RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Journal d'un curé de campagne

            Pocket
            EAN : 9782266291743
            Code sériel : 2301
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 108 x 177 mm
            Journal d'un curé de campagne

            Date de parution : 03/01/2019
            LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

            C’est une paroisse comme il en est bien d’autres, dévorée par l’ennui, la mesquinerie. En découvrant ce petit village de l’Artois, son nouveau curé mesure l’ampleur du sacerdoce. Il a pour lui sa jeunesse et sa foi. Et trop d’orgueil pour renoncer. Le salut des...
            LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

            C’est une paroisse comme il en est bien d’autres, dévorée par l’ennui, la mesquinerie. En découvrant ce petit village de l’Artois, son nouveau curé mesure l’ampleur du sacerdoce. Il a pour lui sa jeunesse et sa foi. Et trop d’orgueil pour renoncer. Le salut des âmes, voilà son affaire – peu importe les âmes. Peu importe l’avarice du pauvre, le fier dédain du riche. Ni la solitude, ni le doute ne le rongent. Tout à la fois dupe et sauveur, guide et victime, l’humble pasteur fera sien le sacrifice de l’Agneau.

            Préface d'André Malraux

            @ Disponible chez 12-21
            L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266291743
            Code sériel : 2301
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 108 x 177 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • jeunejane Posté le 24 Septembre 2019
              J'avais déjà lu une grande partie du livre depuis sa réédition aux éditions pocket au printemps 2019. C'est un roman qu'on lit par chapitres, pas tout d'un coup afin de pouvoir apprécier l'écriture. Lors de l'opération Masse critique de ce mois de septembre, j'ai reçu la version audio des éditions Thélème et je les en remercie. Ce qui venait bien à point car j'ai pu compléter ma lecture. Le jeune curé d'Ambrecourt arrive dans une paroisse du nord et parle très vite d'ennui pas pour lui, pour les habitants. Ensuite, il est vraiment préoccupé par les classes sociales, ce Dieu qui réconforte les pauvres mais ne leur apporte pas une vie meilleure. Lui-même est né dans une extrême pauvreté et les prêtres vivent dans la pauvreté. De faible constitution, il est souvent pris de maux d'estomac. Le docteur du village lui confirme que son enfance pauvre, enfanté par des alcooliques n'a rien arrangé. Il est bien triste ce roman mais tellement bien écrit. J'ai beaucoup apprécié les échanges verbaux avec le curé de Torcy très fâché contre l'humanité, avec le docteur Debende qui avoue sa non croyance en Dieu et s'en justifie. L'écriture est magnifique, presque envoûtante et je n'exagère en rien mon impression. L'audition qui est arrivée... J'avais déjà lu une grande partie du livre depuis sa réédition aux éditions pocket au printemps 2019. C'est un roman qu'on lit par chapitres, pas tout d'un coup afin de pouvoir apprécier l'écriture. Lors de l'opération Masse critique de ce mois de septembre, j'ai reçu la version audio des éditions Thélème et je les en remercie. Ce qui venait bien à point car j'ai pu compléter ma lecture. Le jeune curé d'Ambrecourt arrive dans une paroisse du nord et parle très vite d'ennui pas pour lui, pour les habitants. Ensuite, il est vraiment préoccupé par les classes sociales, ce Dieu qui réconforte les pauvres mais ne leur apporte pas une vie meilleure. Lui-même est né dans une extrême pauvreté et les prêtres vivent dans la pauvreté. De faible constitution, il est souvent pris de maux d'estomac. Le docteur du village lui confirme que son enfance pauvre, enfanté par des alcooliques n'a rien arrangé. Il est bien triste ce roman mais tellement bien écrit. J'ai beaucoup apprécié les échanges verbaux avec le curé de Torcy très fâché contre l'humanité, avec le docteur Debende qui avoue sa non croyance en Dieu et s'en justifie. L'écriture est magnifique, presque envoûtante et je n'exagère en rien mon impression. L'audition qui est arrivée alors que j'en étais au 17ème chapitre est tout autant prenante à condition de se plonger complètement dedans. J'ai pu lui consacrer du temps car mon mari avait de nombreuses réunions aujourd'hui. Je ne vais pas dire que j'étais fâchée qu'il rentre, j'avais assez écouté. Le roman a reçu le prix de l'Académie française en 1936. Dans les jours prochains, je m'intéresserai au parcours de vie de Bernanos car il me semble bien mouvementé.
              Lire la suite
              En lire moins
            • tiptop92 Posté le 18 Septembre 2019
              Georges Bernanos - Journal d'un curé de campagne - 1936 : De quoi parlait-on dans ce livre ? Du courage d'un jeune homme issu d'une famille pauvre se retrouvant à prêcher une vie qu'il n'a pas connue à une population pervertie depuis longtemps par les caprices de l'existence. Être curé dans les campagnes françaises au début du 20ème siècle c'était revivre chaque jour l'existence de Jésus Christ dans le désert, connaître la pauvreté, le dénuement et la solitude. L'ère des nababs à soutane était finie depuis que la république s'était séparée de l'église et alors que le sacerdoce ne permettait plus d'obtenir des postes richement dotés les séminaires ne formaient plus que des prêtres issus des classes les plus populaires. Lui souffrait dans son âme du mépris affiché envers sa personne par les notables du village, il souffrait aussi dans sa chair épuisée par un cancer qui exacerbait ses doutes et ses questionnements sur sa propre foi. On avait beau être un serviteur de dieu, on en était pas moins un homme avec ses peines et ses faiblesses. Ce journal explorait avec simplicité les tourments de celui qui avait en charge les consciences des autres alors que lui-même portait la... Georges Bernanos - Journal d'un curé de campagne - 1936 : De quoi parlait-on dans ce livre ? Du courage d'un jeune homme issu d'une famille pauvre se retrouvant à prêcher une vie qu'il n'a pas connue à une population pervertie depuis longtemps par les caprices de l'existence. Être curé dans les campagnes françaises au début du 20ème siècle c'était revivre chaque jour l'existence de Jésus Christ dans le désert, connaître la pauvreté, le dénuement et la solitude. L'ère des nababs à soutane était finie depuis que la république s'était séparée de l'église et alors que le sacerdoce ne permettait plus d'obtenir des postes richement dotés les séminaires ne formaient plus que des prêtres issus des classes les plus populaires. Lui souffrait dans son âme du mépris affiché envers sa personne par les notables du village, il souffrait aussi dans sa chair épuisée par un cancer qui exacerbait ses doutes et ses questionnements sur sa propre foi. On avait beau être un serviteur de dieu, on en était pas moins un homme avec ses peines et ses faiblesses. Ce journal explorait avec simplicité les tourments de celui qui avait en charge les consciences des autres alors que lui-même portait la sienne enfoncée dans son crâne comme la couronne d'épines sur la tête du christ. Les pages alignaient l'écriture décharnée d'un individu dévoué à son prochain touchant par sa bonté sans artifices et sa confiance juvénile en cet être humain qui pourtant lui montrait chaque jour toute sa bassesse. Le propos n'était pas joyeux, il versait même souvent dans la mélancolie et la souffrance. Les petites victoires du quotidien (monter un club de sport pour la jeunesse, ramener la femme du châtelain mortifiée par les infidélités de son mari dans le giron de dieu) ne comblaient en rien les échecs subis pendant son ministère et l'incompréhension grandissante entre lui et une partie de ses paroissiens. Ce livre dévasté montrait que la religion vécue sans partage n'était qu'un vaste champ douloureusement stérile, une plaie ouverte à toutes les tentations. Du désespoir à l'exaltation ce texte remuait profondément le lecteur qu'il soit croyant ou non...
              Lire la suite
              En lire moins
            • La31 Posté le 17 Juillet 2019
              le journal d'un curé de campagne est un des plus célèbres romans de Georges Bernanos. Ecrit en 1936, ce livre, raconte la quête d'un curé rural. Georges Bernanos bien que royaliste à l'origine dénoncera les crimes du franquisme.
            • louloubriscard Posté le 24 Mai 2019
              Le livre ultime sur la foi... dans tous ses états. Pour moi, il ne s'agit pas que de foi religieuse dans ce livre, bien au contraire. Il s'agit de la foi tout court, celle qu'on est prête à éprouver lorsqu'on se trouve dans le dénuement le plus total. Rien que pour cela, ce livre est beau et universel car il questionne ce que nous avons de plus beau et de plus mystérieux en nous : notre propension à lâcher-prise (ou pas) pour quelque chose (ou quelqu'un?) qui nous transcende et nous dépasse : Dieu, l'amour, la vie... ce qui vous convient.
            • Marti94 Posté le 30 Janvier 2019
              Il n'est pas surprenant que le "Journal d'un curé de campagne" de Georges Bernanos ait reçu Le grand prix du roman de l'Académie française l'année de sa publication en 1936. Pour moi, la qualité de l’écriture est inversement proportionnelle à l'intérêt que j'éprouve pour la vie du jeune curé de la paroisse d'Ambricourt en Picardie, dans les années 30. Et je trouve que Bernanos écrit vraiment très bien. A contrario, j'ai été peu sensible à la dévotion du prêtre solitaire et malade qui ne peut se confier qu'à son journal. Je suis athée et j'ai donc beaucoup de désaccord sur les propos de l'auteur catholique mais je trouve quand même qu'il est très inspiré. Il réussit écrire un texte poignant y compris quand certaines phrases me font bondir parce que ne n’y crois pas, comme "Ce que je puis vous affirmer néanmoins, c'est qu'il n'y a pas un royaume des vivants et un royaume des morts, mais qu'il n'y a que le royaume de Dieu. Vivants ou morts, nous sommes tous dedans." Personnellement, je n’y suis pas mais je vais continuer à découvrir cet auteur. Lu en janvier 2019
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.