Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264077233
Code sériel : 5646
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Journal d'un homme sans importance

,

Gérard JOULIÉ (Traducteur)
Date de parution : 18/02/2021
"Le livre le plus drôle du monde." Evelyn Waugh
 
« Le livre le plus drôle du monde. »
Evelyn Waugh


Charles Pooter, respectable employé de banque à la City, décide d’entamer la rédaction d’un journal. Il va y consigner aussi scrupuleusement que naïvement ses aventures et mésaventures quotidiennes, avec sa très chère épouse Carrie, son indigne fils Lupin, qui se compromet...
« Le livre le plus drôle du monde. »
Evelyn Waugh


Charles Pooter, respectable employé de banque à la City, décide d’entamer la rédaction d’un journal. Il va y consigner aussi scrupuleusement que naïvement ses aventures et mésaventures quotidiennes, avec sa très chère épouse Carrie, son indigne fils Lupin, qui se compromet avec une fiancée peu respectable, ses voisins encombrants et ses fournisseurs peu respectueux. Et quand Mr Pooter sort de sa confortable maison de banlieue, il regarde le Londres d'il y a cent ans, ses comédies, ses spectacles, ses inventions, comme une sorte de jungle un peu effrayante peuplée de grands animaux auxquels il faut surtout éviter de montrer qu'on a peur.

Paru en feuilleton dans la revue satirique Punch entre 1888 et 1889, cette chronique de la vie de banlieue londonienne à la fin de l’ère victorienne est un chef-d’œuvre d’humour anglais, qui a depuis longtemps acquis outre-Manche le statut de livre culte.

Traduit de l'anglais et préfacé par Gérard Joulié.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264077233
Code sériel : 5646
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CocciClelia Posté le 28 Juillet 2021
    #Journaldunhommesansimportance #NetGalleyFrance Avant tout merci à NetGalley pour cette lecture rafraichissante d'humour anglais. Ce journal d'un homme sans importance a au contraire l'importance de nous faire voir par le petit bout de la lorgnette la petite bourgeoisie londonienne de la fin du 19 -ème siècle, enracinée dans l'ère Victorienne et absolument pas prête à accepter les bouleversements de la modernité. Monsieur Pooter retrace dans son journal tous ses aléas et ses bonnes fortunes avec une candeur, et une étroitesse d'esprit unique. L'humour que ce petit esprit suscite est au dessus des bons mots qu'il nous relate. Ce journal ressemble à une scène de théâtre, le salon de Monsieur Pooter où chaque soir ou presque deux de ses amis, sorte de parasites, passent sans même prendre la peine de frapper ou de s'annoncer. L'immobilisme de ce petit couple face aux ruades de leur fil qui n'a de cesse que de faire exploser les carcans du passé pour laisser place au modernisme, aux esprits ouverts. Peinture très réaliste de la société londonienne du 19 -ème siècle, peinture intemporelle de toutes les anciennes générations face au modernisme, dommage que ce classique ne nous arrive que si tardivement en français.
  • SylvieHB Posté le 1 Mai 2021
    Ce roman de George et Weedon Grossmith porte bien son nom, puisqu’il nous fait partager le quotidien de Charles Pooter, un homme ordinaire employé à la City de Londres à la fin du dix-neuvième siècle. Lui et sa femme viennent d’emménager dans une nouvelle maison à Holloway et c’est ce qui le décide à tenir un journal dans lequel il narre les menus événements de sa vie quotidienne de petit bourgeois, principalement préoccupé par un respect sans faille des convenances. Les soucis causés par leur fils William Lupin, les amis qui vont et viennent comme s’ils étaient chez eux, le tracas des fournisseurs, les sorties mondaines et j’en passe. J’ai lu un certain nombre de romans sous la forme de journal intime et ce que j’apprécie, c’est qu’ils sont généralement le reflet de leur auteur présumé qui nous fait voir le monde à travers ses yeux. Ce n’est pas l’Histoire avec un grand « H » qui est intéressante ici, mais la petite histoire, celle du quotidien, des détails insignifiants. Un peu comme quand en cours d’histoire, on se désintéressait des dates de règnes ou de batailles pour se pencher sur la vie des vrais gens. Pour découvrir une époque, une classe sociale,... Ce roman de George et Weedon Grossmith porte bien son nom, puisqu’il nous fait partager le quotidien de Charles Pooter, un homme ordinaire employé à la City de Londres à la fin du dix-neuvième siècle. Lui et sa femme viennent d’emménager dans une nouvelle maison à Holloway et c’est ce qui le décide à tenir un journal dans lequel il narre les menus événements de sa vie quotidienne de petit bourgeois, principalement préoccupé par un respect sans faille des convenances. Les soucis causés par leur fils William Lupin, les amis qui vont et viennent comme s’ils étaient chez eux, le tracas des fournisseurs, les sorties mondaines et j’en passe. J’ai lu un certain nombre de romans sous la forme de journal intime et ce que j’apprécie, c’est qu’ils sont généralement le reflet de leur auteur présumé qui nous fait voir le monde à travers ses yeux. Ce n’est pas l’Histoire avec un grand « H » qui est intéressante ici, mais la petite histoire, celle du quotidien, des détails insignifiants. Un peu comme quand en cours d’histoire, on se désintéressait des dates de règnes ou de batailles pour se pencher sur la vie des vrais gens. Pour découvrir une époque, une classe sociale, des coutumes révolues par le petit bout de la lorgnette. Dans le « Journal d’un homme sans importance », c’est la fin de l’ère victorienne que nous font découvrir George et Weedon Grossmith. À travers de petites mésaventures de tous les jours, Charles Pooter se montre le parfait représentant d’une époque depuis longtemps révolue mais qui continue de me fasciner. Dans une période en plein mouvement, où la technologie et le modernisme viennent bouleverser des habitudes de vie centenaires, Pooter illustre l’ancienne génération qui apprécie son confort, sa vie simple et sans artifice. Une classe sociale qui craint les bouleversements apportés par des personnes aux idées originales mais dangereuses, comme son fils Lupin ou ce journaliste américain rencontré lors d’un dîner mondain. Le « Journal d’un homme sans importance » pourrait être une critique des bouleversements de cette époque, mais ce n’est pas le cas. Il s’agit plus d’une chronique, tendre et pleine d’humour, de la vie d’un homme qui se satisfait de la vie qu’il mène, avec ses petits bonheurs et ses petites tracasseries. Le tout agrémenté de quelques illustrations à l’encre de chine de la main de Weedon Grossmith. Un roman que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et que je recommande vivement !
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslivresdalexis Posté le 19 Avril 2021
    En demandant ce livre à l’éditeur, je ne m’attendais pas à tomber sur un classique de la littérature, et pour tout vous dire j’ai pris peur… Pourtant je n’aurais pas dû. En effet, ce livre, malgré le fait qu’il n’est pas récent, est pourtant rempli d’un humour qui fonctionne encore aujourd’hui. Charles Pooter, respectable employé de banque à la City, décide d’entamer la rédaction d’un journal. Il va y consigner aussi scrupuleusement que naïvement ses aventures et mésaventures quotidiennes, avec sa très chère épouse Carrie, son indigne fils Lupin, qui se compromet avec une fiancée peu respectable, ses voisins encombrants et ses fournisseurs peu respectueux. Et quand Mr Pooter sort de sa confortable maison de banlieue, il regarde le Londres d’il y a cent ans, ses comédies, ses spectacles, ses inventions, comme une sorte de jungle un peu effrayante peuplée de grands animaux auxquels il faut surtout éviter de montrer qu’on a peur. Un superbe livre. A lire !
  • viou1108_aka_voyagesaufildespages Posté le 29 Mars 2021
    Par un beau jour de la fin du 19ème siècle, Charles Pooter, qui se décrit lui-même comme un homme banal et ordinaire, décide d'entamer la rédaction d'un journal intime. Après tout, même s'il n'est personne d'important, ses écrits pourraient néanmoins servir à l'édification de ses semblables. Ainsi donc, il confie à son journal, non pas de profonds questionnements existentiels, mais plutôt ses faits et gestes de la vie quotidienne, familiale, professionnelle et sociale, agrémentés de quelques réflexions bien senties. Et le lecteur d'observer d'un oeil amusé ce brave Charles et son épouse Carrie emménager dans une maison de la banlieue de Londres, gérer les bisbilles de voisinage et de fournisseurs, s'inquiéter pour leur fils Lupin, dont le tempérament semble bien loin du modèle conformiste de ses parents. On découvre aussi Charles Pooter dans son environnement professionnel, en tant que fier employé (depuis 21 ans !) d'une banque de la City, et ses fréquentations amicales. Il apparaît être un homme respectable et respectueux de la hiérarchie, un brin psycho-rigide et très à cheval sur les convenances. Un peu coincé et maladroit, il nous gratifie de ses jeux de mots qu'il trouve hautement spirituels mais qui ne font mouche qu'une fois sur deux dans... Par un beau jour de la fin du 19ème siècle, Charles Pooter, qui se décrit lui-même comme un homme banal et ordinaire, décide d'entamer la rédaction d'un journal intime. Après tout, même s'il n'est personne d'important, ses écrits pourraient néanmoins servir à l'édification de ses semblables. Ainsi donc, il confie à son journal, non pas de profonds questionnements existentiels, mais plutôt ses faits et gestes de la vie quotidienne, familiale, professionnelle et sociale, agrémentés de quelques réflexions bien senties. Et le lecteur d'observer d'un oeil amusé ce brave Charles et son épouse Carrie emménager dans une maison de la banlieue de Londres, gérer les bisbilles de voisinage et de fournisseurs, s'inquiéter pour leur fils Lupin, dont le tempérament semble bien loin du modèle conformiste de ses parents. On découvre aussi Charles Pooter dans son environnement professionnel, en tant que fier employé (depuis 21 ans !) d'une banque de la City, et ses fréquentations amicales. Il apparaît être un homme respectable et respectueux de la hiérarchie, un brin psycho-rigide et très à cheval sur les convenances. Un peu coincé et maladroit, il nous gratifie de ses jeux de mots qu'il trouve hautement spirituels mais qui ne font mouche qu'une fois sur deux dans son entourage, ce qu'il trouve fort vexant, et ce qui est d'autant plus drôle pour le lecteur. Car ce n'est guère charitable, mais il faut bien avouer que Charles Pooter n'est pas précisément un boute-en-train hors pair, mais que ce sont plutôt sa naïveté, ses maladresses et son aplomb qui m'ont fait sourire. Publiée sous forme de feuilleton dans une revue satirique autour de 1890, cette chronique de la vie ordinaire dans la banlieue londonienne n'est pas à proprement parler hilarante, mais son antihéros attachant et ses mésaventures cocasses font de ce livre (qui se lit à toute vitesse) un moment de lecture fort agréable à l'heure du thé. En partenariat avec les Editions 10/18 via Netgalley. #Journaldunhommesansimportance #NetGalleyFrance PS pour l'éditeur : un effort de mise en page de l'édition numérique rendrait la lecture beaucoup plus confortable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Zephyrine Posté le 28 Mars 2021
    Quel rafraichissement que ce livre ! Mr Pooter, commis de banque dans les années 1850 à Londres, nous livre ici son journal intime. Comme il le précise de lui même, il est un homme sans importance, mais comme il a vu des biographies de gens guère plus intéressants, pourquoi sa vie ne pourrait-elle intéressée personne ? Mr Pooter compte dans sa vie sa femme Carrie, ses amis Gowing et Cummings, très différents l'un de l'autre et son fils Lupin...Tous permettent d'apporter un peu de piquant dans la vie de ce gentleman un peu rigide. Les situations cocasses s'enchaînent et permettent au lecteur de mieux comprendre cette société évoluait à l'époque. Je ne saurais trop comment décrire l'histoire. Si on devait décrire une trame de fond, ce serait peut-être celle du père qui voit son fils s'éloigner des valeurs qu'il a tenté de lui inculquer...En tout cas, on plonge délicieusement dans ces chroniques... Merci à Netgalley et 10-18 pour cette lecture.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…