En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Jeux de miroirs

        Pocket
        EAN : 9782266272773
        Code sériel : 16851
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        Jeux de miroirs

        Isabelle MAILLET (Traducteur)
        Date de parution : 01/02/2018
        Cette fois, il tient peut-être un best-seller. Pour Peter Katz, agent littéraire, le manuscrit qu’il reçoit a tout pour faire un succès : l’assassinat à Princeton du professeur Wieder, star de la psychologie cognitive, est un mystère vieux de trente ans… Le voilà raconté noir sur blanc, de l’intérieur :... Cette fois, il tient peut-être un best-seller. Pour Peter Katz, agent littéraire, le manuscrit qu’il reçoit a tout pour faire un succès : l’assassinat à Princeton du professeur Wieder, star de la psychologie cognitive, est un mystère vieux de trente ans… Le voilà raconté noir sur blanc, de l’intérieur : jeux de pouvoir, triangle amoureux, tout est là. Mais le texte s’arrête à la nuit du meurtre et son auteur vient de mourir... Qu'à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d'investigation pour écrire la suite du livre. De souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d'un maelström de fausses pistes.
        Et si la vérité n'était qu'une histoire parmi d'autres ?

        « Un thriller bien huilé, dans les belles règles de l'art. » LiRE

        « Brillant ! » Madame Figaro
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266272773
        Code sériel : 16851
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • EveQ Posté le 3 Novembre 2018
          L'agent littéraire Peter Katz a reçu un mail de Richard Flynn avec, en pièce jointe, un extrait d’un manuscrit relatant ses souvenirs lorsqu’il était étudiant à l’université de Princeton en 1987. Il y a fait connaissance du professeur Joseph Wieder par l’intermédiaire de sa colocataire Laura Baines. Cela suscite l’intérêt de Peter Katz qui décide de commencer immédiatement la lecture du manuscrit. Richard Flynn n’aura jamais l’occasion de lui remettre la fin du manuscrit. Nous découvrons le manuscrit avec Peter Katz dès le deuxième chapitre. Avec un style fluide, l’auteur détaille la psychologie de chacun des personnages et nous plonge dans les méandres de la mémoire. Le roman est découpé en 3 parties correspondant à 3 voix différentes du récit : Peter Katz, l’agent littéraire, John Keller, un de ses amis journaliste free lance et Roy Freeman, inspecteur de police à la retraite. Chacun découvre des documents et recueille différents témoignages. Cela se traduit par la confrontation de différentes versions des événements remontant à près de 30 ans.
        • Lire-une-passion Posté le 28 Septembre 2018
          Avant tout, ce qui m'a attirée pour ce livre c'est sa couverture et son titre. Comme son nom l'indique, la couverture a un effet miroir très mystérieux et donne envie d'en savoir plus. Je ne pensais pas être aussi prise fans l'histoire et pourtant, j'ai franchement eu du mal à reposer le livre, à tel point que je l'ai fini en un seul jour, voulant tout savoir. Quand Peter Katz reçoit un manuscrit intitulé "jeux de miroirs", il l'intrigue immédiatement. Après avoir lu les premières pages reçues, il décide de joindre l'auteur en question. En effet, ce que raconte ce livre, c'est un fait divers qui s'est passé quelques décennies plus tôt. Malheureusement, entre temps, l'auteur est mort. Néanmoins, Peter Katz est déterminé à avoir la fin de l'histoire. Pour cela, il engage un journaliste d'investigation pour écrire la suite du livre... Avouez qu'étant dans le monde du livre (et moi en plus auteure), tout cela intrigue ! Alors, quand j'ai commencé cette lecture, je vous avoue que je ne savais pas dans quoi je me lançais, si ce n'était que ça risquait d'être une histoire assez particulière, que l'on voit peu (voire pas du tout) en littérature. Et je ne me... Avant tout, ce qui m'a attirée pour ce livre c'est sa couverture et son titre. Comme son nom l'indique, la couverture a un effet miroir très mystérieux et donne envie d'en savoir plus. Je ne pensais pas être aussi prise fans l'histoire et pourtant, j'ai franchement eu du mal à reposer le livre, à tel point que je l'ai fini en un seul jour, voulant tout savoir. Quand Peter Katz reçoit un manuscrit intitulé "jeux de miroirs", il l'intrigue immédiatement. Après avoir lu les premières pages reçues, il décide de joindre l'auteur en question. En effet, ce que raconte ce livre, c'est un fait divers qui s'est passé quelques décennies plus tôt. Malheureusement, entre temps, l'auteur est mort. Néanmoins, Peter Katz est déterminé à avoir la fin de l'histoire. Pour cela, il engage un journaliste d'investigation pour écrire la suite du livre... Avouez qu'étant dans le monde du livre (et moi en plus auteure), tout cela intrigue ! Alors, quand j'ai commencé cette lecture, je vous avoue que je ne savais pas dans quoi je me lançais, si ce n'était que ça risquait d'être une histoire assez particulière, que l'on voit peu (voire pas du tout) en littérature. Et je ne me suis pas trompée ! Comme je vous le disais plus haut, je ne m'attendais pas à aimer autant, à être prise dans ce cercle vicieux, à vouloir en savoir toujours plus. À travers trois voix, nous voyons l'histoire découler de nos yeux. Nous sommes, en quelques sortes, les acteurs de ce récits. Car, comme les personnages, nous menons aussi cette enquête si mystérieuses. Et je peux vous dire que vous n'êtes pas au bout de vos surprises. L'auteur manie très bien les mots et nous fait suspecter tout le monde. Mais quand je dis tout le monde, chacun devient petit à petit le meurtrier de ce vaut divers. On ne sait plus quoi penser, l'auteure nous tord l'esprit petit à petit, pour nous amener sur des chemins plus que tortueux. Je n'irai pas jusqu'à dire que je me suis attachée aux personnages, parce que je pense que l'auteur a fait en sorte que ce ne soit pas le cas. Et c'est là encore une preuve qu'il a très bien réussi son coup ! Parce que, même si on a beau de pas forcément aimer les personnages, ils nous rendent assez curieux pour qu'on veuille en savoir plus sur eux.#8203; #8203;En résumé, voilà un polar qui m'aura pris en ses dents et ses griffes du début à la fin. J'ai franchement eu beaucoup de mal à le lâcher, tant j'ai été prise dans ce cercle vicieux. Les personnages ont aussi leur façon de nous tenir en haleine, accentués par l'auteur qui sait jouer sur les mots. Un roman que je vous conseille vivement de découvrir !
          Lire la suite
          En lire moins
        • ZeroJanvier79 Posté le 2 Septembre 2018
          Je me méfie toujours des livres annoncés comme "le roman événement" ou comme "un véritable phénomène d'édition". Publié initialement en langue anglaise en 2014, la traduction française de ce roman est parue au début de cette année. Habituellement, j'aurais plutôt été tenté de le lire en langue originale, mais la version française m'a été offerte par l'éditeur par l'intermédiaire de la plateforme Netgalley.fr, je me suis donc résolu à le lire en français. Je ne connaissais absolument E.O. Chirovici, l'auteur roumain de ce livre. Il est apparemment un spécialiste des polars dans son pays, et Jeux de Miroirs est son premier roman écrit directement en anglais, sous le titre The Book of Mirrors. Je crois que le titre original me plait plus que sa version française, car il colle mieux à l'intrigue du roman : Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé Jeux de miroirs qui l'intrigue immédiatement. En effet, l'un des personnages n'est autre que le professeur Wieder, ponte de la psychologie cognitive, brutalement assassiné à la fin des années quatre-vingt et dont le meurtre ne fut jamais élucidé. Se pourrait-il que ce roman contienne des révélations sur cette affaire qui avait tenu en haleine les États-Unis ? Persuadé d'avoir... Je me méfie toujours des livres annoncés comme "le roman événement" ou comme "un véritable phénomène d'édition". Publié initialement en langue anglaise en 2014, la traduction française de ce roman est parue au début de cette année. Habituellement, j'aurais plutôt été tenté de le lire en langue originale, mais la version française m'a été offerte par l'éditeur par l'intermédiaire de la plateforme Netgalley.fr, je me suis donc résolu à le lire en français. Je ne connaissais absolument E.O. Chirovici, l'auteur roumain de ce livre. Il est apparemment un spécialiste des polars dans son pays, et Jeux de Miroirs est son premier roman écrit directement en anglais, sous le titre The Book of Mirrors. Je crois que le titre original me plait plus que sa version française, car il colle mieux à l'intrigue du roman : Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé Jeux de miroirs qui l'intrigue immédiatement. En effet, l'un des personnages n'est autre que le professeur Wieder, ponte de la psychologie cognitive, brutalement assassiné à la fin des années quatre-vingt et dont le meurtre ne fut jamais élucidé. Se pourrait-il que ce roman contienne des révélations sur cette affaire qui avait tenu en haleine les États-Unis ? Persuadé d'avoir entre les mains un futur best-seller qui dévoilera enfin la clef de l'intrigue, l'agent tente d'en savoir plus. Mais l'auteur du manuscrit est décédé et le texte inachevé. Qu'à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d'investigation pour écrire la suite du livre. Mais, de souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d'un maelström de fausses pistes. Et si la vérité n'était qu'une histoire parmi d'autres ? L'intrigue tourne autour du meurtre d'un certain professeur Wieder, enseignant et chercheur émérite à l'université de Princeton à la fin des années 80. L'auteur nous propose donc de résoudre l'énigme que constitue ce meurtre. En soi, cela ne parait pas très original, mais c'est la structure narrative du roman qui lui donne tout son intérêt. Il faut d'abord préciser que le roman est découpé en trois parties successives, chacune étant consacrée à un narrateur : le roman commence avec la voix de Peter Katz, l'agent littéraire qui reçoit le fameux manuscrit "Jeux de miroirs" auquel le roman doit son propre titre ; le récit se poursuit ensuite avec un journaliste chargé par l'agent littéraire d'enquêter sur le manuscrit et sur l'affaire criminelle qu'il relate ; enfin, la parole est donnée à un policier désormais retraité mais qui avait mené l'enquête sur la mort du professeur Wieder trois décennies plus tôt. Cette succession de narrateurs s'accompagne évidemment de révélations sur l'affaire et sur les différents suspects. Les trois narrateurs interrogent eux-mêmes des témoins et des personnes impliquées, ou suspectées de l'être, dans l'assassinat. Chaque témoin apporte une part de vérité, ou en tout une part de sa vérité ; car toute la construction du roman repose sur le fait que chaque partie prenante interprète les faits selon sa propre sensibilité et ses propres obsessions. Le roman propose ainsi autant de points de vue, au sens littéraire du terme, sur des événements passés. Finalement, la résolution de l'enquête est anecdotique, elle n'est pas l'élément le plus important dans ce livre. Si au début du roman j'ai été facilement absorbé par le mystère autour du crime, je me suis transformé progressivement en lecteur distant par rapport à l'enquête elle-même, pour observer avec plaisir la construction du récit et la multiplication des pistes et des fausses pistes. Plus qu'un roman d'enquête criminelle, ce livre m'est apparu comme une réflexion aboutie et réussie sur la construction d'une fiction, et sur l'interprétation forcément subjective des faits par des individus qui se distinguent par leur personnalité et leur passé. Alors que j'étais plutôt déçu au début de ma lecture, ayant l'impression d'être tombé sur une banale enquête sans originalité, la suite et surtout la fin m'ont emballé et cela m'amène à garder un très bon souvenir de ce roman. Ce n'est peut-être pas le "roman événement" comme le clame l'éditeur sur la jaquette, mais c'est assurément un bon roman qui a le mérite d'apporter quelque chose de neuf dans cette littérature de genre maltraitée par des best-sellers trop souvent médiocres.
          Lire la suite
          En lire moins
        • sweetie Posté le 7 Juillet 2018
          Roman policier aux allures psychologiques, Jeux de miroirs offre une intrigue intéressante autour de personnages nous livrant tour à tour leur version d'un meurtre perpétré il y a plus d'une vingtaine d'années. C'est le premier roman écrit directement en anglais par cet auteur d'origine roumaine. Peut-être la prose en a-t-elle souffert, car j'ai eu souvent l'étrange impression de déjà lu par certaines phrases formatées et des comparaisons ressassées. Les envolées lyriques ne se retrouvent guère dans le genre policier mais ce roman-ci manque cruellement d'originalité dans son écriture.
        • MaToutePetiteCulture Posté le 11 Mai 2018
          J’ai passé un bon moment de lecture avec Jeux de miroirs, mais je dois bien avouer que ce roman ne restera pas gravé dans ma mémoire… L’histoire et le mode de narration sont sympathiques, mais le tout manque cruellement de rythme et de tension. Pourtant le roman avait bien démarré ! J’étais plongée dans les années 1980, au sein d’un trio de personnages assez mystérieux, j’essayais de trier le vrai du faux, et ça avançait bien. Pour vous dire, le texte me faisait penser à La vérité sur l’affaire Harry Quebert (sans la profondeur de la plume de Dicker) ! L’auteur s’est par la suite amusé à couper son récit d’un seul coup, et à nous narrer l’histoire à travers un autre personnage, puis encore un autre personnage. Trois narrateurs différents qui nous racontent la même histoire, c’est assez osé, mais pour le coup ici, c’est réussi ! La narration est réussie, et en même temps dessert l’histoire. Le problème est qu’à part dans les premières pages, nous ne sommes jamais replongés totalement dans l’histoire du meurtre qui est étudiée dans la suite du roman. L’affaire avance, nous allons de théories en théories, mais nous ne vivons jamais la scène du meurtre... J’ai passé un bon moment de lecture avec Jeux de miroirs, mais je dois bien avouer que ce roman ne restera pas gravé dans ma mémoire… L’histoire et le mode de narration sont sympathiques, mais le tout manque cruellement de rythme et de tension. Pourtant le roman avait bien démarré ! J’étais plongée dans les années 1980, au sein d’un trio de personnages assez mystérieux, j’essayais de trier le vrai du faux, et ça avançait bien. Pour vous dire, le texte me faisait penser à La vérité sur l’affaire Harry Quebert (sans la profondeur de la plume de Dicker) ! L’auteur s’est par la suite amusé à couper son récit d’un seul coup, et à nous narrer l’histoire à travers un autre personnage, puis encore un autre personnage. Trois narrateurs différents qui nous racontent la même histoire, c’est assez osé, mais pour le coup ici, c’est réussi ! La narration est réussie, et en même temps dessert l’histoire. Le problème est qu’à part dans les premières pages, nous ne sommes jamais replongés totalement dans l’histoire du meurtre qui est étudiée dans la suite du roman. L’affaire avance, nous allons de théories en théories, mais nous ne vivons jamais la scène du meurtre comme un véritable spectateur, et le rythme est en dents de scie. Du coup, le tout manque cruellement de tension ! Pour moi un thriller ou un policier doit receler une part de suspense, et ici, à aucun moment à part dans les premières pages, je n’ai été éberluée par l’histoire, l’enquête et sa résolution. Et non seulement je n’ai pas été plus prise que cela par l’enquête, qui se décousait au fil des pages, mais à la fin, j’avais encore énormément de questions en suspens auxquelles l’auteur n’avait pas cru bon de répondre… et il n’y a rien de plus frustrant ! J’avais envie que l’auteur entre plus en profondeur dans les relations entre les personnages et sur les suites du meurtre, ce qui, selon moi, aurait apporté une réelle valeur ajoutée au roman. Même si j’ai apprécié cette histoire, que j’ai lu rapidement, je ne peux m’empêcher d’être un peu déçue par ce roman… Si vous n’êtes pas amateur du genre policier, ce roman est une bonne introduction ! Mais pour les non novices, vous n’y trouverez pas le suspense désiré. Un « bof » pour moi !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Un obsédant suspens. » – Le Figaro littéraire
        « Avec Jeux de miroirs, le roumain Eugen O. Chirovici brouille magistralement les pistes. » – L'Express
        « Un croisement entre Le Maître des illusions de Donna Tartt, et L'Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon. » – L'Express
        « Succès annoncé pour Jeux de miroirs d'E.O. Chirovici, formidable page-turner à l'américaine qu'il est impossible de lâcher avant que les dernières pages ne révèlent les clefs de cette mystérieuse affaire de manuscrit dans lequel l'auteur revient sur un fait divers qui avait défrayé la chronique : l'assassinat d'un éminent professeur des années auparavant. À lire d'une traite (vous n'aurez pas le choix) ! » – Page des libraires
         « Un récit efficace à la mécanique implacable.» – Télé Loisirs
        « Jeux de miroirs d'Eugen Chirovici : un thriller intense et labyrinthique sur les méandres de la mémoire. » – Le Soir
        « Ces Jeux de miroirs sont addictifs. On pénètre dans ce livre comme dans un labyrinthe de la Foire du Midi. On revient en arrière, on change de chemin. On arrive enfin à en sortir, épuisé, heureux, tout en se demandant cependant quel est le plan de cette géométrie, quelle en est la réalité. » –  Le Soir
         « Le roman d'Eugen Chirovici réalise le tour de force de plonger le lecteur dans plusieurs récits, tous aussi captivants. » – La Croix
        « Brillant, forcément! » – Madame figaro
        « Le sérial killer de l'été 2017. » – Pèlerin
        « Une narration magique qui continue de nous hanter bien après un dénouement très satisfaisant ! » – The Daily Mail
        « Un thriller délicat et incroyablement ficelé. » – The Daily Mail
        « Un premier roman impressionnant : aussi intelligent que bien écrit. » – The Times
         « Les mensonges énoncés ouvertement, les mémoires défaillantes et les secrets bien gardés nous trompent au point de ne plus savoir qui croire, tandis que l'action tend vers un dénouement rusé et tout à fait crédible. » – Publishers Weekly
          « Eugen Ovidiu Chirovici brouille magistralement les pistes. Un grand thriller psychologique, un formidable puzzle tout en subtilité. Ne reste plus qu'à démêler le vrai du faux, la réalité de l'illusion... » – Le Quotidien (Luxembourg)
        « Un des livres événement de ce début d'année ! » – La Région (Suisse)
        « Un thriller bien huilé, dans les belles règles de l'art. » – LiRE
         « La construction diabolique de ce polar est exquise. À lire en scrutant chaque détail. » – Télé 7 Jours
        « Chirovici campe bien ses personnages et titille le lecteur avec des révélations judicieusement distillées. Un puzzle littéraire sophistiqué et intelligent.» – Kirkus Reviews
        « Un roman kaléidoscopique qui, selon le prisme observé, égare autant qu'il captive. » – Avantages
        « Avec Jeux de miroirs, E.O Chirovici livre une étonnante enquête policière, un polar non-violent, malin, bien écrit, et prenant. » – lesechos.fr
        « Ça se commence et ça ne se lâche pas. Le livre du semestre ! » – TF1
        « Mon cœur fait boum pour Jeux de miroirs ! » – Audrey Pulvar, C8
        « Une fin digne de Sherlock Holmes ! » – Europe 1
        « Extrêmement réussi. » – France Culture
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com