédite imagine un lecteur en 2212. Le seul vestige du passage de notre ancien président, est l'impasse Nicolas Sarkosy, mais surprise on découvre l'ampleur prise par la manie de tout déstructurer,ou cette façon de réinventer les meilleurs choses en déstructurant. Cette chronique a du mal à passer, mon plat préféré déstructuré, la seule bonne chose que j'espérais pouvoir immortaliser. La véritable recette de la tarte aux citrons bio, arrivages réguliers de citrons du Portugal. La recette est à votre disposition, la vraie, la seule, écrivez moi !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Sallyrose Posté le 21 Mars 2017
          Chroniques radio des saisons 2011/2012 et 2012/2013. Avec son style qui lui est propre, François Morel délivre, à raison de 3 minutes par semaine, son point de vue sur l’actualité. Poétique, tendre mais aussi parfois ne mâchant pas ses mots et sachant s’engager, il aborde chaque sujet avec cet humour qui lui est si particulier. Le lecteur rit, s’indigne, a un petit sourire en coin. Le plaisir est toujours immense. Tout comme pour le premier recueil, je recommande une lecture par petites touches pour se garder de la lassitude.
        • kpotrapeliouk Posté le 17 Septembre 2016
          Très drôle et agréable à lire, ce recueil de critiques radiophoniques de François Morel est une gourmandise à déguster par-ci par-là pour sourire de temps en temps !
        • Bazart Posté le 5 Mai 2015
          Je veux être futile à la France, recouvre l'intégralité de ses chroniques radio auxquelles s’ajoutent des textes inédits (la moitié du livre), et on est forcément frappé par sa justesse de trait, son amour de la langue française, et sa capacité avec presque rien à émouvoir,et réussir à faire sourire et surprendre dans la même phrase. Quelques clins d'oeil à l'actualité, bien sûr, mais on décèle aussi ici et là une volonté de nous emmener ailleurs, de sortir du quotidien dans ces chroniques toutes plus réussies les unes que les autres: drôles, tendres, caustiques ou cinglantes, il y en a pour tous les goûts mais toujours avec cette humanité extrême dont Français Morel sait faire preuve. Dans la préface de ce volume, François Morel est tendrement décrit par Jean Rochefort comme un "Christ gauchiste camouflé en dadais", le comparant aussi à un Molière d'aujourd'hui. Et on comprend largement ce que l'immense comédien veut dire : que Morel disserte sur l’adoption par les couples homosexuels, de la disparition du terme Mademoiselle qu’il imagine le quotidien de Jacques Chirac aujourd’hui ou qu’il disserte sur la tarte au citron déstructurée, lire du François Morel, c'est comme l'écouter- sans l'intonation évidemment-, un vrai bonheur!!

        Ils en parlent

        « Les causeries de François Morel font notre bonheur. Rassemblées en volume, elles sont plus délectables encore. » Jérôme Garcin – Le Nouvel Observateur
        « Ce nouveau recueil très stylé se savoure avec bonheur. » Paris Match
        « Sans concessions, les chroniques plus politiques sont des piques lancées contre l’hypocrisie sociale, faisant de François Morel une sorte de moraliste libertaire, héritier spirituel de Molière, Alexandre Vialatte et Raymond Devos. » Jean-Rémi Barland – La Provence
        « Cinglants, caustiques, tendres, souvent passionnés, toujours riches d’humanité... » L’Humanité Dimanche
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com